RETOUR À L’ENTRÉE DU SITE ALLER A LA TABLE DES MATIERES DE PLAUTE

PLAUTE

Miles gloriosus - Le soldat fanfaron

 

PERSONAE

PYRGOPOLINICES, miles. 
ARTOTROGUS, parasitus. 
PALAESTRIO, servos. 
PERIPLECOMENES, senex. 
SCELEDRUS, servos. 
PHILOCOMASIUM, meretrix. 
PLEUSIDES, adulescens. 
LUCRIO, puer. 
MILPHIDIPPA, ancilla. 
ACROTELEUTIUM, meretrix. 
PUER.
CARIO, cocus.

ARGUMENTUM I

Meretricem ingenuam deperibat mutuo 
Atheniensis juvenis. Naupactum is domo 
Legatus abiit : miles in eamdem incidit; 
Deportat Ephesum invitam. Servos Attici, 
Ut nunciaret domino factum, navigat; 
Capitur, donatur illeic captus militi.
Ad herum, ut veniret Ephesum, scribit : advolat 
Adulescens, atque in proxumo devortitur 
Apud hospitem paternum : medium parietem
Perfodit servos, conmeatus clanculum
Qua foret amantum : geminam fingit; mulieris 
Sororem ait esse : mox ei dominus ædium 
Suam clientam sollicitandum ad militem 
Subornat : capitur ille, sperat nubtias.
Dimittit concubinam, et moechus vapulat. 

ARGUMENTUM II

Meretricem Athenis Ephesum miles avehit.
Id dum hero amanti servos nunciare volt
Legato peregre, ipsus captu'st mari,
Et illi eidem militi dono datu'st.
Suum arcessit herum Athenis, et forat,
Geminis communem clam parietem in aedibus.
Licere ut quiret convenire amantibus.
Obharentis custos hos videt de tegulis.
Ridiculis autem, quasi sit alia, luditur.
Itemque inpellit militem Palaestrio,
Omissam faciat concubinam, quando ei
Senis vicini cupiat uxor nubere.
Ultro abeat, orat, donat multa : ipse in domo
Senis prehensus, poenas pro moecho luit.

PERSONNAGES

PYRGOPOLINICE, militaire.
ARTOTROGUS, parasite de Pyrgopolinice.
PALESTRION, esclave maintenant du Militaire, autrefois de Pleuside.
PÉRIPLÉCOMÈNE, vieillard, ami de Pleuside.
SCELEDRUS, esclave du Militaire.
PHILOCOMASIE, amante de Pleuside.
PLEUSIDE, jeune Athénien.
LUCRION, jeune esclave.
MILPHIDIPPE, esclave d'Acrotéleutie.
ACROTÉLEUTIE, courtisane, cliente de Périplécomène.
UN ESCLAVE de Périplécomène.
CARION, cuisinier.

ARGUMENT I

Une courtisane, libre par sa naissance, et un jeune Athénien, s'aimaient éperdument. Le jeune homme s'en alla en ambassade à Naupacte. Un militaire fait connaissance de la belle, et la transporte à Éphèse, malgré elle. L'esclave de l'Athénien se met en mer pour instruire son maître; mais il est pris, et l'on fait don du captif au militaire. Il écrit à son maître de venir à Éphèse; le jeune homme accourt, et il se loge dans une maison voisine, chez un hôte de son père. L'esclave fait un trou dans un mur mitoyen, afin de ménager une communication secrète entre les deux amants. Il invente à l'amoureuse une soeur jumelle; ensuite l'hôte lui prête sa cliente pour le seconder en agaçant le militaire. Le sot se laisse prendre, il espère épouser; il donne congé à sa maîtresse, et il se fait étriller comme adultère.

ARGUMENT II

Un militaire enlève d'Athènes une courtisane, et l'emmène à Éphèse. L'esclave de l'amant veut annoncer cette nouvelle à son maître, qu'une ambassade occupait en pays étranger; mais il est pris en mer lui-même, et on le donne au militaire. Cependant il fait venir d'Athènes son maître, et perce un mur mitoyen secrètement, pour permettre aux deux amants de se voir. Mais, du haut d'un toit, un gardien les aperçoit comme ils se tenaient embrassés. Toutefois, le sot est dupé; on lui persuade que c'est une autre femme qu'il a vue. Palestrion engage aussi le Militaire à congédier sa maîtresse, en lui disant que la femme d'un vieillard voisin a le désir de l'épouser. Le fat demande lui-même la séparation, et comble la belle de présents. Surpris dans la maison du vieillard, on le condamne comme adultère.

 

I.i

PYRGOPOLINICES

Curate, ut splendor meo sit clupeo clarior,
quam solis radii esse olim quom sudum'st solent :
ut, ubi usus veniat, contra conserta manu,
praestringat oculorum aciem in acie hostibus.
Nam ego hanc machaeram mihi consolari volo,  5
ne lamentetur, neve animum despondeat ;
quia se iam pridem feriatam gestitem,
quae misera gestit fartum facere ex hostibus.
Sed ubi Artotrogus hic est? 
ARTOTROGUS 
Stat propter virum
fortem atque fortunatum, et forma regia; 10
tum bellatorem. Mars haud ausit dicere,
neque aequiperare suas virtutes ad tuas.
PYRGOPOLINICES 
Quemne ego servavi in campis Curculionieis,
ubi Bombomachides Clutomistaridysarchides
erat imperator summus, Neptuni nepos? 15
ARTOTROGUS 
Memini, nempe illum dicis cum armis aureis,
quoius tu legiones difflavisti spiritu,
quasi ventus folia, aut paniculum tectoriam.
PYRGOPOLINICES 
Istuc quidem, edepol, nihil est. 
ARTOTROGUS 
Nihil, hercle hoc, quidem,
prae ut alia dicam... tu quae numquam feceris. 20
Periuriorem hoc hominem si quis viderit,
aut gloriarum pleniorem quam illic est,
me sibi habeto, ego me mancupio dabo;
nisi unum, epityra estur insanum bene.
PYRGOPOLINICES 
Ubi tu es? 
ARTOTROGUS 
Eccum : edepol, vel elephanto in India, 25
quo pacto pugno praefregisti bracchium ?
PYRGOPOLINICES 
Quid, bracchium? 
ARTOTROGUS 
Illud dicere volui, femur.
PYRGOPOLINICES 
At indiligenter iceram. 
ARTOTROGUS 
Pol, si quidem
connisus esses, per corium, per viscera
perque os elephanti transmineret bracchium. 30
PYRGOPOLINICES 
Nolo istaec heic nunc. 
ARTOTROGUS 
Ne, hercle, operae pretium quidem'st
mihi te narrare, tuas qui virtutes sciam.
Venter creat omneis hasce aerumnas auribus
peraurienda sunt, ne dentes dentiant,
et adsentandum'st quidquid hic mentibitur. 35
PYRGOPOLINICES 
Quid illuc quod dico? 
ARTOTROGUS 
Hem, scio iam quid vis dicere.
Factum'st, hercle; memini fieri. 
PYRGOPOLINICES 
Quid id est? 
ARTOTROGUS 
Quidquid est.
PYRGOPOLINICES 
Habes tabellas ?
ARTOTROGUS 
Vis rogare? habeo, et stilum.
PYRGOPOLINICES 
Facete advortis animum tuom ad animum meum.
ARTOTROGUS 
Gnovisse mores tuos me meditate decet 40
curamque adhibere, ut praevolat mihi quo tu velis.
PYRGOPOLINICES 
Ecquid meministi? 
ARTOTROGUS 
Memini, centum in Cilicia
et quinquaginta, centum Scytholatroninidae,
triginta Sardi, sexaginta Macedones
sunt homines quos tu obcidisti uno die. 45
PYRGOPOLINICES 
Quanta istaec hominum summa'st? 
ARTOTROGUS 
Septem milia.
PYRGOPOLINICES 
Tantum esse oportet. recte rationem tenes.
ARTOTROGUS 
At nullos habeo scribtos; sic memini tamen.
PYRGOPOLINICES 
Edepol, memoria'st optuma. 
ARTOTROGUS 
Offa me monet.
PYRGOPOLINICES 
Dum talem facies, qualem adhuc, adsiduo edis, 50
communicabo semper te mensa mea.
ARTOTROGUS 
Quid ? in Cappadocia, ubi tu quingentos simul,
ni hebes machaera foret, uno ictu occideras?
PYRGOPOLINICES 
At peditastelli quia erant, sivi viverent.
ARTOTROGUS 
Quid tibi ego dicam, quod omneis mortales sciunt, 55
Pyrgopolynicem te unum in terra vivere
virtute, et forma, et factis invictissumis?
Amant te omneis mulieres, neque iniuria,
qui sis tam pulcher; vel illae, quae here pallio
me reprehenderunt. 
PYRGOPOLINICES 
Quid here dixerunt tibi? 60
ARTOTROGUS 
Rogitabant: hicine Achilles est, inquit tibi ?
imo eius frater, inquam; est. Innuit altera :
ergo, mecastor, pulcher est, inquit mihi,
et liberalis. Vide, caesaries quam decet !
Ne illae sunt fortunatae, quae cum isto cubant ? 65
PYRGOPOLINICES 
Ita ne aiebant tandem ! 
ARTOTROGUS 
Quae me ambae obsecraverint,
ut te hodie quasi pompam illa praeterducerem?
PYRGOPOLINICES 
Nimia est miseria nimi' polchrum esse hominem. 
ARTOTROGUS 
Imo ita'st.
Molestae sunt, orant, ambiunt, obsecrant
videre ut liceat : ad sese arcessi iubent, 70
ut tuo non liceat dare operam negotio.
PYRGOPOLINICES 
Videtur tempus esse, ut eamus ad forum;
ut in tabellis quos consignavi heic heri
latrones, ibus denumerem stipendium.
Nam rex Seleucus me opere oravit maxumo, 75
ut sibi latrones cogerem et conscriberem.
Regi hunc diem mihi operam decretum'st dare.
ARTOTROGUS 
Age eamus ergo. 
PYRGOPOLINICES 
Sequimini, satellites. 

LE MILITAIRE FANFARON
ACTE I, 1
PYRGOPOLINICE, ARTOTROGUS, suite du militaire.

PYRGOPOLINICE
Soignez mon bouclier; que son éclat soit plus resplendissant que les rayons du soleil dans un ciel pur. Il faut qu'au jour de la bataille, les ennemis, dans le feu de la mêlée, aient la vue éblouie par ses feux. Et toi, mon épée, console-toi, ne te lamente pas tant, ne laisse point abattre ton courage, s'il y a trop longtemps que je te porte oisive à mon côté, tandis que tu frémis d'impatience de faire un hachis d'ennemis. Mais où est Artotrogus? Ah, le voici.
ARTOTROGUS
Il est là, le fidèle compagnon d'un guerrier courageux, intrépide, beau comme un roi, vaillant comme un héros. Mars n'oserait, pour vanter ses vertus, les comparer aux tiennes.
PYRGOPOLINICE
Tu te souviens du garçon que je sauvai dans les champs Curculioniens, où commandait en chef Bombomachidès Clutomistaridysarchidès, petit-fils de Neptune (42) ?
ARTOTROGUS
Je m'en souviens; tu veux parler de ce guerrier aux armes d'or, dont tu dispersas d'un souffle les légions, comme le vent dissipe les feuilles ou le chaume des toits.
PYRGOPOLINICE
Cela n'est rien, par Pollux !
ARTOTROGUS
Rien, par Hercule, au prix de toutes les autres prouesses... (A part.) que tu n'as jamais faites. S'il existe un plus effronté menteur, un glorieux plus vain, eh bien, je me vendrai à lui en toute propriété; sinon, on se paiera une orgie de confitures d'olives.
PYRGOPOLINICE
Où es-tu?
ARTOTROGUS
Me voici. Et dans l'Inde, par Pollux, comme tu cassas, d'un coup de poing, le bras à un éléphant !
PYRGOPOLINICE
Comment le bras?
ARTOTROGUS
Je voulais dire la cuisse.
PYRGOPOLINICE
Et j'y allais négligemment.
ARTOTROGUS
Si tu y avais mis toute ta force, par Pollux, tu aurais traversé le cuir, le ventre, la mâchoire de l'éléphant avec  ton bras.
PYRGOPOLINICE
Je ne veux pas entendre parler de tout cela pour le moment.
ARTOTROGUS
Par Hercule, tu n'as pas besoin de me raconter tes hauts faits, à moi qui les connais si bien. (A part.) C'est mon ventre qui me cause toutes ces tribulations; il faut que mes oreilles les subissent, pour que mes dents ne s'allongent pas; et je suis obligé d'applaudir à tous les mensonges qu'il lui plaît d'inventer.
PYRGOPOLINICE
Qu'est-ce que je voulais dire?
ARTOTROGUS
Ah, je sais déjà ta pensée. Oui, le fait est vrai, par Hercule, je m'en souviens.
PYRGOPOLINICE
Qu'est-ce?
ARTOTROGUS
Tout ce qu'il te plaira.
PYRGOPOLINICE
As-tu des tablettes?
ARTOTROGUS
Veux-tu enrôler des troupes? j'ai aussi un poinçon.
PYRGOPOLINICE
Que tes pensées s'accordent bien avec les miennes !
ARTOTROGUS
C'est un devoir pour moi de connaître ton humeur, de m'en faire une étude assidue, pour que mon esprit vole au-devant de tes désirs.
PYRGOPOLINICE
Te souviens-tu?...
ARTOTROGUS
Oui, cent cinquante hommes en Cilicie, cent Scytholatronides, trente Sardes, soixante Macédoniens, périrent sous tes coups en un seul jour.
PYRGOPOLINICE
Combien cela fait-il de morts?
ARTOTROGUS
Sept mille.
PYRGOPOLINICE
Ce doit être cela; tu comptes bien.
ARTOTROGUS
Je n'ai pas besoin de tenir registre pour m'en souvenir.
PYRGOPOLINICE
Par Pollux, ta mémoire est excellente.
ARTOTROGUS (à part)
Les bons morceaux me la rafraîchissent.
PYRGOPOLINICE
Tant que tu te comporteras comme jusqu'à ce jour, tu seras sans arrêt bien nourri; je t'admettrai toujours à ma table.
ARTOTROGUS (avec un redoublement de chaleur)
Hein ! Et en Cappadoce, si ton glaive ne s'était pas émoussé, n'aurais-tu pas tué d'un seul coup cinq cents ennemis?
PYRGOPOLINICE
Mauvais soldats, s'ils avaient échappé !
ARTOTROGUS
Et pourquoi te dirais-je ce qui est connu de l'univers, que Pyrgopolinice efface tout ce qui existe sur la terre par sa bravoure, sa beauté, sa force invincible? Toutes les femmes t'adorent, et elles n'ont pas tort, vraiment ; tu es si magnifique ! ... Par exemple, celles qui me prirent hier par mon manteau.
PYRGOPOLINICE
Que t'ont-elles dit hier?
ARTOTROGUS
N'est-ce point Achille qui est avec toi? demandait l'une d'elles. Non, répondis-je, c'est son frère. Ah ! oui, par Castor, s'écrie l'autre avec un mouvement de tête; qu'il me semble beau ! qu'il a l'air noble ! Regarde, comme sa chevelure tombe avec grâce ! Heureuses les femmes qui ont place dans son lit !
PYRGOPOLINICE
Oui-da ! elles s'exprimaient ainsi?
ARTOTROGUS
Et elles m'ont supplié toutes les deux de te mener aujourd'hui de ce côté-là, comme la procession des jeux (43).
PYRGOPOLINICE
Un homme est bien à plaindre d'être si beau.
ARTOTROGUS
Oh! oui. Elles m'assomment; ce sont toujours des prières, des sollicitations, des instances pour que je leur procure le bonheur de te voir; ce sont des messages pour me faire venir; au point que je n'ai plus le temps de vaquer à tes affaires.
PYRGOPOLINICE
Il est l'heure, je crois, d'aller à la place, pour payer aux soldats que j'enrôlai hier le prix de leur engagement. Le roi Séleucus m'a prié avec instance de lever et d'enrôler pour lui des mercenaires. Je veux consacrer la journée au service de ce prince.
ARTOTROGUS (d'un air belliqueux)
Eh bien ! marchons.
PYRGOPOLINICE (à sa suite)
Soldats, suivez-moi.

II. i

PALAESTRIO 

Mihi ad enarrandum hoc argumentum'st comitas.
Si ad auscultandum vostra erit benignitas. 80
Qui autem auscultare nolet, exsurgat foras,
ut sit ubi sedeat ille, qui auscultare volt.
Nunc, qua adsedistis causa in festivo loco,
comoediai quam nos acturi sumus,
et argumentum et nomen vobis eloquar. 85
Alazon Graece huic nomen est comoediae,
id nos Latine Gloriosum dicimus.
Hoc oppidum Ephesu'st : illest Miles meus herus,
qui hinc ad forum abiit, gloriosus, inpudens,
stercoreus, plenus periuri atque adulteri. 90
Ait sese ultro omneis mulieres sectarier,
is deridiculu'st, quaqua incedit, omnibus.
Itaque heic meretrices, labiis dum ductant eum,
maiorem partem videas valgis saviis.
Nam ego haud diu apud hunc servitutem servio. 95
Id volo vos scire, quomodo ad hunc devenerim
in servitutem, ab eo quoi servivi prius.
Date operam : nam nunc argumentum exordiar.
Erat herus Athenis mihi adulescens optumus.
Is amabat meretricem matre Athenis Atticis, 100
et illa illum contra, qui est amor cultu optumus.
Is publice legatus Naupactum fuit,
magnai rei publicai gratia.
Interibi hic miles forte Athenas advenit ;
insinuat sese ad illam amicam mei heri. 105
Occepit eius matri subpalparier
vino, ornamentis, opiparisque obsoniis,
itaque intimum ibi se Miles apud lenam facit.
Ubi primum evenit militi huic obcasio,
sublinit os illi lenae, matri mulieris 110
quam herus meus amabat : nam is illius filiam
coniicit in navem Miles, clam matrem suam,
eamque huc invitam mulierem in Ephesum advehit.
Ego quantum vivos possum mihi navem paro, 
ubi amicam herilem Athenis avectam scio;115
inscendo, ut eam rem Naupactum ad herum nunciem.
Ubi sumus provecti in altum, id quod  volunt,
capiunt, praedones navem illam ubi vectus fui.
Prius perii, quam ad herum veni, quo ire obcoeperam
ille, qui me cepit, dat me huic dono Militi. 120
Hic postquam in aedeis me ad se duxit domum,
video illam amicam herilem, Athenis quae fuit.
Ubi contra adspexit me, oculis mihi signum dedit,
ne se adpellarem : deinde, postquam obcasio'st,
conqueritur mecum mulier fortunas suas. 125
Ait sese Athenas fugere cupere ex hac domu,
sese illum amare meum herum, Athenis qui fuit;
neque peius quemquam odisse, quam istum Militem.
Ego, quoniam inspexi mulieris sententiam,
cepi tabellas, consignavi clanculum; 130
dedi mercatori quoidam qui ad illum deferat
meum herum, qui Athenis fuerat, qui hanc amaverat,
ut is huc veniret. is non sprevit nuntium;
nam et venit, et is in proxumo heic devortitur
apud suom paternum hospitem, lepidum senem. 135
Itaque illi amanti suo hospiti morem gerit,
nosque opera consilioque adhortatur, iuvat.
Itaque ego paravi heic intus magnas machinas,
qui amanetis una inter se facerem convenas :
nam unum conclave, concubinae quod dedit 140
Miles, quo nemo nisi eapse inferret pedem,
in eo conclavi ego perfodi parietem,
qua commeatus clam esset hinc huc mulieri.
Et sene sciente hoc feci: is consilium dedit.
Nam meus conservos est homo haud magni preti, 145
quem concubinae miles custodem addidit.
Ei nos facetis fabricis et doctis dolis
glaucomam ob oculos obiciemus : eumque ita
faciemus ut, quod viderit, non viderit.
Et mox, ne erretis, haec duarum hodie vicem 150
et heic et illeic mulier feret imaginem :
atque eadem erit, verum alia esse adsimulabitur.
Ita sublinetur os custodi mulieris.
Sed foris concrepuit hinc a vicino sene.
Ipse exit: hic ille est lepidus, quem dixi, senex. 155 

ACTE II, 1

PALESTRION, seul.

