Denys d'Halicarnasse

DENYS DHALICARNASSE

 

ANTIQUITÉS ROMAINES.

ΔΙΟΝΥΣΙΟΥ ΑΛΙΚΑΡΝΑΣΕΩΣ ΡΩΜΑΙΚΗΣ ΑΡΧΑΙΟΛΟΓΙΑΣ ΛΟΓΟΣ ΕΝΑΤΟΣ.

 

 LIVRE NEUVIÈME, chapitre 11

chapitre10  - chapitre 12

 

 

 

 

 

 

ANTIQUITÉS ROMAINES DE DENYS DHALICARNASSE

LIVRE NEUVIÈME.

 

 

 

ANTIQUITÉS ROMAINES DE DENYS DHALICARNASSE

LIVRE NEUVIEME.

précédent

CHAPITRE ONZIEME.

I. Le tribun Voleron se fait continuer dans sa charge. II Trente-neuvième consulat. III, Le consul Appius veut occuper le peuple dans les guerres du dehors. IV. Quintius; son collègue est d'avis contraire. V. Les tribuns profitent de l'occasion pour faire passer leur loi, à laquelle ils avaient ajouté un nouvel article. VI. Les consuls cherchent les moyens de s'y opposer : Appius veut employer la force et Quintius la douceur. VII. Ils se rendent à l'assemblée du peuple pour blâmer la loi. VIII. Quintitus gagne le peuple par son discours plein de douceur. IX.  Appius irrite les esprits par un autre discours plein d'invectives. X. Il se sert des termes les plus insultants &c. XI.  Il déclame contre le tribunat. XII. Qu'il ne souffrira jamais que la loi soit reçue. XIII. Le tribun Lectarius parle en faveur du peuple et répond aux invectives d'Appius. XIV.  Il adresse la parole à Appius ; qu'il lui fera sentir jusqu'où va la puissance et l'autorité du tribunat. XV.  Il jure qu'il fera passer la loi.  Il ordonne à Appius de sortir de l'assemblée : celui-ci refuse d'obéir, les esprits s'échauffent, on en vient aux coups. XVII.  Quintius l'autre consul apaise le tumulte  et l'assemblée se sépare. XVII. Plaintes réciproques du consul Appius et des tribuns. ; la sédition s'augmente.   XVIII.  Le consul Quintius engage les tribuns à prendre le sénat pour arbitre.  Assemblée du sénat. XIX.  Avis de Valérius : il est approuvé de tout le monde.  XX.  Quintius propose la loi au sénat : on opine à la publier ; le peuple la confirme.  XXI.  On lève des troupes.   XXII.  Quintius désole les pays des Æques.  XXIII..L'armée d'Appius refuse de combattre..  XXIV.  Il se retire du pays ennemi.  Il fait décimer ses soldats et les punit de mort.  XXV.  Il revient à Rome.

I. Ὡς δὲ τὸ δεινὸν ἐλώφησεν, ἐπ´ ἐξόδῳ τῆς ἀρχῆς ὢν ὁ Πόπλιος, ἐπειδὴ οὐκ ἐδύνατο κυρῶσαι τὸν νόμον ἐν τῷ περιόντι χρόνῳ τῶν ἀρχαιρεσίων ἐπιστάντων, μετῄει πάλιν τὴν δημαρχίαν εἰς τὸν ἐπιόντα ἐνιαυτόν, πολλὰ καὶ μεγάλα τοῖς δημόταις ὑπισχνούμενος· καὶ ἀποδείκνυται πάλιν δήμαρχος ὑπ´ αὐτῶν καὶ δύο τῶν συναρχόντων.

II. Οἱ δὲ πατρίκιοι πρὸς τοῦτ´ ἀντεμηχανήσαντο πικρὸν ἄνδρα καὶ μισόδημον καὶ μηδὲν ἐλαττώσοντα τῆς ἀριστοκρατίας ἐπὶ τὴν ὑπατείαν προαγαγεῖν, Ἄππιον Κλαύδιον, υἱὸν Ἀππίου, τοῦ πλεῖστα τῷ δήμῳ περὶ τὴν κάθοδον ἐναντιωθέντος. Καὶ αὐτὸν πολλὰ ἀντειπόντα καὶ οὐδ´ εἰς τὸ πεδίον ἐλθεῖν βουληθέντα ἕνεκα τῶν ἀρχαιρεσίων, οὐδὲν ἧττον προὐβούλευσάν τε καὶ ἐψηφίσαντ´ ἀπόντα ὕπατον. [9,43] Τελεσθέντων δὲ τῶν ἀρχαιρεσίων κατὰ πολλὴν εὐπέτειαν - οἱ γὰρ πένητες ἐξέλιπον τὸ πεδίον, ἐπειδὴ τὸν ἄνδρα τόνδε ὀνομασθέντα ἤκουσαν - παραλαμβάνουσι τὴν ὑπατείαν Τῖτος Κοίντιος Καπιτωλῖνος καὶ Ἄππιος Κλαύδιος Σαβῖνος,

III. οὔτε τὰς φύσεις οὔτε τὰς προαιρέσεις ἔχοντες ὁμοίας. Ἀππίου μὲν γὰρ ἦν γνώμη περισπᾶν περὶ τὰς ἔξω στρατείας τὸν ἀργὸν καὶ πένητα δῆμον, ἵνα τῶν τε καθ´ ἡμέραν ἀναγκαίων ἐκ τῆς πολεμίας εὐπορῶν τοῖς αὑτοῦ πόνοις, ὧν ἐν χρείᾳ μάλιστα ὑπῆρχε, καὶ τὰ συμφέροντα τῇ πόλει διαπραττόμενος, ἥκιστα τοῖς ἐκ τοῦ συνεδρίου διοικοῦσι τὰ κοινὰ δυσμενής τε καὶ χαλεπὸς ᾖ· πολέμου δὲ πᾶσαν ἔσεσθαι πρόφασιν εὔλογον ἀπέφαινεν ἡγεμονίας ἀντιποιουμένῃ πόλει καὶ ὑπὸ πάντων ἐπιφθονουμένῃ, κατά τε τὸ εἰκὸς τοῖς γεγονόσιν ἤδη τὰ μέλλοντα εἰκάζειν ἠξίου, ἐπιλεγόμενος, ὅσαι ἤδη κινήσεις ἐγένοντο ἐν τῇ πόλει, ὅτι πᾶσαι κατὰ τὰς ἀναπαύλας ἐγένοντο τῶν πολέμων.

IV. Κοιντίῳ δ´ οὐκ ἐδόκει πόλεμον ἐκφέρειν οὐδένα, ἀγαπητὸν ἀποφαίνοντι, εἰ πρὸς τοὺς ἀναγκαίους τε καὶ ἔξωθεν ἐπαγομένους κινδύνους καλούμενος ὁ δῆμος εὐπειθὴς γένοιτο, καὶ διδάσκοντι, ὡς εἰ βίαν προσάξουσι τοῖς μὴ πειθομένοις εἰς ἀπόνοιαν ἀναγκάσουσιν ἐλθεῖν τὸ δημοτικόν, ὥσπερ καὶ οἱ πρὸ αὐτῶν ἐποίησαν ὕπατοι· ἐξ ὧν κινδυνεύσειν αὐτοὺς δυεῖν θάτερον, ἢ δι´ αἵματος καὶ φόνων καταπαῦσαι τὴν στάσιν, ἢ θεραπεύειν αἰσχρῶς ὑπομεῖναι τὸ δημοτικόν. Ἦν δ´ ἡ τοῦ μηνὸς ἐκείνου ἡγεμονία τῷ Κοιντίῳ προσήκουσα, ὥστ´ ἀναγκαῖον ἦν τὸν ἕτερον τῶν ὑπάτων μηδὲν ἄκοντος ἐκείνου ποιεῖν.

V.  Οἱ δὲ περὶ τὸν Πόπλιον δήμαρχοι οὐθὲν ἔτι διαμελλήσαντες τὸν ἐν τῷ πρόσθεν ἐνιαυτῷ οὐ δυνηθέντα νόμον ἐπικυρωθῆναι πάλιν εἰσέφερον, προσγράψαντες αὐτῷ καὶ τὸ τῶν ἀγορανόμων ἀρχεῖον ἐν ταῖς αὐταῖς ψηφοφορεῖσθαι ἐκκλησίαις, καὶ πάντα τἆλλα, ὅσα ἐν τῷ δήμῳ πράττεσθαί τε καὶ ἐπικυροῦσθαι δεήσει, ὑπὸ τῶν φυλετῶν ἐπιψηφίζεσθαι κατὰ ταὐτόν· ὅπερ ἦν ἄρα τῆς μὲν βουλῆς κατάλυσις φανερά, τοῦ δὲ δήμου δυναστεία.

