RETOUR À L’ENTRÉE DU SITE       RETOURNER A LA TABLE DES MATIERES DE MASPERO

 texte numérisé et mis en page par François-Dominique FOURNIER

HISTOIRE ANCIENNE DES PEUPLES DE L'ORIENT  

Gaston MASPERO

Membre de l’Institut

Professeur de langue et d’archéologie égyptiennes au Collège de France

Directeur Général des Antiquités de l’Égypte

Chapitre XIV - La lutte de la Grèce et la chute de l'empire Perse

L'expédition de Scythie et la première guerre médique ; Xerxès 1er, Salamine et Platées ; Artaxerxés 1er et Darius II.

Deux routes s'offraient à son choix : l'une par mer, de la côte de l'Ionie à celle de l'Attique, droit parmi les Cyclades; l'autre par terre, à travers la Thrace et la Macédoine. La première était la plus courte, mais elle exigeait la possession d'assez de vaisseaux pour transporter en une fois des forces immenses ; elle n'offrait d'ailleurs de sécurité qu'à la condition que l'armada perse ne rencontrât aucune flotte ennemie qui lui disputât le passage, et qu'elle rencontrât au point de débarquement, des alliés disposés à l'accueillir et à lui ouvrir les portes de leurs villes. L'Attique était comme la tête de pont où cette voie devait aboutir nécessairement, mais elle était aux mains des Pisistratides qui ne se souciaient guère de voir la Perse prendre pied au cœur de l'Hellade. Tant qu'ils seraient hostiles, une seule route restait praticable, la plus longue, celle qui suivait les côtes de la Thrace et de la Macédoine.

Ce fut celle-là que Darius choisit au début, quoiqu'elle lui imposât des ennemis nouveaux, les Thraces et les Scythes, avant de lui permettre l'abord de la Grèce propre. Bien que plus d'un siècle se fût écoulé depuis la mort de Madyès, le souvenir des Scythes et de leur prouesse demeurait vivant par toute l'Asie. Les relations des voyageurs récents disaient qu'après avoir été les plus braves des hommes, ils étaient en train d'en devenir les plus riches ; ils exploitaient dans leurs montagnes des mines d'or inépuisables. Darius d'ailleurs rencontrait leurs tribus sur toute sa frontière septentrionale, au Caucase comme sur l'Iaxarte ; avant qu'il se lançât contre les Grecs, la prudence lui commandait de ne pas laisser un adversaire aussi redoutable intact sur son flanc. Une première expédition, commandée par Ariaramnès, satrape de Cappadoce, traversa le Pont-Euxin, débarqua sur la côte opposée quelques milliers de soldats et ramena des prisonniers qui fournirent aux généraux perses les informations dont ils avaient besoin[i]. Darius, renseigné par eux, franchit le Bosphore avec huit cent mille hommes, soumit la côte orientale de la Thrace et passa le Danube sur un pont de bateaux construit par les Grecs d'Ionie (508). Les Scythes n'acceptèrent point la bataille qu'on leur offrait : ils détruisirent leurs fourrages, comblèrent leurs puits, emmenèrent leur bétail et se retirèrent dans l'intérieur, le laissant aux prises avec la famine et les difficultés du terrain. L'intendance perse avait prévu leur tactique et elle avait rassemblé les provisions nécessaires ; deux mois durant, Darius parcourut les steppes, de l'Ister au Tanaïs. Il pénétra au cœur même de la Russie, il brûla les villages, il saccagea ce qu'il rencontra, puis il regagna son point de départ sans autre perte que celle de quelques malades. Pendant son absence, les Barbares avaient engagé les Grecs à détruire le pont de bateaux et à retourner chacun dans sa ville. Miltiade d'Athènes, tyran de Chersonèse, voulait qu'on suivît leur conseil : Histiæos de Milet s'y opposa, et son avis prévalut[ii]. Darius, revenu sain et sauf, rentra en Asie, après avoir confié à Mégabyze une armée de quatre-vingt mille hommes, qui battit l'une après l'autre les tribus indigènes et les villes grecques de la Thrace et qui força les Macédoniens à se reconnaître tributaires (506)[iii]. L'expédition, non seulement n'entraîna pas la soumission des Scythes, mais elle provoqua des représailles de leur part ; plusieurs de leurs bandes pénétrèrent jusqu'à la Chersonèse et la pillèrent. Elle n'en eut pas moins des résultats sérieux : d'abord, elle valut à la Perse une province de plus, la Thrace, et par l'assujettissement de la Macédoine un contact direct avec le nord de la Grèce. La route de terre était désormais aux mains du grand roi, mais les révolutions d'Athènes l'empêchèrent de s'en servir aussi tôt qu'il l'aurait voulu. La chute d'Hippias en 510, avait paru lui offrir l'occasion de s'immiscer dans les affaires de la cité, mais les ambassadeurs athéniens qui avaient conclu un traité avec son satrape de Sardes furent désavoués par leurs concitoyens (508), et dès lors il épousa la cause des Pisistratides. Les partisans de ceux-ci étaient nombreux et promettaient de l'aider dans ses projets, s'il ramenait Hippias au pouvoir. Athènes à Hippias, c'eût été Athènes à la dévotion des Perses et la Grèce accessible en tout temps par la route la plus courte; Darius accueillit donc les propositions des Pisistratides, et il avait commencé à faire occuper par la marine milésienne les principales des Cyclades, lorsqu'en 499, l'Ionie entière se révolta. Athènes vint au secours de ses frères d'Asie ; en 498, un corps d'Athéniens et d'Érétriens, débarqué à Milet, surprit la ville basse de Sardes et la brûla. Ce ne pouvait être qu'un succès sans lendemain, mais l'effet produit par ce défi porté à la majesté de l'empire perse fut tel que tous les Grecs d'Asie, les Lyciens, les Cariens et jusqu'à Chypre, se joignirent aux insurgés. Ce fut après six ans de lutte seulement qu'en 493 Artaphernès pacifia ce pays, et que Darius eut de nouveau ses coudées franches[iv].

Si, avant l'incendie de Sardes, il s'était senti enclin à attaquer la Grèce d'Europe, on conçoit sans peine combien la révolte de l'Ionie dut le confirmer dans ses projets. D'abord, l'influence de son neveu Mardonius lui fit préférer la voie de terre ; mais la destruction de sa flotte par les orages au mont Athos (492) le ramena vers son idée première, de pousser directement vers l'Attique. Il employa toute l'année 492 à rassembler ses troupes en Cilicie, puis, en 490, il les lança à travers l'Égée, sous la conduite d'Hippias et aux ordres de Datis et d'Artaphernès. On sait comment cette seconde tentative échoua contre la vaillance des Athéniens et des Platéens dans la plaine de Marathon. Les pertes matérielles des Perses furent peu considérables et les Cyclades restèrent entre leurs mains Miltiade qui essaya de les délivrer échoua devant Paros. L'effet moral fut plus grand encore que celui que l'incendie de Sardes avait produit ; n'avait-on pas vu ces Perses et ces Mèdes, jusqu'alors réputés invincibles, lâcher pied devant une poignée d'hoplites athéniens ? Darius ne pouvait rester sous le coup de cet affront, sans risquer de voir le prestige de son peuple s'effacer et son autorité s'affaiblir sur les nations récemment soumises. Trois années durant, il rassembla des armes, des provisions, des soldats, des vaisseaux ; il allait se mettre en marche en 486, quand la révolte de l'Égypte l'arrêta.

Cambyse avait confié le gouvernement de l'Égypte au Perse Aryandès. Darius n'eut d'abord qu'à se louer du choix que son prédécesseur avait fait : non seulement Aryandès lui resta fidèle, mais il essaya de terminer la conquête de la Libye. Les Doriens de Cyrène n'avaient pas approuvé l'empressement avec lequel leur roi Arkésilas III avait couru au-devant de la servitude : ils l'avaient chassé, puis rappelé, puis chassé de nouveau et assassiné à Barca, où il s'était réfugié. Sa mère Phérétime vint en Égypte et représenta qu'il avait été victime de son amitié pour les Perses Aryandès envoya à son aide ce qu'il avait d'hommes et de vaisseaux disponibles[v]. Barca résista neuf mois et ne succomba qu'à la trahison[vi], quelques détachements d'avant-garde poussèrent jusqu'à Evhespérides[vii] : au retour, les généraux délibérèrent d'occuper Cyrène, et peut-être allaient-ils se décider à le faire, quand un ordre formel les rappela en Égypte. La traversée du désert faillit leur être funeste ; les nomades de la Marmarique, attirés par l'espoir du butin. ne cessèrent de harceler leur marche et leur infligèrent des pertes sérieuses[viii]. Ils réussirent néanmoins à ramener avec eux une partie de la population de Barca prisonnière ; Aryandès expédia ces malheureux à Darius en guise de trophée, et Darius les relégua en Bactriane, où ils fondèrent une Barca nouvelle. Un lieutenant qui entreprenait des conquêtes sans permission devait porter ombrage à un prince aussi jaloux de son autorité que l'était le grand roi ; Aryandès fut mis à mort, et la légende se forma autour de son nom[ix]. Les uns contaient qu'il avait péri pour avoir émis une monnaie plus fine que la monnaie royale[x] ; les autres qu'il avait suscité une haine générale par ses malversations, et que l'Égypte était prête à s'insurger quand il fut tué[xi]. Ce rival écarté, Darius ne ménagea rien pour mériter l'amour de ses sujets égyptiens, ou du moins pour leur rendre sa domination supportable. Avec un peuple dévot et plein de sa supériorité, le meilleur moyen d'y réussir était d'afficher un respect profond pour les dieux et pour les anciens rois : il prit donc le contre-pied de ce qu'avait fait Cambyse et il accorda sa faveur aux prêtres persécutés. Cambyse avait exilé en Élam le chef du sacerdoce de Saïs, Ouzaharrisnîti : Darius octroya à celui-ci l'autorisation de rentrer dans sa patrie, et il le chargea de réparer les désastres causés par la folie de son prédécesseur. Ouzaharrisnîti, ramené de poste en poste jusque dans sa cité natale, y rétablit les collèges d'hiérogrammates, et restitua au temple de Nit les biens-fonds et les revenus qui lui avaient été volés[xii]. La tradition grecque renchérit encore sur la tradition nationale. Elle voulait que Darius se fût initié aux mystères de la théologie égyptienne et qu'il en eût étudié les livres[xiii]. Elle voulait aussi qu'arrive à Memphis après la mort d'un taureau divin, il se fût associé au deuil universel, et qu'il eût promis cent talents d'or à qui découvrirait un Apis nouveau[xiv]. Avant de quitter le pays, il visita le temple de Phtah et il ordonna d'y ériger sa statue à côté de celle de Sésostris. Les prêtres refusèrent d'en rien faire, « car, dirent-ils, Darius n'a pas égalé les actions de Sésostris ; il n'a point vaincu les Scythes que celui-ci a vaincus ». Darius répondit qu’« il espérait faire autant que Sésostris, s'il vivait aussi longtemps que Sésostris avait vécu », et il s'inclina devant l'orgueil patriotique de ses sujets[xv]. Les Égyptiens reconnaissants le mirent au nombre des six législateurs dont ils vénéraient la mémoire[xvi].

Il est certain que l'Égypte prospéra entre les mains des Perses. Elle formait avec Cyrène et Barca la sixième satrapie de l'empire[xvii], à laquelle on rattacha les tribus nubiennes les plus voisines de la frontière méridionale[xviii]. Le gouverneur, logé au Mur-Blanc, dans l'ancien palais des Pharaons, s'appuyait sur une armée de cent vingt mille hommes, qui était cantonnée dans les trois camps retranchés des rois saïtes, à Daphné et à Memphis aux confins du Delta, à Éléphantine vers la frontière Éthiopienne[xix]. En dehors de ces postes, où l'autorité du grand roi s'exerçait directement, l'ancienne organisation féodale subsistait entière  les temples avaient leurs biens et leurs vassaux exempts des charges ordinaires, les nobles étaient aussi indépendants dans leurs principautés et aussi prêts à la révolte que par le passé. Le tribut annuel, le plus lourd après celui de la Chaldée et de l'Assyrie, ne montait qu'à sept cents talents d'argent[xx]. Joignez à cette somme la ferme des pêcheries du lac Moeris, qui valait un talent par jour, pendant les six mois des hautes eaux selon Hérodote[xxi], pendant l'année entière selon Diodore[xxii], les cent vingt mille médimnes de blé nécessaires à la subsistance de l'armée d'occupation, l'obligation[xxiii] de fournir au palais le nitre et l'eau du Nil[xxiv] : l'ensemble de ces impositions était loin de constituer un fardeau disproportionné aux ressources du pays. Le commerce y jetait du reste autant d'argent pour le moins que la domination étrangère en faisait sortir. Devenue partie d'un empire qui s'étalait sur trois continents, l'Égypte avait accès dans des régions où les produits de son industrie n'arrivaient pas jadis. Les denrées du Soudan devaient passer à travers son territoire avant d'atteindre les entrepôts de Tyr, de Babylone et de Suse, et l'isthme ou Qoçéyr étaient encore les voies les plus courtes que les marchandises de l'Inde ou de l'Arabie pussent parcourir pour parvenir aux régions de la Méditerranée. Darius acheva donc le canal du Nil au golfe de Suez[xxv] et rouvrit la route qui va de Coptos à la mer Rouge[xxvi], à laquelle le succès du voyage de Skylax prêtait plus d'importance que jamais. Il occupa fortement les Oasis et il construisit dans la petite ville de Hibît[xxvii] un temple d'Amon dont les ruines subsistent encore. La reconnaissance de tant de services ne fut pas cependant assez forte pour étouffer chez les Égyptiens le désir de la liberté. La défaite de Marathon les encouragea à secouer le joug : en 486 ils chassèrent leurs garnisons persanes[xxviii]. Darius ne voulut pas différer pour si peu son expédition contre la Grèce : il rassembla une seconde armée et il se préparait à mener de front les deux guerres, lorsqu'il mourut, dans la trente-sixième année de son règne (485)[xxix].