J'aurai l'obligeance d'expliquer le sujet de cette pièce, si vous avez la complaisance de me prêter attention. Que celui qui ne veut pas écouter se lève et sorte, pour laisser place à qui veut entendre. Maintenant, puisque vous êtes venus prendre séance dans cette joyeuse enceinte pour la comédie que nous allons représenter, je vous en dirai le titre et le sujet. Elle s'appelle en grec Alazôn; en notre langue latine, le Fanfaron. Cette ville se nomme Éphèse; le Militaire qui vient de se rendre à la place, c'est mon maître, un fanfaron sans pudeur, un amas d'ordures, un tas de mensonge et d'adultère. Toutes les femmes, à l'entendre, courent après lui; mais il n'a qu'à se montrer pour leur servir à toutes de risée. Aussi, les courtisanes de la ville, qui lui envoient sans cesse des baisers, en ont, pour la plupart, les lèvres de travers. Or, il n'y a pas longtemps que je sers chez lui : je veux que vous sachiez comment je suis tombé en sa possession, après avoir été esclave ailleurs. Soyez attentifs, je vais faire l'exposition. J'étais serviteur dans Athènes d'un honnête et digne jeune homme, qui aimait une courtisane née d'une mère athénienne; elle lui rendait tendresse pour tendresse, ce qu'il y a de mieux en amour. Le jeune homme alla en ambassade à Naupacte pour une affaire importante de la République. Sur ces entrefaites, arrive par hasard dans Athènes le Militaire. Il s'introduit auprès de la maîtresse de mon maître; il gagne les bonnes grâces de la mère par le vin, les cadeaux, les mets friands, et devient ainsi intime chez la vieille courtisane. Le traître n'attendait que l'occasion de faire pièce à cette femme. Un beau jour il lui dérobe la jeune fille aimée de mon maître, la jette en secret sur un bateau, et la transporte malgré elle à Éphèse. Moi, sans perdre un moment, je me procure un navire, dès que j'apprends qu'on a enlevé d'Athènes la bonne amie de mon maître, et je m'embarque pour lui porter à Naupacte la triste nouvelle. Mais à peine avons-nous gagné la pleine mer, des pirates nous attendaient; ils prennent notre navire, et me voilà perdu en chemin avant d'avoir rejoint mon maître. Le corsaire qui m'avait capturé me donne en présent au Militaire. Celui-ci m'emmène chez lui. Que vois-je en y arrivant? celle que mon maître eut pour maîtresse dans Athènes. De son côté, dès qu'elle m'aperçoit, ses yeux me font signe de ne point lui parler. Ensuite, à la première occasion, elle me conte son aventure. Elle désire, dit-elle, s'enfuir de cette maison et revoir Athènes : elle aime toujours mon maître, l'Athénien d'antan; et il n'y a personne au monde qu'elle déteste à l'égal de ce soldat. Moi, voyant de quels sentiments elle est animée, je prends des tablettes, j'écris une lettre en secret, et je la donne à un marchand pour qu'il la remette à mon maître, celui d'Athènes, le premier amant. Je lui mandais de venir; mes avis ne furent pas négligés :il est venu et il demeure ici (désignant la maison de Périplécomène), chez le voisin, un hôte de son père, un aimable vieillard, qui se montre compatissant pour les peines amoureuses de son hôte. Aussi est-il le premier à nous encourager, nous aide-t-il de ses conseils et de ses bons offices. J'ai donc monté là, chez nous, des machines hardies pour procurer à nos amants des tête-à-tête. Dans l'appartement que le Militaire a donné à sa maîtresse, où il ne permet qu'à elle seule de mettre le pied, j'ai percé la muraille, afin d'ouvrir un passage à la belle. A tout cela le vieillard a consenti; c'est lui-même qui en a donné l'idée. J'ai un camarade d'esclavage, pauvre espèce que le Militaire a chargé de surveiller celle qu'il aime. Nous saurons, par nos ingénieux stratagèmes et nos ruses adroites, lui étendre une taie sur les yeux; et nous ferons si bien, que tout ce qu'il verra il ne l'aura point vu. Bientôt, pour que vous ne vous y trompiez pas, notre amoureuse fera un double rôle; elle se montrera en personne et ici (désignant la maison du Militaire) et là (indiquant celle de Périplécomène) ; ce sera toujours la même; mais elle se donnera pour une autre. Nous barbouillerons ainsi la face au gardien. Mais j'entends la porte du voisin qui crie; c'est lui qui sort. Voilà l'aimable vieillard dont je parlais.

II.ii

PERIPLECOMENES 

Nisi, hercle, defregeritis talos, posthac quemque in tegulis
videritis alienum; ego vostra faciam latera lorea.
Mihi quidem iam arbitri vicini sunt, meae quid fiat domi;
ita per inpluvium intro spectant. Nunc adeo edico omnibus;
quemque a Milite hoc videritis hominem in nostris tegulis, 160
extra unum Palaestrionem, huc deturbatote in viam.
Quod ille gallinam aut columbam se sectari aut simiam
dicat, disperistis ni usque ad mortem male mulcassitis,
atque adeo, ut ne legi fraudem faciant aleariae,
adcuratote, ut sine talis domi agitent convivium. 165
PALAESTRIO 
Nescio quid malefactum a nostra huic familia est quantum audio;
ita hic senex talos elidi iussit conservis meis.
Sed me excepit: nihili facio, quid illis faciat caeteris.
Adgrediar hominem : estne advorsum est quasi ?
quid agis, Periplectomene? 
PERIPLECOMENES  
Haud multos homines, si optandum  fuerit, 170
nunc videre et convenire quam te mavellem. 
PALAESTRIO Quid est?
quid tumultuas cum nostra familia? 
PERIPLECOMENES  
Obcisi sumus.
PALAESTRIO 
Quid negoti'st? 
PERIPLECOMENES  
Res palam'st. 
PALAESTRIO 
Quae res palam'st? 
PERIPLECOMENES  De tegulis
modo nescio quis inspectavit vestrarum familiarium
per nostrum impluvium intus apud nos Philocomasium atque hospitem 175
osculanteis. 
PALAESTRIO 
Quis homo id vidit? 
PERIPLECOMENES  
Tuos conservo'st. 
PALAESTRIO Quis is homo est?
PERIPLECOMENES  
Nescio, ita abripuit repente sese subito. 
PALAESTRIO 
Suspicor...
me periisse. 
PERIPLECOMENES  
Ubi abiit, conclamo: heus quid agis tu, inquam in tegulis?
ille, mihi abiens ita respondit  :se sectari simiam.
PALAESTRIO 
Vae mihi misero, quoi pereundum'st propter nihili bestiam. 180
Sed Philocomasium heicine etiam nunc est? 
PERIPLECOMENES  
Quom exibam, heic erat.
PALAESTRIO 
Sis, iube transire huc, quantum possit; se ut videant domi
familiareis, nisi quidem illa nos volt, qui servi sumus,
propter amorem suom omnes crucibus contubernaleis dari.
PERIPLECOMENES  
Dixi ego istuc; nisi quid aliud vis. 
PALAESTRIO 
Volo : hoc ei dicito, 185
profecto ut ne quoquam de ingenio degrediatur muliebri, 185a
earumque artem et disciplinam obtineat et colerem. 
PERIPLECOMENES  
Quemadmodum?
PALAESTRIO 
Ut eum, qui se heic vidit, verbis vincat, ne is se viderit.
Siquidem centiens heic visa sit, tamen infitias eat,
os habet, linguam, perfidiam, malitiam, atque audaciam,
confidentiam, confirmitatem, fraudulentiam : 189a
qui arguet se, eum contra vincat iureiurando suo.
Domi habet animum falsiloquom, falsificum, falsiiurium :
domi dolos, domi delenifica facta, domi fallacias.
Nam mulier olitori numquam subplicat, si qua est mala;
domi habet hortum et condimenta ad omneis mores maleficos.
PERIPLECOMENES  
Ego istae, si erit heic, nunciabo. Sed quid est, Palaestrio, 195
quod volutas tute tecum in corde? 
PALAESTRIO 
Paulisper tace,
dum ego mihi consilia in animum convoco, et dum consulo
quid agam, quem dolum doloso contra conservo parem,
qui illam heic vidit osculantem; id visum ut ne visum siet.
PERIPLECOMENES  
Quaere; ego hinc abscessero abs te huc interim. Illuc sis vide, 200
quemadmodum adstitit, severo fronte curans cogitans.
Pectus digitis pultat, cor, credo, evocaturu'st foras.
Ecce avortit, nixus laeva, in femine habet laevam manum,
dextera digitis rationem computat, ferit femur
dexterum vehementer icit; quod agast, aegre subpetit. 205
Concrepuit digitis: laborat, crebro conmutat status.
Eccere autem capite nutat.  Non placet quod reperit.
Quidquid est, incoctum non expromet, bene coctum dabit.
Ecce autem aedificat: columnam mento subfulsit suo.
Apage, non placet profecto mi illa inaedificatio; 210
Nam os columnatum poetae esse indaudivi barbaro,
quoi bini custodes semper totis horis adcubant.
Euge, euscheme hercle adstitit et dulice et comoedice :
numquam hodie quiescet, priusquam id, quod petit perfecerit.
Habet opinor. Age, si quid agis, vigila, ne somno stude; 215
nisi quidem heic agitare mavis varius virgis vigilias.
Tibi ego dico : anferiatus vestis. Heuste adloquor, Palaestrio:
vigila inquam; expergiscere, inquam; lucet hoc inquam. 
PALAESTRIO 
Audio.
PERIPLECOMENES  
Viden' hosteis tibi adesse, tuoque tergo obsidium? Consule,
adripe opem auxiliumque ad hanc rem: propere hoc, non placide decet. 220
Antemoeni aliquo saltu circumduce exercitum,
coge in obsidium perduellis, nostris praesidium para.
Untercludito inimicis conmeatum, tibi moeni viam,
qua cibatus conmeatusque ad te et legiones tuas
tuto possit pervenire: hanc rem age; res subitaria'st. 225
Reperi, conminiscere, cedo calidum consilium cito;
quae heic sunt visa, ut visa ne sint, facta infecta ne sient.
Magnam illeic, homo, rem incipissit, magna munit moenia.
Tute hoc si unus recipere ad te dicis, confidentia'st
nos inimicos profligare posse. 
PALAESTRIO 
Dico et recipio 230
ad me. 
PERIPLECOMENES  
Et ego impetrare dico id quod petis. 
PALAESTRIO 
At te Iuppiter
bene amet. 
PERIPLECOMENES  
Aut inparte mici pare, quod commentu's. 
PALAESTRIO 
Tace,
dum in regionem astutiarum mearum te induco, ut scias
iuxta mecum mea consilia. 
PERIPLECOMENES  
Salva sumes indidem.
PALAESTRIO 
Herus meus elephanti corio circumtentu'st, non suo, 235
neque habet plus sapientiae, quam lapis. 
PERIPLECOMENES  
Egomet istuc scio.
PALAESTRIO 
Nunc sic rationem incipisso, hanc instituam astutiam,
ut Philocomasio hanc sororem geminam germanam alteram
dicam Athenis advenisse cum amatore aliquo suo,
tam similem, quam lacte lacti est. Apud te eos heic devortier 240
dicam hospitio. 
PERIPLECOMENES  
Euge, euge, lepide; laudo conmentum tuum.
PALAESTRIO 
Ut si illeic concriminatus siet advorsum Militem
meus conservos, eam vidisse hic cum alieno osculari eam,
arguam vidisse apud te contra conservom meum
cum suo amatore amplexantem atque osculantem. 
PERIPLECOMENES  
Imo optume. 245
Idem ego dicam, si  me exquaeret Miles. 
PALAESTRIO 
Sed simillumas
dicito esse; et Philocomasio id praecipiendum'st, ut sciat,
ne titubet, si quaeret ex ea Miles. 
PERIPLECOMENES  
Nimis doctum dolum !
sed si ambas videre in uno Miles concilio volet,
quid agimus? 
PALAESTRIO 
Facile'st ! trecentae possunt causae conligi: 250
non domi'st, abiit ambulatum, dormit, ornatur, lavat,
prandet, potat, obcupata'st, operae non est, non potest.
Quantumvis prolationum, dum modo nunc prima via
inducamus, vera ut esse credat quae mentibimur.
PERIPLECOMENES  
Placet, ut dicis. 
PALAESTRIO 
Intro abi ergo, et si istei est mulier, eam iube 255
cito domum transire, atque hae ei dice monstra; praecipe,
ut teneat consilia nostra, quemadmodum exorsi sumus
de gemina sorore. 
PERIPLECOMENES  
Docte tibi illam perdoctam dabo.
Numquid aliud? 
PALAESTRIO 
Intro ut abeas. 
PERIPLECOMENES  
Abeo.
PALAESTRIO 
Et quidem ego ibo domum
Atque hominem investigando operam huic dissimulabiliter dabo, 260
qui fuerit conservos, qui hodie sit sectatus simiam.
Nam ille non potuit, quin sermone suo aliquem familiarium
participaverit de amica heri, sese vidisse eam
heic in proxumo osculantem cum alieno adulescentulo.
Gnovi morem egomet ; tacere nequeo solus quod scio. 265
Si invenio qui vidit, ad eum vineas pluteosque agam.
Res parata'st, vi pugnandoque hominem capere certa re'st.
Si ita non reperio, ibo odorans quasi canis venaticus,
usque donec persecutus volpem ero vestigiis.
Sed fores crepuerunt nostrae; ego voci moderabor meae. 270
Nam illic est Philocomasio custos meus conservos, atque it foras.

II, 2 PÉRIPLÉCOMÈNE, PALESTRION

PÉRIPLÉCOMÈNE (à ses gens)
Par Hercule, dorénavant, si vous ne brisez les talons à tout esclave étranger que vous verrez sur le toit, je vous garnirai les reins d'étrivières. Maintenant, les voisins savent tout ce qui se passe dans ma maison; ils s'amusent à regarder chez moi par l'impluvium. Or çà, écoutez tous mon ordre : tout homme de chez le Militaire que vous apercevrez sur nos toits, excepté Palestrion, jetez-le du haut en bas dans la rue. Il aura beau dire qu'il poursuit une poule, un pigeon, un singe, vous êtes morts si vous ne l'assommez sur place; et afin que ces gens-là ne puissent violer la loi des osselets, arrangez-les de manière qu'ils n'aient pas un osselet entier pour se mettre à table (44). 
PALESTRION
Nos gens, à ce que je puis entendre, auront joué je ne sais quel mauvais tour au vieillard, pour qu'il ordonne de briser les os à mes camarades; mais il a fait une exception pour moi. Peu m'importe comment il traite les autres. Je vais lui parler, et le voici qui paraît venir à ma rencontre. Comment cela va-t-il, Périplécomène? 
PÉRIPLÉCOMÈNE
Il y a peu d'hommes, si l'on m'avait donné à choisir, avec qui j'eusse plus désiré me rencontrer qu'avec toi en ce moment pour causer ensemble.
PALESTRION
Qu'y a-t-il? pourquoi ce vacarme contre les gens de chez nous?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Nous sommes égorgés.
PALESTRION
De quoi s'agit-il?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Tout est découvert.
PALESTRION
Découvert ! quoi?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Tout à l'heure, je ne sais quel homme de votre maison a regardé, du haut du toit (45), chez nous par l'impluvium; et il a vu mon hôte avec Philocomasie, qui s'embrassaient.
PALESTRION
Quel est ce curieux?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Un de tes camarades.
PALESTRION
Quel homme est-ce?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je ne sais, il s'est trop vite soustrait à mes regards.
PALESTRION
Je soupçonne... que je suis perdu. 
PÉRIPLÉCOMÈNE
En le voyant disparaître, je crie de toute ma force : Holà ! hé ! que fais-tu là sur ce toit? Il m'a répondu, en fuyant, qu'il poursuivait un singe.
PALESTRION
Malédiction ! que je suis malheureux de périr à cause d'une mauvaise bête ! Mais Philocomasie est-elle encore là? (montrant la maison de Périplécomène.)
PÉRIPLÉCOMÈNE
Elle y était quand je suis sorti.
PALESTRION
Dis-lui, je t'en prie, de passer chez nous le plus prompte0ment possible, pour que les gens du logis la voient à la maison, si elle ne veut pas que ses amours soient cause que, nous autres esclaves, on nous marie tous avec des croix.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je le lui ai déjà dit. Ne veux-tu rien d'autre?
PALESTRION
Si fait; recommande-lui de ne pas laisser mettre un instant en défaut son génie féminin; que sa tactique et son savoir ne se troublent pas, non plus que son visage.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Comment?
PALESTRION
De sorte que celui qui l'a vue soit pleinement convaincu de ne l'avoir pas vue. Quand même on l'aurait vue ici cent fois, qu'elle persiste à nier. Elle a un front, une langue, un esprit perfide, de la malice, de l'audace, de l'assurance, de l'aplomb, de la fourberie. Quand on l'accusera, qu'elle repousse l'accusation par ses parjures. Elle est en fonds de mensonges, d'impostures, de faux serments; en fonds de ruses, en fonds de prestiges, de tromperies. Une femme, si peu qu'elle soit pourvue de malice, n'a pas besoin qu'on lui en revende; elle a le magasin chez elle, avec tous les assaisonnements de malignes pratiques.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je ferai ta commission, si elle est chez moi. Mais que médites-tu à part toi dans ta tête, Palestrion?
PALESTRION (avec l'air très préoccupé)
Un moment de silence, tandis que je tiens conseil dans mon esprit et que j'avise à ce que je dois faire. Par quelle ruse attaquerai-je mon rusé camarade qui a vu les amants s'embrasser, pour que ce qu'il a vu de ses yeux, il ne l'ait point vu?
PÈRIPLÉCOMÈNE
Cherche; je me retirerai par ici en attendant. (Suivant des yeux le jeu muet de Palestrion) (46). Voyez un peu, je vous prie, quelle posture ! comme il assemble ses pensées d'un front soucieux ! Le voilà qui frappe du bout des doigts sa poitrine; il veut, je crois, évoquer au dehors sa sagesse. Mais il se retourne, en se penchant à gauche; sa  main, de ce côté, est appuyée sur la hanche, et de la droite il compte sur ses doigts; il se frappe la cuisse droite avec violence. Les idées ne lui viennent donc pas à son gré? Il fait claquer ses doigts; son cerveau travaille; il change de moment en moment de position. Oh ! oh ! il hoche la tête; ce qu'il a trouvé ne le satisfait pas. Quelque idée qui sorte de là, elle ne manquera pas de préparation, elle sera bien cuite. (Palestrion appuie sa tête sur son poing). Eh mais ! il bâtit; le voilà qui étaie son menton d'un arc-boutant. Fi ! je n'aime pas cette manière de bâtir; car il y a, m'a-t-on dit, un poète latin qui a le col arc-bouté, tandis que deux gardiens se tiennent en sentinelles couchés incessamment auprès de lui (47)... Vivat ! vivat ! il se dresse fièrement, par Hercule, comme un vrai maraud de comédie, Il n'aura pas de cesse qu'il n'accouche de son projet. Il y est, ce me semble. Allons, fais bien ce que tu fais, de l'activité, ne t'endors pas, si tu ne veux que les houssines te réveillent en bariolant ton dos. Je t'en avertis, il ne s'agit pas de t'amuser; Palestrion, tu m'entends, de l'activité, je te le dis; anime-toi, je te le dis; je te le dis, voici le jour qui vient.
PALESTRION
Après?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Vois-tu les ennemis en présence? l'assaut qui s'apprête pour tes reins? Prends tes mesures, réunis à l'instant tes forces et tes auxiliaires pour le combat. Il faut te hâter, ne pas perdre de temps. Dresse quelques retranchements pour vous protéger, ou déploie ton armée autour de la place; cours au-devant de tes adversaires pour attaquer, assure à nos gens une défense; intercepte les convois de l'ennemi, occupe les chemins pour assurer tes approvisionnements et nourrir tes légions. Attention, l'affaire presse; invente, imagine; trouve-nous un expédient prompt et chaud; qu'on n'ait point vu ce qu'on a vu; qu'on n'ait point fait ce qu'on a fait. Tu formes, mon cher, une grande entreprise; tu remues de puissantes machines de guerre. Si tu t'engages à prendre tout sur toi seul, nous avons bon espoir de mettre en déroute l'ennemi.
PALESTRION
Je m'y engage, et prends tout sur moi.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Et tu réussiras dans ton dessein, c'est moi qui te le dis.
PALESTRION
Or donc, que Jupiter te soit propice.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Or donc, fais-moi part amicalement de ce que tu as imaginé.
PALESTRION
Fais silence pour que je t'introduise dans la région de mes subtilités, et que tu connaisses mes desseins comme moi-même.
PÉRIPLÉCOMÉNE
Le dépôt t'en sera gardé fidèlement.
PALESTRION
C'est un cuir d'éléphant qui sert de peau à mon maître. Il n'a pas plus d'intelligence qu'une pierre.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Ça, je le sais.
PALESTRION
Voici le plan de mon entreprise et le stratagème que je médite. Je dirai que la soeur de Philocomasie, soeur jumelle, est arrivée d'Athènes dans cette ville avec un sien amoureux; qu'elles se ressemblent l'une et l'autre comme deux gouttes de lait : j'ajouterai que le couple loge ici chez toi par droit d'hospitalité...
PÉRIPLÉCOMÈNE
Bien, bien, à ravir ! je te félicite de ton idée !
PALESTRION
Comme cela, si mon camarade l'a dénoncée au Militaire pour l'avoir vue embrasser un étranger, je pourrai soutenir que c'est l'autre soeur avec son amant, qu'il a vus s'embrasser et se donner des baisers.
PÉRIPLÉCOMÈNE
A merveille. Je dirai la même chose, si le Militaire s'enquiert auprès, de moi.
PALESTRION
Mais dis-lui qu'elles se ressemblent tout à fait; et il faut avertir Philocomasie pour qu'elle sache faire et qu'elle ne bronche pas, si le Militaire l'interroge. PÉRIPLÉCOMÈNE
Ah ! la ruse est habile ! Mais s'il veut les voir toutes deux en présence, que ferons-nous?
PALESTRION
Belle difficulté ! on peut trouver mille prétextes; elle n'est pas à la maison, elle est allée à la promenade, elle dort, elle fait sa toilette, elle est au bain, elle dîne, elle est en partie de plaisir ou à ses affaires; elle n'a pas le temps, elle ne peut pas. Toutes les défaites sont bonnes, pourvu que d'abord, dans le moment, nous lui fassions prendre nos mensonges pour des vérités.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Comme tu dis; d'accord.
PALESTRION
Alors rentre chez toi, et si elle y est encore, dis-lui de passer tout de suite à la maison; instruis-la de tout ceci, fais-lui la leçon pour qu'elle retienne bien nos arrangements et le conte que nous imaginons de la soeur jumelle.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je saurai te l'endoctriner doctement. Tu ne me veux plus rien?
PALESTRION
Sinon que tu rentres chez toi.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je rentre. (II sort.)
PALESTRION
Et moi, je m'en vais au logis, et je me mettrai, sans me trahir, à la recherche du camarade qui poursuivait tout à l'heure son singe. Car il est impossible qu'il n'ait pas causé avec quelqu'un de nos gens : il lui aura dit en confidence comment il a aperçu, dans la maison voisine, la bonne amie de notre maître échanger des baisers avec un jeune homme. Je sais, par moi-même, ce qui en est; est-ce que je peux me taire quand j'ai seul un secret? Si je découvre celui qui l'a vue, je dresserai contre lui mes machines et mes batteries. Je suis prêt, j'attaque et je prends mon homme d'assaut; c'est un point résolu. Si je ne trouve pas tout de suite, j'irai flairant comme un chien de chasse, jusqu'à ce que j'aie saisi la trace du renard. Mais notre porte se fait entendre; je retiens ma voix; car c'est le gardien de Philocomasie, mon camarade; il sort.