VI. [9,44] Τοῦτο μαθοῦσι τοῖς ὑπάτοις φροντὶς εἰσῄει καὶ λογισμός, ὅπως ἂν ἐν τάχει καὶ σὺν τῷ ἀσφαλεῖ τὸ παρακινοῦν καὶ στασιάζον ἐξαιρεθῇ. Ὁ μὲν οὖν Ἄππιος ἐπὶ τὰ ὅπλα καλεῖν γνώμην ἐδίδου τοὺς βουλομένους σώζεσθαι τὴν πάτριον πολιτείαν· εἰ δέ τινες ἐναντία θήσονται σφίσι τὰ ὅπλα, τούτους ἐν πολεμίων ποιεῖσθαι μοίρᾳ. Ὁ δὲ Κοίντιος λόγῳ πείθειν ᾤετο δεῖν τοὺς δημοτικοὺς καὶ μεταδιδάσκειν ὡς δι´ ἄγνοιαν τοῦ συμφέροντος εἰς ὀλέθρια βουλεύματα φερομένους· ἐσχάτης μανίας ἔργον εἶναι λέγων, ἃ παρ´ ἑκόντων ἔξεστι φέρεσθαι τῶν συμπολιτευομένων, ταῦτα παρ´ ἀκόντων βούλεσθαι λαμβάνειν.

VII. Ἐπαινεσάντων δὲ καὶ τῶν ἄλλων τῶν συμπαραληφθέντων εἰς τὸ συνέδριον τὴν Κοιντίου γνώμην παρελθόντες εἰς τὴν ἀγορὰν οἱ ὕπατοι λόγον ᾐτοῦντο παρὰ τῶν δημάρχων καὶ χρόνον. Μόλις δ´ ἀμφοῖν τυχόντες, ἐπειδὴ καθῆκεν ἣν ᾐτήσαντο παρ´ αὐτῶν ἡμέραν, ὄχλου παντοδαποῦ συνεληλυθότος εἰς τὴν ἀγοράν, ὃν ἀμφότεραι παρεσκευάσαντο σύμμαχον ἑαυταῖς ἐκ παρακλήσεως αἱ ἀρχαί, παρῆσαν ὡς κατηγορήσοντες τοῦ νόμου.

VIII. Ὁ μὲν οὖν Κοίντιος, τά τ´ ἄλλα ἐπιεικὴς ὢν ἀνὴρ καὶ δῆμον οἰκειώσασθαι λόγῳ πιθανώτατος, πρῶτος αἰτησάμενος {τὸν} λόγον, ἐπιδέξιόν τινα καὶ κεχαρισμένην ἅπασι διεξῆλθε δημηγορίαν, ὥστε τοὺς ὑπὲρ τοῦ νόμου λέγοντας εἰς πολλὴν ἐλθεῖν ἀμηχανίαν, οὔτε δικαιότερα λέγειν ἔχοντας οὔτ´ ἐπιεικέστερα.

IX. Καὶ εἰ μηδὲν ἔτι πολυπραγμονεῖν ὁ συνύπατος αὐτοῦ προείλετο, συγγνοὺς ἂν ὁ δῆμος, ὡς οὔτε δίκαια οὔθ´ ὅσια ἀξιῶν ἔλυσε τὸν νόμον· νῦν δ´ ἐκείνου λόγον διελθόντος ὑπερήφανον καὶ βαρὺν ἀκουσθῆναι πένησι χαλεπὸς εἰς ὀργὴν ἐγένετο καὶ ἀμείλικτος καὶ εἰς ἔριν ἦλθεν ὅσην οὔπω πρότερον. Οὐ γὰρ ὡς ἐλευθέροις τε καὶ πολίταις ὁ ἀνὴρ διαλεγόμενος, οἳ τοῦ θεῖναι τὸν νόμον ἢ λῦσαι κύριοι ἦσαν, ἀλλ´ ὡς ἐν ἀτίμοις ἢ ξένοις ἢ μὴ βεβαίως ἔχουσι τὴν ἐλευθερίαν ἐξουσιάζων, πικρὰς καὶ ἀνυπομονήτους ἐποιήσατο κατηγορίας, τῶν τε χρεῶν τὰς ἀποκοπὰς αὐτοῖς ὀνειδίζων καὶ τῶν ὑπάτων τὴν ἀπόστασιν προφέρων, ὅτε τὰ ἱερὰ σημεῖα ἁρπάσαντες ᾤχοντο ἐκ τοῦ στρατοπέδου φυγὴν ἐπιβάλλοντες ἑαυτοῖς ἑκούσιον· τούς θ´ ὅρκους ἀνακαλούμενος, οὓς ὤμοσαν τὰ ὅπλα περὶ τῆς γειναμένης αὐτοὺς γῆς ἀναλαμβάνοντες, οἷς κατ´ αὐτῆς ἐκείνης ἐχρήσαντο. Τοιγάρτοι θαυμαστὸν οὐδὲν ἔφησεν αὐτοὺς ποιεῖν, εἰ θεοὺς μὲν ἐπιορκήσαντες, ἡγεμόνας δὲ καταλιπόντες, πόλιν δ´ ἔρημον τὸ καθ´ ἑαυτοὺς εἶναι μέρος ἀφέντες, ἐπὶ δὲ πίστεως συγχύσει καὶ νόμων ἀνατροπῇ καὶ πολιτεύματος πατρίου φθορᾷ ποιησάμενοι τὴν κάθοδον, οὐ μετριάζουσιν οὐδὲ χρηστοὺς δύνανται πολίτας ἑαυτοὺς παρασχεῖν, ἀλλ´ αἰεί τινος ὀρέγονται πλεονεξίας καὶ παρανομίας, τοτὲ μὲν ἀρχὰς ἐξεῖναι σφίσιν ἀξιοῦντες αὐτοὺς ἐφ´ ἑαυτῶν ἀποδεικνύναι, καὶ ταύτας ἀνυπευθύνους ποιοῦντες καὶ παναγεῖς· τοτὲ δ´ εἰς ἀγῶνας ὑπὲρ τῶν ἐσχάτων κινδύνων καθιστάντες οὓς αὐτοῖς δόξειε τῶν πατρικίων, καὶ τὰ νόμιμα δικαστήρια, οἷς περὶ θανάτου καὶ φυγῆς ἡ πόλις πρότερον ἔδωκε κρίνειν, μεταφέροντες ἐκ τῆς καθαρωτάτης φυλῆς ἐπὶ τὸν ῥυπαρώτατον ὄχλον· τοτὲ δὲ νόμους εἰσφέροντες οἱ θῆτες καὶ ἀνέστιοι κατὰ τῶν εὐπατριδῶν τυραννικοὺς καὶ ἀνίσους, καὶ οὐδὲ τοῦ προβουλεῦσαι περὶ αὐτῶν ἐξουσίαν τῇ βουλῇ καταλείποντες, ἀλλ´ ἀφαιρούμενοι καὶ ταύτην αὐτῆς τὴν τιμήν, ἣν ἐκ τοῦ παντὸς εἶχεν ἀναμφίλεκτον χρόνου, βασιλευομένης τε καὶ τυραννουμένης τῆς πόλεως.

X. Πολλὰ δὲ καὶ ἄλλα τούτοις ὅμοια προσθεὶς καὶ οὐδενὸς οὔτε πικροῦ πράγματος οὔτε βλασφήμου ὀνόματος φεισάμενος, τελευτῶν ἐκεῖνον ἔτι προσέθηκεν τὸν λόγον, ἐφ´ ᾧ μάλιστα ἡ πληθὺς ἠγανάκτησεν, ὅτι χρόνον οὐδένα παύσεται στασιάζουσα περὶ παντὸς χρήματος ἡ πόλις, ἀλλ´ αἰεί τινα καινὴν ἐπὶ παλαιᾷ νοσήσει νόσον, ἕως ἂν ἡ τῶν δημάρχων ἐξουσία διαμένῃ· διδάσκων, ὅτι πράγματος παντὸς πολιτικοῦ καὶ κοινοῦ τὰς ἀρχὰς προσήκει σκοπεῖν, ὅπως εὐσεβεῖς ἔσονται καὶ δίκαιοι. Φιλεῖν γὰρ ἐκ μὲν τῶν ἀγαθῶν σπερμάτων χρηστοὺς γίγνεσθαι καὶ εὐτυχεῖς τοὺς καρπούς, ἐκ δὲ τῶν πονηρῶν κακοὺς καὶ ὀλεθρίους.

