Constantion Porphyrogénète

CONSTANTIN VII PORPHYROGÉNÈTE

De Administrando Imperio. CHAPITRE XLIV

Oeuvre mise en page et traduite  par Marc Szwajcer

chapitre 43 - chapitres 45 et 46

 

 

 

 

 

Περὶ τῆς χώρας τοῦ Ἀπαχουνῆς καὶ τοῦ κάστρου τοῦ Μανζικίερτ καὶ τοῦ Περκρὶ καὶ τοῦ Χλιὰτ καὶ τοῦ Χαλιὰτ καὶ τοῦ Ἀρζὲς καὶ τοῦ Τιβὶ καὶ τοῦ Χὲρτ καὶ τοῦ Σαλαμᾶς καὶ τοῦ Τζερματζοῦ.

Ἰστέον, ὅτι πρὸ τοῦ Ἀσωτίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, τοῦ πατρὸς τοῦ Συμβατίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, ὃν ἀπεκεφάλισεν ὁ ἀμηρᾶς Περσίδος, ὁ Ἀποσάται, ὃς καὶ ἐποίησεν δύο υἱούς, τόν τε Ἀσώτιον, τὸν μετ´ αὐτὸν γενόμενον ἄρχοντα τῶν ἀρχόντων, καὶ Ἀπασάκιον, τὸν μετὰ ταῦτα μάγιστρον τιμηθέντα, τὰ τρία ταῦτα κάστρα τό τε Περκρὶ καὶ τὸ Χαλιὰτ καὶ τὸ Ἀρζές, ὑπὸ τὴν τῆς Περσίδος ἐπικράτειαν ἐτύγχανον.

Ὅτι ὁ ἄρχων ἐκαθέζετο τῶν ἀρχόντων εἰς τὴν μεγάλην Ἀρμενίαν, εἰς τὸ κάστρον τὸ Κάρς, καὶ ἐπεῖχεν καὶ τὰ τρία τὰ προγεγραμμένα κάστρα, τό τε Περκρὶ 〈καὶ〉 τὸ Χαλιὰτ καὶ τὸ Ἀρζὲς καὶ τὸ Τιβὶ καὶ τὸ Χὲρτ καὶ τὸ Σαλαμᾶς.