II.iii

SCELEDRUS

Nisi quidem ego hodie ambulavi dormiens in tegulis,
certo, edepol, scio me vidisse heic proxumae viciniae
Philocomasium herilem amicam sibi alium quaerere.
PALAESTRIO 
Hic illam vidit osculantem, quantum hunc audivi loqui. 275
SCELEDRUS 
Quis hic est? 
PALAESTRIO 
Tuos conservos. Quid agis, Sceledre? 
SCELEDRUS 
Te, Palaestrio,
volup'st convenisse. 
PALAESTRIO 
Quid iam? aut quid negotis, fac sciam.
SCELEDRUS 
Metuo.
PALAESTRIO 
Quid metuis? 
SCELEDRUS Ne, hercle, hodie, quantum heic familiarium'st,
maxumum in malum cruciatum insiliamus. 
PALAESTRIO 
Tu sali
solus; nam ego istam insulturam et desulturam nil moror. 280
SCELEDRUS 
Nescis tu fortasse, apud nos facinus quod gnatum'st novom.
PALAESTRIO 
Quod id est facinus? 
SCELEDRUS 
Impudicum. 
PALAESTRIO 
Tute sci soli tibi,
mihi ne dixis, scire nolo. 
SCELEDRUS 
Non enim faciam, quin scias.
simiam hodie sum sectatus nostram in horum tegulis.
PALAESTRIO 
Edepol, Sceledre, homo sectatu's nihili nequam bestiam. 285
SCELEDRUS 
Di te perdant. 
PALAESTRIO 
Te istuc aequom, quoniam obcepisti, eloqui.
SCELEDRUS 
Forte fortuna per impluvium huc despexi in proxumum;
atque ego illi adspicio osculantem Philocomasium cum altero
nescio quo adulescente. 
PALAESTRIO 
Quod ego, Sceledre, scelus ex te audio?
SCELEDRUS 
Profecto vidi. 
PALAESTRIO 
Tuten'? 
SCELEDRUS 
Egomet duobus his oculis meis. 290
PALAESTRIO 
Abi, non verisimile dicis, neque vidisti. 
SCELEDRUS 
Num tibi
lippus videor? 
PALAESTRIO 
Medicum istuc tibi melius percontarier.
Verum enim tu istam, si te di ament, temere haud tollas fabulam.
Tuis nunc cruribus capitique fraudem capitalem hinc creas.
Nam tibi iam, ut pereas, paratum'st dupliciter, nisi subprimis 295
tuom stultiloquium. 
SCELEDRUS 
Qui vero dupliciter? 
PALAESTRIO 
Dicam tibi.
Primumdum, si falso insimulas Philocomasium, hoc perieris;
iterum, si id verum'st, tu ei custos additus perieris.
SCELEDRUS 
Quid fuat me, nescio: haec me vidisse ego certo scio.
PALAESTRIO 
Pergin', infelix? 
SCELEDRUS 
Quid tibi vis dicam, nisi quod viderim? 300
Quin, etiam nunc intus heic in proxumo'st. 
PALAESTRIO 
Eho, an non domi'st?
SCELEDRUS 
Vise, abi intro tute, nam ego mi iam nil credi postulo.
PALAESTRIO 
Certum'st facere.
SCELEDRUS 
Heic te obperiar; eadem illei insidias dabo,
quam mox horsum ad stabulum iunix recipiat se a pabulo.
Quid ego nunc faciam? custodem me illi miles tradidit. 305
Nunc si indicium facio, interii; si taceo, interii tamen,
si hoc palam fuerit. Quid peius muliere aut audacius?
Dum ego in tegulis sum, illa ex suo sex hospitio edit foras.
Edepol, facinus fecit audax ! hoccine si Miles sciat !...
Credo, hercle has, sustollat aedeis totas, atque hinc in crucem... 310
hercle, quidquid est, mussitabo potius, quam inteream male.
Non ego possum, quae ipsa sese venditat, tutarier.
PALAESTRIO 
Sceledre, Sceledre. Quis homo in terra est te alter audacior?
quis magis dis inimicis gnatus, quam tu, atque iratis? 
SCELEDRUS Quid est?
PALAESTRIO 
Iuben' tibi oculos ecfodiri, quibus id, quod nusquam hic vides? 315
SCELEDRUS 
Quid, nusquam? 
PALAESTRIO 
Non ego tuam empsim vitam vitiosa nuce.
SCELEDRUS 
Quid negoti'st ! 
PALAESTRIO 
Quid negoti sit, rogas? 
SCELEDRUS 
Cur non rogem?
PALAESTRIO 
Nonnetibi istam praetruncari linguam largiloquam iubes?
SCELEDRUS 
Quamobrem iubeam? 
PALAESTRIO 
Philocomasium eccam domi, quam in proxumo
vidisse aibas te osculantem atque amplexantem cum altero. 320
SCELEDRUS 
Mirum'st lolio victitare te, tam vili tritico.
PALAESTRIO 
Quid iam? 
SCELEDRUS 
Quia luscitiosus. 
PALAESTRIO 
Verbero ! edepol, tu quidem
caecus, non luscitiosus : nam illa quidem eccam domi.
SCELEDRUS 
Quid, domi? 
PALAESTRIO 
Domi, hercle, vero. 
SCELEDRUS 
Abi, ludis me, Palaestrio.
PALAESTRIO  
Tum mihi sunt manus inquinatae. 
SCELEDRUS 
Quidum? 
PALAESTRIO  
Quia ludo luto. 325
SCELEDRUS 
Vae capiti tuo. 
PALAESTRIO
Tuo istuc, Sceledre, promitto fore,
nisi oculos orationemque aliam commutas tibi.
Sed fores concrepuerunt nostrae. 
SCELEDRUS 
At ego ilico observo foreis.
Nam nihil est, qua hinc huc transire ea possit, nisi recto ostio.
PALAESTRIO 
Quin domi eccam : nescio quae te, Sceledre, scelera suscitant. 330
SCELEDRUS 
Mihi ego video, mihi ego sapio, mihi ego credo plurumum;
me homo nemo deterrebit, quin ea sit in his aedibus.
Hic obsistam, ne imprudenti huc ea se subrepsit mihi.
PALAESTRIO 
Meus illic homo est : deturbabo iam ego illum de pugnaculis.
Vin' iam faciam, ut stultividum te fatearis?
SCELEDRUS 
Age face. 335
PALAESTRIO 
Neque te quidquam sapere corde, neque oculis uti? 
SCELEDRUS 
Volo.
PALAESTRIO 
Nempe tu isteic ais esse herilem concubinam? 
SCELEDRUS 
Atque arguo
eam me vidisse osculantem heic intus cum alieno viro.
PALAESTRIO 
Scin' tu nullum commeatum hinc esse a nobis? 
SCELEDRUS 
Scio.
PALAESTRIO 
Neque solarium, neque hortum, nisi per impluvium? 
SCELEDRUS 
Scio. 340
PALAESTRIO 
Quid nunc, si ea domi'st, si facio, ut eam exire hinc videas domo ?
Dignus es verberibus multis ! 
SCELEDRUS 
Dignus. 
PALAESTRIO 
Serva istas foreis,
ne tibi clam se subterducat istinc, atque huc transeat.
SCELEDRUS 
Consilium'st ita facere. 
PALAESTRIO 
Pede ego iam illam huc tibi sistam in viam.
SCELEDRUS 
Agedum ergo, face. Volo scire, utrum ego id quod vidi, viderim 345
an illic faciat, quod facturum dicit, ut ea sit domi.
Nam ego quidem meos oculos habeo, nec rogo utendos foris.
sed hic illi subparasitatur semper, hic eae proxumu'st;
primus ad cibum vocatur, primo pulmentum datur :
nam illic noster est fortasse circiter triennium; 350
neque quoiquam, quam illi, in nostra melius famulo familia.
Sed ego hoc quod ago, id me agere oportet, hoc observare ostium.
Heic obsistam; hac quidem, pol, certo verba mihi numquam dabunt.

II, 3 SCELEDRUS, PALESTRION

SCELEDRUS
A moins d'avoir rêvé aujourd'hui que je me promenais sur le toit, oui, par Pollux, je suis sûr d'avoir vu ici, chez le voisin, Philocomasie, la bonne amie de mon maître, qui cherchait fortune ailleurs.
PALESTRION (à part)
C'est lui qui a vu les amants s'embrasser, à ce que j'entends.
SCELEDRUS
Qui est là?
PALESTRION
Ton camarade. Comment cela va-t-il, Sceledrus?
SCELEDRUS (d'un air très inquiet)
Ah ! Palestrion, quelle chance de te rencontrer.
PALESTRION
Qu'est-ce? de quoi s'agit-il? instruis-moi.
SCELEDRUS
J'ai peur.
PALESTRION
Quelle peur as-tu?
SCELEDRUS
Par Hercule, que tous tant que nous sommes d'esclaves à la maison, nous ne la dansions belle aujourd'hui sur le chevalet patibulaire.
PALESTRION
Danse-la, toi seul; je ne me soucie point de ta danse, ni de ta voltige.
SCELEDRUS
Tu ignores peut-être les nouvelles de chez nous, le trait qu'on vient de faire.
PALESTRION
Quel trait?
SCELEDRUS
C'est d'un libertinage !...
PALESTRION
Garde ton secret pour toi, ne me dis rien, je ne veux rien savoir.
SCELEDRUS
Pourtant je ne te laisserai pas ignorer. Je poursuivais tantôt notre singe sur le toit du voisin...
PALESTRION
Par Pollux, mon cher, c'était un mauvais garnement qui poursuivait une méchante bête.
SCELEDRUS
Que les dieux t'exterminent !
PALESTRION
C'est juste, puisque tu as commencé, continue.
SCELEDRUS
Un pur hasard fit que je regardai chez nos voisins par l'impluvium. Qu'aperçois-je? Philocomasie avec un jeune homme que je ne connais pas; ils s'embrassaient.
PALESTRION
Quelles paroles scélérates oses-tu dire, Sceledrus?
SCELEDRUS
J'ai vu, j'en suis sûr.
PALESTRION
Toi?
SCELEDRUS
Moi-même, de ces deux yeux que voici.
PALESTRION
Va donc, cela n'est ni vrai, ni vraisemblable.
SCELEDRUS
Est-ce que tu crois que j'ai les yeux malades?
PALESTRION
C'est plutôt le médecin que tu dois consulter là-dessus. Mais quant à ton conte, si les dieux te sont propices, tu ne le mettras pas au jour sans y penser. Tu ferais ainsi à tes jambes et à ta tête aujourd'hui un tort capital. Car deux manières de perte te guettent, si tu n'étouffes ton sot bavardage.
SCELEDRUS
Comment, deux manières?
PALESTRION
Je vais t'expliquer. D'abord, si tu accuses Philocomasie faussement, tu es perdu. D'un autre côté, si tu dis vrai, toi qui devais la garder, tu es perdu encore.
SCELEDRUS
Ce qui m'arrivera, je ne le sais; ce que je sais bien certainement, c'est que je l'ai vue.
PALESTRION
Tu persistes, malheureux !
SCELEDRUS
Que veux-tu que je te dise, sinon ce que j'ai vu? Il y a plus, elle est encore à présent chez le voisin.
PALESTRION (faisant l'étonné) Oh ! oh ! n'est-elle pas plutôt à la maison?
SCELEDRUS
Vas-y voir toi-même, entre. Car je n'exige pas qu'on m'en croie sur parole.
PALESTRION
Assurément, c'est ce que je vais faire.
SCELEDRUS
Je t'attendrai ici, et en même temps je guetterai le moment où la génisse reviendra du pâturage à l'étable. (Palestrion entre chez le Militaire.) Que faut-il que je fasse à présent? Le Militaire l'a commise à ma garde. Que je la dénonce, je suis mort; que je me taise, je suis mort tout de même, si l'équipée se découvre. Y a-t-il pire chose, animal plus audacieux qu'une femme? Pendant que je suis sur le toit, elle sort du logis et va courir. C'est d'une audace étrange, par Pollux ! Si le Militaire vient à le savoir !... par Hercule, il bouleverserait, je crois, cette maison de fond en comble; et puis tout droit au gibet... Oh ! certes, quoi qu'il en soit, j'aime mieux être muet que de périr misérablement... Il m'est impossible à moi, puisqu'elle ne cherche qu'à se donner, d'empêcher les accidents.
PALESTRION (criant à haute voix)
Sceledrus, Sceledrus ! Y a-t-il sur la terre coquin plus effronté? en existe-t-il un mieux voué à la haine des dieux et à leur colère?
SCELEDRUS
Qu'est-ce?
PALESTRION
Fais-toi donc crever ces yeux, puisqu'il te faut voir ce qui n'existe nulle part.
SCELEDRUS
Nulle part?
PALESTRION
Je ne donnerais pas de ta vie, à présent, une noix gâtée.
SCELEDRUS
Qu'y a-t-il?
PALESTRION
Ce qu'il y a? tu le demandes!
SCELEDRUS
Pourquoi ne le demanderais-je pas?
PALESTRION
Tu devrais bien te faire couper cette langue trop babillarde.
SCELEDRUS
Pourquoi cela?
PALESTRION
Philocomasie, la voilà dans la maison, elle que tu prétendais avoir vue, chez le voisin, embrasser et étreindre un jeune homme.
SCELEDRUS
Je m'étonne que tu te nourrisses d'ivraie quand le froment est à si bon marché.
PALESTRION
Comment?
SCELEDRUS
En effet, tu y vois trouble (48).
PALESTRION
Pendard ! par Pollux, toi, tu n'y vois pas trouble, tu n'y vois goutte; car elle est à la maison, c'est un fait.
SCELEDRUS
Bah ! à la maison?
PALESTRION
Oui, par Hercule, à la maison.
SCELEDRUS
A d'autres, Palestrion ! tu me prends pour ton jouet.
PALESTRION
En ce cas, je me suis sali les mains.
SCELEDRUS
Pourquoi donc?
PALESTRION
Parce que je joue avec un tas de boue.
SCELEDRUS
Malédiction sur ta tête !
PALESTRION
C'est sur ta tête qu'elle tombera, Sceledrus, je te le promets, si tu ne prends d'autres yeux et un autre langage. Mais j'entends le bruit de notre porte. 
SCELEDRUS
Et moi, je fais la garde auprès de celle-là (montrant la porte de Périplécomène), car la belle n'a aucun moyen de revenir d'ici chez nous qu'en passant par la porte principale.
PALESTRION
Puisque la voilà à la maison ! C'est je ne sais quelle vengeance céleste, Sceledrus, qui te met l'esprit à l'envers.
SCELEDRUS
J'ai des yeux pour mon usage, j'ai du bon sens pour me conduire; c'est à moi plus qu'à personne que je m'en rapporte. Jamais âme qui vive ne m'ôtera de la tête qu'elle est dans ce logis. Je resterai ici de pied ferme, pour qu'elle ne puisse pas m'échapper par surprise.
PALESTRION (à part)
Je tiens mon homme, je le débusquerai de son retranchement. (Haut.) Veux-tu que je t'oblige à confesser que tu as la berlue?...
SCELEDRUS
Voyons, tâche.
PALESTRION
Et que tu n'es pas sain d'esprit, et que tu ne sais pas te servir de tes yeux?
SCELEDRUS
Je veux bien.
PALESTRION
Or çà, tu prétends que la bonne amie de notre maître est ici (en montrant la maison de Périplécomène)?
SCELEDRUS
Oui, je soutiens que je l'y ai vue donner des baisers à un autre amant.
PALESTRION
Tu es bien persuadé qu'il n'existe point de passage de communication entre les deux logis?
SCELEDRUS
Oui.
PALESTRION
Ni promenoir, ni jardin? sauf par l'impluvium?
SCELEDRUS
Oui.
PALESTRION
Eh bien, si elle est à la maison, si je te la fais voir sortant de la maison, d'ici (montrant l'habitation du Militaire), que mérites-tu? d'être rudement fustigé?
SCELEDRUS
Je le mériterais.
PALESTRION
Fais sentinelle à cette porte (indiquant la maison de Périplécomène), afin qu'elle ne puisse pas se cacher de toi pour rentrer ici furtivement.
SCELEDRUS
C'est bien mon intention.
PALESTRION
Je vais te la présenter sur ses deux pieds dans cette rue.
SCELEDRUS
Allons, amène. (Palestrion sort.) Je suis curieux de savoir si j'ai vu ce que j'ai vu, ou bien s'il tiendra parole et fera qu'elle se trouve à la maison; car, enfin, j'ai mes yeux, je n'emprunte pas ceux d'autrui. Mais il fait sans cesse le complaisant auprès d'elle; c'est lui qu'elle préfère, c'est lui qu'on appelle le premier à la pitance; c'est à lui qu'on donne les meilleurs morceaux. Il y a tout au plus trois ans qu'il est chez nous, et il n'y a pas de serviteur qui ait un service plus doux dans toute la maison. Mais il faut que je sois à mon affaire, et que je garde bien cette porte. Je resterai là en sentinelle; ce n'est pas en passant par ici, ma foi, qu'ils m'attraperont jamais.