Avant d'être roi, il avait eu trois enfants d'une première femme, fille de Gobryas ; Artabazanès, l'aîné, avait longtemps été considéré comme l'héritier présomptif et avait probablement exercé la régence pendant l'expédition de Scythie[xxx]. Mais, au moment où la révolte d'Égypte éclata, quand Darius eut à désigner son successeur, la reine Atossa lui remontra qu'il aurait avantage à choisir l'aîné de ses enfants à elle, Khshayarsha (Xerxès), qui était né sous la pourpre et qui avait dans les veines le sang de Cyrus. Son influence était toute-puissante : le vieux roi céda et, peu après, Xerxès monta sur le trône sans opposition[xxxi]. Il était alors âgé de trente-quatre ans, et il passait pour être le plus bel homme de son temps[xxxii] ; paresseux d'ailleurs, lent d'esprit, faible de caractère. Il songea d'abord à suspendre les armements, mais les conseillers de son père lui ayant prouvé qu'il ne pouvait laisser l'échec de Marathon sans vengeance, il eut du moins la prudence de ne vouloir rien entreprendre en Europe avant d'avoir eu raison de l'Égypte. La répression dura quatre ans, au bout desquels Achéménès, frère du roi, fut nommé satrape et prit des mesures afin de prévenir un second soulèvement[xxxiii]. Cette fois encore, personne ne songea à changer la constitution politique du pays, et les nomes restèrent aux mains de leurs princes héréditaires : Xerxès ne paraît même pas avoir soupçonné qu'en respectant les dynasties locales, il conservait aux futures révoltes égyptiennes des chefs toujours disposés à l'action (582).

L'Égypte pacifiée, il ne retrouva pas encore sa liberté de mouvement. La tradition classique prétendait que, lors de sa première visite royale à Babylone, il avait froissé au plus haut point le sentiment national des Chaldéens par une curiosité sacrilège : il était entré dans le tombeau de Bel et il n'avait pas réussi, malgré ses efforts, à remplir la cruche à huile qui y était enfermée[xxxiv]. Quoi qu'il en soit de cette légende bizarre, le fait de la révolte paraît être certain. Mégabyze, fils de Zopyre, qui était satrape de la province par droit d'hérédité, traita la ville avec une rigueur inaccoutumée ; le temple de Bel fut pillé, la statue du dieu emmenée prisonnière et son prêtre égorgé[xxxv], les tombes royales furent violées et dépouillées, une moitié de la population fut réduite en esclavage (581)[xxxvi]. Xerxès partit enfin pour l'Europe à la tête de l'armée la plus nombreuse que le monde eût vue : on sait ce qu'il advint de son entreprise. Après avoir assisté à la déroute de sa flotte des hauteurs du cap Colias, il reprit la route de l'Asie sans attendre l'entrée en ligne de ses troupes de terre. Les victoires de Salamine et de Platées préservèrent, dit-on, l'Europe de la barbarie : ce jugement est injuste pour les deux adversaires et il ne saurait être maintenu. Les Perses n'étaient pas des barbares au sens où nous prenons ce mot : ils avaient une culture d'un type différent, inférieure en bien des points, par quelques endroits supérieure à la grecque. D'autre part, c'est estimer bien bas la vitalité et le génie de la Grèce que d'admettre qu'une défaite et une sujétion passagères eussent suffi à en entraver le développement. Pour que la civilisation hellénique périt, il aurait fallu que la race hellénique fût anéantie par le choc de l'Asie. Or, les Perses ne se plaisaient pas à détruire des nations entières : ils exigeaient le tribut et l'obéissance, mais pour le reste ils permettaient à chaque peuple de se conduire à sa guise. Xerxès vainqueur, l'Hellade fût devenue une satrapie, comme la Syrie, comme la Chaldée : elle n'aurait pas plus perdu son caractère propre que ces pays ne perdirent le leur et elle n'aurait pas plus tardé, que l'Égypte par exemple, à recouvrer sa liberté. La conquête perse aurait changé le cours politique de l'histoire grecque : elle eût été impuissante à arrêter ou simplement à suspendre la marche générale de la civilisation.

La défaite de Xerxès eut pour résultat immédiat le recul de la frontière. Quelques garnisons restèrent au delà du Bosphore, à Byzance jusqu'en 478[xxxvii], à Éïon jusqu'en 477[xxxviii], à Doriskos jusqu'en 450 et même plus tard[xxxix]. Leur maintien fut une satisfaction accordée à l'orgueil du grand roi plutôt que la conséquence d'une nécessité politique ou militaire : Xerxès aimait à se figurer qu'il avait pied en Europe et qu'il pourrait recommencer l'assaut un jour ou l'autre, mais la Thessalie, la Macédoine, la Péonie, la Thrace cessèrent de reconnaître son autorité. Bien plus, l'Asie fut menacée à son tour, les contingents de l'empire furent battus à Mycale, et les trières attiques parcoururent à leur gré les parages où les escadres phéniciennes avaient jusqu'alors régné sans rivales. Et tandis que le sort de son empire pendait dans la balance, que faisait Xerxès ? Xerxès usait dans des intrigues et des débauches de harem le peu de courage et d'intelligence qu'il avait de nature[xl]. Douze années durant, les opérations traînèrent sans qu'il songeât à fournir un nouvel effort, ni même à prévenir une attaque. Vers 466, une flotte athénienne qui croisait sur les côtes de Carie et de Lycie aux ordres de Cimon rencontra l'armada du grand roi mouillée à la bouche de l'Eurymédon. Ce fut un nouveau Mycale : les vaisseaux détruits, les équipages athéniens débarquèrent et mirent en déroute l'armée qui les accompagnait. Le vainqueur se dirigea vers Chypre, dispersa une escadre ennemie de quatre-vingts voiles, et rentra au Pirée chargé de butin (466). Xerxès ne survécut pas longtemps à cette humiliation : il fut assassiné par l'eunuque Aspamithrès et par le chef des gardes Artabanos (465)[xli]. La même nuit, les meurtriers se rendirent auprès de son plus jeune fils, Artakhshathra (Artaxerxés), accusèrent du crime un autre fils du nom de Darius, et le tuèrent sous prétexte de venger le parricide. Ils essayèrent ensuite de faire périr Artaxerxés lui-même, mais ils furent trahis par un de leurs complices et exécutés. Les fils d'Artabanos voulurent venger leur père et rassemblèrent quelques troupes : ils périrent les armes à la main. Enfin, comme si ce n'était pas assez de tant de crimes, le frère aîné du nouveau roi, Hystaspe, qui était en Bactriane à la mort de Xerxès et qui aurait dû hériter de la couronne, vint réclamer ses droits à la tête d'une armée nombreuse : deux batailles acharnées eurent raison de lui et de ses partisans[xlii] (462).

Tous les mouvements qui menaçaient l'existence ou simplement l'intégrité de l'empire avaient leur contrecoup en Égypte. La génération qui s'était battue contre Xerxès n’avait pas disparu encore qu'une génération nouvelle, impatiente du joug perse, se soulevait contre son successeur. La Libye était le plus important des fiefs du Delta, depuis la chute des Saïtes. Maîtres de Maréa et des districts fertiles qui s'étendaient entre la branche Canopique du Nil, la montagne et le lac Maréotis, ses princes exerçaient probablement la suzeraineté sur les Adyrmachides, sur les Giligammes, sur les Asbystes, sur la plupart des tribus nomades qui habitaient le désert[xliii]. Celui d'entre eux qui régnait alors, Inaros, fils de Psammétique, déclara la guerre aux Perses : la population du Delta, maltraitée par Achéménès, l'accueillit à bras ouverts, chassa les collecteurs d'impôt et courut aux armes. Depuis leur victoire de l'Eurymédon, les Athéniens avaient toujours une escadre dans les eaux de Chypre ; les deux cents navires qui la composaient reçurent l'ordre de cingler vers l'Égypte et d'y rester à la disposition des chefs insurgés[xliv]. Artaxerxés avait cependant rassemblé des forces nouvelles ; il se proposait d'en prendre le commandement en personne, mais sur l'avis de ses conseillers il délégua pour le remplacer son oncle Achéménès, qui s'était enfui à sa cour après les premiers succès d'Inaros. Achéménès n'eut pas de peine à repousser les Libyens, mais l'intervention des troupes grecques changea la face des affaires. Il fut battu près de Paprémis, et son armée presque entièrement exterminée ; Inaros le tua de sa propre main dans la mêlée et envoya son cadavre à Artaxerxés, peut-être par bravade, peut-être par respect pour le sang de la victime[xlv]. Quelques jours après, l'escadre athénienne, aux ordres de Kharitimidès, rencontra une flotte phénicienne, qui accourait au secours des Perses, lui coula trente navires et lui en prit vingt[xlvi]. Les alliés remontèrent le fleuve et parurent devant Memphis, où les débris des Perses s'étaient réfugiés avec les indigènes demeurés fidèles (459). La ville succomba bientôt, mais la forteresse du Mur-Blanc ferma ses portes, et sa résistance donna au grand roi le temps d'expédier une troisième armée[xlvii]. La puissance des rebelles était moins dans les masses égyptiennes et libyennes que dans le petit corps d'hoplites et de matelots athéniens. Avant d'aventurer ses généraux dans le Delta, Artaxerxés tenta d'opérer une diversion en Grèce : ses légats essayèrent d'acheter les Lacédémoniens et de les engager à envahir l'Attique, mais la vertu spartiate fut, cette fois par hasard, à l'épreuve des dariques. Les troupes du grand roi se concentrèrent en Phénicie et en Cilicie : elles comptaient trois cent mille hommes de pied, qu'appuyaient trois cents vaisseaux, et elles étaient placées sous les ordres de Mégabyze. A l'approche de l'ennemi, les alliés levèrent le blocus du Mur-Blanc : vaincus dans un premier engagement, Kharitimidès tué et Inaros blessé à la cuisse, ils s'enfermèrent dans l'île de Prosopitis (455), où ils soutinrent un véritable siège de dix-huit mois[xlviii]. Au bout de ce temps, Mégabyze parvint à détourner un des bras du fleuve, mit à sec les trières athéniennes et monta à l'assaut. Le plus grand nombre des auxiliaires périt dans le combat, quelques-uns réussirent à gagner Cyrène et à passer de là en Attique, quelques autres s'enfuirent avec Inaros et furent contraints de se rendre peu après[xlix]. Pour comble de malheur, un renfort de cinquante navires qui arrivait à l'embouchure mendésienne, sans rien savoir des évènements, fut entouré par les Phéniciens et plus d'à moitié détruit (454)[l]. Inaros avait stipulé en déposant les armes qu'il aurait la vie sauve, lui et ses compagnons, et Artaxerxés sembla d'abord incliner à respecter la capitulation ; mais, cinq ans après, il livra les prisonniers à sa mère Amestris, qui les fit crucifier pour venger la mort d'Achéménès[li]. La victoire de Prosopitis termina la rébellion : Thannyras, fils d'Inaros, fut investi de la royauté en Libye à la place de son père[lii]. Cependant quelques bandes de fuyards réfugiés dans les marais du littoral, qui jadis avaient servi plusieurs fois d'asile aux Saïtes, proclamèrent Amyrtæos roi et se défendirent avec succès contre toutes les attaques des Perses[liii].

L'intégrité de l'empire était rétablie, mais la guerre avec les Grecs durait toujours. Six ans après leur désastre, les Athéniens équipèrent deux cents vaisseaux, qu'ils placèrent aux ordres de Cimon : il s'agissait de conquérir Chypre, ou du moins d'occuper solidement plusieurs villes chypriotes. Pour diviser les forces de l'ennemi, Cimon fit mine de vouloir recommencer la campagne d'Égypte et il dépêcha soixante navires au roi Amyrtæos : lui-même bloqua la place de Cition avec le reste. Il mourut bientôt après des suites d'une blessure, et ses successeurs furent obligés de lever le siège faute de vivres, mais, en passant devant Salamine, ils défirent une flotte phénicienne et cilicienne, puis ils débarquèrent et ils battirent une armée perse qui campait prés de la ville. Artaxerxés ne résista pas à ce dernier échec : il craignit que les Athéniens, maîtres de Chypre, ne parvinssent derechef à soulever l'Égypte, toujours mal asservie, et il décida de traiter à tout prix. La paix lui fut accordée sous condition que les Grecs d'Asie demeureraient libres. Aucune armée perse ne pourrait approcher à moins de trois journées de marche de la côte ionienne. Aucun navire de guerre perse ne pourrait naviguer dans les eaux grecques, depuis les îles Chélidoniennes jusqu'aux roches Cyanées, c'est-à-dire depuis la pointe Est de la Lycie jusqu'à l'entrée du Pont-Euxin. Cette convention termina la première partie de la lutte entre les Perses et les Grecs (449) : les hostilités avaient duré un demi-siècle, depuis l'incendie de Sardes jusqu'à la dix-septième année d'Artaxerxés 1er (501-449)[liv].

Les empires orientaux ne vivent qu'à la condition d'être toujours en guerre et toujours victorieux. Ils ne peuvent ni se restreindre dans certaines limites, ni s'immobiliser sur la défensive ; du jour qu'ils arrêtent leur mouvement d'expansion, la décadence commence pour eux : ils sont conquérants ou ils ne sont pas. La Perse n'échappa point à la loi commune. Darius 1er avait été un très grand roi, supérieur peut-être à Cyrus lui-même. Vigoureux, habile à organiser les armées, à combiner des plans de campagne, à choisir ses lieutenants, la promptitude avec laquelle il triompha des révoltes qui l'assaillirent à son avènement nous prouve qu'il était au moins l'égal des meilleurs généraux : comme administrateur, il n'eut pas son pareil dans la lignée achéménide. L'Asie conquise, la race perse, enserrée presque sur toutes ses frontières par des obstacles presque infranchissables, la mer, le désert d'Afrique et d'Arabie, les montagnes de l'Inde et du Caucase, les steppes de l'Asie Centrale, n'avait plus d'ouverture que vers l'Occident. Darius et Xerxès la jetèrent sur l'Europe, mais son élan se brisa sur la ténacité hellénique, et dés qu'elle fut obligée de reculer, la décadence commença aussitôt pour elle. Pourtant sa chute ne fut pas aussi soudaine que l'avaient été celles des monarchies précédentes, l'Assyrie, la Chaldée, la Médie : la machine administrative de Darius était trop habilement ajustée pour se démonter d'un seul coup, mais la nonchalance et l'ineptie des souverains en laissèrent fausser les ressorts. On vit le même gouverneur réunir plusieurs satrapies sous ses ordres, commander seul les armées, exercer une royauté véritable. Ce ne fut plus désormais que soulèvements dans les provinces, non seulement en Égypte où le sentiment national rendait une longue tranquillité impossible, mais en Chaldée, en Bactriane, en Asie Mineure ; tragédies de palais, où le poignard et le poison décimèrent la famille royale ; guerres civiles de satrape à satrape, querelles locales de tribu à tribu et de cité à cité. La paix avec la Grèce était à peine signée, que Mégabyze, gouverneur de Syrie, mécontent de la manière dont le roi avait agi envers lui après sa victoire sur Inaros, souleva l'armée qu'il commandait. Deux généraux échouèrent contre lui l'un après l'autre : il ne désarma qu'après avoir dicté les conditions de la paix[lv]. Quelques années plus tard, son fils Zopyre se révolta en Carie et en Lydie, et il obligea également le grand roi à composer avec lui[lvi]. Le succès de ces insurrections fut d'un détestable exemple pour les autres satrapes : leur fidélité ne fut plus désormais qu'une affaire de caprice ou de circonstance.