Ὅτι Ἀπελβὰρτ ἐκράτει τὸ Μανζικίερτ, καὶ ἦν ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν 〈Ἀσωτίου〉, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, τοῦ πατρὸς τοῦ Συμβατίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων. Δέδωκεν δὲ 〈τῷ〉 αὐτῷ Ἀπελβὰρτ ὁ αὐτὸς Ἀσώτιος, ὁ ἄρχων τῶν ἀρχόντων, καὶ τὸ κάστρον τὸ Χλιὰτ καὶ τὸ Ἀρζὲς καὶ τὸ Περκρί· ὁ γὰρ προρρηθεὶς Ἀσώτιος, ὁ ἄρχων τῶν ἀρχόντων, ὁ πατὴρ τοῦ Συμβατίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, κατεῖχεν πάσας τὰς τῆς ἀνατολῆς χώρας. Τελευτήσαντος δὲ Ἀπελβάρτ, κατέσχεν τὴν ἐξουσίαν αὐτοῦ ὁ ἴδιος υἱὸς αὐτοῦ, ὁ Ἀβελχαμίτ, τοῦ δὲ Ἀβελχαμὶτ τελευτήσαντος, ἐκράτησε τὴν ἐξουσίαν αὐτοῦ ὁ πρῶτος υἱὸς αὐτοῦ, ὁ Ἀποσεβατᾶς. Τοῦ δὲ Συμβατίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, παρὰ τοῦ Ἀποσάται, τοῦ ἀμηρᾶ Περσίδος, ἀναιρεθέντος, ἐκράτησεν αὐθεντῶς καὶ κυρίως ὡς δεσπότης καὶ αὐτοκέφαλος τό τε κάστρον τὸ Μανζικίερτ καὶ τὰ λοιπὰ κάστρα καὶ τὰς χώρας, ὅστις καὶ ὑπετάγη τῷ βασιλεῖ μετὰ τῶν ἑτέρων δύο ἀδελφῶν αὐτοῦ, τοῦ τε Ἀπολεσφούετ καὶ τοῦ Ἀποσέλμη, διὰ τὸ διαφόρως καταπολεμηθῆναι τά τε κάστρα καὶ πραιδευθῆναι καὶ ἀφανισθῆναι καὶ τὰς χώρας αὐτῶν παρὰ τοῦ δομεστίκου τῶν σχολῶν, παρέχοντες τὸν βασιλέα Ῥωμαίων καὶ πάκτα ὑπὲρ τῶν κάστρων καὶ τῶν χωρίων αὐτῶν. Ἀπὸ δὲ τοῦ προρρηθέντος Ἀσωτίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, τοῦ πατρὸς μὲν τοῦ Συμβατίου, πάππου δὲ τοῦ δευτέρου Ἀσωτίου καὶ τοῦ μαγίστρου Ἀπασακίου, μέχρι ζωῆς τοῦ δευτέρου Ἀσωτίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, ὑπῆρχον τὰ τοιαῦτα τρία κάστρα ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, καὶ ἐλάμβανεν ἐξ αὐτῶν πάκτα ὁ ἄρχων τῶν ἀρχόντων. Ἀλλὰ καὶ τὸ κάστρον τοῦ Μανζικίερτ μετὰ τῆς χώρας τοῦ Ἀπαχουνῆς καὶ τοῦ Κορὴ καὶ τοῦ Χάρκα ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν καὶ ἐπικράτειαν τοῦ αὐτοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων ὑπῆρχεν, ἕως ὅτου Ἀποσεβατᾶς, ὁ ἀμηρᾶς τοῦ Μανζικίερτ, μετὰ τῶν δύο ἀδελφῶν αὐτοῦ, τοῦ τε Ἀπολεσφούετ καὶ τοῦ Ἀποσέλμη, ὑπετάγησαν τῷ βασιλεῖ, διδόντες καὶ πάκτα ὑπέρ τε τῶν κάστρων καὶ τῶν χωρίων αὐτῶν· ἐπεὶ 〈δὲ〉 ὁ ἄρχων τῶν ἀρχόντων δοῦλος τοῦ βασιλέως τῶν Ῥωμαίων τυγχάνει, ὡς παρ´ αὐτοῦ προβαλλόμενος καὶ τὸ τοιοῦτον δεχόμενος ἀξίωμα, δηλονότι καὶ τὰ ὑπ´ αὐτοῦ δεσποζόμενα κάστρα καὶ πολιτεῖαι καὶ χωρία τοῦ βασιλέως τῶν Ῥωμαίων τυγχάνουσιν.

Ὅτι τοῦ Συμβατίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων τῆς μεγάλης Ἀρμενίας, κρατηθέντος παρὰ τοῦ Ἀποσάται, τοῦ ἀμηρᾶ Περσίδος, καὶ ἀποκεφαλισθέντος παρ´ αὐτοῦ, ἐκράτησεν ὁ Ἀποσεβατᾶς, ὁ καθεζόμενος εἰς τὸ κάστρον τὸ Μανζικίερτ, τὸ κάστρον τὸ Χαλιὰτ καὶ τὸ κάστρον τὸ Περκρὶ καὶ τὴν πολιτείαν τοῦ Ἀρζές.

Ὅτι ὁ δεύτερος ἀδελφὸς τοῦ Ἀποσεβατᾶ, ὁ Ἀπολεσφούετ καὶ ὁ ἀνεψιὸς αὐτοῦ καὶ ὁ προγονός, ὁ Ἄχμετ ἐκράτησαν τὸ κάστρον τὸ Χλιὰτ καὶ τὸ κάστρον τὸ Ἀρζὲς καὶ τὸ κάστρον τὸ Ἀλτζικέ, καὶ αὐτοὶ ὑπετάγησαν τῷ Ῥωμαίων βασιλεῖ, καὶ ἐγένοντο ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν αὐτοῦ καὶ παρεῖχον καὶ πάκτα, καθὼς καὶ ὁ πρῶτος ἀδελφὸς αὐτοῦ, ὁ Ἀποσεβατᾶς, ὑπέρ τε τῶν κάστρων καὶ τῶν χωρίων αὐτῶν.