II. iv

PALAESTRIO 

Praecepta facito, ut memineris. 
PHILOCOMASIUM 
Totiens monere mirum'st.
PALAESTRIO 
At metuo, ut satis sis subdola. 
PHILOCOMASIUM  
Cedo vel decem, docebo : 355
minime malas, ut sint malae, mihi sola equo superfit.
PALAESTRIO 
Age nunc iam insiste in dolos : ego abs te procul recedam.
Quid adstas, Sceledre? 
SCELEDRUS 
Hanc rem gero : habeo aureis, loquere quidvis.
PALAESTRIO 
Credo ego istoc extemplo tibi esse eundum extra portam,
dispessis manibus, patibulum quom habebis. 
SCELEDRUS 
Quamnam ob rem? 360
PALAESTRIO 
Respicedum ad laevam: quis illaec est mulier? 
SCELEDRUS Pro di inmortaleis,
eri concubina'st haec quidem. 
PALAESTRIO 
Mihi quoque, pol, ita videtur.
Age nunc iam, quando lubet.
SCELEDRUS 
Quid agam? 
PALAESTRIO 
Peri perpropere.
PHILOCOMASIUM  
Ubi iste est bonus servos qui probri me maxume innocentem
falso insimulavit? 
PALAESTRIO 
Hem tibi : hic mihi dixit tibi quae dixi. 365
PHILOCOMASIUM  
Tun' me vidisse in proxumo heic, sceleste, ais osculantem?
PALAESTRIO 
Atqui cum alieno adulescentulo, dixit. 
SCELEDRUS 
Dixi, hercle, vero.
PHILOCOMASIUM  
Tun' me vidisti? 
SCELEDRUS 
Atque his quidem hercle oculis. 
PHILOCOMASIUM  
Carebis, credo,
qui plus vident, quam quod vident. 
SCELEDRUS 
Numquam, hercle, deterrebor,
quin viderim id quod viderim. 
PHILOCOMASIUM  
Ego stulta et mora multum, 370
quae cum hoc insano fabulem, quem, pol, ego capitis perdam.
SCELEDRUS 
Noli minitari; scio crucem futuram mihi sepolcrum :
ibi mei maiores sunt siti, pater, avos, proavos, abavos.
Non possunt mihi minaciis tuis hisce oculi fodiri.
Sd paucis verbis te volo, Palaestrio. Obsecro unde, 375
exit haec huc? 
PALAESTRIO 
Unde, nisi domo? 
SCELEDRUS 
Domo? 
PALAESTRIO 
Me vide. 
SCELEDRUS
Te video.
Nisi mirum'st facinus, quomodo haec hinc huc potuit transire ;
nam certo neque solarium'st apud nos' neque hortus ullus'
neque fenestra' nisi clatrata... nam certe ego te heic intus vidi.
PALAESTRIO 
Pergin', sceleste, intendere, atque hanc arguere? 
PHILOCOMASIUM  
Ecastor, ergo 380
mi hau falsum evenit somnium, quod noctu hac somniavi.
PALAESTRIO 
Quid somniasti? 
PHILOCOMASIUM  
Ego eloquar : sed amabo, advortite animum.
Hac nocte in somnis mea soror gemina germana visa
venisse Athenis in Ephesum cum suo amatore quodam :
ei ambo hospitio huc in proxumum mihi devorti sunt visii. 385
SCELEDRUS
Palaestrionis somnium narratur. 
PALAESTRIO 
Perge porro.
PHILOCOMASIUM  
Ego laeta visa, quia soror venisset, propter eandem
subpicionem maxumam sum visa sustinere :
nam arguere in somnis me meus mihi familiaris visu'st
me cum alieno adulescentulo, quasi nunc tu, esse osculatam, 390
quom illa osculata mea soror gemina esset suompte amicum.
Ita me insimulatam perperam falsum esse somniavi.
PALAESTRIO 
Satin' eadem vigilanti expetunt' quae in somnis visa memoras?
heus, hercle, praesentia omnia ! abi intro, et conprecare.
Narrandum ego istuc Militi censebo. 
PHILOCOMASIUM  
Facere certum'st, 395
neque me quidem patiar probri falso inpune insimulatam.
SCELEDRUS 
Timeo quid rerum gesserim; ita dorsus totus prurit.
PALAESTRIO 
Scin' te periisse? Nunc quidem'st domi certo
SCELEDRUS 
Certa res est
nunc nostrum observare ostium, ubi ubi'st. 
PALAESTRIO 
At, Sceledre, quaeso,
ut ad id exemplum somnium quam simile somniavit, 400
atque ut tu subspicatus es eam vidisse osculantem !
SCELEDRUS 
Nescio quid credam egomet mihi iam, ita quod vidisse credo
me id iam non vidisse arbitror. 
PALAESTRIO 
Nae tu, hercle,  opinor,
resipisces; si ad herum haec res pervenit, peristi polchre.
SCELEDRUS 
Nunc demum experior, prius ob oculos mihi caliginem obstitisse. 405
PALAESTRIO Dudum edepol planum est id quidem, quae hic usque fuerit intus.
SCELEDRUS 
Nihil habeo certi quid loquar: non vidi eam, etsi vidi.
PALAESTRIO 
Ne tu, edepol, stultitia tua nos paene perdidisti.
Dum te fidelem facere hero voluisti, absumptu's paene.
Sed fores vicini proxumi crepuerunt : conticiscam. 410

II, 4 PALESTRION, PHILOCOMASIE (tous deux sortent de chez le militaire), SCELEDRUS

PALESTRION (bas à Philocomasie)
Souviens-toi de nos instructions.
PHILOCOMASIE
Quelle idée de redire les choses tant de fois !
PALESTRION
Mais je crains que tu ne sois pas assez maligne.
PHILOCOMASIE
Donne-m'en dix, tu verras ! Je connais nos rusées, je connais leurs ruses; ce n'est rien auprès de moi, j'en ai à leur revendre.
PALESTRION
Allons, promptement, mets en oeuvre la ruse. Je m'éloignerai de toi, et me tiendrai à l'écart. (S'approchant de Sceledrus.) Que fais-tu planté là, Sceledrus?
SCELEDRUS
Je suis à mon affaire. J'ai des oreilles, tu n'as qu'à  parler. (En disant cela il étend les bras.)
PALESTRION
Te voilà dans la bonne posture pour marcher dans un instant à la porte de la ville, les deux mains en croix et le carcan au col (49).
SCELEDRUS
Et pour quelle raison?
PALESTRION
Regarde à ta gauche; quelle est cette femme (montrant Philocomasie à la porte du Militaire) ?
SCELEDRUS
Dieux immortels ! Eh ! mais, c'est la maîtresse du Militaire.
PALESTRION
C'est aussi ce qui me semble, par Pollux. Allons, quand tu voudras.
SCELEDRUS
Qu'ai-je à faire?
PALESTRION
Tu n'as qu'à périr en toute hâte.
PHILOCOMASIE (affectant de paraître en colère)
Où est cet honnête serviteur qui m'accuse de déshonneur, moi innocente, lui calomniateur?
PALESTRION (à Philocomasie
Le voici : c'est lui qui m'a dit la chose.
PHILOCOMASIE
Quoi ! tu as dit, scélérat, que tu m'avais vue ici chez le voisin, donnant des baisers?
PALESTRION
Oui, à un jeune homme; il l'a dit.
SCELEDRUS
Oui, par Hercule, je l'ai dit.
PHILOCOMASIE
Tu m'as vue?
SCELEDRUS
Et de mes propres yeux.
PHILOCOMASIE
Tu en seras privé, j'espère, pour leur apprendre à voir plus qu'ils n'en voient.
SCELEDRUS
Il n'y a pas de propos, par Hercule, qui m'empêchent d'avoir vu ce que j'ai vu.
PHILOCOMASIE
Je suis bien sotte et bien folle de parler avec cet extravagant, qui va, par Pollux, me le payer de sa tête.
SCELEDRUS
Ne menace pas tant; je sais que je dois avoir la croix pour sépulture; c'est là que reposent mes ancêtres, père, aïeul, bisaïeul, trisaïeul. Pourtant tes menaces ne sauraient m'ôter les yeux de la tête. Mais deux mots, Palestrion : de grâce, d'où sort-elle?
PALESTRION
D'où, si ce n'est de la maison?
SCELEDRUS
De la maison?
PALESTRION (d'un ton d'assurance)
Regarde-moi.
SCELEDRUS
Je te regarde... mais je n'y comprends rien. Comment a-t-elle pu passer d'ici là? car il n'y a pas certainement de promenoir chez nous, pas de jardin, point de fenêtre qui ne soit grillée... Pourtant je suis sûr de t'avoir vue ici dans cette maison (montrant la maison de Périplécomène).
PALESTRION
Tu persistes, misérable, à la poursuivre, à l'accuser?
PHILOCOMASIE (d'un air d'étonnement)
Par Castor, ce ne serait donc pas un mensonge le songe qui m'est venu cette nuit.
PALESTRION
Quel songe?
PHILOCOMASIE
Je vais te l'apprendre; mais, je t'en prie, sois attentif. Cette nuit, pendant mon sommeil, il m'a semblé que je voyais ma soeur jumelle arrivée d'Athènes à Éphèse avec un jeune homme, son amant, et qu'ils étaient venus loger ensemble, par droit d'hospitalité, ici chez le voisin.
SCELEDRUS (à part)
C'est un rêve de Palestrion qu'elle raconte.
PALESTRION
Continue.
PHILOCOMASIE
Il me semblait que je me réjouissais de l'arrivée de ma soeur, lorsqu'à cause d'elle je me vis en butte à de très graves soupçons. En effet, toujours dans mon rêve, un des serviteurs de la maison m'accusait, comme il arrive en ce moment, d'avoir embrassé un jeune homme étranger, alors que c'était ma soeur jumelle qui avait embrassé son amoureux. Voilà comme j'ai rêvé qu'on m'accusait faussement avec méchanceté.
PALESTRION
Et maintenant que tu es éveillée, les choses t'arrivent comme tu les as éprouvées, dis-tu, dans ton sommeil ! Oh ! oh ! tout se réalise, par Hercule. Retourne à la maison, et fais ta prière, je suis d'avis que tu racontes la chose au Militaire.
PHILOCOMASIE
C'est mon dessein bien arrêté. Je ne me laisserai pas impunément calomnier. (Elle entre chez le Militaire,)
SCELEDRUS (à part
J'ai peur de m'être trop avancé, tant je me sens de démangeaison dans tout mon dos (50).
PALESTRION (à Sceledrus) 
Sais-tu bien que tu es perdu? Maintenant elle est à la maison à coup sûr.
SCELEDRUS
Certes, je ne bouge plus de notre porte, j'y suis résolu; qu'elle soit où elle voudra.
PALESTRION
Mais dis-moi donc, Sceledrus, comme son rêve s'accorde avec tes soupçons, et avec ces embrassades que tu as cru voir !
SCELEDRUS (paraissant ébranlé
Que croire ! Ce que je crois avoir vu, je juge que je ne l'ai pas vu.
PALESTRION
Assurément, par Hercule, j'en suis persuadé, tu te rendras à la raison : si l'affaire vient aux oreilles du maître, tu es perdu bel et bien.
SCELEDRUS
Je m'aperçois à cette heure que j'avais auparavant un nuage sur les yeux.
PALESTRION
Il y a longtemps que cela ne fait pas de doute, par Pollux ! puisqu'elle n'a pas cessé de se tenir à la maison.
SCELEDRUS
Je ne suis plus sûr de rien; je ne l'ai pas vue, quoique je l'ai vue.
PALESTRION
Oui-da, par Pollux, ta sottise a failli nous perdre. En voulant faire du zèle pour ton maître, tu t'es mis au bord d'un abîme. Mais j'entends la porte du voisin; il faut me taire.

II.v

PHILOCOMASIUM
 
Inde ignem in aram, ut Ephesiae Dianae laeta laudes
grateisque agam, eique ut Arabico fumificem odore amoene,
quae me in locis Neptuniis templisque turbulentis
servavit, saevis fluctibus ubi sum adflictata multum.
SCELEDRUS 
Palaestrio, o Palaestrio. 
PALAESTRIO 
O Sceledre, Sceledre, quid vis? 415
SCELEDRUS 
Haec mulier, quae hinc exit modo, estne herilis concubina
Philocomasium ? an non est ea? 
PALAESTRIO 
Hercle, opinor, ea videtur.
Sed facinus mirum'st, quomodo haec hinc huc transire potuerit,
siquidem ea'st. 
SCELEDRUS 
An dubium tibi est eam esse hanc? 
PALAESTRIO 
Ea videtur.
Adeamus, adpellemus
SCELEDRUS 
Heus, quid istuc est, Philocomasium? 420
quid tibi isetic hisce in aedibus debetur ? quid negoti'st?
quid nunc taces? tecum loquor. 
PALAESTRIO 
Imo, edepol, tute tecum;
nam haec nihil respondet. 
SCELEDRUS 
Te adloquor, viti probrique plena,
quae circum vicinos vagas. 
PHILOCOMASIUM 
Quicum tu fabulare?
SCELEDRUS 
Quicum, nisi tecum? 
PHILOCOMASIUM 
Quis tu homo es, aut mecum quid negoti'st ? 425
SCELEDRUS 
Men' rogas, hem, qui sim? 
PHILOCOMASIUM 
Quin ego hoc rogem, quod nesciam?
PALAESTRIO 
Quis ego sum igitur, si hunc ignoras? 
PHILOCOMASIUM 
Mihi odiosus, quisquis es,
et tu et hic. 
SCELEDRUS 
Non nos gnovisti? 
PHILOCOMASIUM 
Neutrum. 
SCELEDRUS 
Metuo maxume,
PALAESTRIO 
Quid metuis? 
SCELEDRUS 
Enim ne nosmet perdiderimus uspiam.
Nam nec te neque me gnovisse ait haec. 
PALAESTRIO 
Persectari heic volo, 430
Sceledre, nos nostri an alieni simus : ne dum quispiam
nos vicinorum inprudenteis aliquis inmutaverit.
SCELEDRUS 
Certe equidem noster sum. 
PALAESTRIO 
Et, pol ego. Quaeris tu, mulier, malum.
Tibi ego dico, heus, Philocomasium. 
PHILOCOMASIUM 
Quae te intemperiae tenent,
qui me perperam perplexo nomine adpelles? 
PALAESTRIO 
Eho, 435
quis igitur vocare? 
PHILOCOMASIUM 
Diceae nomen est. 
SCELEDRUS 
Iniuria'st
falsum nomen possidere, Philocomasium, postulas.
dikow es tu, non dikaÛa, et meo hro facis iniuriam.
PHILOCOMASIUM 
Egon'? 
SCELEDRUS 
Tu. 
PHILOCOMASIUM 
Quae heri Athenis Ephesum adveni vesperi
cum meo amatore, adulescente Atheniensi? 
PALAESTRIO 
Dic mihi, 440
quid heic tibi in Epheso est negoti? 
PHILOCOMASIUM 
Geminam germanam meam
sororem esse indaudivi : eam veni quaesitum. 
SCELEDRUS 
Mala es.
PHILOCOMASIUM 
Imo, ecastor, stulta multum, quae vobiscum fabuler.
abeo. 
SCELEDRUS 
Abire non sinam te. 
PHILOCOMASIUM 
Mitte. 
SCELEDRUS Manifestaria'st,
non omitto. 
PHILOCOMASIUM 
At iam crepabunt mihi manus, malae tibi : 445
nisi me omittis. 
SCELEDRUS 
Quid, malum, adstas : quin tenes altrinsecus?
PALAESTRIO 
Nihil moror negotiosum mi esse tergum. qui scio
an ista non sit Philocomasium, atque alia eius similis sit?
PHILOCOMASIUM 
Mittis me, an non mittis? 
SCELEDRUS 
Imo vi atque invitam, ingratiis,
nisi voluntate ibis, rapiam te domum. 
PHILOCOMASIUM 
Hosticum hoc mihi 450
domicilium'st, Athenis domus est atque herus. Ego istanc domum
neque moror; neque vos, qui homines sitis, gnovi, neque scio.
SCELEDRUS 
Lege agito: te nusquam mittam, nisi das firmatam fidem
te huc, si omisero, intro ituram. 
PHILOCOMASIUM 
Vi me cogis, quisquis es.
Do fidem, si omittis, istoc me intro ituram quo iubes. 455
SCELEDRUS 
Ecce omitto. 
PHILOCOMASIUM 
At ego abeo missa.
SCELEDRUS 
Muliebri fecit fide.
PALAESTRIO 
Sceledre, manibus amisisti praedam : tam east quam potis,
nostra herilis concubina : vin' tu facere hoc strenue?
SCELEDRUS 
Quid faciam? 
PALAESTRIO 
Adfer mihi machaeram huc intus. 
SCELEDRUS 
Quid facies ea?
PALAESTRIO 
Intro rumpam recta in aedeis; quemque heic intus videro 460
cum Philocomasio osculantem, eum ego obtruncabo extempulo.
SCELEDRUS 
Visane est ea esse? 
PALAESTRIO Imo, edepol, plane ea est. Sed quomodo
dissimulabat. Abi, machaeram huc ecfer. 
SCELEDRUS 
Iam faxo heic erit.
PALAESTRIO 
Neque eques, neque pedes profectost quisquam tanta audacia,
qui aeque faciat confidenter quidquam, quam mulieres facunit. 465
Ut utrubique orationem docte divisit suam,
ut sublinitur os custodi cauto conservo meo !
nimis beat quod conmeatus transtinet trans parietem.
SCELEDRUS 
Heus, Palaestrio, machaera nihil opus. 
PALAESTRIO 
Quid iam, aut quid opu'st?
SCELEDRUS 
Domi eccam erilem concubinam. 
PALAESTRIO 
Quid ? domi? 
SCELEDRUS 
In lecto cubat. 470
PALAESTRIO 
Edepol, nae tu tibi malam rem repperisti, ut praedicas.
SCELEDRUS 
Quid iam? 
PALAESTRIO 
Quia hanc adtingere ausus mulierem heic in proxumo.
SCELEDRUS 
Magis, hercle, metuo. 
PALAESTRIO 
Sed numquam quisquam faciet quin, soror
ista sit gemina huius: eam pol tu osculantem hic videras.
SCELEDRUS 
Et quidem palam est eam esse, ut dicis. Quid propius fuit, 475
quam ut perirem, si locutus essem hero? 
PALAESTRIO 
Ergo, si sapis, 
mussitabis. Plus oportet scire servom, quam loqui.
Ego abeo a te, ne quid tecum consili conmisceam,
atque apud hunc eo vicinum : tuae mihi turbae non placent.
Herus si veniet, si me quaeret, heic ero; hinc me arcessito. 480