Artaxerxés mourut en 495, et l'on vit recommencer après lui les intrigues qui avaient ensanglanté le début de son règne. Son fils légitime, Xerxès II, fut assassiné au bout de quarante-cinq jours par un de ses frères illégitimes, Sogdianos ou Sékudianos[lvii]. Celui-ci fut détrôné à son tour et tué, après six mois et demi, par un autre bâtard nommé Darius[lviii]. Sa vie ne fut qu'un long tissu de misères et de crimes. Dès les premiers jours, son frère Arsitès et Artyphios, fils de Mégabyze, prirent les armes en Asie Mineure, enrôlèrent des mercenaires grecs et remportèrent deux victoires importantes. L'or perse fit ce que la vaillance perse ne pouvait plus faire ; les rebelles, abandonnés par leurs soldats, se rendirent à condition qu'ils auraient la vie sauve. Darius II avait épousé sa tante Parysatis, une des femmes les plus cruelles et les plus dépravées qui aient déshonoré les harems de l'Orient : sur son conseil, il viola la parole donnée, et Arsitès périt dans la cendre[lix]. Cet exemple ne découragea point le satrape de Lydie, Pissuthnès. Il appartenait à la famille royale[lx], il était en place depuis vingt ans au moins[lxi], et il avait eu le temps de se préparer longuement, mais la trahison eut raison de lui comme d'Arsitès : Tissapherne acheta les mercenaires qu'il avait à sa solde et l'obligea à se remettre entre ses mains. Darius le mit à mort et donna sa succession au vainqueur[lxii]. Cette exécution ne termina pas les troubles de l'Asie Mineure : Amorgès, fils naturel de Pissuthnès, souleva la Carie, s'arrogea le titre de roi et résista jusqu'en 412[lxiii].

C'était le temps où la guerre du Péloponnèse désolait la Grèce entière. Athènes venait de perdre en Sicile le meilleur de sa flotte et l'élite de ses soldats. Lorsque la nouvelle du désastre arriva en Orient, Darius vit que l'occasion était favorable à rompre le traité de 449 ; il transmit aux satrapes de Mysie et de Lydie l'ordre de réclamer le tribut aux villes grecques de la côte et de traiter avec les Lacédémoniens. Sparte accepta l'alliance qui s'offrait à elle, et dés lors les différents États helléniques ne furent plus que des jouets dans la main du grand roi ou de ses agents. Tissapherne et Pharnabaze s'appliquèrent d'abord à tenir la balance égale entre les Doriens et les Athéniens, sans permettre à aucun des rivaux de porter à l'autre le coup mortel. Cette politique de juste milieu ne dura pas longtemps. Darius avait deux fils, dont le second, nommé Cyrus comme le fondateur de l'Empire, obtint, par l'influence de Parysatis, le commandement suprême des provinces d'Asie Mineure. Cyrus était ambitieux de régner : il espérait que sa mère obtiendrait pour lui, à force d'intrigues, la succession dévolue de droit à son frère aîné, Arsakès ; en cas d'insuccès, il comptait revendiquer le trône par les armes. Athènes, puissance maritime, n'était guère à même de l'aider dans une expédition dirigée contre les provinces de la haute Asie : il inclina vers Sparte et il lui prêta un appui si efficace, qu'en deux ans la guerre fut terminée à l'avantage des Péloponnésiens par la bataille décisive d'Ægos-Potamos (405).

Artaxerxés II (405-359) ; les dernières dynasties indigènes de l'Égypte.

Ce brusque dénouement et les menées secrètes dont les satrapes de l'Asie Mineure accusaient Cyrus parurent suspects, à bon droit, Darius l'appela à Suse pour lui demander compte de sa conduite. Il arriva juste à temps pour assister à la mort de son père et à l'avènement d'un roi nouveau : Arsakès prit le nom d'Artakhshathra (Artaxerxés) et monta sur le trône en dépit des efforts de Parysatis[lxiv]. Pendant les cérémonies du couronnement, Cyrus se cacha dans le temple et voulut assassiner son frère au pied de l'autel. Tissapherne et l'un des prêtres le dénoncèrent ; il fut saisi et il aurait été exécuté si sa mère ne l'eût enveloppé de ses bras, et n’eût empêché le bourreau de remplir son office[lxv]. Pardonné à grand'peine, il retourna en Asie Mineure avec la ferme résolution de se venger à la première occasion. Malgré la surveillance de Tissapherne, il réunit sous divers prétextes treize mille mercenaires grecs et cent mille hommes de troupes indigènes : il quitta Sardes à l'improviste (401), il traversa, sans être inquiété, l'Asie Mineure, la Syrie du Nord et le Mésopotamie, mais il rencontra l'armée royale près de Cunaxa, à quelques lieues au Nord de Babylone, et il fut tué dans la mêlée. Sa défaite et sa mort furent un véritable malheur pour la Perse. Il était brave, actif, ambitieux, doué de toutes les qualités qui font le bon monarque oriental. Il avait appris au contact des Grecs à démêler les côtés faibles de sa nation et il paraissait tenir à coeur de remédier à ses vices : s'il avait triomphé, peut-être eut-il réussi à raffermir l'empire pour un moment et à l'arrêter sur la pente qui l'entraînait à la ruine. Lui mort, l'armée indigène qu'il avait amenée à sa suite se débanda sur-le-champ, mais les mercenaires ne perdirent pas courage et ils gagnèrent les côtes du Pont-Euxin à travers l'Assyrie et l'Arménie. Jusqu'alors les Grecs avaient considéré la Perse comme un État compact et redoutable, qu'on était assez fort pour vaincre sur mer et pour repousser de l'Europe, mais qu'il eût été imprudent d'aller défier chez lui. L'exemple des Dix Mille prouva qu’une poignée d'hommes perdus en pleine Chaldée, privés de leurs chefs par la trahison, sans guides, sans alliés, pouvaient l'affronter impunément et se rapatrier sans pertes considérables. Les résultats de cette expérience ne se firent pas attendre. Sparte victorieuse avait hérité du rôle protecteur d'Athènes à l'égard des Ioniens : la mort du jeune Cyrus avait rompu ses attaches à la Perse et lui avait restitué sa liberté d'action. Pendant quatre ans de suite elle entretint la guerre en Asie : son roi Agésilas pénétra au coeur même de la Phrygie, et il aurait poussé plus avant sur la trace des Dix Mille, si l'or perse n'avait opéré en Europe une puissante diversion. Athènes reprit les armes : sa flotte unie à la flotte perse balaya la mer Égée du Nord au Sud, Conon s'empara de l'île de Cythère, et les longs murs furent reconstruits aux frais du grand roi[lxvi].

Vers le même temps où l'Hellade, divisée contre elle-même, se disputait les bonnes grâces du grand roi et de ses officiers, l'Égypte, unie tout entière dans un même sentiment de haine, réussissait enfin à chasser l'étranger. Pendant les quarante années qui s'étaient écoulées depuis la défaite d'Inaros, la paix n'y avait pas été troublée sérieusement. Les satrapes s'étaient succédé sans difficulté dans le palais de Memphis[lxvii] : la mort cruelle d'Inaros et probablement aussi l'épuisement de la Libye avaient empêché Thannyras de bouger ; le vieil Amyrtée avait disparu, et son fils Pausiris avait été le vassal docile des Perses[lxviii]. Plus d'une fois pourtant de petits incidents avaient montré que le vieil esprit de rébellion attendait seulement une occasion favorable pour se manifester un Psammétique, qui régnait vers 445 dans un coin du Delta, avait osé envoyer du blé et des présents aux Athéniens, alors en guerre avec son souverain[lxix] ; la seconde année de Darius avait été marquée par une sédition, aisément réprimée il est vrai[lxx]. C'est enfin vers cette époque qu'il semble qu'on doive placer un Pharaon, Khabbisha, qui restitua aux prêtres de Boutô les biens dont Xerxès les avait dépouillés, et qui enterra un Apis en l'an II de son règne[lxxi]. La révolte de Mégabyze en Syrie avait prouvé combien il était désormais facile de tenir tête au grand roi ; celle de Zopyre et celle de Pissuthnès, se succédant coup sur coup, avaient absorbé plusieurs années durant les forces de l'empire : vers 405, un petit-fils d'Amyrtée, qui avait le même nom que son grand-père, proclama l'indépendance de l'Égypte[lxxii]. Il ne chassa pas entièrement les Perses, car Artaxerxés avait encore des troupes égyptiennes dans son armée en 401, au moment de la campagne contre Cyrus[lxxiii]. Il dut également se résigner à souffrir les compétitions des autres princes, et les textes nous signalent à côté de lui un Psammétique issu de l'ancienne famille saïte, et qui s'arrogeait le titre de roi des Égyptiens[lxxiv]. Cette féodalité était assez turbulente et assez redoutable pour empêcher que le sceptre ne demeurât longtemps dans la même famille. La vingt-huitième dynastie dura six ans, juste autant qu'Amyrtée, et elle fut suivie d'une dynastie mendésienne, dont le chef, Nephôrîtès, compléta l'oeuvre de délivrance avec lui, l'Égypte rentra en pleine possession d'elle-même et retrouva son ancienne activité[lxxv].

Sa politique lui était imposée par les circonstances. La disproportion des forces entre une province isolée et un empire qui couvrait l'Asie Antérieure était trop visible pour que les Pharaons songeassent à se maintenir par eux-mêmes, sans appui du dehors. Ils revinrent d'instinct aux errements de Psammétique et de ses successeurs, et leur histoire reproduisit d'une manière frappante celle des premiers Saïtes. L'Égypte était comme une citadelle assiégée : ils essayèrent de tracer en avant de la place des lignes de postes sur lesquelles le premier élan de l'ennemi se brisât. Ils intriguèrent donc en Syrie et à Chypre, soit pour s'y ménager des alliés, soit même pour y rétablir l'ancienne suzeraineté des princes thébains : battus sur cette avancée, ils avaient le temps de reformer en Afrique une armée et même une flotte, avant que le vainqueur touchât la frontière. Toutes les révoltes de peuples, toutes les querelles de satrapes leur étaient favorables, puisqu'elles obligeaient le grand roi à diviser ses ressources  ils les fomentèrent avec soin, ils les provoquèrent même à l'occasion, et ils menèrent si bien leur jeu que pendant longtemps ils eurent devant eux la moindre portion des forces perses. Comme les Saïtes, ils apprécièrent à leur juste valeur les populations indisciplinées et peu belliqueuses auxquelles ils commandaient, et ils s'appuyèrent sur des soldats européens qu'ils soudoyèrent à grands frais dans la Grèce et qu'ils renouvelèrent sans cesse, de peur que les moeurs et le climat ne les énervassent. C'était le temps où les mercenaires se substituaient partout aux levées de citoyens : la guerre devenait un métier lucratif à qui savait bien la conduire. Les Pharaons n'hésitèrent jamais à prodiguer leurs trésors pour acheter l'appui de ces bandes redoutables. Iphicrate, Chabrias, Timothée, tous les chefs en renom parurent tour à tour à la tête des masses égyptiennes ou perses engagées aux bords du Nil, tantôt avec l'assentiment, tantôt contre la volonté de leur patrie. Au moment où Nephôrîtès monta sur le trône, Sparte était à l'apogée de sa grandeur ; elle venait de déclarer la guerre au grand roi et Agésilas préparait son expédition de Phrygie. Nephôrîtès conclut donc une alliance offensive et défensive avec les Lacédémoniens, et il leur envoya, en 390, un convoi considérable de blé, d'armes et de munitions : il fut intercepté par l'Athénien Conon, qui commandait l'escadre perse[lxxvi]. Le rappel d'Agésilas et l'abandon de l'Asie Mineure par les Spartiates refroidirent la bonne volonté du roi d'Égypte : il garda près de lui les troupes qu'il avait paru disposé à lancer au loin, et il les concentra sur sa frontière syrienne pour repousser l'assaut qu'il croyait imminent[lxxvii].

Les Perses ne vinrent pas aussitôt qu'il les attendait. La retraite des Lacédémoniens n'avait pas terminé les affaires d'Asie : depuis la tentative de Cyrus, la plupart des peuples indigènes, Mysiens, Pisidiens, gens du Pont et de la Paphlagonie, avaient secoué le joug. Artaxerxés dirigea contre eux l'armée qu'il aurait dû expédier aux bords du Nil. Chypre seule l'arrêta longtemps. Deux races s'en partageaient la territoire, la phénicienne et la grecque ; mais depuis le jour où les Achéens, alliés aux nations de la mer repoussés par Mînéphtah[lxxviii], s'y étaient fixés, l'influence de la grecque n'avait cessé de grandir. Tous les aventuriers en quête de territoires à conquérir se donnèrent rendez-vous sut cette frontière du monde oriental, colons de Kythnos, Ioniens de l'Attique à qui la tradition attribuait la fondation d'Æpéïa, Argiens à Kourion, Arcadiens d’Agapénor, échappés au siège de Troie pour bâtir Paphos. Dès le septième siècle avant notre ère, la prédominance de l'élément hellénique était à ce point sensible que l'île entière s'appelait pour les Assyriens Iavana, le pays des Ioniens, et la plaine du Pediæos, autour de Salamine, Ia, la terre Ionienne[lxxix] ; sur les douze rois qui se la disputaient, sept au moins avaient des noms grecs[lxxx]. Plus tard, le contingent sémitique s'affaiblit encore : les Phéniciens, refoulés lentement mais sûrement, se rencoignèrent autour de Cition et d'Amathonte. Si amoindris qu'ils fussent, ils demeuraient cependant assez nombreux pour empêcher les princes de Soles ou de Salamine de réunir l'île entière en un seul État et sinon d'étendre leur influence au delà de la mer, au moins de protéger efficacement la liberté commune contre les maîtres du continent voisin. Tous ceux qu'attiraient les richesses du sol n'eurent aucune peine à y dominer, les Assyriens avec Sargon, les Chaldéens avec Nabuchodorosor, les Égyptiens avec Amasis, les Perses avec Cyrus et Cambyse.