XI. [9,45] Εἰ μὲν οὖν, ἔφη, ἥδε ἡ ἀρχὴ μεθ´ ὁμονοίας εἰσῆλθεν εἰς τὴν πόλιν ἐπὶ τῷ πάντων ἀγαθῷ παροῦσα σὺν οἰωνοῖς τε καὶ ὀττείαις, πολλῶν ἂν ἡμῖν ἐγίνετο καὶ μεγάλων ἀγαθῶν αἰτία, χαρίτων, ὁμοφροσύνης, εὐνομίας, ἐλπίδων χρηστῶν παρὰ τοῦ δαιμονίου, μυρίων ἄλλων· νῦν δέ, βία γὰρ αὐτὴν εἰσήγαγε καὶ παρανομία καὶ στάσις καὶ πολέμου δέος ἐμφυλίου καὶ πάντα τὰ ἔχθιστα ἐν ἀνθρώποις τί οὖν ἔτι καὶ μέλλει χρηστὸν ἔσεσθαί ποτ´ ἢ σωτήριον τοιαύτας λαβούσης τὰς ἀρχάς; ὥστε περίεστιν ἡμῖν ἴασιν καὶ ἀλεξήματα τῶν ἀναβλαστανόντων ἐξ αὐτῆς κακῶν ζητεῖν, ὁπόσα εἰς ἀνθρώπινον πίπτει λογισμόν, μενούσης ἔτι τῆς πονηρᾶς ῥίζης. Οὐ γὰρ ἔσται πέρας οὐδ´ ἀπαλλαγὴ τῶν δαιμονίων χόλων, ἕως ἂν ἥδε ἡ βάσκανος ἐρινὺς καὶ φαγέδαινα ἐγκαθημένη πάντα σήπῃ καὶ διαφθείρῃ τὰ καλά. Ἀλλ´ ὑπὲρ μὲν τούτων ἕτερος ἔσται λόγος καὶ καιρὸς ἐπιτηδειότερος,

XII. νῦν δ´ ἐπεὶ τὰ παρόντα εὖ τίθεσθαι χρή, πᾶσαν εἰρωνείαν ἀφεὶς τάδε ὑμῖν λέγω· οὔθ´ ὅδε ὁ νόμος οὔτ´ ἄλλος οὐδείς, ὃν οὐχ ἡ βουλὴ προβουλεύσει, κύριος ἐπὶ τῆς ἐμῆς ὑπατείας γενήσεται, ἀλλὰ καὶ λόγοις ἀγωνιοῦμαι περὶ τῆς ἀριστοκρατίας, κἂν εἰς τὰ ἔργα δέῃ χωρεῖν οὐδ´ ἐν τούτοις τῶν ἐναντιουμένων λελείψομαι· καὶ εἰ μὴ πρότερον ἔγνωτε, ὅσην ἰσχὺν ἔχει τὸ τῶν ὑπάτων κράτος, ἐπὶ τῆς ἐμῆς ἀρχῆς μαθήσεσθε.

XIII. [9,46] Ἄππιος μὲν δὴ ταῦτ´ εἶπεν, ἐκ δὲ τῶν δημάρχων ὁ πρεσβύτατος καὶ πλείστου ἀξιώματος τυγχάνων, Γάιος Λαιτώριος, ἀνὴρ ἔν τε τοῖς πολέμοις ἐγνωσμένος εἶναι ψυχὴν οὐ κακὸς καὶ τὰ πολιτικὰ πράττειν οὐκ ἀδύνατος, ἀνίσταται πρὸς ταῦτ´ ἀπολογησόμενος· καὶ διῆλθεν ὑπὲρ τοῦ δήμου λόγον πολὺν ἀπὸ τῶν ἄνωθεν ἀρξάμενος· ὡς πολλὰς μὲν καὶ χαλεπὰς στρατείας οἱ βλασφημούμενοι πρὸς αὐτοῦ πένητες ἐστρατεύσαντο, οὐ μόνον ἐπὶ τῶν βασιλέων, ὅτε τὴν ἀνάγκην ἄν τις ᾐτιάσατο, ἀλλὰ καὶ μετὰ τὴν ἐκείνων ἐκβολὴν ἐλευθερίαν κτώμενοι τῇ πατρίδι καὶ ἡγεμονίαν· ἀμοιβὴν δ´ οὐδεμίαν ἐκομίσαντο παρὰ τῶν πατρικίων, οὐδ´ ἀπήλαυσαν οὐδενὸς τῶν κοινῶν ἀγαθῶν, ἀλλ´ ὡς πολέμῳ ἁλόντες ἀφῃρέθησαν ὑπ´ αὐτῶν καὶ τὴν ἐλευθερίαν, ἣν ἀνασώσασθαι βουλόμενοι καταλιπεῖν ἠναγκάσθησαν τὴν πατρίδα πόθῳ γῆς ἑτέρας, ἐν ᾗ τὸ μὴ ὑβρίζεσθαι αὐτοῖς ἐλευθέροις οὖσιν ὑπάρξει· καὶ οὔτε βιασάμενοι τὴν βουλὴν οὔτε πολέμῳ προσαναγκάσαντες εὕροντο τὴν ἐπὶ τὰ σφέτερα κάθοδον, ἀξιούσῃ δὲ καὶ δεομένῃ τὰ ἐκλειφθέντα ἀπολαβεῖν εἴξαντες {ἔδωκαν}. Τούς θ´ ὅρκους διεξῄει καὶ τὰς συνθήκας τὰς ἐπὶ τῇ καθόδῳ γενομένας ἀνεκαλεῖτο· ἐν αἷς ἦν ἀμνηστία μὲν πρῶτον ἁπάντων, ἔπειτ´ ἐξουσία τοῖς πένησιν ἀρχὰς ἀποδεικνύναι, τιμωροὺς μὲν ἐσομένας σφίσιν αὐτοῖς, τοῖς δὲ κατισχύειν βουλομένοις ἀντιπάλους. Διεξελθὼν δὲ ταῦτα τοὺς νόμους ἐπεδείκνυτο, οὓς ὁ δῆμος ἐπεκύρωσεν οὐ πρὸ πολλοῦ, τόν τε περὶ τῶν δικαστηρίων τῆς μεταγωγῆς, ὡς ἔδωκεν ἡ βουλὴ τῷ δήμῳ τὴν ἐξουσίαν κρίνειν οὓς ἂν αὐτοῖς δόξειε τῶν πατρικίων, καὶ τὸν ὑπὲρ τῆς ψηφοφορίας, ὃς οὐκ ἔτι τὴν λοχῖτιν ἐκκλησίαν, ἀλλὰ τὴν κουριᾶτιν ἐποίει τῶν ψήφων κυρίαν.

XIV. [9,47] Διεξελθὼν δὲ τὸν ὑπὲρ τοῦ δήμου λόγον, ἐπιστρέψας ἐπὶ τὸν Ἄππιον·

Ἔπειτα σὺ τολμᾷς, εἶπε, λοιδορεῖσθαι τούτοις, δι´ οὓς μεγάλη μὲν ἐκ μικρᾶς, ἐπιφανὴς δ´ ἐξ ἀδόξου γέγονεν ἡ πόλις; καὶ στασιαστὰς ἑτέρους ἀποκαλεῖς καὶ φυγαδικήν τινα τύχην ὀνειδίζεις, ὥσπερ οὐχ ἁπάντων ἔτι τούτων μεμνημένων τὸ καθ´ ὑμᾶς, ὅτι στασιάσαντες οἱ σοὶ πρόγονοι πρὸς τοὺς ἐν τέλει καὶ τὴν ἑαυτῶν πατρίδα καταλιπόντες ἐνθάδ´ ἱδρύθησαν ἱκέται; εἰ μὴ ἄρα ὑμεῖς μὲν ἐκλιπόντες τὴν ἑαυτῶν πατρίδα πόθῳ τῆς ἐλευθερίας καλὸν ἔργον ἐπράττετε, Ῥωμαῖοι δὲ τὰ ὅμοια ὑμῖν δεδρακότες οὐ καλόν. Τολμᾷς δὲ καὶ τὴν τῶν δημάρχων ἐξουσίαν ὡς ἐπὶ κακῷ παρεληλυθυῖαν εἰς τὴν πόλιν λοιδορεῖν, καὶ πείθεις τουτουσὶ καταλῦσαι τὴν τῶν πενήτων ἐπικουρίαν τὴν ἱερὰν καὶ ἀκίνητον καὶ μεγάλαις ἠσφαλισμένην ἐκ θεῶν τε καὶ ἀνθρώπων ἀνάγκαις, ὦ μισοδημότατε καὶ τυραννικώτατε; καὶ οὐδὲ τοῦτ´ ἄρα ἐδυνήθης μαθεῖν, ὅτι τῇ τε βουλῇ καὶ τῇ σεαυτοῦ ἀρχῇ ταῦτα λέγων λοιδορῇ; καὶ γὰρ ἡ βουλὴ διαναστᾶσα πρὸς τοὺς βασιλεῖς, ὧν οὐκέτι τὰς ὑπερηφανίας καὶ τὰς ὕβρεις ὑποφέρειν ἠξίου, τὸ τῶν ὑπάτων ἀρχεῖον κατεστήσατο, καὶ πρὶν ἐκείνους ἐξελάσαι τῆς πόλεως ἑτέρους ἐποίησε τῆς βασιλικῆς ἐξουσίας κυρίους. Ὥσθ´ ἃ περὶ τῆς δημαρχίας λέγεις, ὡς ἐπὶ κακῷ παρεληλυθυίας, ἐπειδὴ τὴν ἀρχὴν ἀπὸ διχοστασίας ἔλαβε, ταῦτα καὶ κατὰ τῆς ὑπατείας λέγεις. Οὐδὲ γὰρ ἐκείνην ἄλλη τις εἰσήγαγε πρόφασις, ἀλλ´ ἡ πρὸς τοὺς βασιλεῖς τῶν πατρικίων στάσις. Ἀλλὰ τί ταῦτά σοι διαλέγομαι, ὡς χρηστῷ καὶ μετρίῳ πολίτῃ, ὃν ἅπαντες ἴσασιν οὗτοι σκαιὸν ὄντα διὰ γένος καὶ πικρὸν καὶ μισόδημον καὶ τὸ θηριῶδες ὑπὸ φύσεως οὐδέποτ´ ἐξημερῶσαι δυνάμενον, ἀλλ´ οὐχ ὁμόσε χωρῶ σοι τὰ ἔργα ἐπίπροσθεν ποιησάμενος τῶν λόγων, καὶ δείκνυμι, ὅσην ἰσχὺν ὁ δῆμος ἔχων λέληθέ σε, ὃν οὐκ ᾐσχύνθης ἀνέστιον καὶ ῥυπαρὸν καλῶν, καὶ ὅσον ἥδε ἡ ἀρχὴ δυναμένη, ἥν σε ὁ νόμος ἐκτρέπεσθαι καὶ εἴκειν ἀναγκάζει; παρεὶς δὲ καὶ αὐτὸς ἅπασαν εἰρωνείαν ἔργου ἕξομαι.