Ὅτι ὁ τρίτος ἀδελφὸς τοῦ Ἀποσεβατᾶ καὶ τοῦ Ἀπολεσφούετ, ὁ Ἀποσέλμης, ἐκράτει τὸ κάστρον τὸ Τζερματζοῦ μετὰ καὶ τῶν χωρίων αὐτοῦ, καὶ αὐτὸς ὑπετάγη τῷ τῶν Ῥωμαίων βασιλεῖ, καὶ ἐδίδου πάκτα, καθὼς καὶ ὁ πρῶτος ἀδελφὸς αὐτοῦ, ὁ Ἀποσεβατᾶς, καὶ ὁ δεύτερος ἀδελφὸς αὐτοῦ, ὁ Ἀπολεσφούετ.

Ὅτι τοῦ Ἀποσεβατᾶ τελευτήσαντος, ἐκράτησε τὸ κάστρον τὸ Μανζικίερτ μετὰ τῶν χωρίων αὐτοῦ καὶ τῆς ἐπικρατείας αὐτοῦ πάσης ὁ Ἀβδεραχείμ, ὁ υἱὸς τοῦ Ἀποσεβατᾶ, τελευτήσαντος δὲ τοῦ Ἀβδεραχείμ, ἐκράτησεν ὁ Ἀπολεσφούετ, ὁ δεύτερος ἀδελφὸς τοῦ Ἀποσεβατᾶ, θεῖος δὲ τοῦ Ἀβδεραχείμ, τὸ κάστρον τὸ Μανζικίερτ καὶ πάσας τὰς προρρηθείσας χώρας, καὶ αὐτοῦ τελευτήσαντος, ἐκράτησεν ὁ τρίτος ἀδελφός, ἤγουν τοῦ Ἀποσεβατᾶ καὶ τοῦ Ἀπολεσφούετ, ὁ Ἀποσέλμης τό τε Μανζικίερτ καὶ πάσας τὰς προρρηθείσας χώρας.

Ὅτι ὁ Ἀποσεβατᾶς εἶχεν υἱὸν τὸν Ἀβδεραχεὶμ καὶ τὸν Ἀπελμουζέ.

Ὅτι ὁ Ἀπολεσφούετ εἶχεν προγονὸν καὶ ἀνεψιὸν τὸν Ἀχάμετ, υἱὸν γὰρ οὐκ εἶχεν, ἀλλὰ τὸν Ἀχάμετ τὸν προγονὸν καὶ ἀνεψιὸν αὐτοῦ εἶχεν ἀντὶ υἱοῦ.

Ὅτι ὁ Ἀποσέλμης εἶχεν υἱὸν τὸν Ἀπελβάρτ, τὸν ἀρτίως κρατοῦντα τὸ Μανζικίερτ.

Ὅτι ἀποθανόντος τοῦ Ἀποσεβατᾶ, κατέλιπε τὸν Ἀβδεραχείμ, τὸν υἱὸν αὐτοῦ ἀμηρᾶν, ὁ δὲ ἕτερος υἱὸς αὐτοῦ, ὁ Ἀπελμουζὲ ἦν νήπιος πάνυ, διὸ καὶ κατεφρονήθη ἐλθεῖν πρὸς τὴν τοῦ πατρὸς καὶ τοῦ ἀδελφοῦ αὐτοῦ ἐξουσίαν.

Ὅτι ὁ Ἀποσεβατᾶς, ὁ πρῶτος ἀδελφός, ἐκαθέζετο εἰς τὸ κάστρον τὸ Μανζικίερτ, καὶ ἐκράτει, καθὼς εἴρηται, ταύτας τὰς χώρας, τό τε Ἀπαχουνῆς καὶ τὸ Κορὴ καὶ τὸ Χάρκα, καὶ ἐδίδου τὰ ὑπὲρ αὐτῶν πάκτα τῷ Ῥωμαίων βασιλεῖ, καὶ τούτου τελευτήσαντος, ἐκράτησεν ὁ υἱὸς αὐτοῦ, ὁ Ἀβδεραχείμ, καὶ ἐδίδου καὶ αὐτὸς τὰ προρρηθέντα πάκτα διὰ τὸ εἶναι, καθὼς προείρηται, νήπιον παντελῶς τὸν ἀδελφὸν αὐτοῦ, τὸν Ἀπελμουζέ.