Ces servitudes successives laissèrent des traces profondes dans les moeurs et surtout dans l'art : selon les époques, les monuments chypriotes portèrent l'empreinte du style assyrien ou du style égyptien plus ou moins altéré[lxxxi]. Mais, si l'extérieur de la civilisation se modifia souvent à l'imitation des modèles orientaux, l'hellénique du fond s'accentua de plus en plus. Les Chypriotes avaient été des plus anciens à posséder l'écriture parmi les peuples de leur race. Ils avaient adopté un syllabaire spécial, peu de temps sans doute après leur débarquement : ils le conservèrent, même lorsque les autres Grecs commencèrent à employer l'alphabet cadméen. Peut-être est-ce avec ce système imparfait que lei aèdes, élevés à la cour de leurs princes, écrivaient ces poèmes dont la renommée fut assez durable pour qu'on y comprit plus tard, par erreur, le cycle d'épopées connu sous le nom de Chants Cypriens[lxxxii] : une tradition assez ancienne plaçait même à Salamine le lieu de la naissance d'Homère. Faut-il s'étonner, après cela, si, dès le début des guerres médiques, les Chypriotes se rangèrent du côté des Ioniens ? Onasilas, roi de Salamine, se ligua avec Milet, et les autres princes furent entraînés par son exemple, à l'exception de celui d'Amathonte : une année durant, il tint tête aux forces du grand roi[lxxxiii]. La révolte étouffée, la main de Darius s'abattit plus lourde sur la population grecque, le commerce lui fut interdit, ses ports furent fermés aux navires venant de l'Hellade, et, dans plusieurs villes, à Salamine par exemple, les tyrans de vieille race furent remplacés par des dynastes phéniciens. C'était en effet sur l'élément sémitique que le grand roi comptait s'appuyer désormais pour faire respecter son autorité. Cition, que le voisinage de Salamine avait presque ruinée, redevint ce qu'elle était jadis, le marché principal et la tête de l'île. Malgré l'apparition intermittente des flottes athéniennes, plus d'un siècle s'écoula sans que les Hellènes Chypriotes trouvassent l'occasion de se soustraire à cette domination qui les écrasait.

Évagoras les délivra. Il descendait des anciens rois de Salamine ; après avoir chassé le Tyrien Abdémon, qui détenait sa ville, il s'empara de l'île entière à l'exception de Cition et d'Amathonte. Ce n'est pas ici le lieu de raconter la part qu'il eut avec l'Athénien Conon aux campagnes des Perses contre les Spartiates. Son ambition et son activité portèrent bientôt ombrage à Artaxerxés, non sans raison : dés 391, il était en révolte ouverte contre son suzerain. Réduit à ses seules ressources, la répression eût été brève mais la Grèce et l'Égypte étaient là, prêtes à l'aider de leur argent et de leurs armes. Hakoris avait succédé à Nephôrîtès en 393 ; après avoir assuré la sécurité de sa frontière occidentale en traitant avec les Libyens de Barca[lxxxiv], il s'entendit avec Évagoras et avec les Athéniens. Il donna du blé, des munitions, des vaisseaux, de l'argent[lxxxv] ; Athènes envoya quelques milliers d'hommes avec Chabrias, l'un de ses meilleurs généraux[lxxxvi] : non seulement une première expédition perse, dirigée par Autophradatès, échoua honteusement[lxxxvii], mais Évagoras prit Cition et Amathonte, mais il osa franchir les mers, il enleva Tyr d'assaut, il dévasta la Phénicie et la Cilicie[lxxxviii]. Déjà les tyrans d'Asie Mineure s'agitaient, et l'un d'eux, Hékatomnos de Carie, s'était rangé du côté des confédérés[lxxxix]. Sparte, que la prolongation des hostilités épuisait, traita brusquement avec la cour de Suse : Antalcidas négocia pour elle une paix célèbre dans l'histoire de la Grèce. Un ordre parti du fond de l'Asie notifia à tous les peuples de l'Hellade qu'ils eussent à s'accorder et à respecter désormais la liberté les uns des autres (387). Personne n'était de taille à résister aux Spartiates et aux Perses réunis : on obéit. Un peu plus d'un demi-siècle auparavant, Athènes, traitant avec un Artaxerxés, lui avait arraché l'indépendance des Grecs d'Asie Sparte, traitant avec un second Artaxerxés, les lui livrait.

Le grand roi était libre de se rejeter sur les rebelles : Évagoras subit le premier choc. Chypre était en effet comme un boulevard naturel de l'Égypte : quiconque l'occupait dominait la mer, et, de là, menaçait les communications d'une armée qui, débouchant de Palestine, aurait assailli le Delta. Artaxerxés assembla donc trois cent trières et trois cent mille hommes de pied, aux ordres de Tiribaze, et il les débarqua dans l'île : les corsaires chypriotes interceptèrent les convois et réduisirent les envahisseurs à une pénurie telle qu'une sédition éclata dans leur camp. A la fin pourtant, Évagoras fut battu sur mer à la hauteur de Cition et son escadre détruite. Il ne se découragea pas, laissa à son fils Pnytagoras le soin de se tirer d'affaire comme il l'entendrait et passa en Égypte pour implorer l'appui du Pharaon (585). Hakoris avait assez de songer à sa propre sûreté sans s'aventurer dans une expédition lointaine. Évagoras ne rapporta que des subsides insuffisants : n'ayant plus que trois mille hommes ; il s'enferma dans Salamine, et il s'y défendit de longues années encore[xc]. La trahison d'un des généraux perses, Gaos, gendre de Tiribaze, lui rendit un moment l'espoir. Gaos se ligua avec Hakoris et sollicita l'appui des Lacédémoniens, mais périt avant d'avoir rien fait : Évagoras resta de nouveau seul en présence de l'ennemi. Tandis que les lieutenants du grand roi s'acharnaient à le bloquer, Artaxerxés lui-même manquait de perdre la vie dans une campagne malheureuse contre les Cadusiens. Brave soldat, mais général malavisé, l'armée qu'il conduisait, affamée et harcelée par un ennemi insaisissable, dans sa marche à travers les montagnes, aurait été détruite sans l'astuce de Tiribaze, qui persuada aux barbares d'implorer la paix au moment même où ils allaient triompher[xci].

Dés le lendemain de la défaite d'Évagoras, Hakoris, comprenant que la soumission de Chypre n'était plus qu'une question de temps, avait cherché à créer une diversion en Asie Mineure : il s'allia avec les Pisidiens, qui étaient alors en pleine révolte, mais sans grand avantage[xcii]. La Grèce lui fut plus secourable. La paix d'Antalcidas y avait laissé nombre de mercenaires sans emploi : il eut vite fait d'en rassembler vingt mille[xciii]. Les Perses, encore embarrassés en Chypre, ne surent pas prévenir l'arrivée de ces renforts, et ce fut heureux pour l'Égypte, car Hakoris mourut en 384, ses héritiers Psamoutis, Mouthis et Nephôrîtès II passèrent rapidement sur le trône[xciv], et le pays entier fut troublé deux années (381-379) par le règlement de sa succession. La même turbulence des grands feudataires, qui avait empêché les Saïtes de conserver le pouvoir, fut également funeste aux Mendésiens : le prince de Sébennytos, Nakhtharhabi (Nectanebo 1er), fut porté au trône par les soldats. La tradition de l'époque ptolémaïque veut qu'il ait été le fils de Nephôrîtès 1er, écarté de la royauté par la jalousie des dieux[xcv] : quelle que fût son origine, l'Égypte n'eut pas à se repentir de l'avoir accepté pour souverain. Continuer à Évagoras les subsides qu'Hakoris lui avait accordés eût été de l'argent perdu : il les supprima et il hâta ainsi la chute du tyran de Salamine[xcvi]. Celui-ci, abandonné de tous, las d'une résistance qui durait depuis six années, ne consentit à désarmer qu'au prix des conditions les plus avantageuses. Non seulement Artaxerxés lui pardonna sa révolte, mais il lui confirma son titre royal et il lui concéda le libre exercice de son pouvoir moyennant un tribut annuel (380).

Nectanebo, resté seul face à face avec le grand roi, redoubla d'activité. Les événements des dernières années avaient mis en relief les talents de l’Athénien Chabrias : il l'invita à venir organiser son armée, et Chabrias accepta, bien qu'il n'eût pas mission de son gouvernement[xcvii]. Il transforma le Delta en un véritable camp retranché : il garnit de postes les points vulnérables de la côte, il construisit à chaque embouchure du fleuve deux tours qui en commandaient l'entrée, il arma la frontière libyenne comme la frontière asiatique, et il choisit Si bien l'emplacement de ses forteresses, qu'à l'époque d'Auguste plusieurs d'entre elles portaient encore son nom : l'une, située en avant de Péluse, s'appelait le château[xcviii], l'autre, non loin du lac Maréotis, le bourg de Chabrias[xcix]. Les Perses s'efforcèrent de proportionner leurs moyens d'attaque aux moyens de défense de l'ennemi. Ako était, sur la côte méridionale de Syrie, le seul port assez vaste pour recevoir leurs flottes, assez sûr pour les abriter contre les tempêtes et contre les surprises. Pharnabaze y établit son quartier général et il fit d'elle la base de ses opérations[c]. Pendant trois années[ci], vivres, munitions, soldats de terre et de mer, vaisseaux phéniciens et grecs y affluèrent : les rivalités des chefs perses, Tithraustés, Datame, Abrocomas, et les intrigues de cour faillirent plusieurs fois arrêter les progrès de l'entreprise, mais Pharnabaze réussit toujours à écarter ses rivaux, et au commencement de 374 l'expédition était prête à partir[cii]. Elle comptait deux cent mille soldats et vingt mille mercenaires, trois cents trières, deux cents galères à trente rames, et beaucoup de vaisseaux de charge[ciii]. Au dernier moment l'Égypte avait perdu son meilleur chef. Artaxerxés avait demandé à Athènes de quel droit elle autorisait Chabrias à servir contre lui dans les rangs des Égyptiens ; par la même occasion il priait les Athéniens, ses amis, de lui prêter pour un temps leur général Iphicrate. Les Athéniens ordonnèrent à Chabrias de revenir, et ils députèrent Iphicrate en Syrie, où il assuma le commandement des auxiliaires grecs[civ]. L'armée ainsi renforcée s'ébranla vers mai 374[cv]. En arrivant à Péluse, Pharnabaze vit qu'il avait peu de chances de forcer la place : non seulement les murailles avaient été remises à neuf, mais les habitants avaient coupé les canaux et inondé les approches. Iphicrate conseilla une surprise : trois mille hommes expédiés en cachette débarquèrent à l'entrée de la bouche Mendésienne et attaquèrent les retranchements qui la protégeaient. La garnison sortit imprudemment, fut battue et poursuivie si chaudement que vainqueurs et vaincus pénétrèrent pêle-mêle dans le fort. La brèche était ouverte, en s'y jetant promptement, l'on pouvait s'emparer du pays aisément : les dissensions des généraux perdirent l'occasion. Iphicrate avait interrogé les prisonniers et il avait appris d'eux que Memphis était dégarnie. Il conseilla donc aux Perses de remonter le Nil en hâte et d'enlever la capitale avant que Nectanebo y eût jeté des renforts ; mais Pharnabaze trouva le projet hasardeux et il préféra attendre pour agir que l'armée entière l'eût rejoint. Iphicrate proposa alors de tenter l'aventure avec ses bandes à lui, mais on craignit qu'il ne nourrît quelque arrière-pensée de trahison et on lui refusa la permission de marcher. Ces délais avaient donné à Nectanebo le temps de revenir de son premier émoi : il reprit l'offensive, il assaillit le camp des ennemis et il emporta l'avantage dans plusieurs escarmouches. Cependant l'été s'avançait, le Nil montait rapidement, bientôt l'inondation couvrit le sol : Iphicrate et Pharnabaze battirent en retraite et revinrent en Syrie. Iphicrate, dégoûté des récriminations de ses collègues asiatiques, s'embarqua secrètement pour Athènes : ce qui restait de l'armée et de la flotte se disloqua bientôt après son départ. L'Égypte fut délivrée pour un quart de siècle[cvi].

Cet échec n'ébranla en rien l'influence que le grand roi avait exercée sur la Grèce depuis la paix de 387 ; Sparte, Athènes et Thèbes se disputèrent son alliance avec plus d'acharnement que jamais. En 372, Antalcidas reparut à Suse pour implorer une nouvelle intervention ; en 367 Pélopidas et Isménias obtinrent un rescrit ordonnant aux Grecs de vivre en paix, puis Athènes envoya des ambassadeurs pour mendier les subsides de la Perse. Il semblait qu'Artaxerrès fût devenu pour les États helléniques une sorte d'arbitre suprême devant lequel chacun venait plaider sa cause. Mais cet arbitre qui imposait sa volonté au dehors n’était pas maître chez lui. Doux, facile d'humeur, plus enclin à pardonner qu'à sévir, il n'avait pas l'énergie nécessaire pour comprimer l'ambition des gouverneurs de province. Ariobarzane de Phrygie avait donné le signal de la défection : Datame, Aspis de Cappadoce, s'insurgèrent tour à tour et défièrent pendant des années les efforts de leur souverain. Quand on se fut débarrassé d'eux par la trahison, tous les satrapes des provinces occidentales, depuis les frontières de l'Égypte jusqu'à l'Hellespont, conclurent une alliance offensive et défensive : l'empire s'effondrait, si les dariques n'étaient encore une fois intervenues dans la querelle. L'Égypte, toujours à l'affût, avait trouvé dans cette révolte une occasion de montrer sa haine contre la Perse et d'augmenter sa propre sécurité. Nectanebo était mort en 361, et Tachos lui avait succédé[cvii]. Il n'hésita pas à négocier avec les rebelles, et ceux-ci lui dépêchèrent Rhèomitrès afin de débattre les conditions de l'alliance. Nectanebo avait laissé une flotte nombreuse et un trésor bien garni : Tachos confia à l'ambassadeur cinq cents talents d'argent et cinquante navires, avec lesquels celui-ci cingla vers Leuké sur la côte d'Asie. Ses complices l'attendaient, heureux du succès de sa mission, mais il n'avait pas confiance en l'issue de la lutte et il ne cherchait qu'une occasion de rentrer en grâce ; à peine de retour, il les saisit et, d'accord avec Orontès, il les expédia à Suse, chargés de chaînes[cviii]. Tachos avait donc contribué bénévolement à remplir les coffres et à recruter les équipages du grand roi : malgré ce mécompte, sa situation était si brillante et celle des Perses si misérable qu'il décida de prendre l'offensive et d'envahir la Syrie. Il était confirmé dans son dessein par Chabrias, que les hasards d'une vie aventureuse avaient ramené aux bords du Nil[cix], mais l'argent lui manquait pour couvrir les frais d'une longue campagne en pays étranger : Chabrias lui enseigna le moyen de se le procurer. Le clergé égyptien était riche : le Grec remontra que les sommes dépensées annuellement pour les sacrifices et pour l'entretien des temples seraient mieux employées au service de l'État, et il conseilla au Pharaon de supprimer la plupart des collèges sacerdotaux. Les prêtres se rachetèrent par le sacrifice de leurs biens personnels : le roi accepta gracieusement ce qu'ils lui offraient, puis il leur déclara qu'à l'avenir et pendant toute la durée de l'expédition contre les Perses, il exigerait d'eux les neuf dixièmes des revenus sacrés. Cet impôt aurait suffi, si on avait pu le lever entièrement ; mais le clergé trouva sans doute moyen de s'y soustraire au moins en partie, car on dut recourir à d'autres expédients. Chabrias conseilla alors d'augmenter la capitation et la taxe sur les maisons, d'instituer un droit d'une obole sur chaque ardeb de grain qui serait vendu, de frapper d'une dîme la navigation, les fabriques, les métiers manuels. Les ressources affluèrent bientôt, mais une autre difficulté se présenta qu'il résolut avec non moins d'énergie. L'Égypte avait peu de numéraire les habitants s'en tenaient au système d'échange, dans les transactions ordinaires de la vie. D'autre part, les mercenaires grecs ne voulaient pas être payés en nature ou en métaux non monnayés; ils exigeaient des espèces sonnantes pour prix de leur sang. Ordre fut intimé aux indigènes de verser au trésor l'or et l'argent brut ou travaillé qu'ils pourraient avoir, sauf à être remboursés graduellement par les nomarques sur le produit des taxes futures[cx].