XV. [9,48] Ταῦτ´ εἰπὼν ὅρκον, ὅσπερ μέγιστος αὐτοῖς ἦν, διομοσάμενος ἢ τὸν νόμον ἐπικυρώσειν ἢ τοῦ ζῆν μεθήσεσθαι, σιωπῆς γενομένης ἐκ τοῦ πλήθους καὶ ἐναγωνίου προσδοκίας, ἐφ´ ᾧ μέλλει δρᾶν, ἐκέλευσε μεταχωρεῖν ἐκ τῆς ἐκκλησίας τὸν Ἄππιον. Ὡς δ´ οὐκ ἐπείθετο, ἀλλὰ τοὺς ῥαβδούχους παραστησάμενος καὶ τὸν ὄχλον, ὃν ἦγε παρασκευασάμενος οἴκοθεν, ἀπεμάχετο μὴ παραχωρῆσαι τῆς ἀγορᾶς, σιωπὴν ὑποκηρυξάμενος ὁ Λαιτώριος ἀνεῖπεν, ὅι τὸν ὕπατον εἰς φυλακὴν κελεύουσιν ἀπάγειν οἱ δήμαρχοι. Καὶ ὁ μὲν ὑπηρέτης κελευσθεὶς ὑπ´ αὐτοῦ προσῆγεν ὡς τοῦ σώματος ἐπιληψόμενος· τῶν δὲ ῥαβδούχων ὁ πρῶτος ἐπιτυχὼν παίων αὐτὸν ἀπήλασε. Κραυγῆς δ´ ἐκ τῶν παρόντων γενομένης μεγάλης καὶ ἀγανακτήσεως ἵεται αὐτὸς ὁ Λαιτώριος παρακελευσάμενος τοῖς ὄχλοις ἀμύνειν, καὶ οἱ περὶ τὸν Ἄππιον στῖφος ἔχοντες νέων πολὺ καὶ καρτερὸν ὑφίστανται. Καὶ μετὰ τοῦτο λόγοι τ´ ἀσχήμονες ἐγένοντο εἰς ἀλλήλους καὶ καταβοαὶ καὶ σωμάτων ὠθισμοί· καὶ τελευτῶσα εἰς χεῖρας ἀπέσκηψεν ἡ ἔρις, καὶ εἰς λίθων ἤρξατο προβαίνειν βολάς.

XVI. Ἐπέσχε δὲ ταῦτα καὶ τοῦ μὴ προσωτέρω χωρῆσαι τὰ δεινὰ Κοίντιος ἅτερος τῶν ὑπάτων αἴτιος ἐγένετο, δεόμενός τε πάντων καὶ λιπαρῶν σὺν τοῖς πρεσβυτάτοις τῶν ἐκ τοῦ συνεδρίου καὶ εἰς μέσους τοὺς ἁψιμαχοῦντας ὠθούμενος. Ἦν δὲ καὶ τῆς ἡμέρας τὸ λειπόμενον βραχὺ μέρος, ὥστ´ ἀκούσιοι ἀπ´ ἀλλήλων διελύθησαν.

XVII. Ταῖς δ´ ἑξῆς ἡμέραις αἵ τ´ ἀρχαὶ ἀλλήλαις ἐνεκάλουν, ὁ μὲν ὕπατος τοῖς δημάρχοις, ὅτι καταλύειν αὐτοῦ τὴν ἀρχὴν ἠξίουν ἐς τὸ δεσμωτήριον τὸν ὕπατον ἀπάγειν κελεύσαντες, τῷ δ´ ὑπάτῳ οἱ δήμαρχοι, ὡς ἐμβεβληκότι πληγὰς σώμασιν ἱεροῖς καὶ καθωσιωμένοις ὑπὸ τοῦ νόμου - καὶ ὁ Λαιτώριος τὰ ἴχνη τῶν πληγῶν εἶχεν ἐπὶ τῆς ὄψεως ἔτι φανερά - ἥ τε πόλις ὅλη διοιδοῦσα καὶ ἀγριαινομένη διειστήκει. Ἔπειτα ὁ μὲν δῆμος ἐφρούρει τὸ Καπιτώλιον ἅμα τοῖς δημάρχοις, οὔθ´ ἡμέρας οὔτε νυκτὸς ἐκλείπων τὴν φυλακήν· ἡ δὲ βουλὴ συνιοῦσα πολλὴν καὶ ἐπίπονον ἐποιεῖτο ζήτησιν, ὅπως χρὴ παῦσαι τὴν διχοστασίαν, τοῦ τε κινδύνου τὸ μέγεθος ἐνθυμουμένη, καὶ ὅτι οὐδὲ τοῖς ὑπάτοις τὰ αὐτὰ παρειστήκει φρονεῖν. Ὁ μὲν γὰρ Κοίντιος εἴκειν τῷ δήμῳ τὰ μέτρια ἠξίου, ὁ δ´ Ἄππιος μέχρι θανάτου ἀντέχειν.

XVIII. [9,49] Ὡς δ´ οὐδὲν ἐγίνετο πέρας, χωρὶς ἑκάστους ἀπολαμβάνων ὁ Κοίντιος, τούς τε δημάρχους καὶ τὸν Ἄππιον, ἐδεῖτο καὶ ἐλιπάρει καὶ τὰ κοινὰ τῶν ἰδίων ἀναγκαιότερα ἡγεῖσθαι ἠξίου. Ὁρῶν δὲ τοὺς μὲν ἤδη πεπειροτέρους γεγονότας, τὸν δὲ συνάρχοντα ἐπὶ τῆς αὐτῆς αὐθαδείας μένοντα πείθει τοὺς ἀμφὶ Λαιτώριον, ὑπὲρ ἁπάντων τῶν τ´ ἰδίων ἐγκλημάτων καὶ τῶν δημοσίων τὴν βουλὴν ποιῆσαι κυρίαν. Ἐπεὶ δὲ τοῦτο διεπράξατο, συνεκάλει τὴν βουλὴν καὶ τοὺς δημάρχους πολλὰ ἐπαινέσας καὶ τοῦ συνάρχοντος δεηθεὶς μὴ ἀντιπράττειν τῇ σωτηρίᾳ τῆς πόλεως ἐκάλει τοὺς εἰωθότας ἀποφαίνεσθαι γνώμας.