Ὅτι τοῦ Ἀβδεραχεὶμ τελευτήσαντος, καὶ τοῦ ἀδελφοῦ αὐτοῦ, Ἀπελμουζὲ ὡς νηπίου καταφρονηθέντος, ἐκράτησεν τὸ κάστρον τὸ Μανζικίερτ καὶ τὰς ὑπ´ αὐτῷ προρρηθείσας χώρας ὁ δεύτερος ἀδελφὸς τοῦ Ἀποσεβατᾶ, ὁ προλεχθεὶς Ἀπολεσφούετ, θεῖος δὲ τοῦ Ἀβδεραχεὶμ καὶ τοῦ διὰ τὴν νηπιότητα καταφρονηθέντος ἀδελφοῦ αὐτοῦ, τοῦ Ἀπελμουζέ.

Ὅτι τοῦ Ἀπολεσφούετ τελευτήσαντος, ἐκράτησεν ὁ τρίτος ἀδελφὸς τοῦ Ἀποσεβατᾶ, ἤγουν ὁ Ἀποσέλμης τὸ κάστρον τὸ Μανζικίερτ μετὰ τῶν χωρίων τῶν προρρηθέντων. Ὁ δὲ προρρηθεὶς Ἀχάμετ ὁ καὶ ἀνεψιὸς καὶ προγονὸς τοῦ Ἀπολεσφούετ, ἐκράτει εἰδήσει καὶ βουλήσει τοῦ Ἀπολεσφούετ τό τε Χλιὰτ καὶ τὸ Ἀρζὲς καὶ τὸ Περκρί· καὶ γὰρ ὁ Ἀπολεσφούετ υἱὸν μὴ ἔχων, καθὼς προείρηται, τοῦτον τὸν Ἀχάμετ, τόν τε ἀνεψιὸν καὶ προγονὸν αὐτοῦ, εἶχεν κληρονόμον πάσης αὐτοῦ τῆς ὑποστάσεως καὶ τῶν κάστρων καὶ τῶν χωρίων αὐτοῦ.

Ὅτι τελευτήσαντος τοῦ Ἀποσέλμη, ἐκράτησεν τὸ κάστρον τὸ Μανζικίερτ ὁ υἱὸς αὐτοῦ, ὁ Ἀπελβὰρτ μετὰ καὶ τῆς περιχώρου αὐτοῦ. Ὁ δὲ Ἄχμετ ἐκράτησεν τὰ τρία κάστρα, τό τε κάστρον τὸ Χλιὰτ 〈καὶ〉 τὸ κάστρον τὸ Ἀρζὲς καὶ τὸ κάστρον τὸ Ἀλτζικέ.

Ὅτι καὶ αὐτὸς ὁ Ἄχμετ δοῦλος ἦν τοῦ βασιλέως, καθὰ καὶ προείρηται, παρέχων καὶ τὰ ὑπὲρ αὐτοῦ καὶ τὰ ὑπὲρ τοῦ θείου αὐτοῦ, τοῦ Ἀπολεσφούετ, πάκτα. Ὁ δὲ Ἀπελβὰρτ μετὰ δόλου καὶ χλεύης αὐτὸν ἔσφαξεν, καὶ ἀνελάβετο τὰ τρία αὐτὰ κάστρα, τό τε κάστρον τὸ Χλιὰτ 〈καὶ〉 τὸ κάστρον τὸ Ἀρζὲς καὶ τὸ κάστρον τὸ Ἀλτζικέ· καὶ ταῦτα ὀφείλει ὁ βασιλεὺς ἀναλαβέσθαι ὡς ἴδια αὐτοῦ τυγχάνοντα.