Ces mesures, si elles valurent l'impopularité à Tachos, lui permirent de lever quatre-vingt mille hommes de troupes indigènes et dix mille Grecs, d'équiper une flotte de deux cents voiles[cxi], et de louer les meilleurs généraux du temps. Là toutefois son empressement à bien faire lui fut nuisible. Il avait Chabrias et l'alliance d'Athènes : il voulut avoir Agésilas et l'alliance de Sparte. Agésilas, malgré ses quatre-vingts ans et ses infirmités, n'était pas devenu insensible au gain et à la vanité ; il fut alléché par la promesse du commandement suprême et il partit avec mille hoplites[cxii]. Une première déception l'attendait au débarqué : Tachos lui confia la conduite des mercenaires, mais il garda pour soi-même la direction générale de la guerre et il plaça la flotte entre les mains de Chabrias[cxiii]. Le vieux héros, après avoir manifesté son mécontentement par un redoublement de rudesse spartiate, se laissa apaiser par des présents et consentit à accepter le poste qu'on lui offraît[cxiv]. Bientôt cependant des dissentiments plus graves éclatèrent entre lui et ses alliés : il aurait voulu que Tachos demeurât en Égypte et qu'il se fiât à ses généraux du soin de conduire les opérations. La facilité avec laquelle les chefs de bandes passaient d'un parti à l'autre sous l'inspiration du moment n'était peut-être pas pour inspirer de la confiance à l'Égyptien : il refusa, remit la régence à son beau-frère, nommé Tachos comme lui, et il se rendit au camp. Les Perses n'étaient pas assez nombreux pour se risquer en rase campagne : Tachos chargea son cousin Nakhtonabouf (Nectanebo II), fils du régent, de les assiéger dans leurs forteresses. La guerre traînant en longueur, le mécontentement se glissa parmi les troupes indigènes et la trahison se mit de la partie. Les expédients financiers de Chabrias avaient exaspéré les prêtres et le petit peuple : les plaintes, étouffées d'abord par la crainte des mercenaires, éclatèrent dès que l'expédition eut franchi la frontière. Le régent, au lieu de chercher à les apaiser, les encouragea sous main, et il écrivit à son fils pour l'aviser de ce qui se passait et pour l'exhorter à ceindre le diadème. Nectanebo eut bientôt fait de gagner à sa cause les Égyptiens qu'il commandait, mais cela ne lui servait de rien, tant que les Grecs ne s'étaient pas prononcés. Chabrias refusa de manquer aux engagements qu'il avait contractés. Agésilas n'eut pas les mêmes scrupules. Sa vanité avait cruellement pâti depuis qu'il était en Égypte : après s'être vu refuser le rang auquel il croyait avoir droit, sa petite taille, ses infirmités, sa grossièreté lacédémonienne l'avaient exposé aux railleries des courtisans. Tachos le jugeait inégal à sa renommée et lui avait appliqué, dit-on, le proverbe de la montagne en travail qui accouche d'une souris, à quoi l'autre avait répondu : « Vienne l'occasion et je lui apprendrai que je suis le lion[cxv] ». Quand Tachos le pria de marcher contre les rebelles, il lui remontra ironiquement qu'on l'avait envoyé pour secourir les Égyptiens, non pour les combattre ; avant donc de se décider pour l'un ou pour l'autre des compétiteurs, il consulterait les Éphores. Ils lui laissèrent la liberté d'agir au mieux des intérêts de la patrie, et il se déclara pour Nectanebo, malgré les instances de Chabrias. Tachos, abandonné même de ses auxiliaires, s'enfuit à Sidon, puis auprès d'Artaxerxés, qui l'accueillit favorablement et qui le plaça à la tête des troupes qu'il armait contre l'Égypte (359)[cxvi].

Le bruit de sa chute, répandu dans la vallée du Nil, y souleva une révolte générale ; l'appui des étrangers excita la méfiance des indigènes, et ils acclamèrent le prince de Mendés. Nectanebo abandonna les conquêtes de son prédécesseur et ramena ses forces en Égypte ; arrivé à Péluse, il se trouva en présence d'une armée peu disciplinée encore, mais nombreuse et résolue, Agésilas conseilla d'attaquer immédiatement pour ne pas donner aux insurgés le temps de s'aguerrir. Par malheur, il n'était plus bien en cour : le prince de Mendés avait essayé de le corrompre, et, bien qu'il eût montré cette fois une loyauté inespérée, on n'avait plus foi en lui. Nectanebo établit son quartier général à Tanis, et son adversaire se flatta de l'y enfermer. On sait avec quelle habileté l'Égyptien manie la pioche et avec quelle promptitude il élève les retranchements les plus compliqués : déjà le cercle de tranchées qui enserrait la ville était presque complet et les vivres devenaient rares, quand Agésilas reçut l'autorisation de tenter une sortie. Il força le blocus à la faveur de la nuit, et il remporta une victoire décisive quelques jours plus tard (359). Nectanebo l'aurait gardé volontiers auprès de lui, car il redoutait un mouvement des Perses, mais le Spartiate, qui en avait assez de l'Égypte et de ses intrigues, se congédia de lui, le succès à peine assuré, et s'éteignit d'épuisement sur la côte de Cyrénaïque. L'attaque eut lieu bientôt après, mais molle et incertaine Tachos, qui devait la conduire, mourut avant qu'elle fut commencée[cxvii], et les discordes de la famille royale empêchèrent les autres généraux de la mener avec suite. Le vieil Artaxerxés avait trois fils de sa femme Statira : Darius, Ariaspès et Ochos. Darius, l'aîné, avait été reconnu solennellement comme héritier présomptif, mais, menacé de se voir supplanté par Ochos, il conspira la mort de son père, fut découvert, emprisonné et exécuté dans son cachot. Ariaspès devenait par là le successeur désigné : Ochos lui persuada que son père méditait de le faire périr ignominieusement et le poussa à se tuer lui-même pour échapper au bourreau. Restait un bâtard, Arsamès, qui, né d'une servante du harem, affichait des prétentions à la couronne : Ochos l'assassina. Artaxerxés ne résista pas à ce dernier coup : il mourut de douleur, après un règne de cinquante-six ans (362).

Artaxerxés III Ochos (359-333) : conquête de l'Égypte ; les derniers Achéménides ; Darius III et Alexandre de Macédoine ; chute de l'empire perse.

Artaxerxés III Ochos débuta par un massacre ; il égorgea tous les princes de la famille royale[cxviii], puis, libre des prétendants qui auraient pu lui disputer la couronne, il reprit les préparatifs de guerre interrompus par la mort de son père et par son propre avènement. Jamais la nécessité de rétablir la domination perse sur les bords du Nil n'avait été plus pressante. Depuis soixante ans environ qu'elle avait recouvré son indépendance, l'Égypte n'avait cessé de susciter les embarras les plus cruels au grand roi. Au début, la plupart des contemporains, Hellènes ou barbares, avaient pensé que le mouvement national d'Amyrtée n'était qu'une rébellion passagère et qu'il serait réprimé promptement. Mais quand on vit les dynasties indigènes se perpétuer et lutter avec avantage, malgré l'infériorité flagrante de leurs ressources, quand, non seulement les plus braves troupes de l'Asie, mais les meilleurs généraux de la Grèce eurent échoué misérablement dans leurs assauts sur le front du Delta, les peuples de la Syrie firent un retour sur eux-mêmes et ils commencèrent à se demander Si ce qui était possible en Afrique ne le serait pas en Asie, puis à suivre avec un intérêt personnel la marche des événements[cxix]. Dès qu'un satrape ou un roi vassal songeait à se révolter, c'est vers l'Égypte qu'il se tournait comme vers une alliée naturelle, et, si besogneux que Pharaon fut sur le moment, il trouvait toujours de l'argent, des munitions, des vaisseaux, des hommes, pour quiconque lui rendait le service d'occuper les armes de l'empire. La première attaque d'Ochos fut repoussée avec perte : Diophantos d'Athènes et Lamios de Sparte, qui commandaient les troupes de Nectanebo, lui infligèrent une défaite sanglante et l'obligèrent à se retirer précipitamment[cxx]. L'échec eut des résultats d'autant plus fâcheux que l'effort de l'assaillant avait été plus considérable cette fois c'était le grand roi lui-même qui avait échoué et non plus ses généraux. Les provinces riveraines de la Méditerranée, toujours agitées depuis la campagne de Tachos et la révolte d'Évagoras, saisirent l'occasion qui paraissait se présenter si favorable ; Artabaze souleva l'Asie Mineure, neuf des roitelets chypriotes se proclamèrent indépendants[cxxi]. La Phénicie hésitait encore : l'insolence du satrape, la rapacité des généraux et l'indiscipline des soldats revenus d'Égypte la décidèrent. Dans une assemblée tenue à Tripoli, les représentants des cités phéniciennes conférèrent à Tennès, prince de Sidon, l'honneur périlleux de diriger les opérations militaires, et son premier acte fut de détruire le parc royal que les Perses avaient dans le Liban et de brûler les provisions accumulées dans les ports pour la guerre d'Égypte.

Ochos crut d'abord que ses lieutenants auraient prompte raison de ces mouvements, et en effet Idrieus, tyran de Carie, appuyé de huit mille mercenaires aux ordres de Phocion l'Athénien, vint à bout des Chypriotes sans trop de difficulté[cxxii] ; mais en Asie Mineure. Artabaze, secouru par Athènes et par Thèbes[cxxiii], tint tête aux troupes envoyées contre lui, et Tennès remporta en Syrie une victoire signalée. Il avait imploré naturellement l'aide de Nectanebo, et naturellement encore Nectanebo lui avait prêté quatre mille Grecs et son meilleur général, Mentor le Rhodien : Bélésys, sati ape de Syrie, et Mazæos, satrape de Cilicie, furent battus coup sur coup. Ochos convoqua pour un dernier assaut le ban et l'arrière-ban, trois cent trente mille Asiatiques et dix mille Hellènes ; les Sidoniens, de leur côté, s'entourèrent d'un triple fossé, relevèrent la hauteur des murs et brûlèrent leurs vaisseaux[cxxiv]. Par malheur, leur chef manquait d'énergie. Jusqu'au jour de sa révolte, Tennès n'avait vécu que pour le plaisir ; entouré de musiciennes et de danseuses, qu'il tirait à grands frais de l'Ionie et de la Grèce, il mettait son ambition à surpasser en luxe et en magnificence les princes de Chypre et surtout Nicoclès de Salamine, fils d'Évagoras[cxxv]. L'approche d'Ochos lui enleva le peu de courage qu'il avait : il tenta d'effacer, par une trahison envers ses sujets, la trahison dont il s'était rendu coupable envers son suzerain. Il avait pour confident et pour ministre un certain Thessalion : il l’envoya au camp des Perses, s'offrit à livrer Sidon, et s'engagea à servir de guide en Égypte, pourvu qu’on lui accordât la vie sauve et qu'on lui garantît son rang. Ochos avait déjà agréé les conditions de son vassal rebelle, lorsqu'un moment d'orgueil faillit tout compromettre. Thessalion avait demandé que le roi voulût bien s'engager par sa main droite à remplir fidèlement les conditions du traité. Ochos, irrité de cette prétention, voulut le faire décapiter : comme on l'entraînait, il s'écria que le roi pouvait agir selon son plaisir, mais que s'il négligeait de s'assurer l'appui de Tennès, il échouerait contre la Phénicie et contre l'Égypte. Ochos accorda la garantie que l'on exigeait de lui, et Tennès prit ses dispositions pour remplir ses engagements. Quand les Perses ne furent plus qu'à quelques journées de marche, il prétexta une assemblée générale des Phéniciens et il emmena les cent principaux citoyens au camp ennemi, où ils furent tués à coups de javeline. Les Sidoniens, abandonnés de leur roi, voulaient résister encore, mais Mentor leur déclara que ses mercenaires introduiraient l'ennemi dans la place à la première sommation. Ils se résignèrent à implorer la clémence du vainqueur, et cinq cents d'entre eux partirent en suppliants, des branches d'olivier à la main. Ochos était le plus cruel des souverains qui eussent jusqu'alors régné en Perse, le seul peut-être qui fût sanguinaire par nature[cxxvi] : il traita ceux-là comme il avait traité les autres. Le reste de la population, comprenant qu'il n'y avait plus qu'à mourir, s'enferma dans les maisons et les incendia : quarante mille personnes périrent dans les flammes, et tel était le luxe des habitations particulières qu'on vendit fort cher le droit d'en extraire les lingots d'or ou d'argent ensevelis sous les décombres. La ville châtiée, Tennès eut son tour  il fut livré au bourreau, et les autres cités phéniciennes, effrayées par son sort, ouvrirent leurs portes sans combat[cxxvii].