XIX. Πρῶτος δὲ κληθεὶς Πόπλιος Οὐαλέριος Ποπλικόλας γνώμην ἀπεφήνατο τήνδε· ὅσα μὲν ἀλλήλοις ἐγκαλοῦσιν οἵ τε δήμαρχοι καὶ ὁ ὕπατος, ὑπὲρ ὧν ἔπαθον ἢ ἔδρασαν ἐν τῇ ταραχῇ, ἐπειδὴ οὐκ ἐξ ἐπιβουλῆς οὐδ´ οἰκείας πλεονεξίας ἕνεκεν εἰς αὐτὰ κατέστησαν, ἀλλ´ ὑπὸ τῆς εἰς τὰ κοινὰ φιλοτιμίας, ἀφεῖσθαι δημοσίᾳ καὶ μηδεμίαν ὑπὲρ αὐτῶν εἶναι δίκην· περὶ δὲ τοῦ νόμου, ἐπειδὴ ὁ ὕπατος {Ἄππιος} οὐκ ἐᾷ νόμον ἀπροβούλευτον εἰς τὴν ἐκκλησίαν ἐκφέρειν, προβουλεῦσαι μὲν περὶ τούτου τὸ συνέδριον· τοὺς δὲ δημάρχους ἅμα τοῖς ὑπάτοις ἐπιμέλειαν ποιήσασθαι τῆς θ´ ὁμονοίας τῶν πολιτῶν, ὅταν ἡ ψῆφος περὶ αὐτοῦ διαφέρηται, καὶ τῆς εὐκοσμίας. Ἐπαινεσάντων δὲ τὴν γνώμην ἁπάντων

XX. εὐθὺς ἀνέδωκε τὴν ὑπὲρ τοῦ νόμου ψῆφον ὁ Κοίντιος τῷ συνεδρίῳ, καὶ πολλὰ μὲν Ἀππίου κατηγορήσαντος, πολλὰ δὲ τῶν δημάρχων ἀντιλεξάντων, ἐνίκα παρὰ πολλὰς ψήφους ἡ τὸν νόμον εἰσφέρειν ἀξιοῦσα γνώμη. Ἐπικυρωθέντος δὲ τοῦ προβουλεύματος αἵ τε ἴδιαι τῶν ἀρχόντων διαφοραὶ διελύθησαν, καὶ ὁ δῆμος ἀγαπητῶς δεξάμενος τὸ συγχώρημα τῆς βουλῆς ἐπεψήφισε τὸν νόμον. Ἀπ´ ἐκείνου τοῦ χρόνου τὰ τῶν δημάρχων καὶ ἀγορανόμων ἀρχαιρέσια μέχρι τοῦ καθ´ ἡμᾶς χρόνου δίχα οἰωνῶν τε καὶ τῆς ἄλλης ὀττείας ἁπάσης αἱ φυλετικαὶ ψηφοφοροῦσιν ἐκκλησίαι. Αὕτη λύσις ἐγένετο τῆς τότε κατασχούσης ταραχῆς τὴν πόλιν.

XXI. [9,50] Καὶ μετ´ οὐ πολὺ στρατιὰς ἐδόκει Ῥωμαίοις καταγράφειν καὶ τοὺς ὑπάτους ἐκπέμπειν ἀμφοτέρους ἐπί τ´ Αἰκανοὺς καὶ Οὐολούσκους. Δυνάμεις γὰρ ἐξ ἑκατέρων τῶν ἐθνῶν ἐξεληλυθέναι ἠγγέλλοντο μεγάλαι καὶ προνομεύειν τοὺς Ῥωμαίων συμμάχους.

XXII. Παρασκευασθεισῶν δὲ τῶν δυνάμεων σὺν τάχει Κοίντιος μὲν Αἰκανοῖς πολεμήσων ᾤχετο, Ἄππιος δὲ Οὐολούσκοις, κλήρῳ διαλαχόντες τὰς ἀρχάς. Συνέβη δὲ τῶν ὑπάτων ἑκατέρῳ τὰ εἰκότα πάσχειν· ἡ μὲν γὰρ τῷ Κοιντίῳ προσνεμηθεῖσα στρατιὰ τὴν ἐπιείκειάν τε καὶ μετριότητα τοῦ ἀνδρὸς ἀσπαζομένη πρόθυμος ἦν εἰς ἅπαντα τὰ ἐπιταττόμενα, καὶ τὰ πλεῖστα αὐτοκέλευστος ὑφίστατο κινδυνεύματα δόξαν τῷ ἡγεμόνι καὶ τιμὴν πράττουσα· καὶ διεξῆλθε πολλὴν τῆς Αἰκανῶν χώρας λεηλατοῦσα οὐ τολμώντων εἰς χεῖρας ἐλθεῖν τῶν πολεμίων, ἐξ ἧς λάφυρα πολλὰ καὶ ὠφελείας μεγάλας ἐκτήσατο. Χρόνον δ´ οὐ πολὺν ἐν τῇ πολεμίᾳ διατρίψασα παρῆν εἰς τὴν πόλιν ἀπαθὴς κακῶν, λαμπρὸν ἐπὶ τοῖς ἔργοις τὸν στρατηγὸν ἄγουσα.

XXIII. Ἡ δὲ τῷ Ἀππίῳ συνεξελθοῦσα δύναμις μίσει τῷ πρὸς αὐτὸν πολλὰ ὑπερεῖδε τῶν πατρίων. Τά τε γὰρ ἄλλα ἐθελοκακοῦσα ἐν ὅλῃ τῇ στρατείᾳ καὶ ὀλιγωροῦσα τοῦ ἡγεμόνος διετέλεσε, καὶ ἐπειδὴ μάχεσθαι ἔδει τῇ Οὐολούσκων στρατιᾷ, κατασταθεῖσα ὑπὸ τῶν ἡγεμόνων εἰς τάξιν οὐκ ἠξίωσε τοῖς πολεμίοις εἰς χεῖρας ἰέναι· ἀλλ´ οἵ τε λοχαγοὶ καὶ οἱ πρόμαχοι αὐτῶν, οἱ μὲν τὰ σημεῖα ῥίψαντες, οἱ δὲ τὴν τάξιν ἐγκαταλιπόντες ἐπὶ τὸν χάρακα ἔφευγον. Καὶ εἰ μὴ θαυμάσαντες τὸ παράλογον τῆς φυγῆς αὐτῶν οἱ πολέμιοι καὶ δείσαντες, μὴ ἐνέδρα τις ᾖ, τῆς ἐπὶ πλεῖον διώξεως ἀπετράποντο, τὸ πλεῖον ἂν μέρος τῶν Ῥωμαίων διέφθαρτο. Ἐποίουν δὲ ταῦτα φθόνῳ τοῦ ἡγεμόνος, ἵνα μὴ καλὸν ἀγώνισμα ὁ ἀνὴρ διαπραξάμενος θριάμβῳ τε καὶ ταῖς ἄλλαις ἐπιλαμπρυνθῇ τιμαῖς. Τῇ δὲ κατόπιν ἡμέρᾳ τὰ μὲν ἐπιτιμῶντος αὐτοῖς τοῦ ὑπάτου τῆς ἀδόξου φυγῆς, τὰ δὲ παρακαλοῦντος αἴσχιστον ἔργον ἀναλύσασθαι καλῷ ἀγῶνι, τὰ δ´ ἀπειλοῦντος, εἰ μὴ στήσονται παρὰ τὰ δεινά, χρήσεσθαι τοῖς νόμοις, ἀπειθείᾳ τε διεχρῶντο καὶ καταβοῇ καὶ ἀπάγειν σφᾶς ἐκέλευον ἐκ τῆς πολεμίας ὡς ἀδύνατοι ἔτι ὄντες ὑπὸ τραυμάτων ἀντέχειν· κατεδήσαντο γὰρ αὐτῶν οἱ πολλοὶ τοὺς ὑγιεῖς χρῶτας ὡς τραυματίαι·

XXIV. ὥστε ὁ Ἄππιος ἠναγκάσθη ἀπάγειν τὸν στρατὸν ἐκ τῆς πολεμίας, καὶ οἱ Οὐολοῦσκοι ἀπιοῦσιν ἑπόμενοι πολλοὺς αὐτῶν ἀπέκτειναν. Ὡς δ´ ἐν τῇ φιλίᾳ ἐγένοντο, συναγαγὼν εἰς ἐκκλησίαν αὐτοὺς ὁ ὕπατος καὶ πολλὰ ὀνειδίσας ἔφη χρήσεσθαι τῇ κατὰ τῶν λιποτακτῶν κολάσει. Καὶ πολλὰ δεομένων τῶν πρεσβευτῶν καὶ τῶν ἄλλων τῶν ἐν τέλει μετριάσαι, καὶ μὴ συμφορὰν ἐπὶ συμφορᾷ προσθεῖναι τῇ πόλει, λόγον οὐδενὸς αὐτῶν ποιησάμενος ἐκύρωσε τὴν κόλασιν. Καὶ μετὰ τοῦθ´ οἱ λοχαγοί τε, ὧν οἱ λόχοι ἔφυγον, καὶ οἱ πρόμαχοι τῶν σημείων, ὅσοι τὰ σημεῖα ἀπολωλέκεσαν, οἱ μὲν πελέκει τοὺς αὐχένας ἀπεκόπησαν, οἱ δὲ ξύλοις παιόμενοι διεφθάρησαν· ἐκ δὲ τοῦ ἄλλου πλήθους ἀπὸ δεκάδος ἑκάστης εἷς ἀνὴρ ὁ λαχὼν κλήρῳ πρὸ τῶν ἄλλων ἀπέθνησκεν. Αὕτη Ῥωμαίοις πάτριός ἐστι κατὰ τῶν λιπόντων τὰς τάξεις ἢ προεμένων τὰς σημαίας ἡ κόλασις.