Ὅτι ταῦτα πάντα τὰ προρρηθέντα κάστρα καὶ αἱ προρρηθεῖσαι χῶραι οὐδέποτε γεγόνασιν ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν τῆς Περσίδος ἢ ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν τοῦ ἀμερμουμνῆ, ἀλλ´ ὑπῆρχον, καθὼς εἴρηται, ἐν ταῖς ἡμέραις τοῦ κυροῦ Λέοντος, τοῦ βασιλέως ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν τοῦ Συμβατίου, τοῦ ἄρχοντος τῶν ἀρχόντων, καὶ μετὰ ταῦτα ἐγένοντο ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν τῶν τριῶν ἀδελφῶν, τῶν προρρηθέντων ἀμηράδων, τοῦ τε Ἀποσεβατᾶ καὶ τοῦ Ἀπολεσφούετ καὶ τοῦ Ἀποσέλμη· καὶ ἐν ταῖς ἡμέραις αὐτῶν καὶ ἐδουλώθησαν καὶ ἐπακτώθησαν καὶ ἐγένοντο ὑπὸ τὴν ἐξουσίαν τῶν βασιλέων τῶν Ῥωμαίων.

Ὅτι τὰ τρία ταῦτα κάστρα, τό τε Χλιὰτ καὶ τὸ Ἀρζὲς καὶ τὸ Περκρί, εἰ κρατεῖ ὁ βασιλεύς, Περσικὸν φοσσᾶτον κατὰ Ῥωμανίας ἐξελθεῖν οὐ δύναται, ἐπειδὴ μέσον τυγχάνουσιν τῆς τε Ῥωμανίας καὶ Ἀρμενίας, καὶ εἰσὶν φραγμὸς καὶ ἀπλίκτα τῶν φοσσάτων.

44. La contrée des Apachounis, les cités de Mantzikiert, Perkri, Chliat, Chaliat, Arzes, Tibi, Chert, Salamas et Tzermatzou.

[1]Avant l'époque d’Asotios, prince des princes, père de Symbetios, prince des princes, que l'émir de Perse Aposatai avait décapité et qui avait deux fils, Asotios, qui était prince des princes après lui, et Apasakios, qui fut plus tard honoré de la dignité de magistroi ; ces trois cités, Perkri,[2] Chaliat et Arzes, étaient sous le contrôle de la Perse.

Le prince des princes a sa cour en Grande-Arménie, dans la cité de Kara, et il tient deux de ces trois cités susmentionnées Perkri, Chaliat, Arzes ainsi que Tibi, Chert et Salamas.

Apelbart possédait Manzikiert, et était sous la domination d’Asotios, le prince des princes, père de Symbatios, prince des princes. Le même Asotios, prince des princes, donna aussi au même Apelbart la cité de Chliat, Arzes et Perkri: car Asotios précité, prince des princes, père de Symbatios, prince des princes, tenait toutes les contrées de l'Est. A la mort d’Apelbart son fils Abelchamit entra en possession de son domaine, et à la mort d’Abelchamit, son fils aîné Aposebatas fit de même. Celui-ci, après l'assassinat de Symbatios, prince des princes, par Aposatai, émir de la Perse, prit possession, en souverain absolu, comme un potentat indépendant, aussi bien de la cité de Manzikiert que des autres cités et contrées ; lui et ses deux autres frères, Apolesphouet et Aposelmis, se soumirent à l'empereur après que leurs cités et leurs contrées aient été à plusieurs reprises envahies, ravagées et détruites par le domestique des scholes,[3]et ils payèrent à l'empereur des Romains le tribut en signe d’hommage de leurs cités et territoires. Mais à l’époque d’Asotios susmentionné, prince des princes, père de Symbatios et grand-père du deuxième Asotios et du magistroi Apasakios, et pendant toute la vie du second Asotios, prince des princes, ces trois cités furent sous la domination du prince des princes, et le prince des princes reçut un tribut de leur part. En outre, la cité de Manzikiert et le pays des Apachounis, de Kori et de Charka étaient sous la domination et le contrôle du même prince des princes, jusqu'à l'époque où Aposebatas, émir de Manzikiert, et ses deux frères Apolesphouet et Aposelmis se soumirent à l’empereur et lui payèrent tribut en signe d’hommage de leurs cités et territoires ; et puisque le prince des princes est le sujet de l'empereur des Romains, est nommé par lui et reçoit sa dignité de lui, il est évident que les cités, les districts et les territoires dont il est le maître appartiennent aussi à l'empereur des Romains.

Lorsque Symbatios, prince des princes de Grande Arménie, fut capturé par Aposatai, émir de la Perse, puis décapité, Aposebatas, avec son siège dans la cité de Manzikiert, prit possession des cités de Chaliat, Perkri et du district d’Arzes.