Les affaires de Syrie réglées, Ochos marcha sans plus tarder contre l'Égypte. Ses victoires avaient ramené dans le devoir les provinces hésitantes : « Quelle ville, quelle nation de celles qui sont dans l'Asie ne lui envoyèrent pas des ambassades ? que ne lui donna-t-on point, soit des produits naturels du sol, soit des objets rares ou précieux que l'art sait fabriquer ? Ne reçut-il point nombre de tapisseries et de tentures, les unes teintes en pourpre, d'autres multicolores, les autres blanches ? nombre de tentes dorées garnies de tout leur mobilier, quantité de linge et de lits somptueux ? de l'argent ciselé, de l'or travaillé, des coupes et des cratères, les uns ornés de pierreries, les autres précieux surtout par le fini et la richesse du travail ? Puis c'étaient des myriades innombrables d'armes barbares et grecques, et des troupeaux plus considérables encore de bêtes de trait et de victimes désignées pour le sacrifice, des conserves au boisseau, des ballots et des sacs pleins de parchemins et de livres, et de toute sorte d'objets utiles. Telle était la quantité de viande salée expédiée de toutes parts, qu'on en prenait de loin les monceaux pour autant de tertres et de collines élevées l'une en face de l'autre[cxxviii] ». L'armée fut divisée en trois corps, commandés chacun par un barbare et par un Grec. En passant par les marais de Sirbon, elle perdit quelque bataillons qui s'enlisèrent dans les sables mouvants : arrivée devant Péluse, elle trouva l'ennemi prêt à la recevoir. Nectanebo avait moins d'hommes que son adversaire, soixante mille Égyptiens, vingt mille Libyens et autant de Grecs, mais le souvenir des succès remportés à nombre inégal par lui-même et par ses prédécesseurs lui inspirait confiance dans l'issue de la lutte. Son escadre n'aurait pas affronté sur mer les flottes combinées de Chypre et de la Phénicie ; mais il avait assez de bateaux à fond plat pour défendre les embouchures du Nil. Les points faibles de sa frontière étaient couverts par des forteresses ou des camps retranchés ; bref, toutes les mesures étaient prises pour une guerre défensive.

La fougue imprudente de ses auxiliaires grecs déconcerta ses plans. Péluse était occupée par cinq mille d'entre eux sous Philophron. Quelques-uns des Thébains qui servaient avec Lacratès dans l'armée perse, désireux de justifier une fois de plus le renom de bravoure que les campagnes d'Épaminondas leur avaient valu, franchirent un canal profond qui les séparaient de la ville et provoquèrent la garnison à une rencontre en rase campagne : Philophron accepta le défi et leur disputa la victoire jusqu'à la tombée de la nuit. Le lendemain, Lacratès ayant saigné le canal et jeté une digue en travers, amena son corps entier à la rescousse et commença à battre la place de ses machines. Peu de jours suffirent à pratiquer la brèche, mais les Égyptiens s'entendaient à manier la pioche aussi bien que l'épée, et tandis que la muraille extérieure s'écroulait, un mur nouveau couronné de tours en bois s'élevait derrière elle. Nectanebo, accouru avec trente mille hommes de troupes indigènes, cinq mille Grecs et la moitié du contingent libyen, suivait de loin les péripéties du siège, et par sa seule présence empêchait le reste de l'armée perse de marcher en avant. Les semaines s'écoulaient, et il semblait déjà que cette tactique de temporisation dût avoir sa fortune accoutumée ; quand un incident imprévu vint compliquer la situation. Parmi les chefs de bande qui guerroyaient sous Ochos se trouvait un certain Nicostrate d'Argos, que sa vigueur prodigieuse faisait comparer à Hercule, et qui portait l'équipement traditionnel du héros, la peau de lion et la massue. S'inspirant sans doute du plan suggéré jadis par Iphicrate à Pharnabaze, Nicostratos obligea quelques paysans dont les femmes et les enfants étaient tombés en son pouvoir à lui servir de guides, pénétra dans l'une des embouchures du Nil, que les Égyptiens avaient négligé de fortifier, débarqua son corps de troupes et se fortifia sur les derrières de Nectanebo. L'entreprise, menée avec trop peu d'hommes, était plus que hardie : si les mercenaires s'étaient bornés à harceler Nicostrate sans jamais accepter le combat, ils l'auraient promptement contraint à se rembarquer ou à se rendre. Leur impatience perdit tout : ceux d'entre eux qui formaient la garnison de la ville voisine, au nombre de cinq mille, se portèrent à la rencontre de l'Argien sous le commandement de Clinias de Cos et furent battus. La brèche était enfin pratiquée. Si les Perses, encouragés par le succès de Nicostrate, s'y précipitaient résolument, Nectanebo courait le risque d'être séparé des troupes qu'il avait sur l'extrême frontière orientale et écrasé sans ressource : il se replia sur la pointe du Delta. Tandis qu'il s'efforçait de concentrer à Memphis les éléments d'un corps nouveau, l'armée qu'il laissait en arrière crut qu'il l'avait abandonnée et perdit courage : Péluse se rendit à Lacratès, Mentor occupa Bubaste, et les villes les plus fortes, redoutant le sort de Sidon, ouvrirent leurs portes presque sans résistance Nectanebo, désespéré par ces défections successives, s'enfuit en Éthiopie avec ses trésors. L'heureux coup de main de Nicostrate avait rétabli l'empire du grand roi dans son intégrité (542)[cxxix].

L'Égypte avait prospéré sous l'administration de ses derniers Pharaons indigènes. D'Amyrtée à Nectanebo ils s'étaient ingéniés consciencieusement à effacer les traces des invasions étrangères et à rendre au pays l'aspect qu'il avait avant la conquête : ceux mêmes qui n'avaient fait que passer sur le trône, comme Psamoutis et Tachos, avaient construit ou décoré des temples[cxxx]. La Thébaïde, négligée par les premiers Achéménides, fut de leur part l'objet de soins assidus. L'île de Philæ, en butte aux ravages des Éthiopiens, n’était plus qu'un monceau de ruines[cxxxi] : Nectanebo II y jeta les fondements de quelques-uns des édifices que nous y voyons encore aujourd'hui[cxxxii]. Le sanctuaire de Nekhabit à El-Kab[cxxxiii] et celui d'Horus à Edfou[cxxxiv] furent restaurés par Nectanebo 1er, celui de Minou à Coptos[cxxxv] par Nectanebo II. Les deux capitales, Thèbes[cxxxvi] et Memphis[cxxxvii], ne furent pas oubliées, et les villes du Delta, Sébennytos[cxxxviii], Bubaste[cxxxix], Pahabi[cxl], Patoumou[cxli], eurent leur part des embellissements. Et malgré le peu de temps qui fut consacré à chacun d'eux, la plupart de ces travaux ne trahissent nulle part la hâte ou l'incurie les artistes qui en étaient chargés possédaient pleinement les traditions du bel art antique et ils savaient au besoin modeler des chefs-d’œuvre comparables à ceux de l'époque saïte[cxlii]. Le sarcophage en brèche verte de Nectanebo 1er est ciselé avec une perfection qui n'a jamais été dépassée en aucun pays[cxliii]. Le torse en basalte vert de Nectanebo. Il ne le cède en rien, pour la pureté du style et pour le fini de l'exécution, aux plus beaux restes de la dix-huitième dynastie et même de l'Ancien Empire[cxliv]. La victoire d'Ochos porta à l'Égypte un coup plus funeste peut-être que n'avait fait l'invasion de Cambyse. Ochos avait des motifs personnels de haine contre les Égyptiens : ils l'avaient comparé à Typhon pour la cruauté et appelé l'âne, parce que cet animal était consacré au dieu du mal. Arrivé à Memphis, il ordonna, dit-on, qu'on lui accommodât le bœuf Apis pour un banquet qu'il offrait à ses amis, et il intronisa dans le temple de Phtah un âne auquel il rendit les honneurs divins[cxlv]. Le bouc de Mendès partagea la fortune de l'Apis[cxlvi] ; les temples furent pillés, les livres sacrés emportés en Perse, les murs des villes rasés jusqu'au sol, les principaux partisans de la royauté indigène égorgés à loisir. Les supplices achevés, les mercenaires grecs rentrèrent dans leur patrie chargés de butin, et le grand roi reprit le chemin de Suse, laissant à Phérendatès la garde de la satrapie reconquise[cxlvii].

Deux hommes surtout avaient contribué au succès, l'eunuque Bagoas et le Rhodien Mentor : il leur confia le gouvernement de l'Empire. Bagoas dirigea la politique intérieure ; Mentor, placé à la tête des provinces maritimes de l’Asie, en acheva rapidement la réduction. Artabaze renonça à lutter et chercha un refuge auprès de Philippe le Macédonien[cxlviii] : les tyrans qui dominaient sur les côtes de la mer Égée et de l'Hellespont ou bien se soumirent de bonne volonté, ou, s'ils résistèrent comme Hermias d'Atarnée, l'ami d'Aristote, furent saisis et mis à mort[cxlix]. Pendant quelques années la Perse parut avoir recouvré l'influence prépondérante qu'elle avait perdue depuis l'avènement d'Artaxerxés II, et Ochos occupa dans l'esprit de ses contemporains une place égale à celle qu'y tenaient les grands conquérants de sa race, Cyrus, Cambyse, Darius. C'était leur faire injure malgré ses victoires de Syrie et d'Égypte, Ochos n'était qu'un despote oriental du type ordinaire. Son gouvernement avait encore l'apparence de la force, mais les peuples sur lesquels il régnait, étrangers les uns aux autres et comprimés à peine par leurs satrapes, tendaient de plus en plus à se détacher de lui. Déjà quelques-uns des gouvernements institués par Darius un siècle et demi plus tôt n'existaient plus que de nom : au nord, vers les sources de l'Euphrate, du Tigre et de l'Halys[cl], on ne trouvait qu'une masse confuse de royaumes et de tribus, dont les unes, comme les Arméniens, reconnaissaient encore une hégémonie persane, mais dont les autres, Gordiouques[cli], Taoques, Chalybes, Colchiens, Mosynèques, Tibarènes[clii], ne relevaient que d'elles-mêmes. Les rois de la Bithynie, de la Paphlagonie et du Pont acquittaient encore le tribut d'une manière intermittente[cliii] ; les Mysiens, les Pisidiens, les Lycaoniens ne le payaient plus[cliv]. Le désordre n'était pas moindre au delà du Tigre. Les Cadusiens, les Amardes, les Tapures, appuyés aux montagnes de la Caspienne, y bravaient les efforts tentés pour les déloger[clv]. L'Inde et les Sakes étaient passés de la condition de sujets à celle d'alliés bénévoles[clvi], et les hordes sauvages de la Gédrosie et du Paropanisos se montraient rebelles à toute autorité.

En même temps que le territoire s'amoindrissait, le cadre de l'administration agencé si ingénieusement par Darius se brisait par la négligence et par la faiblesse de ses successeurs. Non seulement l'usage d'envoyer chaque année des inspecteurs dans les provinces était devenu une simple formalité, qu'on omettait le plus souvent, mais la distinction entre le pouvoir civil et le pouvoir militaire avait disparu : le général qui commandait les troupes remplissait presque partout l'office de gouverneur[clvii], et il réunissait d'ordinaire plusieurs satrapies entre ses mains. L'armée et le revenu étaient encore, malgré tout, l'armée et le revenu les plus considérables qu'il y eût alors au monde ; mais si les sacs de dariques ou d'archers avaient conservé leur prix, les bataillons avaient perdu beaucoup de leur valeur. Sans doute l'antique prouesse des Perses, des Mèdes, des Bactriens et des autres races de l'Iran n'avait pas faibli, mais personne ne s'était inquiété de les tenir au courant des progrès que l'art militaire avait accomplis depuis un siècle. Leurs contingents n'étaient que des bandes lourdes et indisciplinées ; faciles à rompre malgré la bravoure incontestable des individus qui les composaient : les instruire eût été long, probablement dangereux, et on avait préféré leur adjoindre des mercenaires loués à haut prix. Dés Artaxerxés II, les Grecs formaient le noyau des forces perses. Les armées du grand roi étaient commandées par des généraux hellènes nourris à l'école d'Agésilas, d'Iphicrate, d'Épaminondas et des meilleurs tacticiens de l'époque. Les flottes étaient sous les ordres d'amiraux grecs. C'était uniquement à la prépondérance de l'élément européen que le rude Ochos avait dû ses victoires, et le fait était assez connu au delà de la mer Égée pour que les rhéteurs en discourussent ouvertement sans étonner personne[clviii].

Si la décadence était venue si prompte, la faute n'en était pas au peuple. Les Perses étaient restés ce qu'ils étaient au début, sobres, honnêtes, intrépides : la dynastie et les grandes familles qui l'entouraient avaient dégénéré au point de rendre le salut presque impossible. Les premiers Achéménides avaient réglé eux-mêmes toutes les affaires de l'État, puis la campagne de Grèce avait dégoûté Xerxès 1er de la royauté militante : il s'était enfermé dans son harem, déléguant l'honneur périlleux de combattre à ses généraux et le souci d'administrer à l'eunuque Aspamithrès[clix]. L'usage une fois établi, ses successeurs y avaient persévéré et ils n'étaient intervenus que rarement dans la conduite des opérations militaires. Ni Artaxerxés 1er ni Darius Nothos ne parurent sur le champ de bataille ; Artaxerxés II n'assista qu'à deux des guerres qui ensanglantèrent son long règne ; Ochos, qui avait semblé vouloir remettre en vigueur la tradition des fondateurs de l'empire, était rentré à Suse après ses victoires de Syrie et d'Égypte. La vie des princes se consumait au milieu des intrigues et des crimes du harem. Elevés par les femmes et par les eunuques, entourés dès l'enfance des recherches du luxe le plus raffiné[clx], ils se fatiguaient vite de penser et d'agir et ils tombaient inconsciemment sous la tutelle d'un de leurs familiers : la sanguinaire Parysatis régna sous le nom de son mari Darius et de son fils Artaxerxés II, Bagoas mena Ochos à sa guise pendant près de six ans. Du moins son influence s'exerça-t-elle pour le bien du pays. La Macédoine, demeurée longtemps à l'écart du mouvement général, commençait à entrer dans le concert hellénique : il comprit le danger auquel on s'exposait à lui laisser prendre l'ascendant et réunir en un seul faisceau les forces jusqu'alors éparses de la Grèce. Il prêta donc une aide efficace à tous les ennemis de Philippe[clxi] ; Chersobleptès le Thrace[clxii], la ville de Périnthe[clxiii], reçurent des secours qui leur permirent de repousser victorieusement les attaques du Macédonien (340). Malheureusement, tandis qu'il travaillait à prévenir le péril, les rivaux qu'il avait à Suse s'ingéniaient à le noircir dans l'esprit de son maître. Leurs manœuvres ne lui laissèrent bientôt plus d'autre alternative que de frapper ou de périr : il empoisonna Ochos (338), donna le trône au plus jeune fils, Arsès, et assassina les autres enfants. L'Égypte en accueillit la nouvelle avec joie, et elle vit dans le sort tragique de son vainqueur une revanche notable des divinités qu'il avait outragées. On y conta bientôt que Bagoas, Égyptien d'origine, ne s'était débarrassé de son maître que pour venger le meurtre d'Apis ; il avait jeté le cadavre aux chats, lui-même il en avait mangé, et il s'était servi des os pour fabriquer des sifflets et des manches de couteau[clxiv].