XXV. Καὶ μετὰ ταῦτ´ αὐτός τε μισούμενος ὁ στρατηγὸς καὶ τῆς στρατιᾶς ὅσον ἔτι περιῆν κατηφὲς καὶ ἄτιμον ἐπαγόμενος, τῶν ἀρχαιρεσίων καθηκόντων ἀνέστρεψεν εἰς τὴν πατρίδα.

suite

I.  Le mal ayant cessé., Publius sur le point de sortir de charge ne pouvait faire recevoir sa loi dans le peu de temps qui lui restait ; car le jour des comices était proche. Il recommence tout de nouveau à briguer la dignité de tribun pour l'année suivante : il flatte les citoyens par de belles promesses : enfin il vient à bout par ses intrigues de se faire continuer pour cette année avec deux de ses collègues qui favorisaent son entreprise.

II. Les patriciens eurent la précaution de leur opposer un homme austère, ennemi du peuple, et qui n'était pas d'humeur à souffrir qu'on affaiblisse le gouvernement Aristocratique. Ils firent nommer consul Appius Claudius, fils de cet Appius qui s'était autrefois opposé fortement au rappel du peuple. D'abord il ne voulait point de cette charge : il ne se trouva pas même dans le champ de Mars pendant qu'on tenait l'assemblée. Mais sa résistance ne ralentit point l'ardeur des patriciens },quoiqu'il fût absent, ils l'élevèrent au consulat, comme ils l'avaient résolu d'abord dans leurs délibérations. Les comices s'étant donc terminés sans aucune difficulté, parce que les pauvres d'entre les citoyens sortirent du champ de Mars dès qu'ils entendirent nommer celui qu'on devait élire, Titus Quintius Capitolinus et Appius Claudius Sabin entrèrent en charge.

III. Ces consuls étaient d'un caractère bien différent : ils avaient des inclinations & des vues entièrement opposées. Appius pour prévenir les maux qui sont une fuite inévitable de l'oisiveté jointe à l'indigence, voulait occuper le peuple dans les guerres du dehors, afin que gagnant sa vie par lui-même, et trouvant abondamment sur les terres de l'ennemi les vivres qui lui manquaient à Rome, il rendît en même temps quelque service à l'état, au lieu de troubler mal-à-propos les sénateurs dans l'administration des affaires. Il disait qu'une ville comme celle de Rome, qui disputait l'empire à toutes les autres, et qui en était haïe, ne pouvait pas manquer d'un honnête prétexte pour faire la guerre, que si l'on voulait juger de l'avenir par le passé, on verrait clairement que toutes les séditions qui avaient jusqu'alors déchiré la république, n'étaient jamais arrivées que dans le temps de la paix, lorsqu'on ne craignait plus rien au dehors.

IV. Qunitius au contraire n'était pas d'avis d'entreprendre une nouvelle guerre sans nécessité. Il disait qu'il suffisait qu'on pût compter sur l'obéissance du peuple, quand il serait question, dans un cas de nécessité, de s'exposer au péril pour soutenir la guerre, si quelque nation la déclarait aux Romains. Qu'il y avait à craindre qu'en forçant ceux qui refuseraient de servir, on ne jetât les plébéiens dans une espèce de désespoir furieux, comme il était arrivé sous les précédents  consuls. Que de là il arriverait un de ces deux inconvénient ou qu'il faudrait éteindre la sédition par des meurtres et dans le sang des citoyens, ou que les consuls seraient obligés de se rabaisser jusqu'à faire leur cour à la populace d'une manière indigne d'eux. Il est à remarquer que ce mois là Quintius devait avoir l'empire et la souveraine puissance à son tour, de sorte que l'autre consul ne pouvait rien faire malgré lui.

V. Sur cette opposition de sentiments, Publius Voleron et  les autres tribuns s'empressent d'établir la loi qu'ils n'avaient pu faire recevoir l'année précédente. Ils recommencent incessamment à la proposer, après y avoir ajouté un nouvel article qui portait, que le peuple assemblé par tribus confirmerait aussi sa dignité des édiles par ses suffrages, et qu'il déciderait toutes les autres affaires qui dévoient passer par ses mains, et sur lesquelles il lui appartiendrait de donner sa décision. Cette addition tendait directement à affaiblir l'autorité du sénat, et à établir la puissance populaire sur es ruines

VI. Les consuls informés de ce dessein, ne savaient quelles mesures prendre pour apaiser promptement les troubles, et étouffer la sédition. Appius était d'avis qu'on armât tous les citoyens zélés pour la conservation de l'ancienne forme du gouvernement, et qu'on regardât comme ennemi de l'état quiconque voudrait leur résister. Quintius prétendait au contraire qu'on devait ramener les esprits par la raison : qu'il fallait faire comprendre aux mutins qu'ils se laissaient abuser par de pernicieux conseils, faute de connaître leurs véritables intérêts: que c'était une grande imprudence et une extrême folie, de vouloir extorquer aux citoyens ce qu'on pourrait en obtenir de bonne grâce et par les voies de la douceur. Le plus grand nombre des sénateurs assemblés, entra dans les sentiments de Quintius.

VII.  Aussitôt les consuls se rendent à la place publique, ils demandent aux tribuns la permission de parler, les  priant de leur dire à quel jour ils veulent tenir une nouvelle assemblée : enfin ils obtiennent, quoiqu'avec bien de la peine, tout ce qu'ils souhaitaient. Quand le jour qu'ils avaient demandé fut venu, la place publique se trouva remplie d'une foule de monde que les deux partis y avaient appelé pour défendre leurs intérêts. Les consuls s'avancent au milieu de l'assemblée pour blâmer la loi.

VIII. Quintius homme doux et modéré qui avait le talent de gagner le peuple par ses discours, demande le premier la permission de dire les raisons. Il fait une harangue si sensée et si agréable à tout le monde, que ceux mêmes qui défendaient la loi se trouvent réduits à ne pouvoir rien dire ni de plus juste ni de plus raisonnable.

IX. Si donc son collègue ne s'était pas mêlé de parler après lui, le peuple reconnaissant lui-même l'injustice de ses prétentions aurait cassé la loi. Mais parce qu'il tint des discours pleins de hauteur et désagréables aux pauvres, il mit les plébéiens dans une si grande colère, qu'ils devinrent plus entêtés que jamais, et plus animés contre la noblesse. Au lieu de leur parler comme à des citoyens et comme à des personnes de condition libre qui étaient maîtres de faire passer la loi ou de l'abroger, il les traita avec un certain air d'autorité, comme s'il eût eu affaire à des étrangers ou à des gens de rien, dont la liberté n'aurait pas même été bien affermie. Il leur fit les reproches les plus sanglants : il les traita avec les termes les plus durs et les plus injurieux. Il dit qu'ils avaient dissipé leur bien, fraudé leurs créanciers et fait banqueroute, qu'ils s'étaient révoltés contre les consuls, non seulement en s'exilant eux-mêmes volontairement, mais encore en abandonnant leur camp, et emportant avec eux les étendards sacrés. Il leur remit devant les yeux les serments qu'ils avaient faits lorsqu'on leur avait mis les armes à la main pour la défense de la patrie, qu'ils s'étaient ensuite servis de ces armes contre elle-même, qu'ainsi il n'y avait pas lieu de s'étonner s'ils ne gardaient aucune mesure, et s'ils ne pouvaient se comporter en bons citoyens, eux qui étaient parjures, qui avaient violé leur serment, abandonné leurs chefs, laissé la ville déserte autant qu'il dépendait d'eux, et qui n'y étaient rentrés que pour ôter la foi du commerce de la vie civile, pour renverser les lois, pour détruire la forme du gouvernement que leurs pères avaient établi. Qu'il ne fallait pas être surpris si des hommes de cette trempe tombaient tous les jours dans de nouveaux excès, ni s'ils formaient des entreprises injustes et contraires à toutes les lois, tantôt en demandant les dignités pour des gens de leur corps, dont ils déclaraient les personnes sacrées et non comptables de l'usage qu'elles feraient de leur puissance, tantôt en citant à leur tribunal qui il leur plaisait d'entre les patriciens, pour y être ignominieusement accusé, ou même condamné à mort, et transférant de la plus pure partie des citoyens à la plus vile populace les tribunaux légitimes auxquels Rome avait auparavant donné le pouvoir de condamner à mort ou d'exiler ceux qui le méritaient, tantôt en faisant des lois tyranniques et injustes en faveur des plus vils mercenaires qui n'avaient ni feu ni lieu, et cela contre les citoyens de noble famille, fans même en laisser la connaissance au sénat, honneur néanmoins qui lui était dû, prérogative incontestable dont il avait toujours joui et sous le gouvernement des rois et sous celui des tyrans.