II, 5  PHILOCOMASIE, sortant de chez Périplécomène, PALESTRION, SCELEDRUS

PHILOCOMASIE (à quelqu'un dans la maison)
Porte le feu sur l'autel, pour qu'après le bain (51) j'offre à Diane Éphésienne des louanges et des actions de grâces; que les suaves parfums d'Arabie fument pour la déesse qui m'a sauvée de l'empire de Neptune, régions orageuses où je fus longtemps assaillie par la fureur des vagues.
SCELEDRUS (apercevant Philocomasie)
O Palestrion, Palestrion !
PALESTRION
O Sceledrus, Sceledrus ! que veux-tu?
SCELEDRUS
Cette femme qui vient de sortir d'ici (montrant la maison de Périplécomène), est-ce la bonne amie de mon maître, Philocomasie, ou n'est-ce pas elle?
PALESTRION
Je crois, par Hercule, que c'est elle. Mais je ne comprends pas comment elle a pu passer ici de chez nous, si c'est bien elle.
SCELEDRUS
Est-ce que tu en doutes?
PALESTRION
C'est elle, ce me semble. Abordons-la, et parlons-lui.
SCELEDRUS
Hé ! que fais-tu là, Philocomasie? qu'as-tu à demander dans cette maison? qu'y viens-tu faire? tu gardes le silence ! c'est à toi que je parle.
PALESTRION (à Sceledrus)
C'est plutôt à toi-même, par Pollux; car elle ne te répond point.
SCELEDRUS (touchant Philocomasie)
C'est à toi que mon discours s'adresse, libertine infâme, qui vas courir chez les voisins.
PHILOCOMASIE (d'un air étonné)
A qui en as-tu?
SCELEDRUS
A qui, sinon à toi?
PHILOCOMASIE
Qui es-tu, et qu'avons-nous à démêler ensemble?
SCELEDRUS
Ah! ah ! tu me demandes qui je suis !
PHILOCOMASIE
Il faut bien que je demande ce que j'ignore.
PALESTRION
Et moi, qui suis-je, si tu ne le connais pas, lui?
PHILOCOMASIE
Odieux, qui que tu sois, toi comme lui.
SCELEDRUS
Tu ne nous connais pas?
PHILOCOMASIE
Ni l'un ni l'autre.
SCELEDRUS
J'ai grand'peur.
PALESTRION
De quoi?
SCELEDRUS
Que nous ne nous soyons perdus quelque part; car elle déclare qu'elle ne nous connaît ni toi, ni moi.
PALESTRION
Je veux m'enquérir sur-le-champ, Sceledrus, si nous sommes nous, ou d'autres; n'aurions-nous pas par hasard été changés par quelque voisin, sans nous en apercevoir? 
SCELEDRUS (Se tâtant)
Certes, c'est bien moi,
PALESTRION (de même)
Et c'est moi aussi, par Pollux. (A Philocomasie.) Tu veux, la belle, t'attirer de mauvaises affaires. Je te le dis, hé! Philocomasie.
PHILOCOMASIE
Quel vertige te prend de m'appeler d'un nom si compliqué, et qui n'est pas le mien?
PALESTRION
Oh ! oh ! Comment t'appelles-tu donc?
PHILOCOMASIE
Mon nom est Dicée.
SCELEDRUS
Tu as tort de chercher à t'approprier un faux nom, Philocomasie. Tu es adicos, non dicaia ; et, de plus, tu offenses mon maître.
PHILOCOMASIE
Moi?
PALESTRION
Toi-même.
PHILOCOMASIE
Eh ! je suis arrivée d'Athènes à Éphèse depuis hier avec mon amant, un jeune Athénien.
PALESTRION
Dis-moi, quelle affaire t'amène à Éphèse?
PHILOCOMASIE
J'ai appris que ma soeur jumelle était ici; je suis venue la chercher.
PALESTRION
Tu es une friponne.
PHILOCOMASIE
Dis plutôt, par Castor, une sotte de discourir avec vous. Je m'en vais.
SCELEDRUS (la saisissant)
Je ne te laisserai pas aller.
PHILOCOMASIE
Lâche-moi.
SCELEDRUS
Le délit est flagrant, je ne te lâcherai point.
PHILOCOMASIE
Mes mains vont faire tapage, et il t'en cuira si tu ne veux pas me laisser (elle fait des efforts pour se délivrer).
SCELEDRUS (à Palestrion)
Eh ! malédiction, tu restes sans bouger. Arrête-la donc de ton côté.
PALESTRION
Je ne me soucie pas de mettre mon dos dans l'embarras. Qui est-ce qui m'assure que c'est Philocomasie, et non pas une autre qui lui ressemble? 
PHILOCOMASIE (à Sceledrus)
Me lâches-tu, ou ne me lâches-tu pas?
SCELEDRUS
Non, certes; de force, malgré toi, en dépit que tu en aies, si tu ne me suis pas de bon gré, je t'entraînerai à la maison.
PHILOCOMASIE (montrant la maison de Périplécomène)
Je reçois l'hospitalité dans cette demeure; mon domicile est dans Athènes, comme celui de mon maître. Je me moque de votre maison; et vous, je ne vous connais pas, je ne sais qui vous êtes?
SCELEDRUS
Tu peux m'attaquer, selon la loi (52), je ne te lâcherai point que tu ne donnes ta parole de venir, si je te lâche.
PHILOCOMASIE
Qui que tu sois, tu me fais violence. Je donne ma parole, si tu me lâches, d'entrer dans cette maison comme tu l'exiges (montrant la maison du Militaire). 
SCELEDRUS
Tu es libre.
PHILOCOMASIE (s'enfuyant)
Et libre, je m'en vais.
SCELEDRUS
Voilà bien la bonne foi féminine. (Philocomasie rentre chez Périplécomène.)
PALESTRION
Sceledrus, tu as laissé échapper la proie. Il est presque impossible que ce ne soit pas la maîtresse de notre maître. Veux-tu faire preuve ici d'énergie?
SCELEDRUS
Que dois-je faire?
PALESTRION
Va me chercher un coutelas chez nous.
SCELEDRUS
Qu'en feras-tu?
PALESTRION
Je me précipiterai tout droit dans leur maison, et le premier que j'y trouve embrassant Philocomasie, je l'égorge à l'instant.
SCELEDRUS
Il t'a semblé que c'était elle?
PALESTRION
Comment, par Pollux, c'est elle certainement. Mais comme elle mentait ! Va, cours me chercher un coutelas.
SCELEDRUS
Tu vas l'avoir. (Il sort.)
PALESTRION
Il n'y a point de cavalier, point de fantassin, qui ait autant d'audace, autant d'intrépidité qu'une femme quand elle s'en mêle. Gomme elle a bien su accommoder son langage à son double rôle ! comme elle barbouille le museau à son gardien, mon prudent camarade ! c'est trop drôle, ce passage ouvert dans la muraille.
SCELEDRUS (revenant)
Holà ! Palestrion; il n'y a plus besoin de coutelas.
PALESTRION
Qu'est-ce ! que faut-il?
SCELEDRUS
Voici la maîtresse de notre maître qui est à la maison.
PALESTRION
Comment, à la maison?
SCELEDRUS
Elle est couchée sur son lit.
PALESTRION
Ah! par Pollux, tu t'es attiré une méchante affaire, à t'entendre.
SCELEDRUS
Comment donc?
PALESTRION
Parce que tu as osé mettre la main sur cette femme qui loge dans la maison voisine.
SCELEDRUS
J'en tremble, par Hercule.
PALESTRION
Mais enfin, on ne peut pas nier que ce ne soit sa soeur jumelle et que tu ne l'aies vue, par Pollux ! ici, donnant des baisers.
SCELEDRUS
Et maintenant il est clair que c'était la soeur, d'après ce que tu dis. Que je l'ai échappé belle ! j'étais mort si je parlais à mon maître.
PALESTRION
Si donc tu es prudent, tu n'en diras mot : un esclave doit en savoir plus long qu'il n'en conte. Je te quitte pour n'être pas compromis, et je vais chez le voisin. Tout ce
brouillamini ne me plaît guère. Si le maître vient et me demande, je serai ici; tu viendras m'y chercher. (Il sort.)

II.vi

SCELEDRUS
 
Satin' abiit ille, neque herile negotium
plus curat, quasi non servitutem serviat !
Certo quidem illaec nostra intu'st in aedibus.
Nam egomet cubantem eam modo obfendi domi.
Certum'st nunc observationi operam dare. 485
PERIPLECOMENES  
Non, hercle, hisce homines me marem, sed feminam
vicini rentur esse servi Militis:
ita me ludificant. Meamne heic in via hospitam,
quae heri huc Athenis cum hospite advenit meo,
tractatam, et ludificatam, ingenuam et liberam? 490
SCELEDRUS 
Perii, hercle ! hisce ad me recta habet rectam viam.
Metuo, illaec mihi res ne malo magno fuat,
quantum hunc audivi facere verborum senem.
PERIPLECOMENES  
Accedam ad hominem. Tun', Sceledre, heic, scelerum caput,
meam ludificasti hospitam ante aedeis modo? 495
SCELEDRUS 
Vicine, ausculta, quaeso. 
PERIPLECOMENES  
Ego auscultem tibi?
SCELEDRUS 
Expurgare volo me. 
PERIPLECOMENES  
Tun' te expurges mihi 
qui facinus tantum tamque indignum feceris?
An quia latrocinamini, arbitramini
quidvis licere facere vobis, verbero? 500
SCELEDRUS 
Licetne? 
PERIPLECOMENES  
At ita me di deaeque omneis ament,
nisi mihi sudplicium virgeum de te datur
longum diutinumque, a mane ad vesperum,
quod meas confregisti imbricis et tegulas,
ibi dum condignam te sectatus simiam, 505
quodque inde inspectavisti meum apud me hospitem
amplexum amicam, quom osculabatur suam,
quodque concubinam herilem insimulare ausus es
probri, pudicam, meque summi flagiti,
tum quod tractavisti hospitam ante aedeis meas. 510
Nisi mihi supplicium stimuleum de te datur,
dedecoris pleniorem herum faciam tuum,
quam magno vento plenum'st undarum mare.
SCELEDRUS 
Ita sum coactus, Periplectomene, ut nesciam
utrum me postulare prius tecum aequu'st, 515
nisi istaec non est haec, neque ipsa sit mihi,
med expurgare haec tibi videtur aequius;
sicut etiam nunc nescio quid viderim:
ita est istaec huius similis nostrae tua,
siquidem non eadem'st. 
PERIPLECOMENES  
Vise ad me intro, iam scies. 520
SCELEDRUS 
Licetne? 
PERIPLECOMENES  
Quin te iubeo : at placide gnoscita.
SCELEDRUS 
Ita facere certum'st.
PERIPLECOMENES  
Heus, Philocomasium, cito
transcurre curriculo ad nos, ita negotium'st.
post, quando exierit Sceledrus a nobis, cito
transcurrito ad vos rursum curriculo domum. 525
Nunc, pol, ego metuo ne quid infuscaverit.
Si hic non videbit mulierem, aperitur foris.
SCELEDRUS 
Pro di immortaleis ! similiorem mulierem
magisque eamdem, utpote quae non sit eadem, non reor 529-530
deos facere posse. 
PERIPLECOMENES  
Quid nunc? 
SCELEDRUS 
Conmerui malum. 531
PERIPLECOMENES  
Quid igitur? ean' est? 
SCELEDRUS 
Etsi ea est, non est ea.
PERIPLECOMENES  
Vidistin' istam? 
SCELEDRUS Vidi, et illam et hospitem
complexum atque osculantem. 
PERIPLECOMENES  
Ean' est? 
SCELEDRUS 
Nescio.
PERIPLECOMENES  
Vin' scire plane? 
SCELEDRUS 
Cupio. 
PERIPLECOMENES  
Abi intro ad vos domum. 535
Continuo, vide sitne istaec vostra intus. 
SCELEDRUS 
Licet;
polchre admonuisti : iam ego ad te exibo foras.
PERIPLECOMENES  
Numquam, edepol, hominem quemquam ludificarier
magis facete vidi, et magis miris modis.
Sed eccum egreditur. 
SCELEDRUS 
Periplectomene, te obsecro 540
per deos atque homines, perque stultitiam meam,
perque tua genua...
PERIPLECOMENES  
Quid obsecras me? 
SCELEDRUS 
Inscitiae
meae et stultitiae ignoscas. Nunc demum scio
me fuisse excordem, caecum, incogitabilem;
nam Philocomasium eccam intus. 
PERIPLECOMENES  
Quid nunc, furcifer, 545
vidistin' ambas? 
SCELEDRUS 
Vidi. 
PERIPLECOMENES  
Hrum exhibeas volo.
SCELEDRUS 
Meruisse equidem me maxumum fateor malum,
et tuae fecisse me hospitae aio iniuriam :
sed meam esse herilem concubinam censui,
quoi me custodem herus addidit Miles meus. 550
Nam ex uno puteo similior numquam poest
aqua aquae sumi, quam haec est, atque ista hospita.
Et me despexe ad te per impluvium tuum
fateor. 
PERIPLECOMENES  
Quidni fateare, ego quod viderim?
et ibi osculantem meum hospitem cum ista hospita 555
vidisti? 
SCELEDRUS 
Vidi, ut videretur cur negem quod viderim.
Sed Philocomasium me vidisse censui.
PERIPLECOMENES  
Ratune istic me hominem esse omnium minumi preti,
si ego me sciente paterer vicino meo
eam fieri apud me tam insignite iniuriam? 560
SCELEDRUS 
Nunc demum a me insipienter factum esse arbitror,
quom rem cognosco : at non malitiose tamen
feci. 
PERIPLECOMENES  
Imo indigne : nam hominem servom suos
domitos habere oportet oculos et manus
orationemque. 
SCELEDRUS 
Egone ? si post hunc diem 565
muttivero, etiam quod egomet certo sciam,
dato excruciandum me : egomet me dedam tibi.
Nunc hoc mihi ignoscas quaeso. 
PERIPLECOMENES  
Vincam animum meum,
ne malitiose factum id esse abs te arbitrer.
Ignoscam tibi istuc. 
SCELEDRUS 
At tibi di faciant bene. 570
PERIPLECOMENES  
Ne tu, hercle, si te di ament, linguam comprimes
posthac; etiam illud, quod scies, nesciveris;
nec videris, quod videris. 
SCELEDRUS 
Bene me mones.
Ita facere certum'st. Sed satine oratu's? 
PERIPLECOMENES  
Abi.
SCELEDRUS 
Numquid nunc aliud me vis? 
PERIPLECOMENES  
Ne me gnoveris. 575
SCELEDRUS 
Dedit hic mihi verba. quam benigne gratiam
fecit, ne iratus esset. Scio quam rem gerat:
ut Miles cum extemplo a foro adveniat domum,
domi comprehendat : una hic et Palaestrio
me habent venalem; sensi, et iamdudum scio. 580
Numquam, hercle, ex ista nassa ego hodie escam petam.
Nam iam aliquo abfugiam, et me obcultabo aliquot dies,
dum hae consilescunt turbae, atque irae leniunt.
Verumtamen de me quidquid est, ibo hinc domum.
Uni nunc satis populo inpio merui mali. 585
PERIPLECOMENES  
Illic hinc abscessit : sat, edepol, certo scio,
occisam saepe sapere plus multo suem,
quine id adimatur ne id, quod vidit viderit,
nam illius oculi atque aureis atque opinio
transfugere ad nos. Usque adhuc actum'st probe. 590
Nimium festivam mulier operam praehibuit.
Redeo in senatum rusum : nam Palaestrio
domi nunc apud me est, Sceledrus nunc autems foras.
Frequens senatus poterit nunc haberier.
Ibo intro; ne, dum absum, illei insortito fuant. 595

II, 6 SCELEDRUS, PÉRIPLÉCOMÈNE

SCELEDRUS
Le voilà qui s'en va sans plus s'inquiéter du service de son maître que s'il n'était point en service ! Je suis bien certain toutefois que Philocomasie est à la maison, car je viens de l'y trouver étendue sur son lit. Oh ! certes, à présent je ferai bonne garde.
PÉRIPLÉCOMÈNE (sortant de chez lui)
Ils me prennent donc pour une femme, par Hercule, et non pour un homme, ces esclaves de mon voisin le Militaire, à voir comme ils se moquent de moi. Comment, une personne à qui je donne l'hospitalité, arrivée hier d'Athènes en cette ville avec mon hôte, on la violente, on l'insulte ici en pleine rue; une femme libre par sa naissance et par sa condition !
SCELEDRUS (à part)
Je suis perdu, par Hercule; c'est à moi qu'il s'en vient en droiture tout droit. J'ai peur que cette affaire ne tourne pour moi fort mal, autant que j'en augure par les discours du vieillard.
PÉRIPLÉCOMÈNE (à part)
Allons à lui. (Haut.) C'est donc toi, Sceledrus, tête à crime, qui as insulté ici tout à l'heure, devant ma maison, une femme qui habite chez moi?
SCELEDRUS
Bon voisin, écoute, je t'en prie.
PÉRIPLÉCOMÉNE
Que je t'écoute, moi?
SCELEDRUS
Je veux me justifier.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Te justifier, toi, après cette faute, après cette indignité? Alors, parce que vous faites le métier de soudards, vous croyez que vous pouvez faire ce qui vous plaît, maraud?
SCELEDRUS
Si tu permettais...
PÉRIPLÉCOMÈNE
Que tous les dieux et toutes les déesses me protègent, si le supplice des verges ne me fait raison de toi, longue-ment, un jour durant, depuis le matin jusqu'au soir, pour avoir brisé toutes les tuiles de ma toiture en poursuivant un singe, ta digne compagnie; pour avoir espionné mon hôte chez moi, tandis qu'il étreignait sa bonne amie et embrassait son bien; pour avoir osé imputer une infamie à la maîtresse de ton maître, l'innocente ! et à moi l'action la plus scandaleuse; pour avoir enfin outragé une femme dont je suis l'hôte, devant ma maison. Si l'on ne te fait passer par le supplice du fouet, je couvrirai ton maître d'opprobre plus que la mer ne se couvre de vagues par un vent d'orage. 
SCELEDRUS (tout troublé)
Je suis dans une telle gêne, Périplécomène, que je ne sais si je dois commencer par t'accuser, au cas que la vôtre ne soit pas la nôtre, et que ce ne soit pas elle... ou s'il n'est pas plus juste que je te demande excuse... A présent je ne sais pas bien ce que j'ai vu, car elles se ressemblent tellement l'une et l'autre, si ce n'est pas la même...
PÉRIPLÉCOMÈNE
Entre chez moi, regarde; tu seras fixé.
SCELEDRUS
Tu permets?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Eh, je te l'ordonne. Mais va doucement dans ton examen.
SCELEDRUS
C'est bien mon intention. (Il sort.)
PÉRIPLÉCOMÈNE (courant à la porte du Militaire)
Holà, Philocomasie, vite, cours en toute hâte chez nous; il le faut. Ensuite, quand Sceledrus sera sorti, tu retourneras en vitesse dans votre maison. (Il revient.) Je crains, par Pollux, qu'elle ne s'embrouille un peu : s'il ne la voit pas ici (montrant sa maison), la ruse est découverte. 
SCELEDRUS
O dieux immortels ! est-il possible de faire une figure f0t plus ressemblante, et qui soit plus la même, sans être la même cependant? J'en défie les dieux.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Eh bien, à présent?
SCELEDRUS
J'ai mérité que tu me punisses.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Eh bien donc, est-ce elle?
SCELEDRUS
C'est elle, et cependant ce n'est pas elle.
PÉRIPLÉCOMÈNE
As-tu vu celle que tu cherchais?
SCELEDRUS
J'ai vu cette femme avec son amant qui l'étreignait et à qui elle donnait des baisers. 
PÉRIPLÉCOMÈNE
Est-ce elle?
SCELEDRUS
Je ne sais.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Veux-tu t'assurer de la vérité?
SCELEDRUS
Je le désire.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Rentre chez ton maître tout de suite, regarde si la vôtre y est.
SCELEDRUS
J'y vais, tu me donnes un bon avis. Je reviendrai te trouver dans un moment. (Il sort.)
PÉRIPLÉCOMÈNE
Non, par Pollux, je ne vis jamais mystifier un homme plus drôlement et d'une plus étonnante manière. Mais le voici qui sort.
SCELEDRUS (tout confus et s'agenouillant)
Périplécomène, je t'en conjure par tous les dieux et les hommes, par ma sottise, par tes genoux...
PÉRIPLÉCOMÉNE
De quoi me conjures-tu?
SCELEDRUS
De me pardonner ma bêtise, ma sottise. Je vois à présent que j'étais un imbécile, un aveugle, un extravagant; car Philocomasie est là chez nous.
PÉRIPLÉCOMÈNE (prenant l'air courroucé)
Eh bien ! pendard, tu les as donc vues toutes deux?
SCELEDRUS
Oui.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Fais venir ton maître.
SCELEDRUS
J'ai mérité, je le confesse, un très grand châtiment; j'ai fait injure à une femme dont tu es l'hôte; mais je croyais que c'était la maîtresse du Militaire, celle qu'il m'avait donnée à garder. En effet, on ne peut pas voir deux gouttes d'eau sorties du même puits se ressembler plus que ces deux femmes. Je confesse encore que j'ai regardé chez toi par l'impluvium.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je te conseillerais de le nier , quand je l'ai vu moi-même. Et tu as vu là mon hôte qui embrassait l'hôtesse?
SCELEDRUS
Oui, à ce qu'il me semble. Pourquoi nier ce que j'ai vu? mais j'avais cru voir Philocomasie.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Tu m'as donc pris pour le dernier des hommes si tu as pensé que je laisserais faire chez moi, sous mes yeux, à mon voisin, une si grave injure?
SCELEDRUS
Je reconnais trop tard que j'ai fait une ânerie, à présent que je vois ce qui en est; mais c'était sans mauvaise intention.
PÉRIPLÉCOMÈNE (feignant de s'emporter)
Non, c'est une indignité; car un esclave doit tenir en respect ses yeux, ses mains et sa langue.
SCELEDRUS
Ah ! moi... si désormais j'ouvre seulement la bouche, même de ce que je saurai en certitude, tu peux me livrer à la torture; je me remettrai moi-même en ton pouvoir. Pour cette fois, je te prie de me pardonner.
PÉRIPLÉCOMÈNE (le relevant)
Je vaincrai ma colère, et je veux bien croire que tu as agi sans mauvais dessein. Je te pardonne pour cette  fois-ci.
SCELEDRUS
Que les dieux te comblent de biens !
PÉRIPLÉCOMÈNE
Et toi, certes, par Hercule, si les dieux te protègent, tu retiendras ta langue à l'avenir. Ce que tu sauras, tu ne le sauras pas; ce que tu auras vu, tu ne l'auras point vu.
SCELEDRUS
Je te remercie de la leçon : j'en profiterai assurément. Mais tu as fini?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Va-t'en.
SCELEDRUS
Tu n'as pas d'ordres à me donner?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Si : de ne plus me connaître.
SCELEDRUS (à part, d'un air de défiance)
Il m'attrape en se montrant de si bonne composition et sans rancune; je devine son dessein : il veut que le Militaire, à son retour de la place publique, me saisisse à la maison. Lui et Palestrion s'entendent pour me vendre à beaux deniers. Je m'en suis douté, il y a longtemps que je le sais. Mais moi, par Hercule, je ne mordrai pas à leur hameçon; je m'enfuirai quelque part, et je resterai caché plusieurs jours, pour laisser l'orage s'apaiser et leur colère s'adoucir... Cependant, quoi qu'il m'advienne, je retourne de ce pas à la maison. J'ai déjà assez mérité de châtiments avec ce scandale horrible. (Il sort.)
PÉRIPLÉCOMÈNE (seul)
Il est parti. Une chose dont je suis convaincu, par Pollux, c'est qu'un porc fraîchement tué a la cervelle meilleure que cet imbécile à qui on fait accroire qu'il n'a point vu ce qu'il a vu. Ses yeux, ses oreilles, sa pensée, le trahissent et passent de notre côté. Jusqu'à présent tout va bien; la femme nous a secondés avec beaucoup d'esprit. Je retourne au sénat, car Palestrion est maintenant chez moi, et Sceledrus s'en est allé. Le sénat pourra s'assembler en nombre. J'y vais, de peur que mon absence ne me fasse exclure de la distribution des emplois. (Il rentre chez lui.)