Le second frère d’Aposebatas, Apolesphouet, et son neveu et beau-fils Achmet prirent possession des cités de Chliat, Arzes et Altzike, et eux aussi se soumirent à l'empereur des Romains et reconnurent leur sujétion et lui payèrent tribut pour leurs cités et territoires comme l’avait fait son frère aîné Aposebatas.

Le troisième frère d’Aposebatas et d’Apolesphouet, Aposelmis, était en possession de la cité de Tzermatzou avec son territoire ; il se soumit lui aussi à l'empereur des Romains et lui paya tribut tout comme son frère aîné Aposebatas et son second frère, Apolesphouet.

A la mort d’Aposebatas, Abderacheim, fils d’Aposebatas, entra en possession de la cité de Manzikiert et de ses territoires, et de tous ses domaines et à la mort d’Abderacheim, Apolesphouet, second frère d’Aposebatas et oncle d’Abderacheim entra en possession de la cité de Manzikiert et de toutes les contrées précitées, et à sa mort, le troisième frère, qui est le frère d’Aposebatas et d’Apolesphouet, Aposelmis entra en possession de Manzikiert et de toutes les contrées précitées.

Aposebatas avait un fils Abderacheim et un autre fils Apelmouze.

Apolesphouet avait un gendre et neveu, Achmet, car il n'avait pas de fils, mais à sa place Achmet, son gendre et neveu.

Aposelmis avait un fils Apelbart qui désormais possède Manzikiert.

A la mort d’Aposebatas, il laissa son fils Abderacheim être émir, mais son autre fils Apelmouze était un enfant en bas-âge, et, pour cette raison, il fut déclaré inapte par son père et son frère.

Aposebatas, le frère aîné, a sa cour dans la cité de Manzikiert et possédait, comme on l’a dit, ces contrées, Apachounis, Kori et Charka ; il paya tribut pour elles à l'empereur de les Romains, et à sa mort, son fils Abderacheim dirigea et paya lui aussi le tribut susdit, son frère Apelmouze étant, comme cela a été dit plus haut un enfant en bas-âge.

A la mort d’Apolesphouet, le troisième frère d’Aposebatas, c'est-à-dire Aposelmis, prit possession de la cité de Manzikiert avec les territoires précités. Le susdit Achmet, neveu et gendre d’Apolesphouet, prit possession avec l’approbation et le consentement d’Apolesphouet de Chaliat, Arzes et Perkri: car Apolesphouet n’ayant pas de fils, comme on l'a dit auparavant, fit d’Achmet, son neveu et gendre, l’héritier de tous ses biens, de ses cités et territoires.

A la mort d’Aposelmis, son fils Apelbart entra en possession de la cité de Manzikiert avec son territoire environnant. Mais Achmet possédait les trois cités, Chliat, Arzes et Altzike.

Cet Achmet était aussi sujet de l'empereur, comme cela a été dit ci-dessus, et lui payait tribut en son nom propre et au nom de son oncle Apolesphouet. Mais Apelbart, par ruse et tromperie, le tua et prit ces trois cités, Chliat, Arzes et Altzike ; alors qu’elles devaient revenir à l'empereur, car étant sa propriété.

Toutes ces cités précitées et contrées précitées ont jamais été sous la domination ou sous la tutelle du commandeur des croyants, mais, comme cela a été dit, à l’époque de l'empereur Léon, sous la domination de Symbatios, prince des princes puis furent sous la domination des trois frères, les émirs précités, Aposebatas, Apolesphouet et Aposelmis, et à leur époque soumis, tributaires et sous la tutelle de l'empereur des Romains.

Si ces trois cités Chliat, Arzes et Perkri sont en possession de l'empereur, une armée perse ne peut pas envahir la Romanie et l'Arménie, car elles servent de barrière et ont des garnisons militaires.