X. Ces reproches et autres semblables, furent suivis des injures les plus piquantes et des termes les plus insultants. Il  conclut par des traits qui irritèrent extrêmement la populace. Il dit que la ville de Rome ne cesserait jamais d'être agitée par les séditions, dont le feu se rallumerait à la moindre occasion, et qu'elle ne ferait que tomber de mal en pis tant que la puissance des tribuns subsisterait. Il ajouta que dans toutes les affaires publiques, et qui regardaient tous les citoyens, il fallait remonter jusqu'aux commencements et aux principes, qui devaient être conformes à l'équité, à la justice et la religion, puisque les bonnes semences produisent naturellement de bons fruits, et que d'une semence corrompue on n'en doit attendre que les fruits les plus mauvais et les plus pernicieux.

XI. Si donc, poursuivit Appius, la dignité de tribun ne s'était introduite à Rome que selon les lois, sous d'heureux auspices et pour le bien commun, elle nous aurait sans doute procuré une infinité de grands avantages, la concorde, les lois salutaires, les faveurs de la fortune, la confiance & la protection des dieux, et autres semblables biens. Mais n'étant entrée que par la violence, par l'injustice, par les séditions, par la crainte des guerres civiles, et par tous les autres moyens les plus détestables, que pouvons-nous en espérer de bon après de si mauvais commencements ? Ainsi, tant que cette mauvaise racine subsistera, nous chercherons en vain des remèdes à une infinité de maux qu'elle produit de tous côtés. La colère des dieux ne s'apaisera point, tant que cette horrible furie  restera dans le sein de la république. N'espérons pas devoir jamais finir nos malheurs jusqu'à ce que nous dissipions cet abcès envenimé, qui par son levain pernicieux communique une gangrène mortelle aux membres les plus sains. Mais il faut réserver ce discours à un autre temps, et à une occasion plus favorable.

XII. Maintenant puisqu'il s'agit de régler les affaires les plus pressées, je vous dirai franchement ce que j'en pense, et je ne dissimulerai rien. Tant que je serai consul, ni cette loi, ni toute autre que ce puisse être, sur laquelle le sénat n'aura pas délibéré, ne passera point : je ne le souffrirai jamais : je combattrai toujours, et par mes discours, et même par des voies de fait s'il est besoin, en faveur de l'Aristocrate contre quiconque l'attaquera, et si vous n'avez pas connu par le passé jusqu'où s'étend la puissance et l'autorité des consuls, vous l'apprendrez sous mon consulat.

XIII. Appius ayant parlé de la sorte, Caius Lectorius le plus âgé et le plus considérable des tribuns, se leva pour lui répondre : c'était un homme qui passait pour courageux, brave guerrier, bon politique, et d'une habileté consommée dans les affaires d'état. Il fit un long discours en faveur du peuple ; et reprenant les choses de plus haut, il représenta que ces pauvres citoyens qu'Appius calomniait avec tant d'emportement, avaient servi dans plusieurs guerres difficiles, non seulement sous les rois où l'on aurait pu dire qu'ils y étaient contraints, mais encore depuis qu'on avait détrôné et chassé les tyrans. Qu'après s'être exposés tant de fois au péril pour défendre la liberté, et étendre les limites de l'empire Romain,, ils n'avaient néanmoins reçu des patriciens aucune récompense de leurs travaux, et qu'ils n'avaient pas joui du fruit de leurs conquêtes : Que traités par les patriciens comme de vils esclaves et comme des prisonniers de guerre, ils avaient été contraints d'abandonner leur patrie, pour en chercher une autre, où ils pussent être à couvert de toute insulte, et jouît de l'avantage de leur liberté : Qu'à l'égard de leur rappel, ils n'avaient ni fait violence ni déclaré la guerre au sénat pour obtenir leur rétablissement dans la patrie : Qu'enfin s'ils étaient rentrés dans Rome et en possession de leurs biens, ils ne l'avaient fait que pour céder aux instantes sollicitations du sénat. Il rappela le souvenir des serments et des conditions de leur réconciliation, dont la première était une amnistie générale de tout le passé, & l'autre leur accordait le pouvoir de créer des magistrats pour être leurs protecteurs, et pour tenir tête à quiconque entreprendrait de les opprimer. Ensuite Ledorius parla des lois faites par le peuple il n'y avait pas longtemps. Par la première qui regardait la translation des jugements, le sénat accordait au peuple le pouvoir de juger qui il voudrait d'entre les patriciens. L'autre qui concernait les suffrages, ordonnait qu'ils ne fe recueilleraient plus par centuries, mais par curies.

XIV. Ayant ainsi parlé en faveur du peuple, il revint à Appius et lui adressant la parole :

« Après cela, lui dit- il, vous osez insuter ces plébéiens, à qui Rome si méprisable et si petite dans son origine, est redevable de sa gloire et de ses prodigieux accroissements ? Vous osez, dis-je, les traiter de séditieux et leur reprocher que ce sont des fugitifs, des gens errants et vagabonds ? Comme si tout le monde ne se souvenait pas que vos ancêtres s'étant brouillés avec les magistrats de leur ville, abandonnèrent leur patrie il y a quelques années et vinrent s'établir ici en qualité de suppliants : à moins que vous ne prétendiez vous faire honneur d'avoir quitté votre pays par le désir de la liberté, mais que les Romains ne pouvaient pas faire la même chose sans ignominie ? Quoi donc, ennemi juré du peuple, tyran plus digne de haine que les Tarquins mêmes ; vous osez dire que la puissance des tribuns n'a été établie dans Rome qu'au désavantage et au grand malheur de la république? Vous conseillez à ces messieurs d'ôter aux pauvres citoyens cette sacrée et inviolable protection établie par les hommes et confirmée par les dieux? Vous voulez nous fermer cet unique asile dans les nécessités les plus prenantes? Et vous ne vous apercevez pas, qu'en parlant de la forte, vous faites injure au sénat et à la dignité dont vous êtes revêtu ? En effet, lorsque tout le sénat se souleva contre les rois dont il ne pouvait plus souffrir l'arrogance et les insultes, par l'établissement de la dignité consulaire il fit passer en d'autres mains la puissance royale avant que de chasser  les tyrans de toutes les terres de la ville de Rome. Ainsi, quand vous prétendez que la dignité tribunitienne n a été introduite qu'au grand désavantage de la république, puisqu'elle doit  son commencement à la sédition, ce que vous dites contre l'autorité des tribuns tombe directement sur la puissance consulaire, qui n'a été établie qu'à l'occasion de la révolte des patriciens contre les rois. Mais pourquoi m'amuser à discourir avec vous sur toutes ces choses, comme si vous étiez un citoyen modéré et un homme d'un commerce facile, vous que tout le monde connaît pour un homme dur, intraitable, emporté, ennemi déclaré du peuple, pour un homme enfin qui n'a jamais pu adoucir ses mœurs naturellement farouches?  Ne dois-je pas plutôt laisser-là les discours pour venir aux voies de fait? Oui, il faut vous faire voir que vous ne savez pas quelle est la puissance de ce peuple que vous avez osé traiter de canaille. Vous sentirez la force de cette dignité tribunitienne que les lois vous obligent de respecter : vous apprendrez à vous y soumettre en toutes choses. Trêve donc de toute feinte ; trêve de tout déguisement : commençons l'entreprise. «

XV. Ce discours fini, il jura par le plus grand serment qui fût alors en usage chez les Romains, qu'il ferait recevoir, et. confirmer la loi ou qu'il y perdrait la vie. Sur ces menaces on garde un profond silence, et tout le monde étant attentif à ce qu'il allait faire, il ordonne à Appius de sortir de l'assemblée. Le consul au lieu d'obéir et de se retirer, fait ranger ses licteurs autour de lui avec une troupe de gens qu'il avait amenés exprès. Alors le tribun Lectorius fait faire silence : il dit à haute voix que les tribuns ordonnent qu'on mène le consul en prison. Dans le moment un huissier s'avance pour mettre la main sur Appius suivant l'ordre des tribuns. Un des licteurs arrête l'huissier et le repousse à grands coups. L'assemblée fait éclater son indignation par les cris dont elle frappe l'air. Lectorius demande au peuple main-forte et s'approche lui-même du consul, Appius soutenu par une escorte de jeunes gens choisis, fait une vigoureuse résistance. On passe aux injures: on se débat, on se repousse de part et d'autre, l'air retentit des cris de la multitude :  enfin la querelle s'échauffe : on en vient au coups de poing et on se jette  des pierres.