III.i

PALAESTRIO
 
Cohibete intra limen etiam vos parumper, Pleusicles,
sinite me prius perspectare, ne uspiam insidiae sient
concilium quod habere volumus : nam opus est nunc tuto loco,
unde inimicus ne quis nostri spolia capiat consili.
Nam bene consultum, inconsultum'st, si id inimicis usui'st, 600
neque potest, quin, si id inimicis usui est, obsit mihi.
Nam benum consultum subripitur saepissime,
si minus cum cura aut cautella locus loquendi lectus est.
Quippe si rescivere inimici consilium tuum,
tuopte tibi consilio obcludunt linguam, et constringunt manus : 605
atque eadem quae illis voluisti facere, illi faciunt tibi.
Sed speculabor, ne quis aut hinc aut ab laeva aut dextera
nostro consilio venator adsit cum auritis plagis.
Sterilis hinc prospectus usque ad ultimam plateam probe.
Evocabo : heus Periplectomene et Pleusicles, progredimini. 610
PERIPLECOMENES  
Ecce nos tibi oboedienteis. 
PALAESTRIO 
Facile'st inperium in bonis.
Sed volo scire, eodem consilio, quod intus meditati sumus,
gerimus rem? 
PERIPLECOMENES  
Magis ad rem non potest esse utibile. 
PALAESTRIO Imo.
Quid tibi, Pleusicles? 
PLEUSIDES
Quodne vobis placeat, displiceat mihi?
quis homo sit magis meus, quam tu es? 
PERIPLECOMENES  
Loquere lepide et conmode. 615
PALAESTRIO 
Pol ita decet hunc facere. 
PLEUSIDES 
At hoc me facinus miserum macerat,
meumque cor corpusque cruciat. 
PERIPLECOMENES  
Quid id est, quod cruciat? cedo.
PLEUSIDES 
Me tibi istuc aetatis homini facinora puerilia
obicere, neque te decora neque tuis virtutibus;
ea te expetere ex opibus summis mei honoris gratia, 620
mihique amanti ire opitulatum atque ea te facere facinora
quae istaec aetas fugere facta magis quam sectari solet.
Eam pudet me tibi in senecta obicere sollicitudinem.
PALAESTRIO 
Novo modo tu, homo, amas; siquidem te quidquam quod faxis, pudet,
nihil amas, umbra es amantum magis, quam amator, Pleusicles. 625
PLEUSIDES 
Hanccine aetatem exercere mei amoris gratia?
PERIPLECOMENES  
Quid ais tu? itane tibi ego videor oppido Acherunticus
tam capularis ? Tamne tibi diu videor vitam vivere?
Nam equidem haud sum gnatus annos praeter quinquaginta et quattuor :
clare oculis video, pernix sum manibus, pedibus mobilis. 630
PALAESTRIO 
Si albicapillus hic videtur, neutiquam ab ingenio senex.
Inest in hoc amussitata sua sibi ingenua indoles.
PLEUSIDES 
Pol, id quidem experior ita esse, ut praedicas, Palaestrio,
nam benignitas quidem huius oppido adulescentuli'st.
PERIPLECOMENES  
Imo, hospes, magis quom periclum facies, magis gnosces meam 635
comitatem erga te amantem. 
PLEUSIDES 
Quid opus gnota gnoscere?
PERIPLECOMENES  
Ut apud te exemplum experiundi habeas, ne itas foris.
Nam nisi qui ipse amavit, aegre amantis ingenium inspicit;
et ego amoris aliquantum habeo humorisque etiam in corpore; 639-640
nequedum exarui ex amoenis rebus et voluptariis. 641
Vel cavillator facetus, vel conviva commodus
item ero; neque ego oblocutor sum alteri in convivio.
Incommoditate abstinere me apud convivas conmodo
conmemini, et meae orationis iustam partem persequi, 645
et meam partem itidem tacere, quom aliena est oratio.
Minume sputator, screator sum, itidem minime muccidus.
Post, Ephesi sum gnatus, non enim in Apulis, non sum Animula.
PALAESTRIO 
O lepidum senem, si quas memorat virtutes habet,
atque equidem plane eductum in nutricatu Venerio. 650
PERIPLECOMENES  
Plus dabo, quam praedicabo ex me venustatis tibi.
Neque ego umquam alienum scortum subigito in convivio,
neque praeripio pulpamentum, neque praevorto poculum,
neque per vinum umquam ex me exoritur discidium in convivio.
Si quis ibi est odiosus, abeo domum, sermonem segrego. 655
Venerem, amorem, amoenitatemque adcubans exerceo.
PALAESTRIO 
Tu quidem, edepol, omneis mores ad venustatem vacet.
Cedo treis mihi homines aurichalco contra cum istis moribus.
PLEUSIDES 
At quidem illuc aetatis qui sit, non invenies alterum
lepidiorem ad omneis res nec qui amicus amico sit magis. 660
PERIPLECOMENES  
Tute me ut fateare faciam esse adulescentem moribus;
ita apud omneis conparebo tibi res benefactis frequens.
Opusne erit tibi advocato tristi, iracundo? ecce me.
Opus leni? leniorem dices, quam mutum 'st mare,
liquidiusculusque ero, quam ventus est favonius. 665
Vel hilarissimum convivam hinc indidem expromam tibi,
pel primarium parasitum, atque obsonatorem optumum :
tum ad saltandum non cinaedus malacus aeque est atque ego.
PALAESTRIO 
Quid ad illas artis optassis, si optio eveniat tibi?
PLEUSIDES 
Huius pro meritis ut referri pariter possit gratia, 670
tibique, quibus nunc me esse experior summae sollicitudini.
At tibi tanto sumtui esse mihi molestum'st. 
PERIPLECOMENES  
Morus es.
Nam in mala uxore atque inimico si quid sumas, sumtus est;
in bono hospite atque amico, quaestus est, quod sumitur;
et, quod in divinis rebus sumas sumptisapienti lucro est. 675
Deum virtute, est te unde hospitio abcipiam, apud me comiter.
Es, bibe, animo obsequere mecum, atque onera te hilaritudine.
Liberae sunt aedeis; liber sum autem ego: me volo libere.
Nam mihi, deum virtute, dicam, propter divitias meas
licuit uxorem dotatam genere summo ducere : 680
sed nolo mi oblatratricem in aedeis intromittere.
PALAESTRIO 
Cur non vis? nam procreare liberos lepidum'st onus.
PERIPLECOMENES  
Hercle vero, liberum esse te, id multo est lepidius.
PALAESTRIO 
Tute homo et alteri sapienter potis es consulere, et tibi.
PERIPLECOMENES  
Nam bona uxor, suave ductu'st, usquam si sit cuiquam gentium, 685
ubi ea possim invenire ? verum egone eam ducam domum,
quae mihi numquam hoc dicat  : Eme, mi vir, lanam, unde tibi pallium
malacum et calidum conficiatur, tunicaeque hibernae bonae,
ne algeas hac hieme (hoc numquam verbum ex uxore audias);
verum priusquam galli cantent, quae me somno suscitet, 690
dicat : Da mihi, vir, calendis meam quod matrem venetit;
da qui faciam condimenta, da quod dem quinquatribus
praecantrici, coniectrici, hariolae atque haruspicae;
flagitium'st, si nihil mittetur; quo supercilio specit !
Tum plicatricem, clementer non potest, quin munerem. 695
Iampridem, quia nihil abstulerit, subcenset ceriaria.
Tum obstetrix expostulavit mecum, parum missum sibi.
Quid ! nutrici non missurus quidquam, quae vernas alit?'
hae atque horum similia alia damna multa mulierum
me uxore prohibent, mihi quae huius simileis sermones serat. 700
PALAESTRIO 
Di tibi propitii sunt, hercle nam si istam semel amiseris
libertatem, haud facile in eumdem rusum restitues locum.
PLEUSIDES 
At illa laus est, magno in genere et in divitiis maxumis,
liberos hominem educare, generi monumentum et sibi.
PERIPLECOMENES  
Quando habeo multos cognatos, quid opus sit mihi liberis? 705
Nunc bene vivo, et fortunate, atque ut volo, atque animo ut lubet.
Mea bona mea morti congnatis didam, inter eos partiam.
Illi apud me ederunt, me curabunt, visent quid agam, ecquid velim.
Priusquam lucet, adsunt, rogitant, noctu ut somnum ceperim.
Eos pro liberis habebo; qui mihi mittunt munera. 710
Sacrificant ? dant inde partem mihi maiorem, quam sibi,
abducunt ad exta; me ad se, ad prandium, ad coenam vocant.
Ille miserrumum se retur, minimum qui misit mihi.
Illi inter se certant donis; ego et mecum mussito:
bona mea inhiant, me certatim nutricant et munerant. 715
PALAESTRIO 
Nimis bona ratione, nimiumque ad te et tuam multum vides.
Et tibi sunt gemini, et trigemini, si te bene habes, filii.
PERIPLECOMENES  
Pol, si habuissem, satis cepissem miseriarum e liberis.
Continuo excruciarer animi, si forte fuisset febris. 719-720
Censerem emori; cecidissetve ebrius, aut de equo uspiam 721
metuerem ne ibi defregisset crura aut cervices sibi.
PALAESTRIO 
Huic homini dignum'st divitias esse, et diu vitam dari,
qui et rem servat, et se bene habet, suisque amicis usui est.
PLEUSIDES 
O lepidum caput ! ita me di deaeque ament, aequom fuit 725
deos paravisse, uno exemplo ne omneis vitam viverent :
sicuti merci pretium statuit agoranomus pro virtute ut veneat,
quae inproba'st, pro mercis vitio dominum pretio pauperet ; 
quae improbast, pro mercis vitio dominum pretio pauperat,
itidem divos dispertisse vitam humanam aequom fuit; 730
qui lepide ingeniatus esset, vitam ei longinquam darent;
qui inprobi essent et scelesti, is adimerent animam cito.
Si hoc paravissent, homines essent minus multi mali,
et minus audacter scelesta facerent facta : et postea,
qui probi homines essent, esset is annona vilior. 735
PERIPLECOMENES  
Qui deorum consilia culpet, stultus inscitusque sit,
quique eos vituperet. Nunc istis rebus desisti decet.
Nunc volo opsonare, ut, hospes, tua te ex virtute et mea
meae domi abcipiam benigne, lepide, et lepidis victibus.
PLEUSIDES 
Nihil me poenitet iam quanto sumtui fuerim tibi. 740
Nam hospes nullus tam in amici hospitium devorti potest,
quin, ubi triduum continuum fuerit, iam odiosus siet.
Verum ubi dies decem continuus sit, east odiorum Ilias:
tametsi dominus non invitus patitur, servi murmurant.
PERIPLECOMENES  
Servienteis servitute ego servos instruxi mihi, 745
hospes, non qui mihi inperarent, quibus ego essem obnoxius
si illis aegre'st, mihi quod volupe'st, meo remigio rem gerunt,
tamen id quod odio est, faciundum'st cum malo atque ingratiis.
Nunc, quod obcepi, opsonatum pergam. 
PLEUSIDES Si certum'st tibi
commodulum opsona, ne magno sumptu; mihi quidvis sat est. 750
PERIPLECOMENES  
Quin tu istanc orationem hinc veterem atque antiquam amoves?
Proletario sermone nunc quidem, hospes, utere.
Nam hi solent, quando adcubuere, ubi cona adposita'st, dicere:
"Quid opus fuit hoc  sumtu tanto nostra gratia !
insanivisti, hercle; nam idem hoc hominibus sat erat decem." 755
Quod eorum causa opsonatum'st culpant; et comedunt tamen.
PALAESTRIO 
Fit, pol, illud ad illud exemplum : ut docte et perspecte sapit ! 
PERIPLECOMENES  
Sed iidem homines numquam dicunt, quamquam adpositum'st ampliter !
" Iube illud demi; tolle hanc patinam; remove pernam; nil moror.
Abfer illam offam porcinam; probus hic conger frigidus : 760
remove, abi abfer; " neminem eorum haec adseverare audias :
sed procellunt se, et procumbunt dimidiati, dum adpetunt.
PALAESTRIO 
Bonus bene ut malos descrbpsit mores. 
PERIPLECOMENES  Haud centesimam
partem dixi, atque, otium rei si sit, possum expromere.
PALAESTRIO 
Igitur id, quod agitur, heic iam primum praevorti decet. 765
nunc huc animmm advortite ambo. Mihi opus est opera tua,
Periplectomene : nam ego inveni lepidam sycophantiam,
qui admutiletur Miles usque caesariatus : atque uti
huic amanti ac Philocomasio hanc ecficiamus copiam,
ut hic eam abducat, abeatque. 
PERIPLECOMENES  
Dari istanc rationem volo. 770
PALAESTRIO 
At ego mi anulum dari istunc tuom volo. 
PERIPLECOMENES  
Quam ad rem usui'st?
PALAESTRIO 
Quando habebo, igitur rationem mearum fabricarum dabo.
PERIPLECOMENES  
Utere, abcipe. 
PALAESTRIO 
Abcipe a me rusum rationem doli,
quam institui. 
PLEUSIDES 
Ambo perpurigatis tibi operam damus auribus.
PALAESTRIO 
Hrus meus ita magnus moechus mulierum'st, ut neminem 775
fuisse adaeque, neque futurum credam. 
PLEUSIDES Credo ego istuc idem.
PALAESTRIO 
Isque Alexandri praestare praedicat formae suam.
Itaque omneis se ultro sectari in Epheso memorat mulieres.
PERIPLECOMENES  
Edepol, quid te de isto multa ? scio te non mentirier :
sed ego ita esse, ut dicis, teneo polchre : proin, Palaestrio, 780
quam potes, tam verba confer maxume ad compendium.
PALAESTRIO 
Ecquam tu potes reperire forma lepida mulierem,
cui facetiarum cor corpusque sit plenum et doli?
PERIPLECOMENES  
Ingenuamne, an libertinam? 
PALAESTRIO 
Aequi istuc facio, dummodo
eam des, quae sit quaestuosa, quae alat corpus corpore : 785
quoique sapiat pectus : nam cor non potest, quod nulla habet.
PERIPLECOMENES  
Lautam vis, an quae nondum sit lauta ! 
PALAESTRIO 
Sicam succidam,
quam lepidissumam potes, quamque adulescentem maxume.
PERIPLECOMENES  
Habeo eccillam meam clientam, meretricem adulescentulam.
Sed quid ea usus est? 
PALAESTRIO 
Ut ad te eam iam deducas domum, 790
utique eam huc ornatam adducas matronarum modo :
capite comto, crines vittasque habeat, adsimuletque se
tuam esse uxorem: ita praecipiundum'st. 
PLEUSIDES 
Erro, quam insistas viam.
PALAESTRIO 
At scietis : sed ecqua ancilla est illi? 
PERIPLECOMENES  
Est prime cata.
PALAESTRIO 
Ea quoque opus'st : ita praecipito mulieri, atque ancillulae, 795
ut simulet se tuam esse uxorem, et deperire hunc Militem :
quasique hunc anulum faveae suae dederit, ea porro mihi,
Militi ut darem; quasique ego rei sim interpres. 
PERIPLECOMENES  Audio :
ne me surdum verberae
PALAESTRIO 
Tu si audis, ego recte meis
dabo : a tua mihi uxore dicam delatum et datum,
ut sese ad eum conciliarem : ille eiusmodi est, cupiet miser,
qui nisi adulterio, studiosus rei nulli alia est, inprobus.
PERIPLECOMENES  
Non potuit reperire, si ipsi Soli quaerendas dares,
lepidiores duas ad hancce rem, quam ego : habe animum bonum.
PALAESTRIO 
Ergo adcurato et properato opus'st : nunc tu ausculta, Pleusicles. 805
PLEUSIDES 
Tibi sum oboediens. 
PALAESTRIO 
Hoc facito; Miles domum ubi advenerit,
memineris ne Philocomasium nomines. 
PLEUSIDES 
Quem nominem?
PALAESTRIO 
Diceam. 
PLEUSIDES 
Nempe, eandem quae dudum constituta'st. 
PALAESTRIO 
Pax, abi.
PLEUSIDES 
Meminero, sed quid meminisse id refert ad hanc rem tamen ?
PALAESTRIO 
Ego enim dicam tum quando usus poscet : interea tace. 810
Ut nunc, etiam hic agit actutum parteis defendas tuas.
PLEUSIDES 
Ego eo intro igitur.
PALAESTRIO 
Et praecepta sobrie ut cures, face. 