Arsès fut d'abord un instrument docile entre les mains de son ministre : quand le goût de l'indépendance lui fut venu avec les années, et qu'il commença à supporter impatiemment le joug, Bagoas le sacrifia à sa propre sûreté, comme il avait sacrifié Ochos (327)[clxv]. Tant de meurtres commis coup sur coup avaient épuisé la famille achéménide si complètement qu'il se trouva un moment embarrassé de savoir où chercher un roi : il se décida en faveur d'un de ses amis, Codoman, qui, selon les uns, était l'arrière-petit-fils de Darius II[clxvi], selon les autres, n'appartenait pas à la race royale[clxvii] et aurait exercé dans sa jeunesse le métier de courrier[clxviii]. Codoman adopta à son avènement le nom de Darius : brave, généreux, clément, désireux de bien faire, il valait mieux que les monarques qui l'avaient précédé, et il aurait mérité de régner à une époque où l'empire était moins affaibli. Bagoas s'aperçut bientôt que son protégé prétendait gouverner par lui-même et il voulut se débarrasser de lui, mais, trahi par un des siens, il fut contraint de boire le poison qu'il destinait à Darius[clxix]. Celui-ci ne jouit pas longtemps en paix du pouvoir qui lui était dévolu si inopinément. Monté sur le trône la même année qu'Alexandre, quelques jours avant la bataille de Chéronée, il vit les dangers dont l'ambition macédonienne le menaçait et il fut impuissant à les prévenir. Battu au Granique, battu à Issus, battu près d'Arbèles, il fut tué dans la fuite par un de ses satrapes (330)[clxx]. Le Macédonien hérita de son empire, et la race grecque joua désormais dans le monde oriental le rôle prépondérant que la Perse avait tenu pendant deux siècles.

 



[i] Ctésias, Persica, § 46, édit. Müller-Didot, p. 49. L'inscription supplémentaire de Béhistoun parle d'une expédition entreprise par Darius contre les Sakes, et d'un passage de la mer (Oppert, le Peuple, p. 159-160). On pense d'ordinaire que la mer citée en cet endroit est la mer d'Aral; mais ne pourrait-on pas y reconnaître la mer Noire, et voir dans le texte de Behistoun le récit, soit de l’expédition préliminaire d'Ariaramnès, soit de l’expédition de Darius lui-même ?

[ii] Le texte d'Hérodote (I’V, LXXXIII-CLII) n'est pas assez clair pour qu'on reporte l'itinéraire de Darius sur la carte. Il ne renferme cependant aucune particularité qu'on ne puisse expliquer d'une façon satisfaisante.

[iii] Hérodote, IV, CXLIII-CLVII ; V, I-XXII, 1.

[iv] Pour le détail des événements, je renvoie à ce qui est dit dans l'Histoire grecque de cette collection : je me borne à indiquer la politique des Perses dans ses grandes lignes.

[v] Hérodote, IV, CLXII-CLXVIII.

[vi] Hérodote, IV, CC-CCI.

[vii] Hérodote, IV, CCIV ; appelée plus tard Bérénice, d'après la femme de Ptolémée III, aujourd'hui Benghazi.

[viii] Hérodote, IV, CCIII.

[ix] Hérodote, IV, CCIV. C'est probablement à cette guerre d'Aryandès contre Barca et les Libyens que Darius fait allusion lorsqu'il dit, dans le texte mède de l'inscription de Béhistoun : « Tandis que j'étais à Babylone, ces provinces firent défection de moi, la Perse et la Susiane, les Mèdes et l'Assyrie, et les Égyptiens… » (Oppert, le Peuple, p. 125). La mention des Égyptiens manque dans les autres versions.

[x] Hérodote, IV, CLVI. Cf. Fr. Lenormant, la Monnaie dans l'antiquité, t. II, p. 6.

[xi] Polyen, Strat., VII, 11, 7, où Aryandès prend le nom d'Oryandros. D'après l'auteur que Polyen avait consulté, Darius serait arrivé à Memphis au moment où un Apis venait de mourir : c'est ce qui a décidé M. Wiedemann à placer la mort d'Aryandès en 517 (Geschichte Ægyptens von Psametich I, p. 236-237). D'après la place que l'expédition de Libye occupe après celle de Scythie, et d'après l'anecdote relative à la statue de Sésostris (Hérodote, II, CXX), il est évident qu'Hérodote mettait la mort d'Aryandès vers le temps de la révolte d'Ionie entre 504 et 498.

[xii] E. de Rougé, Mémoire sur la statuette naophore du musée Grégorien au Vatican, p. 25 ; E. Révillout, Premier Extrait de la Chronique démotique de Paris, dans la Revue égyptologique, t. I, p.29.

[xiii] Diodore, I, 96.

[xiv] Polyen, Strat., VII, 11, 7.

[xv] Hérodote, Il, CX ; Diodore, I, 58. Quelques fragments au nom de Darius ont été découverts sur l'emplacement de Memphis (Mariette, Monuments divers, pl. 34 d).

[xvi] Diodore, I, 95.

[xvii] Hérodote, III, XCI.

[xviii] Hérodote, III, XCVII. Ces Éthiopiens ne payaient pas de tribut régulier, mais ils devaient fournir tous les trois ans, à titre de don gracieux, deux chénices d'or vierge, deux cent pièces de bois d'ébène, vingt dents d'éléphants et cinq jeunes esclaves.

[xix] Hérodote, II, XXX, indique que les Perses avaient encore de son temps garnison à Daphné et à l'Éléphantine ; sur la garnison de Memphis, cf. Hérodote, III, XCI.

[xx] Hérodote, III, XCI.

[xxi] Hérodote, II, CXLIX ; pendant les six autres mois de l'année, le produit tombait à un tiers de talent par jouir.

[xxii] Diodore, I, 52, où il est dit que Moeris aurait donné le produit des pêcheries à sa femme pour les frais de sa toilette.

[xxiii] Hérodote, III, XCI.

[xxiv] Dinon, fragm. 15-16 dans les Frag. Hist. Græc. (édit. Müller-Didot), t. II, p. 92.

[xxv] Hérodote, II, CLVIII ; IV, XXXIX. Plusieurs inscriptions trilingues découvertes à différentes époques (Description de l'Égypte, Ant., V, pl. 29, Mémoires, T, p. 265 ; Mariette, la Stèle bilingue de Chalouf, dans la Revue archéologique, 1866, t. II ; Oppert, Mémoire sur les rapports de l'Égypte et de l'Assyrie dans l'antiquité, p. 125-427) dans l'isthme de Suez confirment la tradition classique, et nous révèlent ce fait curieux, que Darius fit combler plus tard une partie de son propre canal, de Bira à la mer.

[xxvi] Plusieurs des inscriptions gravées sur les rochers de l'Ouady Hammamât montrent combien la route fut fréquentée au temps de Darius (Burton, Excerpta Hieroglyphica, pl. 3, 4, 14 ; Rosellini, Mon. Stor., II, 174; Lepsius, Denkm., III, 285).

[xxvii] Aujourd’hui El-Khargèh. Cailliaud, Voyage à l'Oasis de Thèbes, pl. X, p. 399 ; Hoskins, Visit to the Great Oasis, p. 118 ; Lepsius, Hieroglyphische Inschripften in den Oasen von Kharigeh unn Dâkhileh, dans la Zeitschrift, 1874, p. 73-83 ; Birch, The inscription of Darius at the temple of El-Khargeh, dans les Transactions of the Society of Biblical Archæology, t. V, p. 293-302 ; H. Brugsch, Reise nach der grossen Oase El-Khargeh, p. 47-99.

[xxviii] Le contrat démotique 5251 du Louvre porte la date du troisième mois de la seconde saison de l'an XXXV de Darius 1er (Devéria, Catalogue des Manuscrits égyptiens, p. 212). La révolte eut donc lieu entre juin et septembre 486 (Unger, Manetho., p. 289).

[xxix] Hérodote, VII, IV. D'après Ctésias (Persica, § 19, édit. Müller-Didot, p 49), il avait vécu soixante-douze ans et régné trente et un ans.

[xxx] Cf. à ce sujet G. Rawlinson, The five great Monarchies, t. III, p. 445-446

[xxxi] Hérodote, VII, II-III.

[xxxii] Hérodote, VII, CLXXXVII.

[xxxiii] On a cru longtemps que le Khabbisha, mentionné sur une stèle de Ptolémée Lagi avait été le chef de la révolte (Mariette, Monuments divers, pl. 45, l. 7-8 ; Brugsch, Ein Decret Ptolemaios des Sohnes Lagi, des Satrapes, dans la Zeitschrift, 1871, p. 4). Wilcken a montré qu'il n'en était rien et que Khabbisha est postérieur à Xerxès (Zeitschrift, t. XXXIX).

[xxxiv] Ctésias, Persica, § 21 (édit. Müller-Didot p. 50) ; Élien, Var. Hist., XIV, 5.

[xxxv] Hérodote (I, CLXXXIII) cite le fait de l'enlèvement de la statue, sans rien dire des événements qui l'accompagnèrent. Il est difficile de ne pas voir dans son récit un des épisodes du soulèvement de Babylone.

[xxxvi] Ctésias, Persica, § 22 (édit. Müller-Didot, p. 50). D'après Arrien (Anabase, VII, 17), la destruction de la ville aurait été postérieure à la campagne de Grèce. Si faible que Soit l'autorité de Ctésias, il était plus près des événements qu'Arrien, et j'ai préféré suivre la version qu'il donne.

[xxxvii] Thucydide, I, 94.

[xxxviii] Hérodote, VII, CVII ; Thucydide, I, 98 ; Pausanias, VIII, 8, § 5.

[xxxix] Hérodote, VII, CVI.

[xl] Voir dans Hérodote (IX, CVIII-CXIII) le récit de ses intrigues amoureuses avec la femme de son frère Masistès et avec celle de son fils Darius.

[xli] Ctésias, Persica, § 29 (édit. Müller-Didot, p. 51) ; Diodore, XI, 69, 1 ; Justin, III, 1, et Élien, Var. Hist., XIII, 3, qui rapporte que Xerxès fut assassiné la nuit par son fils.

[xlii] Ctésias, Persica, § 30-31 (édit. Müller-Didot, p. 51-52).

[xliii] Letronne, Recueil des Inscriptions grecques et latines de l'Égypte, t. II, p. 291-293, qui pourtant a exagéré en mêlant les rois des Ammoniens aux rois de Libye.

[xliv] Ctésias (Persica, § 32, édit. Müller-Didot, p. 52) ne donne que quarante navires : c'est sans doute une faute de copiste M (40) pour Σ (200).

[xlv] Ctésias, Persica, § 32, édit. Müller-Didot, p. 52 ; Hérodote, III, XII ; Diodore, XI, 74.

[xlvi] Ctésias, Persica, § 32, édit. Müller-Didot, p. 52. C'est probablement cette bataille navale entre Perses et Égyptiens que Néalkés peignit (Pline, Hist. Nat., XXXV, 11-40).

[xlvii] Thucydide, I, 104 ; Diodore, XI, 74-75.

[xlviii] Ctésias (Persica, § 33-34, édit. Müller-Didot, p. 52 ; cf. Et. de Byzance, s. v. Bæblow) remplace le nom de Prosopitis par celui de Byblos, « ville très forte de l'Égypte ».

[xlix] Thucydide, I, 105 ; Diodore de Sicile, XI, 71, 75. D'après Thucydide, Inaros aurait été trahi et livré pas les siens.

[l] Thucydide, I, 110 ; Aristodème, XIII, 4, dans les Fragm. H. Græc., édit. Müller-Didot, t. V, p. 14.

[li] Ctésias, Persica, § 34-36, édit. Müller-Didot, p. 52.

[lii] Hérodote, III, XV.

[liii] D'après Hérodote, 11, CXL, l'île où il établit sa résidence se nommait Elbô et elle avait servi jadis de retraite à l'aveugle Anysis.

[liv] Pour tous les faits relatifs aux guerres médiques, je ne puis que renvoyer aux Histoires grecques parues dans ces derniers temps.

[lv] Ctésias, Persica, § 37-41 (édit. Müller-Didot, p. 52-53).

[lvi] Ctésias, Persica, § 48 (édit. Müller-Didot, p. 54) ; cf. Hérodote, III, CLX.

[lvii] Ctésias, Persica, § 44-45 (édit. Müller-Didot, p. 54), Diodore, XII, 74, qu'il est dit que, d'après certains auteurs, Xerxès II aurait régné une année entière.

[lviii] Ctésias, Persica, § 46-48 (édit. Müller-Didot, p. 54-55). Ce prince n'était pas fils de Damaspia, la seule femme légitime d'Artaxerxés 1er : les Grecs l'appelèrent Nñyow, le bâtard.

[lix] Ctésias, Persica, § 50-51 (édit. Müller-Didot, p. 55). Sur le supplice de la cendre, cf. Valère Maxime, IX, 2, 7.

[lx] D'après l'hypothèse fort vraisemblable de Larcher.

[lxi] Thucydide I, 115, le mentionne dès avant 440.

[lxii] Ctésias, Persica, § 52 (édit. Müller-Didot, p. 55-56).

[lxiii] Thucydide. VIII, 5, 19, 28.

[lxiv] Ctésias, Persica, § 57 (édit. Müller-Didot, p. 56), où le nom est écrit Arsakès ; Plutarque, Artoxerxès, I, donne Arsikas, qui doit être la forme première. D'après Dinon (fragm. 22, dans les Fragm. H. Gr., t, II, p. 95), Artaxerxés II s'appelait Oartès, non pas Arsikas, avant de monter sur le trône.

[lxv] Plutarque, Artoxerxès, 3 ; Xénophon, Anabase, I. 163.

[lxvi] Pour le détail de ces événements, voyez l'Histoire grecque de M. Duruy.

[lxvii] M. Wiedemann a pensé que l'Égypte avait été divisée alors en deux satrapies, dont la première, celle de la Haute-Égypte, aurait été gouvernée par un satrape perse, et la seconde par des Égyptiens comme Pausiris (Geschichte Ægyptens Von Psametich I, p. 252-253).

[lxviii] Hérodote, III, XV.

[lxix] Philochore, fragm. 90, dans les Fragm. H. Gr., t. I, 2, p. 598-599.

[lxx] Cf. Brugsch, dans la Zeitschrift, 1874, p. 45.

[lxxi] Syncelle, p. 256 d.

[lxxii] La forme grecque paraît répondre à une forme Amourtais ou Amonrtaif. Le nom de ce roi n'a pas été encore découvert sur les monuments égyptiens contemporains ; et ceux des Pharaons avec lesquels on l'a identifié, Roudamon, et Ameniritrout (Wiedemann, Geschichte Ægyptens Von Psametich I, p. 272), ne peuvent appartenir au milieu de l'époque persane. Le nom qui répond à celui d'Amyrtée dans la rapsodie démotique n'est pas d'une lecture certaine (E. Révillout, Second extrait de la Chronique démotique de Paris, dans la Revue égyptologique, t. II, p. 53-54).