 


 
 

[1] Voici les notes de M.-F. Brosset, historien du XIXe siècle, spécialiste de la Géorgie et de l’Arménie, sur le chapitre concerné, elles proviennent du Bull. de l’Académie des sciences de St Pétersbourg, 1863 :

« Constantin Porphyrogénète nous donne des renseignements très précis sur la contrée où les Arméniens placent les possessions des Caïsics, i. e. l'Apahounik (ce canton est limitrophe et au S. de l'Archarounik, ci-dessus mentionné). Suivant lui, dès avant Achot, —le Brave, le Carnivore (Achot fut prince d'Arménie de 780 à 820) — père de Sembat-le-Confesseur, qui mourut en 856, à Dovin, Bercri, Khaliat ou Akhlat et Arsès ou Ardjech, villes au N. du lac de Van, étaient sous la domination des Persans, par où il faut entendre les musulmans et notamment nos Caïsics, d'après les témoignages arméniens cités plus bas, qui se rapportent à la même époque. Achot reprit ces villes, ainsi que Tibé ou Dovin, Khert et Salamas.

Sous ce même Achot, la ville et le territoire de Mandzikert ou plutôt Manazkert, sur le Mourad-Tchaï, à l’O. du lac de Van, appartenaient à un musulman, que le royal auteur nomme, à deux lignes de distance, Apelkart et Apelbart, et le prince arménien lui donna les trois villes d'Akhlat, d'Ardjech et de Bercri. La descendance de ce personnage peut être ainsi figurée, d'après le dire de Const. Porphyrogénète: le N° mis avant le nom indique l'ordre de succession de l'autorité dans la famille, tel qu'il est donné par l'historien.

Tous ces personnages, la plupart inconnus d'ailleurs, possédèrent Manazkert, les trois villes susnommées et de plus les pays de Kharka et de Koré (Kharka me parait être le canton de Hark, province de Touroubéran, à l'O. de Manazkert; Koré, est Cori, autre canton de la même province, situé aux environs du précédent; Arm. anc. p. 108), d'abord comme tributaires de l'empereur grec, et, depuis Achot le Brave, comme vassaux de l'Arménie; mais Aposévatas et ses frères, après la mort de Sembat-le-Confesseur, en 856, se soumirent à l'empereur de Byzance. Apolesfouet possédait en outre, sous la suzeraineté grecque, le fort de Tzermatzou, que je crois être Dchermatzor, dans la province de Mock, au S. du lac de Van, pays mitoyen entre l'Aderbidjan et le Vaspouracan.

Parmi les domaines d'Aposévatas et d'Ahmet notre auteur nomme Akhlat, Ardjech et Aliziké, qui doit être Ardzké au S. d'Ardjech, sur la rive O. du lac de Van. C'est Constantin Porphyrogénète seul qui nous fait connaître la succession des Caïsics, que l'on vient de voir; en outre il nous aide à comprendre pourquoi Sembat-le-Martyr fut si souvent en guerre avec cette tribu, qui supportait sans doute impatiemment le joug d'un chrétien son voisin et préférait se placer, nominalement sous la sujétion de l'empereur, trop éloigné pour pouvoir surveiller régulièrement ses faits et gestes : du reste, leurs fréquentes révoltes contre les khalifes et contre les Bagratides montrent qu'avant tout ils tenaient à leur indépendance.

(4) Serait-ce Abelhert, mentionné dans l'histoire en 849?

(5) Cet Ahmet pourrait bien être celui qui est mentionné chez Asolic, p. 148, et qui eut maille à partir avec le roi Sembat, vers l'an 893.

Afin d’achever l’emploi des matériaux historiques fournis par Const. Porphyrogénète disons qu’il nomme Asotios le prince des princes, Achot le Brave, père de Sembat ou comme il écrit Symbatios, décapité suivant lui par ordre d’Aposatas (Constantin a confondu le prince arménien qui mourut prisonnier de Bougha en 866 avec le roi son homonyme qui subit un vrai martyre en 914 par l’ordre de Housouf, fils d Abou Sadj). Sembat fut père d’un second Asotios, Achot le Grand, nommé roi en 885 et d’Apasacius ou plutôt Abas IV, généralissime d’Arménie qui fut honoré du titre grec magistros. »

[2] Près du lac de Van.

[3] Le domestique des choles est le commandant d’un corps d’armée. Par exemple, Constantin VII nommera magister et domestique des scholes d’Orient, Nicéphore II Phocas, futur empereur, ce qui en fera le commandant des forces impériales en Asie.


 

 

.