ACTE III
PALESTRION, PLEUSIDE, PÉRIPLÉCOMÈNE

PALESTRION (aux deux autres qui rentrent dans la maison)
Arrêtez-vous tous deux un moment avant de passer la porte, Pleuside. Laissez-moi aller d'abord à la découverte, de crainte de surprise pour le conciliabule que nous voulons tenir; car il nous faut à présent un lieu sûr, où les oreilles d'aucun ennemi ne puissent enlever nos dépouilles. Les mieux avisés avisent mal s'ils prêtent le flanc à l'ennemi, et l'on ne peut servir l'ennemi sans se nuire à soi-même. Les bons desseins sont le plus souvent renversés, faute de choisir la place pour conférer diligemment, avec prudence; car si les ennemis connaissent vos desseins, ils en profitent pour vous enchaîner la langue et pour vous lier les bras; et ce que vous leur avez voulu faire, ils vous le font à vous-mêmes. Mais j'observerai à droite et à gauche, pour qu'il n'y ait point de chasseur qui tende à nos desseins les filets de sa curiosité. (Il s'avance et regarde.) D'ici jusqu'au bout de la place ma vue n'embrasse qu'un désert; c'est bien, j'appellerai. Holà ! Périplécomène, Pleuside, avancez.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Nous voici, prêts à t'obéir.
PALESTRION
Le commandement est facile avec des braves. Mais je désire savoir si le plan que nous avons projeté là-bas (montrant la maison de Périplécomène) est définitivement adopté.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Il ne saurait y en avoir un meilleur pour l'entreprise.
PALESTRION
Et toi, Pleuside, que t'en semble?
PLEUSIDE
Ce que vous approuvez, le désapprouverais-je? (A Périplécomène.) Quel ami m'est plus dévoué que toi?
PÉRIPLÉCOMÈNE
C'est parler comme il faut, tu es bien aimable.
PALESTRION
Par Pollux, il ne fait que ce qu'il doit.
PLEUSIDE
Mais il y a une chose qui me désole, qui me rend malheureux, et me met l'esprit et le corps à la torture.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Qu'est-ce qui te met à la torture? dis.
PLEUSIDE
C'est de t'engager à ton âge dans des équipées de jeunesse, peu séantes pour un homme comme toi et de ton mérite; de te voir entrer dans cette intrigue, sans égard pour ta haute fortune, par complaisance pour moi, et servir mes amours, et faire de ces prouesses dont on a plutôt coutume de s'abstenir à ton âge, et dont on ne se mêle plus. J'ai honte, en considérant ta vieillesse, de te jeter dans de pareils embarras.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Tu es, mon cher, un amoureux d'une espèce nouvelle : si quelque honte peut te retenir, tu n'aimes point; tu n'es qu'un fantôme d'amant, et non un amant véritable, Pleuside.
PLEUSIDE
Moi, te causer tant de tracas à ton âge pour mes amours !
PÉRIPLÉCOMÈNE
Dis-moi donc, te semblé-je déjà réclamé par l'Achéron, et bon à porter en terre? A ton avis, ai-je vécu déjà si longtemps? je n'ai pas plus de cinquante-quatre ans; j'ai bon pied, bon oeil, la main alerte.
PALESTRION
On lui voit des cheveux blancs, mais son esprit ne se ressent point de l'âge. C'est un heureux naturel qui reste tiré au cordeau.
PLEUSIDE
Certes, je vois par moi-même que tu dis vrai, Palestrion; car il a tout à fait l'humeur obligeante d'un jeune homme.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Oh ! quand tu en feras l'épreuve, mon cher hôte, tu te convaincras davantage de mon empressement pour toi et tes amours.
PLEUSIDE
Ai-je besoin de me convaincre de ce dont je suis convaincu déjà?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je veux que tu en aies toi-même la preuve par expérience, sans la chercher ailleurs. Quand on n'aime pas pour son propre compte, on voit d'un oeil chagrin l'humeur des amants. Il y a encore en moi quelque ardeur amoureuse, mon corps a toujours de la sève; et mes sens ne sont pas éteints pour les agréments et les plaisirs de la vie. Je suis un rieur de bon goût, un convive agréable; dans un dîner, je ne coupe jamais la parole à personne; j'ai le bon esprit de ne pas me rendre importun aux convives; je sais prendre part à la conversation avec mesure, et me taire à propos, quand c'est à d'autres à parler; je ne suis point cracheur ni pituiteux, et point roupieux le moins du monde; enfin, je suis d'Éphèse, et non pas d'Apulie (53), je ne suis pas un « petit coeur ».
PLEUSIDE
O l'aimable vieillard, s'il a toutes les qualités dont il se vante ! Il est vraiment formé à l'école des Grâces.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Tu me trouveras plus gracieux, en effet, que je ne m'en vanterai. Jamais, pendant un repas, je ne glisse la main sous la robe d'une femme qui n'est pas à moi; je ne me presse pas d'enlever les plats à mes voisins, ou de saisir la coupe avant eux; jamais le vin ne m'excite à chercher querelle au milieu d'un banquet; si quelqu'un m'est antipathique, je me retire chez moi, j'abandonne l'entretien ; sur le lit du festin, je rends un culte aux Grâces, à l'Amour, aux plaisirs (54).
PLEUSIDE
Toutes tes manières, par Pollux, sont faites pour charmer. Qu'on me donne trois de tes pareils, je les paierai leur pesant d'orichalque.
PALESTRION
Assurément, u ne trouverais pas un autre homme, à l'âge qu'il a, plus aimable sous tous les rapports, ni plus serviable pour ses amis.
PÉRIPLÉCOMÈNE (à Pleuside)
Je te prouverai bien que je suis jeune encore de caractère, quand tu me verras si alerte à te seconder, à te servir en toute circonstance. As-tu besoin pour t'assister d'un avocat chagrin qui s'emporte? (prenant l'air dur et sévère) me voici. D'un bon enfant? je serai plus paisible que n'est la mer quand elle se tait, plus guilleret que le Zéphyr. Je t'offrirai aussi un joyeux convive, un parasite de premier ordre, un excellent pourvoyeur de festin. S'il faut danser, il n'y a pas d'efféminé baladin qui ait les gestes plus moelleux que moi.
PALESTRION (à Pleuside)
Avec toutes ces qualités que souhaiterais-tu de plus, si tu avais un souhait à faire?
PLEUSIDE
De pouvoir témoigner dignement ma reconnaissance à lui, et à toi ensuite; vous prenez tant de peine pour  moi ! (A Périplécomène.) Mais je souffre de te causer une si grande dépense.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Tu dis une sottise; car si l'on dépense pour une méchante femme ou pour un ennemi, c'est perdre son argent; mais dépenser pour un hôte et un ami, c'est tout gain. Il y a encore une dépense qui profite au sage, celle du culte divin. Par la protection du ciel, je puis faire politesse à un hôte qui passe dans notre ville. Mange, bois, satisfais avec moi tes fantaisies, et donne-t'en à coeur joie. La liberté règne dans cette maison, je suis libre moi-même; je veux jouir librement. Car ma fortune, grâce aux dieux, me permettait, je l'avoue, d'épouser une femme richement dotée et de grande famille; mais je n'ai pas voulu introduire chez moi une mégère aboyeuse.
PLEUSIDE
Pourquoi pas? Des enfants dont on est le père sont une charge si douce !
PÉRIPLÉCOMÈNE
Bien plus douce encore, par Hercule, est la liberté.
PALESTRION
Toi, tu sais conseiller sagement autrui et te conduire toi-même.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Car pour ce qui est d'une bonne épouse, ce bonheur ! s'il y en a jamais eu, où pourrais-je la déterrer? Et j'aurais sous mon toit une femme qui ne me dirait jamais : « Achète-moi de la laine, mon bon ami, pour te faire un manteau bien chaud et moelleux, de bonnes tuniques épaisses, qui te garantissent du froid cet hiver. » Jamais paroles de ce genre ne sortiraient de la bouche d'une femme. Mais elle devancera le chant du coq et me réveillera, pour me dire : « Mon mari, donne-moi de quoi faire un cadeau à ma mère pour les calendes. Donne-moi un charcutier, donne-moi un cuisinier; donne-moi de quoi donner, le jour des Quinquatries (55), à la chanteuse qui détourne les maladies, à l'interprète des songes, à la devineresse, à l'aruspice (56). Je serais trop honteuse si on ne leur envoyait rien. De quel air elles me regardent ! et la préposée aux cérémonies expiatoires, elle ne me pardonnerait pas si je ne lui faisais un présent. Il y a longtemps que la cirière se plaint de n'avoir rien reçu. L'accoucheuse m'a reproché de l'avoir mal payée. Et puis, est-ce que tu n'enverras rien à la nourrice des petits esclaves? » Ce sont toutes ces exigences des femmes, et mille autres ruines semblables, qui m'ont détourné du mariage, où m'attendraient des propos de cette sorte.
PALESTRION
Les dieux te sont propices, par Hercule ! car si tu renonçais une fois à ta liberté, tu ne la retrouverais pas si aisément.
PLEUSIDE
Mais il est honorable à l'homme d'une grande naissance et qui jouit d'une belle fortune, d'élever des enfants qui perpétuent et sa race et son nom.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Puisque j'ai des parents nombreux, qu'ai-je besoin d'enfants? Maintenant je vis bien, je suis heureux, on ne me contrarie point; j'ai toutes les jouissances que je désire. Je léguerai, à ma mort, mes biens à mes parents, et je les leur partagerai. Ils mangent chez moi, ils me joignent, ils viennent s'informer de mes nouvelles et prendre mes ordres. Avant le jour, ils sont là, s'empressant de me demander si j'ai bien dormi : c'est comme si j'avais des enfants. De plus ils m'envoient des cadeaux. S'ils font un sacrifice, ils m'emmènent au banquet et j'ai plus large part qu'eux (57); ce sont toujours des invitations à déjeuner, à dîner. Malheureux est celui qui m'a donné le moins. C'est entre eux un défi à qui m'offrira les plus beaux présents, et je me dis tout bas : ils dévorent mon bien en espérance; en attendant, tous à l'envi fournissent ma table et me font des cadeaux.
PALESTRION
Tu raisonnes parfaitement, et tu vois clair à tes affaires. Eh! tu es père de famille, deux fois père, trois fois père, si tu vis content.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Si j'avais des enfants, par Pollux, que de tourments ils m'auraient causés ! Je serais dans des transes, dès qu'un d'eux aurait la fièvre. Je mourrais à chaque instant. (Prenant le ton d'un père inquiet.) N'est-il pas tombé en courant à cheval, en sortant ivre? S'il s'était cassé les jambes ou la tête !
PALESTRION
Voilà un homme digne d'être riche et de vivre longtemps; il sait gouverner son bien, se donner ses aises, et être agréable à ses amis.
PLEUSIDE
Le charmant homme! Que tous les dieux et toutes les déesses me protègent, ils auraient dû mieux arranger les choses, et ne pas donner la même vie à tous. L'honnête police des marchés règle le prix des marchandises pour qu'elles se vendent selon leur qualité et que les mauvaises, qui ne valent rien, appauvrissent d'autant le possesseur; il faudrait que les dieux eussent départi de cette manière la vie humaine; qu'à l'homme d'un caractère aimable ils accordassent de longues années; quant aux méchants et aux pervers, qu'ils leur ôtassent le jour promptement. S'ils en avaient ordonné ainsi, les méchants seraient moins nombreux, et moins hardis à faire le mal; et, de plus, les gens de bien vivraient à meilleur marché.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Accuser les dieux, blâmer leurs décrets, ce serait impertinence et folie. Mais quittons ce propos. Je vais aller aux provisions, mon cher hôte, pour te faire une réception digne de toi et de moi; grande chère, mets friands, douce vie !
PLEUSIDE
Tu n'as déjà fait que trop de dépenses pour moi, j'en suis confus. D'ordinaire, quelle que soit l'amitié de l'hôte qui vous reçoit, on ne profite point de son hospitalité trois jours durant, sans lui devenir à charge. Mais si l'on demeure dix jours de suite, ce sont les dix ans de la guerre de Troie : le maître s'en accommodât-il, les esclaves murmurent.
PÉRIPLÉCOMÈNE
J'ai chez moi, à mon service, des serviteurs pour me servir, non pas pour me commander et me tenir dans leur dépendance. Tant pis s'ils se fâchent de ce qui me fait plaisir, je conduis ma barque à ma mode. Ils ont beau être mécontents, les étrivières les font marcher, en dépit qu'ils en aient. Je vais donc aux provisions comme je l'ai dit.
PLEUSIDE
Puisque tu le veux absolument, au moins fais tes emplettes avec un peu de mesure, et ne te mets pas en grande dépense. Il y aura toujours assez pour moi.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Laisse donc ces formules rebattues et surannées. C'est un compliment trivial que tu fais là, mon cher hôte. Nos gens n'en disent pas d'autre, lorsqu'ils se mettent à table et qu'on sert le dîner : « Est-ce qu'il fallait faire tant de dépense pour nous? Quelle folie ! par Hercule, il y aurait de quoi régaler dix personnes. » Et, pendant qu'ils blâment les apprêts qu'on a fait pour eux, ils mangent tout.
PALESTRION
C'est ainsi, par Pollux, que les choses se passent. Qu'il a d'esprit, et qu'il est fin observateur !
PÉRIPLÉCOMÈNE
Mais ces mêmes gens, quelque profusion qu'il y ait sur la table, ne disent jamais : « Fais ôter ceci; retranche ce plat; qu'on retire ce jambon, je n'en veux pas. Garde cette longe de porc avec la queue; ce congre sera bon froid. Allons, fais enlever, fais emporter. » Jamais on n'en verra un seul tenir ce langage. Mais ils s'allongent et se couchent à moitié sur la table, pour atteindre à tout.
PALESTRION
Comme le sage dépeint sagement la sottise des autres !
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je n'ai pas dit la centième partie de ce que j'aurais à dire sur ce chapitre, si j'avais le temps.
PALESTRION
Occupons-nous donc de notre affaire avant tout. Or çà, prêtez-moi tous deux attention. J'ai besoin de ton aide, Périplécomène; car j'ai imaginé un plaisant tour de passe-passe pour tondre jusqu'au vif notre Militaire à la belle chevelure, et pour procurer à Pleuside le moyen d'enlever celle qu'il aime, et de s'en aller avec elle.
PÉRIPLÉCOMÈNE.
Te veux connaître ton dessein.
PALESTRION
Et je veux, moi, que tu me donnes l'anneau que tu portes.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Pourquoi faire?
PALESTRION
Quand je l'aurai, je t'instruirai de mes machinations.
PÉRIPLÉCOMÈNE (lui donnant son anneau)
Tu peux t'en servir, prends.
PALESTRION
Et toi, en revanche, prends le plan des ruses que j'ai arrêtées.
PLEUSIDE
Nous deux, nous sommes tout ouïe et tout oreilles.
PALESTRION
Mon maître est un coureur de femmes mariées, un libertin comme il n'y en a jamais eu et comme il n'y en aura lainais, je le pense.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je le pense comme toi.
PALESTRION
Aussi, se vante-t-il d'effacer Pâris en beauté; aussi, prétend-il que toutes les femmes, à Éphèse, lui courent après.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Par Pollux, tu n'as pas besoin d'insister là-dessus. Je crois bien que tu ne mens pas, et je suis parfaitement convaincu qu'il est tel que tu dis. Ainsi, Palestrion, resserre ton discours dans la forme la plus stricte.
PALESTRION
Peux-tu me trouver une jolie femme, gentille de coeur comme de visage, et pleine de malice?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Libre ou affranchie?
PALESTRION
Cela m'est indifférent, pourvu que la personne que tu me procureras vive du trafic de sa personne et qu'elle ait de l'esprit dans tout son corps, je ne dis pas dans sa cervelle, car les femmes n'en ont jamais.
PÉRIPLÉCOMÈNE
La veux-tu dans l'âge ou avant l'âge de fréquenter les bains (58)?
PALESTRION
Qu'elle ne soit pas sèche, ni trop chargée d'embonpoint; qu'elle soit jolie et jeune le plus possible.
PÉRIPLÉCOMÈNE
J'ai justement pour cliente une jeune courtisane. Mais à quoi peut-elle te servir?
PALESTRION
Tu l'amèneras tout de suite chez toi, et tu la feras s'habiller à la manière des femmes honnêtes; coiffure soignée, cheveux longs et bandelettes; elle fera semblant  d'être ton épouse; il faut lui faire la leçon (59).
PLEUSIDE
Je me demande quel est ton but.
PALESTRION (à Périplécomène et à Pleuside)
Vous le saurez. (A Périplécomène.) Mais a-t-elle une esclave?
PÉRIPÉLCOMÈNE
Oui, une fine mouche.
PALESTRION
J'ai besoin d'elle aussi; tu instruiras la maîtresse et la suivante. La première feindra d'être ton épouse, et d'aimer éperdument le Militaire; on fera semblant qu'elle ait donné cet anneau à sa suivante, et celle-ci viendra me l'apporter pour que je le remette au Militaire mon maître; je serai comme l'entremetteur dans cette affaire.
PÉRIPLÉCOMÈNE
J'entends; ne me rebats pas les oreilles à me rendre sourd.
PALESTRION
Puisque tu m'as entendu, j'irai m'acquitter convenablement de mon message auprès de nos gens. Je dirai qu'on vient de m'apporter cela de la part de ton épouse, et qu'en me le donnant, on m'a prié d'obtenir un rendez-vous. Je connais l'homme, il en mourra d'envie; pour rien au monde il n'a plus de goût que pour l'adultère, le vaurien.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Quand on aurait chargé le Soleil de chercher deux femelles accortes pour cette expédition, il n'aurait pas mieux trouvé que moi. Sois tranquille.
PALESTRION
Il faut donc se mettre à la besogne prestement. Maintenant, Pleuside, écoute bien.
PLEUSIDE
Je suis prêt à t'obéir.
PALESTRION
Voici ce que tu as à faire; quand le Militaire viendra dans la maison, veille à ne pas prononcer le nom de Philocomasie.
PLEUSIDE
Quel nom dois-je dire?
PALESTRION
Dicée.
PLEUSIDE
Oui, comme on est convenu de l'appeler dernièrement.
PALESTRION
C'est bon, va.
PLEUSIDE
Je m'en souviendrai; mais que sert pour ton dessein que je m'en souvienne?
PALESTRION
Je te le dirai quand besoin sera; en attendant, silence. Pour le moment, ton hôte fait son devoir, songe à faire le tien.
PLEUSIDE
Je rentre donc.
PALESTRION
Et tâche d'avoir toute ta tête. (Périplécomène et Pleusicle sortent.)