XVI. Alors Quintius l'autre consul, se met en devoir d'apaiser le tumulte : accompagné des plus anciens du sénat, il se jette au milieu de la mêlée, il prie, il conjure l'un et l'autre parti, et vient à bout d'empêcher qu'on ne pousse le désordre plus loin. D'ailleurs il ne restait plus guère de jour, et la nuit étant survenue on fut contraint de se séparer bon gré mal gré.

XVII. Les jours suivants, les magistrats formèrent diverses accusations les uns contre les autres. D'un côté le consul se plaignait que les tribuns avaient voulu détruire sa puissance par les ordres qu'ils avaient donnés de le mener en prison. Les tribuns à leur tour, accusaient le consul d'avoir mis les mains violentes sur leurs personnes que la loi avait rendues sacrées: Lectorius montrait en même temps les marques des coups qu'il avait reçus fur le vinage. Ces différentes plaintes de part et d'autre jettent des semences de division par toute la ville. Chacun prend part à la querelle, et suit les mouvements de sa colère, le peuple et les tribuns s'emparent du capitole, et ne cessent d'y faire la garde jour et nuit. Le sénat tient de fréquentes assemblées : il n'oublie rien pour apaiser la sédition : il cherche tous les moyens de rétablir la tranquillité publique ; également épouvanté de la grandeur du péril et de la mésintelligence des consuls. Car ceux-ci ne s'accordaient pas ensemble : Quintius plus indulgent voulait qu'on cédât au peuple tout ce qu'il demanderait de juste et de raisonnable ; Appius au contraire aimait mieux mourir que de céder.

XVIII. Leurs disputes ne finissant point, Quintius va trouver les tribuns et son collègue. Il s'adresse à chacun d'eux en particulier: il les prie, il les conjure, et: leur demande en grâce de préférer le bien public à leurs propres intérêts. Enfin, dès qu'il s'aperçoit que tes tribuns deviennent plus traitables, au lieu que son collègue persiste dans son opiniâtreté, il persuade à Ledctrius et à ceux de sa faction de prendre le sénat pour juge et pour arbitre de toutes leurs contestations, et de leurs plaintes tant publiques que particulières. Après avoir obtenu d'eux ce qu'il demandait, il convoque le sénat : il fait l'éloge des tribuns en pleine assemblée : il conjure instamment son collègue de ne point s'opposer au bien public, et il appelle par leur nom ceux qui avaient coutume de dire leur avis.

XIX. Publius Valerius Poplicola le premier à qui il s'adresse, s'explique en disant : Que les accusations que les tribuns et les consuls formaient les uns contre les autres, de même que les injures qu'ils avaient faites ou reçues pendant les troubles, devaient être ensevelies dans un éternel oubli. Qu'il fallait se les pardonner mutuellement et en public sans les porter à aucun tribunal. Que tous ces différends n'étaient point l'effet ni d'un dessein prémédité, ni d'une mauvaise intention, ni d'une querelle particulière, mais d'un zèle trop ardent pour les intérêts de la république au bien de laquelle ils étaient également attachés les uns les autres. Qu'à l'égard de la loi en question, puisque le consul Appius ne voulait pas souffrir qu'on en proposât aucune à l'assemblée du peuple qu'elle n'eût été préalablement examinée, il était d'avis qu'on s'en rapportât au jugement du sénat afin qu'il fît un délibéré. Qu'au reste les tribuns devaient conjointement avec les consuls s'appliquer à entretenir le bon ordre et l'union entre les citoyens pendant qu'on donnerait les suffrages fur cette affaire. Tout le monde approuva son avis.

XX. Quintius aussitôt propose la loi au sénat pour en recueillir les suffrages. Appius s'étendit beaucoup à la blâmer : les tribuns réfutèrent les raisons ; enfin le sentiment de ceux qui opinaient à publier la loi, l'emporta de plusieurs voix. Le décret du sénat confirmé, les querelles des magistrats cessent aussitôt. Ensuite le peuple reçut volontiers ce que le sénat avait arrêté, et ratifia la loi par les suffrages. Depuis ce temps-là jusqu'à notre siècle, les assemblées pour l'élection des tribuns et des édiles, se sont tenues et se tiennent encore par tribus : on y décide à la pluralité des voix sans prendre les auspices et sans observer les autres cérémonies de religion. Ainsi finirent les troubles donc Rome était alors agitée.

XXI. Peu de temps après, on résolut de lever des soldats et d'envoyer les deux consuls en campagne contre les Æques et les Volsques. Car on avait eu avis qu'une puissante armée de ces deux peuples ravageait les terres des alliés du peuple Romain.

XXII. Les levées faites en diligence, les consuls tirent au sort le commandement des troupes. Quintius marche contre les Æques et Appius contre les Volsques. L'un et l'autre consul eut le succès qu'il méritait. L'armée de Quintius le respectait infiniment. Charmée de sa douceur et de sa modération, toujours prête à exécuter ses ordres ; il n'y avait point de périls qu'elle n'affrontât volontiers pour acquérir de l'honneur et de la gloire à son général. Elle parcourut la plus grande partie des terres de l'ennemi : les Æques n'osant en venir aux mains, elle fit un dégât affreux, enleva un gros butin, et remporta de riches dépouilles. Enfin, après avoir passé quelque-tems dans le pays ennemi sans aucun échec, elle revint à Rome avec son commandant comblé de gloire et illustre par ses belles actions.

XXIII. Les troupes qu'Appius commandait ne firent paraître ni la même ardeur ni le même zèle. Par haine pour leur général elles négligèrent en plusieurs occasions la discipline militaire des Romains. Elles montrèrent un souverain mépris pour leur chef: elles prenaient plaisir à le chagriner ; enfin elles le servirent très mal pendant toute la campagne. Quand il fallut se battre contre l'armée des Volsques, rangées en bataille par leurs commandants elles refusèrent d'en venir aux mains. Les capitaines abandonnèrent leurs rangs : les enseignes jetèrent leurs étendards pour s'enfuir dans le camp ; de sorte que si l'ennemi n'avait pas été surpris de leur fuite inopinée, et que la crainte de quelque piège ne l'eût empêché de poursuivre plus loin les fuyards, la plus grande partie de l'armée Romaine aurait été taillée en pièces. Cette fuite honteuse fut un effet de la haine des soldats et de l'envie qu'ils portaient à leur général : ils appréhendaient que s'il réussissait heureusement dans ses entreprises, il ne reçut les honneurs du triomphe etles autres récompenses dues au vainqueur. Le jour suivant, le consul leur reprocha l'ignominie de leur retraite : il les exhorta à effacer cette tache par quelque action d'éclat, les menaçant des peines portées par les lois s'ils ne réparaient leur déshonneur par une vigoureuse résistance. Mais ils persistèrent toujours dans leur révolte, et demandèrent avec de grands cris qu'il les fit sortir du pays ennemi. Ils alléguaient pour raisons que leurs blessures les mettaient hors d'état de combattre : la plupart s'étaient même enveloppé quelque partie du corps comme s'ils avaient été blessés.

XXIV. Appius fut donc contraint de se retirer des terres de l'ennemi. Les Volsques se mirent à ses trousses,, et lui tuèrent beaucoup de monde. Le consul arrivé sur les terres de la république, assemble ses soldats, leur reproche leur lâcheté et proteste qu'il va les punir comme déserteurs. En vain les plus anciens et les premiers officiers le conjurent de modérer sa colère pour ne pas ajouter mal sur mal : il n'écoute que ses ressentiments et ordonne la punition sans avoir égard, à leurs prières. Aussitôt les capitaines dont les compagnies avaient pris la fuite et les enseignes qui avaient perdu leurs étendards, furent condamnés à mort: les uns eurent la tête tranchée, les autres expirèrent sous les coups de bâton. A l'égard du reste des troupes; il les fit .décimer : de chaque dizaine de soldats, celui sur qui le sort tomba, fut conduit au supplice et paya pour les autres. C'est la punition ordinaire chez les Romains, pour ceux qui ont quitté leur rang ou perdu leurs drapeaux.

XXV. Après une expédition si sanglante, comme le temps des comices approchait, Appius devenu l'objet de la haine publique, rentra dans Rome avec le débris de son armée, le dépit dans le cœur, et chagrin au-delà de ce qu'on peut dire, de n'avoir rien fait qui méritât des honneurs publics.

suite