[lxxiii] Xénophon, Anabase, I, 8, 9.

[lxxiv] Ley (Fata et conditio Ægypti sub imperio Persarum, 20, 57), puis Lepsius (Königsbuch, p. 48-50), ont identifié ce Psammétique avec Amyrtée, qui deviendrait de la sorte Psammétique IV.

[lxxv] C'est du moins l'idée que se faisaient de Nephôrîtès les Égyptiens du temps des Ptolémées (cf. E. Révillout, Second Extrait de la Chronique démotique, dans la Revue égyptologique, t. II, p. 55).

[lxxvi] Diodore, XIV, 79. Trogue Pompée (Justin, VI, 2) plaçait le même événement sous le règne d'Hakoris, qu'il appelle Hercynion, je ne sais d'après quelle autorité.

[lxxvii] La dernière date connue du règne de Nephôrîtès est de la quatrième année, sur une bandelette de momie conservée au Louvre (Devéria, Catalogue des manuscrits égyptiens, p. 207-208).

[lxxviii] Les Aqaïousha du texte de Mînéphtah sont les Achéens qui colonisèrent Chypre (Philostephanos, fragm. 4, dans les Fragm. H. Gr., t. III, p. 51).

[lxxix] Fr. Lenormant, les Origines de l'Histoire, t. III, p. 58, 86.

[lxxx] G. Smith, History 0f Assurbanipal, p. 52 ; Fr. Delitzsch, Wo lag das Paradies ?, p. 291-294.

[lxxxi] Cf. Heuzey, Catalogue des figurines antiques de terre cuite du Musée du Louvre, p. 126 sqq.

[lxxxii] Demodamos, fragm. 5 dans les Fragm. H. Græc., t. II, p. 444.

[lxxxiii] Hérodote, V, civ-cv, cxiii-cxvii.

[lxxxiv] Théopompe, fragm. 111 dans les Fragm. H. Gr., t. I, p. 295-296. D'après Diodore de Sicile (XV, 2), l'alliance d'Hakoris avec Évagoras devrait être rapportée à l'olympiade XCVIII, 5 (586).

[lxxxv] Diodore, XV, 3.

[lxxxvi] Xénophon, Hellenica, V, 4, 40 ; Corn. Nepos, Chabrias, II ; cf. Rehdantz, Vitæ Iphicratis, Chabriæ, Timothei Atheniensium, p. 34-35.

[lxxxvii] Théopompe, fragm. 111 dans les Fragm. H. Gr., t. I, p. 295.

[lxxxviii] Diodore de Sicile, XV, 2 ; Isocrate, Évagoras, 62, et Paneg., § 160.

[lxxxix] Diodore de Sicile, XV, 2.

[xc] Diodore de Sicile, XV, 4-8.

[xci] Plutarque, Artoxerxès, 24 ; Corn. Nepos, Datames, 1.

[xcii] Théopompe, fragm. 111 dans les Fragm. H. Græc., t. I, p 296.

[xciii] Diodore, XV, 29.

[xciv] M. Wiedemann (Geschichte Ægyptens von Psametich I, p. 262 sqq.) a cru pouvoir modifier l'ordre de succession des princes de cette XXIXe dynastie sur l'autorité de la rapsodie démotique, découverte par M. E. Révillout : la découverte d'un texte de Psamoutis (Recueil, t. VI, p. 20), où ce prince parle d'Hakoris, suffirait seule à montrer que Manéthon était bien informé ici, comme toujours.

[xcv] E. Révillout, Second extrait de la Chronique démotique de Paris, dans la Revue égyptologique, t. II, p. 55.

[xcvi] C'est du moins l'interprétation qui me parait être la meilleure pour le fragment de Théopompe (fragm. 111 dans les Fragm. H. Græc., t. I, p. 295). Si le changement de règne qui se produisit alors en Égypte ne lui avait pas été défavorable, Évagoras n'aurait pas fait une tentative auprès des Lacédémoniens et ne se serait pas rendu aussitôt après.

[xcvii] Diodore, XV, 29 ; Corn. Nepos, Chabrias, 2.

[xcviii] Strabon, XVI, II, 33.

[xcix] Strabon, XVII, I, 22.

[c] Diodore, XV, 41 ; Corn. Nepos, Datames, 5 ; cf. Strabon, XVI, II, 25.

[ci] Isocrate, Paneg., § 461.

[cii] Isocrate, Paneg., § 161 ; Corn. Nepos, Datames, 5.

[ciii] Diodore, XV, 41.

[civ] Corn. Nepos, Chabrias, 3 ; Iphicrates, 2 ; Diodore, XV, 29.

[cv] Comme l'a fait observer très justement Kenrick, Ancient Egypt under the Pharaons, t. II, p. 421, « les généraux perses et athéniens commirent la même faute qui amena la défaite de saint Louis et la prise de son armée en 1249 et que Bonaparte évita dans sa campagne de 1798 ».

[cvi] Le récit de cette guerre dans Diodore de Sicile, XV, 41-43.

[cvii] La rapsodie démotique (E. Révillout, Second Extrait de la Chronique démotique de Paris, dans la Revue égyptologique, t. II, p. 4, 58-59) donne, comme Manéthon, neuf années de règne à Nectanebo 1er : les termes assez obscurs qu'elle emploie pourraient laisser supposer que Tachos était le fils de son prédécesseur.

[cviii] Diodore, XV, 90, 92.

[cix] Corn. Nepos, Chabrias, 2 ; cf. Polyen, Strat., III, 11, 7 ; III, 11, 12, etc., où sont racontés plusieurs des épisodes relatifs à la préparation de cette campagne.

[cx] Pseudo-Aristote, Économiques, II.

[cxi] Diodore de Sicile, XV, 92.

[cxii] Xénophon, Éloge d'Agésilas, II, 28.

[cxiii] Diodore, XV, 92.

[cxiv] Cf. Théopompe, fragm. 25 dans les Fragm. H. Græc., t. I, p. 281 ; Corn. Nepos, Agésilas, 8 ; Plutarque, Agésilas, 38.

[cxv] Lykéas de Naucratis, fragm. 5 dans les Fragm. H. Gr., t. IV, p. 441.

[cxvi] Xénophon, Éloge d’Agésilas, II, 50 ; Diodore de Sicile, XV, 92. Lykéas de Naucratis rapporte une anecdote assez puérile sur les rapports de Tachos et d'Artaxerxés (Fragm. H. Græc., t. II, p. 466, note).

[cxvii] D'après Élien (Var. hist., V, 4) qui probablement s'appuie sur l'autorité de Dinon, Tachos serait mort de dysenterie, à la suite d'excès de table.

[cxviii] D'après Justin, X, 5, les princesses elles-mêmes n'auraient pas échappé au massacre.

[cxix] C'est ainsi qu'Isocrate (Phil., § 118, 160), après la défaite d'Ochos, admet comme un fait évident de soi que le grand roi est impuissant à rien entreprendre entre la liberté de l'Égypte.

[cxx] Diodore de Sicile, XVI, 58, § 1-2, qui malheureusement ne nous donne aucun détail sur la marche des événements.

[cxxi] Diodore de Sicile, l. XVI, 42, § 3-5.

[cxxii] Diodore, l. XVI, 42, § 6 ; 46.

[cxxiii] Diodore, l. XVI, 22, 34, § 2.

[cxxiv] Diodore de Sicile, l. XVI, 44, § 5-6.

[cxxv] Théopompe, fragm. 126 dans les Fragm. H. Græc., t. I, p. 299. où le roi de Sidon est nommé Straton.

[cxxvi] Plutarque, Vie d'Artaxerxés, dernier chapitre.

[cxxvii] Le récit de la guerre de Phénicie est dans Diodore de Sicile, l. XVI, 41-45.

[cxxviii] Théopompe, fragm. 125 dans les Fragm. H. Græc., t. I, p. 298-299.

[cxxix] Sur cette guerre, consulter Diodore de Sicile, XVI, 46-51. Voici la série des dernières dynasties manéthoniennes, telle qu'on peut la rétablir en ce moment :

[cxxx] Édicules de Psamoutis à Karnak (Maspero, Découverte d'un petit temple, dans le Recueil, t. VI, p. 20 ; Wiedemann, Sur deux temples bâtis par les rois de la XXIXe dynastie à Karnak, dans les Proceedinq of the Society of Biblical Archæology, 1884-1885, p. 108-112 ; Champollion, Monuments, pl. CCCIII, n° 1, pl. CCCIX, n° 5 ; Lepsius, Denkm., III, 259, a-b) ; travaux de Tachos dans les carrières de Tourah (Brugsch, Histoire d'Égypte, p. 282) et au temple de Khonsou à Thèbes.

[cxxxi] L'opinion généralement admise est que Philæ n'avait pas de temple avant Nectanebo : on y trouve pourtant les débris des constructions d'Amasis (Maspero, Notes sur quelques points de grammaire et d'histoire, § LXXVI, dans la Zeitschrift, 1855, p. 13).

[cxxxii] Lepsius, Denkm., III, 285.

[cxxxiii] Cartouches retrouvés en 1882 dans les ruines du temple.

[cxxxiv] Dümichen, Bauurkunde der Tempelanlagen von Edfu, dans la Zeitschrift, 1871, p. 95 sqq.

[cxxxv] Maspero, Notes sur quelques points de grammaire et d'histoire, § LXII, dans la Zeitschrift, 1885, p. 4-5.

[cxxxvi] Édifices de Nephôrîtès I à Karnak (dans Champollion, Notices, t. II, p. 290 ; Lepsius, Denkm., III, 284, b-c) ; d'Hakoris à Karnak (Champollion, Notices, t. II, p. 264 ; Lepsius, Denkm., III, 284, f-g) et à Médinet-Habou (Lepsius, Denkm., III, 284, h-i) ; de Nekhtharhabi à Karnak (Champollion, Monuments, pl. CCCVIII, 2, et Notices, t. II, p. 252, 258, 264, 273 sqq. ; Lepsius, Denkm., III, pl. CCXXXXVIII, a, 287 b-h) ; de Nectanebo II à Karnak (Champollion, Notices, p 240, 250, 262, sqq., et Monuments, pl. CCCIX, 2 ; Lepsius, Denkm., III, 284, k) et à Médinet-Habou (Champollion, Mon., II, CLXCLI).

[cxxxvii] Graffiti du temps d'Hakoris dans les carrières de Tourah (Champollion, Notices, t. II, p. 489 ; Brugsch, Recueil de monuments, pl. 10).

[cxxxviii] Leemans, Papyri Græci, p. 122 ; Maspero, les Contes populaires, p. 215-222.

[cxxxix] Dans les ruines d'un temple aujourd'hui entièrement détruit.

[cxl] Cartouches relevés en 1883 dans les ruines du temple de Behehît-el-Haggar.

[cxli] Naville, Lettre à M. Lepsius, dans la Zeitschrift, 1883, p. 43.

[cxlii] Sur l'art de cette époque, voir le jugement de Letronne, Mémoire sur la civilisation égyptienne, dans les Mélanges d'érudition, p. 226-234.

[cxliii] Aujourd'hui au Musée Britannique ; cf. Description de l'Égypte, Antiquités, t. V, pl. XL.

[cxliv] Aujourd'hui à la Bibliothèque Nationale ; cf. Millin, Monuments inédits, t. I, p. 385, Description de l'Égypte, Antiquités, t. V, pl. XXIX 7-8.

[cxlv] Dinon, fragm. 30 dans les Fragm. H. Gr., t. II, p. 95.

[cxlvi] Suidas, s. v. sato.

[cxlvii] Diodore de Sicile, I, XVI, 51.

[cxlviii] Il se maintint au moins jusqu'en 341. Cf. Diodore de Sicile, l. XVI, 52, § 3.

[cxlix] Diodore de Sicile, l. XVI, 52.

[cl] Hérodote place dans ces parages trois satrapies qui comprenaient l'Arménie, la côte orientale du Pont, une partie du bassin de I'Araxe et les montagnes de la Gordyène.

[cli] Xénophon, Anabase, IV, 1, 8.

[clii] Voir la condition du pays dans Xénophon, Anabase, VII, 8, 25.

[cliii] Xénophon, Helléniques, I, 4, 3 ; III, 2, 2, et Anabase, V, 6, 8.

[cliv] Xénophon, Anabase, I, 1,11 ; 2, 1 ; 6, 7 : 9, 14, etc.

[clv] Voir les récits des tentatives dirigées en vain contre ces peuples par plusieurs rois perses, dans Plutarque, Vie d'Artoxerxes, ch. 24 ; Diodore de Sicile, XV, 8, § 4, et XVII, 6 ; Cornelius Nepos, Datamès, § 1 ; Justin, X, 3.

[clvi] Les Sakes combattirent à Arbèles, mais seulement comme alliés des Perses (Arrien, Anabase, III, 8). Les Indiens qui sont mentionnés à côté d'eux venaient du pays situé aux environs de Caboul ; la plupart des peuples qui avaient jadis figuré dans la satrapie de l'Inde de Darios étaient redevenus indépendants.

[clvii] Arrien, Anabase, III, 8.

[clviii] C'était déjà l'idée courante au temps où fut écrit le Panégyrique d’Isocrate, § 140-141.

[clix] Ctésias, Persica, § 29, édit. Müller-Didot, p. 51.

[clx] Voir la description du genre de vie des derniers Achéménides dans Dinon (fragm. 12 14-19 dans les Fragm. H. Græc., t. II p. 91-95) et dans Héraclide de Cumes (fragm. 1, 2, 4 dans les Fragm. H. Græc., t. II, p. 93-94).

[clxi] Diodore de Sicile, l. XVI, 75, § 1.

[clxii] Cf. la lettre d'Alexandre dans Arrien, Anabase, II, 14.

[clxiii] Diodore de Sicile, l. XVI, 75, 76 ; Arrien, Anabase, II, 14.

[clxiv] Diodore de Sicile, l. XVII, 5, § 3 ; Élien, Var. Hist., VI, 8.

[clxv] Diodore de Sicile, l. XVII, 5, § 4 ; cf. Arrien, Anabase, II, 14 ; Strabon, XV, 3, 24.

[clxvi] D'après Diodore de Sicile, l. XVII, 5, § 5, qui nomme son grand-père Ostanès, frère d'Artaxerxés II.

[clxvii] Strabon, IV, 3, 24.

[clxviii] Plutarque, Vie d'Alexandre, ch. XVIII.

[clxix] Diodore de Sicile, l. XVII, 6.

[clxx] Voir pour le détail de ces événements l'Histoire grecque de Duruy. Voici la liste des princes de la famille achéménide qui ont régné sur la Perse :