III.ii

PALAESTRIO 
Quantas res turbo ! quantas moveo machinas !
eripiam ego hodie concubinam Militi,
si centuriati bene sunt maniplareis mei. 815
Ded illum vocabo : Heus, Sceledre, nisi negotium,
progredere ante aedeis, te vocat Palaestrio.
LUCRIO 
Non operae'st Sceledro. 
PALAESTRIO 
Quid iam? 
LUCRIO 
Sorbet dormiens.
PALAESTRIO 
Quid, sorbet? 
LUCRIO 
Illud, stertit, volui dicere.
Sed quia consimile'st, quod stertas, quasi sorbeas. 820
PALAESTRIO 
Eho, an dormit Sceledrus intus? 
LUCRIO 
Non naso quidem :
nam eo magnum clamat. Tetigit calicem clanculum.
Demisit nardini amphoram cellarius.
PALAESTRIO 
Eho, tu sceleste, qui illi suppromu's, eho ! 824-825
LUCRIO 
Quid vis?
PALAESTRIO 
Quid lubitum'st illi condormiscere? 826
LUCRIO 
Oculis, opinor. 
PALAESTRIO 
Non te istuc rogito, scelus.
Procede huc ; periisti iam, nisi verum scio.
promsisti tu illi vinum ! 
LUCRIO 
Non promsi. 
PALAESTRIO 
Negas !
LUCRIO 
Nego, hercle, vero; nam ille me vetuit dicere. 830
Neque equidem heminas octo expromsi in urceum;
neque ille hic calidum exbibit in prandium.
PALAESTRIO 
Neque tu bibisti? 
LUCRIO 
Di me perdant, si bibi,
si bibere potui. 
PALAESTRIO 
Quid iam? 
LUCRIO 
Quia enim obsorbui.
Nam nimis calebat, amburebat gutturem. 835
PALAESTRIO 
Alii ebrii sunt, alii poscam potitant.
Bono subpromo et promo cellam creditam !
LUCRIO
Tu, hercle, idem faceres, si tibi esset credita:
quoniam aemulari non licet, nunc invides. 839-840
PALAESTRIO 
Eho an umquam promsit antehac? responde, scelus. 841
Atque, ut tu scire possis, edico tibi:
si falsa dixis, Lucrio, excruciabere.
LUCRIO
Ita vero? ut tu ipse me dixisse delices,
postea sagina ego eiiciar cellaria, 845
ut tibi, si promtes, alium subpromum pares.
PALAESTRIO 
Non, edepol, faciam, age loquere audacter mihi.
LUCRIO
Numquam, edepol, vidi promere; verum hoc erat:
mihi imperabat, ego promebam postea.
PALAESTRIO 
Hui ! illei crebro capite sistebant cadi. 850
LUCRIO
Non, hercle, tam istoc valide cassabant cadi.
Sed in cella'st paulum nimis loculi lubrici,
ibi erat bilibris aqualis, heic propter cados,
ea saepe deciens complebatur; vidi eam
plenam atque inanem fieri, plenam maxuma, 855
ubi aula bacchabatur, casabant cadi.
PALAESTRIO 
Abi, abi intro iam. Vos in cella vinaria
bacchanal facitis; iam, hercle, ego erum adducam a foro.
LUCRIO
Perii, excruciabit me herus, domum si venerit,
quom haec facta scibit, quia sibi non dixerim. 860
Fugiam, hercle, aliquo, atque hoc in diem extollam malum.
Ne dixeritis, obsecro, huic, vostram fidem.
PALAESTRIO 
Quo te agis? 
LUCRIO
Missus sum aliquo; iam huc revenero.
PALAESTRIO 
Quis misit? 
LUCRIO
Philocomasium. 
PALAESTRIO 
Abi, actutum redi.
LUCRIO
Quaeso tamen, tu partem, infortuni meam, 865
si dividetur, me absente accipito tamen.
PALAESTRIO 
Modo intellexi, quam rem mulier gesserit;
quia Sceledrus dormit, hunc subcustodem suum
foras ablegavit, dum eapse huc transiret : placet.
Sed Periplectomenus, quam ei mandavi mulierem 870
nimis lepida forma ducit : di, hercle, hanc rem adiuvant.
Quam digne ornata incedit, haud meretricie !
Lpide hoc subcedit sub manus negotium.

III, 2  PALESTRION, LUCRION

PALESTRION (seul)
Que je fais de remue-ménage ! quelles machines je mets en action ! J'enlèverai aujourd'hui au Militaire sa chère amie, si j'ai enrôlé de bons soldats dans ma cohorte. Mais appelons cet autre. Holà, Sceledrus ! si tu n'as pas affaire, viens devant la maison. C'est moi, Palestrion, qui t'appelle.
LUCRION (sortant de chez Pyrgopolinice)
Sceledrus ne peut pas te répondre.
PALESTRION 
Pourquoi?
LUCRION 
Il hume en dormant.
PALESTRION
Il hume ! comment ça?
LUCRION
Il ronfle, je voulais dire. Quand on ronfle c'est tout comme si l'on humait.
PALESTRION
Ah ! ah ! il est là dedans à dormir?
LUCRION
Ce n'est pas son nez qui dort, toujours; car il joue de la trompette. Sceledrus a bu un coup de contrebande. Il a descendu une amphore de vin de nard, en sa qualité de cellérier.
PALESTRION
Oui-da, coquin ! et toi qui es cellérier en second... hum
LUCRION
Qu'est-ce que tu veux?
PALESTRION
Comment s'est-il donc mis à dormir?
LUCRION
En fermant les yeux, je pense.
PALESTRION
Ce n'est pas ce que je te demande, maraud. Avance ici. Tu es mort, si tu ne me dis la vérité : est-ce toi qui lui as donné du vin?
LUCRION
Non.
PALESTRION
Tu dis non?
LUCRION
Sans doute, par Hercule, je dis non, puisqu'il m'a défendu de dire autrement. Je n'ai donc pas tiré huit hémines dans le broc, et il n'a pas bu ça tout chaud à son dîner (60)
PALESTRION
Et toi non plus, tu n'as pas bu?
LUCRION
Que les dieux me foudroient si j'ai bu, si je pouvais boire.
PALESTRION
Comment cela !
LUCRION
Parce que j'ai entonné tout d'un coup. C'était trop chaud, cela me brûlait le gosier.
PALESTRION
Les uns s'enivrent, pendant que les autres n'ont que de la boisson d'eau et de vinaigre. Voilà un bon cellérier avec son acolyte, et une confiance bien placée!
LUCRION
Tu en ferais autant, par Hercule, si l'on te confiait le cellier. Parce que tu ne peux pas nous imiter, tu es jaloux.
PALESTRION
Ah çà ! est-ce qu'il n'en a jamais pris auparavant? Parle, scélérat; et afin que tu n'en ignores, je te déclare que si tu mens, tu passeras par une torture qui ne sera pas une récréation.
LUCRION
Ah ! oui, pour que tu ailles me dénoncer d'après mes propres aveux; pour qu'on me prive de mon emploi, dans lequel je m'engraisse; et puis que, si l'on te fait cellérier, tu prennes un autre aide.
PALESTRION
Non, du tout, par Pollux; va, parle sans crainte.
LUCRION
Jamais, par Pollux, je ne l'ai vu prendre du vin; mais voici comment la chose se passait : il me commandait d'en prendre, et j'en prenais.
PALESTRION
Oh! oh ! vous dressiez souvent les tonneaux la tête en bas.
LUCRION
Non, par Hercule, ils ne faisaient pas des chutes aussi violentes que tu penses. Mais il y a beaucoup d'endroits glissants dans le cellier, et l'on avait placé un pot à eau de deux pintes auprès des tonneaux; il s'emplissait souvent; je l'ai vu s'emplir et se vider tout entier dix fois en un jour. La cruche dansait les bacchanales, les tonneaux ne pouvaient pas se tenir debout.
PALESTRION
Va, va, rentre tout de suite. Vous, faites vos orgies dans le cellier. Par Hercule, je vais à l'instant chercher mon maître au forum.
LUCRION (à part)
Je suis perdu; le maître, en arrivant à la maison, n'aura pas plutôt appris ce qui s'est passé, qu'il me fera torturer pour avoir gardé le silence. Je vais prendre la fuite, par Hercule, et je retarderai de quelque temps mon supplice. (Aux spectateurs.) Ne le lui dites pas à lui (montrant Palestrion), je vous en prie, je vous en conjure.
PALESTRION
Où portes-tu tes pas?
LUCRION
On m'a envoyé quelque part; je vais revenir.
PALESTRION
Qui t'a envoyé?
LUCRION
Philocomasie.
PALESTRION
Va, et reviens promptement.
LUCRION
Je t'en prie cependant; si l'on divise le châtiment, prends-en toujours une portion en mon absence. (Il sort.)
PALESTRION (Seul)
J'ai deviné l'intention de Philocomasie : comme Sceledrus est endormi, elle a envoyé le gardien suppléant en commission, pour avoir le temps de passer ici. Bon, mais Périplécomène arrive avec la femme que je lui ai demandée; elle est vraiment fort jolie. Les dieux, par Hercule, favorisent notre complot. Quelle décence dans la toilette et la démarche! On ne dirait pas une courtisane. L'affaire marche comme sur des roulettes.

III. iii

PERIPLECOMENES
  
Rem omnem, Acroteleutium tibi, tibique,mea Milphidippa,
domi demonstravi in ordine. Hanc fabricam fallaciasque 875
minus si tenetis, denuo volo percipiatis plane.
Satis si intellegitis, aliud est quod potius fabulemur.
ACROTELEUTIUM 
Stultitia atque insipientia insula atque maxuma haec sitec sit, 
me ire in opus alienum, aut ibi meam operam pollicitari,
si ea in opificina nesciam aut mala esse aut fraudulenta. 880
PERIPLECOMENES  
At melius est monerier. 
ACROTELEUTIUM  
Meretricem cocmoneri,
quam sane magni referat, nihil clam est ! Quin ego me frustro,
postquam adbibere aureis meae tuam oram orationis.
Tibi dixi, Miles quemadmodum potis sit deasciari.
PERIPLECOMENES  
At nemo solus satis sapit : nam ego multos saepe vidi 885
regionem fugere consili, prius quam repertam haberent.
ACROTELEUTIUM  
Si quid faciendum'st mulieri male atque malitiose,
ea sibi inmortalis memoria est meminisse et sempiterna;
sin bene quid aut fideliter faciundum'st, eo deveniunt, 
obliviosae extempulo uti fiant, meminisse nequeunt. 890
PERIPLECOMENES  
Ergo istuc metuo, quo venit vobis faciundum utrumque:
nam id proderit mihi, Militi male quod facietis ambae.
ACROTELEUTIUM  
Dum nescienteis quod bonum faciamus, ne formida;
Mala nulla meretrix est, ne pave, peiora ubi conveniunt. 894-895
PERIPLECOMENES  
Ita vos decet : consequimini. 
PALAESTRIO 
Cesso ego illis obviam ire? 896
venire salvom gaudeo. Lepido, hercle, ornatu incedis.
PERIPLECOMENES  
Bene obportuneque obviam es, Palaestrio : hem tibi adsunt
quas me iussisti adducere, et quo ornatu. 
PALAESTRIO 
Eu, noster esto.
Palaestrio Acroteleutium salutat. 
ACROTELEUTIUM  
Quis hic amabo est, 900
qui tam pro gnota me nominat ? 
PERIPLECOMENES  
Hic noster architectu est.
ACROTELEUTIUM  
Salve, architecte. 
PALAESTRIO 
Salva sis : sed dic mihi, ec quid hic te
oneravit praeceptis? 
PERIPLECOMENES  
Probe meditatam utramque duco.
PALAESTRIO 
Audire cupio, quemadmodum. Ne quid peccetis, paveo.
PERIPLECOMENES  
Ad tua praecepta de meo nihil his novom adposivi. 905
ACROTELEUTIUM  
Nempe ludificari Militem tuom herum vis? 
PALAESTRIO 
Elocuta es.
ACROTELEUTIUM  
Lepide et sapienter, conmode et facete res parata est.
PALAESTRIO 
Atque huius uxorem esse te volo adsimulare. 
ACROTELEUTIUM  
Fiet.
PALAESTRIO 
Quasi Militi animum adieceris, simulare. 
ACROTELEUTIUM  
Sic futurum'st.
PALAESTRIO 
Quasique haec res per me interpretem et tuam ancillam geratur. 910
ACROTELEUTIUM  
Bonus vates poteras esse; nam quae sunt futura, dicis.
PALAESTRIO 
Quasique anulum hunc ancillula tua abs te detulerit ad me,
quem ego Militi darem tuis verbis. 
ACROTELEUTIUM  
Vera dicis.
PERIPLECOMENES  
Quid istis nunc memoratis opu'st quae conmeminere? 
ACROTELEUTIUM  
Meliu'st.
nam, mi patrone, hoc cogitato : ubi probus est architectus, 915
bene lineatam si semel carinam conlocavit,
facile esse navem facere, ubi fundata, constituta est.
Nunc haec carina satis probe fundata et bene statuta est,
adsunt fabri architectique a me, a te haud inperiti.
Si non nos materiarius remoratur, quod opu'st, qui det, 920
gnovi indolem nostri ingenii; cito erit parata navis.
PALAESTRIO 
Nempe te gnovisti Militem meum herum? 
ACROTELEUTIUM  
Rogare mirum'st;
populi odium quidni gnoverim ? magnidicum, cincinnatum,
moechum unguentatum. 
PALAESTRIO 
Num ille te nam gnovit? 
ACROTELEUTIUM  
Numquam vidit.
Qui gnoverit me, quis ego sim? 
PALAESTRIO 
Nimis lepide fabulare. 925
Eo potiuerit lepidius, pol, fieri. 
ACROTELEUTIUM  
Potine ut hominem
mihi des, quiescas cetera? ni lepide ludificata 
ero, culpam omnem in me inponito. 
PALAESTRIO 
Age igitur, intro abite,
insistite hoc negotium sapienter. 
ACROTELEUTIUM  
Alia cura.
PALAESTRIO 
Age, Periplectomene, has nunc iam duc intro, ego ad forum illum 930
conveniam, atque illi hunc anulum dabo, atque praedicabo
a tua uxore mihi datum esse, eamque illum deperire.
Hanc ad nos, quom extemplo a foro veniemus, mittito tu;
quasi clanculum ad me missa sit. 
PERIPLECOMENES  
Faciemus : alia cura.
PALAESTRIO 
Vos modo curate : ego illum probe iam oneratum huc adcibo. 935
PERIPLECOMENES  
Bene ambula, bene rem gere. At ego hoc si ecficiam plane,
ut concubinam Militis meus hospes habeat hodie
atque hinc Athenas avehat, si hodie hunc dolum dolamus,
quid tibi ego mittam muneris ? 
ACROTELEUTIUM  
Datne ab se mulier operam? 939-940
PERIPLECOMENES  
Lepidissume et compsissume. 
ACROTELEUTIUM  
Confido confuturum. 941
Ubi facta erit conlatio nostrarum malitiarum,
haud vereor, ne nos subdola perfidia pervincamur.
PERIPLECOMENES  
Abeamus ergo intro, haec uti meditemur cogitate;
ut adcurate et conmode, hoc quod agendum'st, exsequamur. 945
Ne quid, ubi Miles venerit, titubetur. 
ACROTELEUTIUM  
Tu morare. 

III, 3 PÉRIPLÉCOMÈNE, MILPHIDIPPE, ACROTÉLEUTIE PALESTRION 

PÉRIPLÉCOMÈNE.
Je vous ai expliqué, à toi, Acrotéleutie, ainsi, qu'à toi, Milphidippe, toute la chose de point en point. Si vous n'êtes pas encore au fait des machinations et de la tromperie, je veux que vous vous répétiez la leçon tout entière. Si vous avez bien compris, choisissons un autre sujet d'entretien.
ACROTÉLEUTIE
Ce serait le comble de la sottise, une niaiserie des plus bêtes, de me mêler d'une affaire qui ne me regarde pas, et de promettre mon secours, si j'étais novice dans cet art de malice et de fourberie.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Les leçons ne gâtent rien.
ACROTÉLEUTIE
Mais à une courtisane, je ne vois pas l'utilité de lui donner des leçons; mes oreilles trop complaisantes se laissent amuser par tes discours. Je ferais mieux de te  (lire comment on pourrait écharper le Militaire.
PÉRIPLÉCOMÈNE
On n'a jamais tout l'esprit à soi seul. J'ai vu bien des gens manquer la voie des bons conseils avant de l'avoir trouvée et gardée.
ACROTÉLEUTIE
Quand il s'agit de faire des méchancetés et des malices, les femmes ont, pour se souvenir des choses, une mémoire toujours présente, toujours vive. Mais s'il faut de bonnes actions, de loyaux services, elles deviennent soudain 885 oublieuses, et ne se souviennent de rien.
PÉRIPLÉCOMÈNE
C'est ce qui m'alarme, parce que vous avez à faire les deux choses à la fois; car vous me ferez plaisir en faisant au Militaire un méchant tour.
ACROTÉLEUTIE
Pourvu que nous fassions le bien sans le vouloir, ne crains rien; une courtisane est toujours bonne, s'il y a plus de mal que de bien à faire.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Voilà qui est digne de vous. Suivez-moi.
PALESTRION (à part)
Que tardé-je à aller au-devant d'eux? (Haut à Périplècomène.) Je suis charmé de ton heureuse arrivée. (Montrant Acroléleutie.) La toilette est jolie, par Hercule, la tournure aussi.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Bien, je te trouve fort à propos, Palestrion. Voici à ta disposition les auxiliaires que tu m'as demandées, et dans l'appareil voulu.
PALESTRION
Bravo, tu es des nôtres. (A Acrotéteutie.) Palestrion  salue Acrotéleutie.
ACROTÉLEUTIE (à Périplécomène)
Qui est cet homme, je te prie, qui m'appelle ainsi par mon nom, comme s'il me connaissait?
PÉRIPLÉCOMÈNE
C’est notre ingénieur en chef.
ACROTÉLEUTIE
Salut, ingénieur.
PALESTRION
Salut, toi. Mais dis, t'a-t-il donné une bonne provision de préceptes?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Je te les amène très bien stylées toutes les deux.
PALESTRION
Pour savoir comment, je veux les entendre. (Aux deux femmes.) Je crains des fautes.
PÉRIPLÉCOMÈNE
On a suivi tes préceptes; je n'y ai rien ajouté de mon cru.
ACROTÉLEUTIE (à Palestrion)
Voici. Tu veux que mon maître le Militaire soit mystifié?
PALESTRION
Tu l'as dit.
ACROTÉLEUTIE
Adresse et prudence, mesure et finesse, tout est prêt.
PALESTRION
Je veux encore que tu fasses semblant d'être son épouse. (Montrant Périplécomène.)
ACROTÉLEUTIE
On le fera.
PALESTRION
Et que tu feignes de t'être amourachée du Militaire.
ACROTÉLEUTIE
On le feindra.
PALESTRION
Et que tu sembles mener cette intrigue par mon entremise et celle de ta suivante.
ACROTÉLEUTIE
Tu auras été bon prophète; tu prédis ce qui doit arriver.
PALESTRION
Et que ta suivante ait l'air de m'avoir apporté cet anneau pour que je le donne au Militaire de ta part.
ACROTÉLEUTIE
C'est cela même.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Que sert de leur expliquer maintenant ce qu'elles savent?
ACROTÉLEUTIE
Cela vaut mieux; car songes-y, mon cher patron, quand on a un bon ingénieur, une fois qu'il a bien coupé, bien posé la carène, le vaisseau est aisé à construire sur ces fondements. Maintenant notre carène est établie dans les règles et solidement assise; de mon côté, du tien, il y a des ingénieurs et des ouvriers assez habiles. Si le fournisseur ne nous fait pas attendre les matériaux nécessaires, je connais la nature de notre génie, le vaisseau sera bientôt en rade.
PALESTRION
Çà, tu connais mon maître le Militaire?
ACROTÉLEUTIE
Belle demande! comment ne connaîtrais-je pas cet homme que tout le monde déteste? bravache emphatique, séducteur frisé et parfumé.
PALESTRION
Et te connaît-il?
ACROTÉLEUTIE
Il ne m'a jamais vue; comment saurait-il qui je suis?
PALESTRION
Tu parles à merveille, et nos affaires, par Pollux, en iront d'autant mieux.
ACROTÉLEUTIE
Dépêche-toi de me livrer le galant, et sois tranquille pour le reste. Si je ne le bafoue joliment, tu n'auras qu'à t'en prendre à moi seule.
PALESTRION
Eh bien donc, entrez, mettez-vous à l'oeuvre avec tout votre savoir-faire.
ACROTÉLEUTIE
Tu peux vaquer à d'autres soins.
PALESTRION
Allons, Périplécomène, conduis-les chez toi tout de suite. Je vais rejoindre au forum le Militaire, je lui remettrai cet anneau, et je lui ferai sonner bien haut qu'on me l'a remis de la part de ta femme, qui meurt d'amour pour lui. Aussitôt que nous arriverons du forum, envoie-nous Milphidippe, comme si elle était chargée d'un message secret.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Nous n'y manquerons pas; ne t'occupe plus de cela.
PALESTRION
Pourvu que vous vous en occupiez. Je vais vous amener mon homme, qui en aura autant qu'il en peut porter. (Il sort.)
PÉRIPLÉCOMÈNE
Bon voyage et bon succès. (A Acrotéleutie.) Mais moi, à mon tour, si je suis assez heureux pour que mon hôte possède aujourd'hui la maîtresse du Militaire, s'il peut l'emmener dans sa chère Athènes, si nous menons à fin toutes nos ruses, quel cadeau te ferai-je?
ACROTÉLEUTIE (montrant la demeure de Philocomasie) L'autre nous seconde-t-elle de son côté?
PALESTRION
Avec autant d'esprit que d'habileté.
ACROTÉLEUTIE
Je suis sûre que nous réussirons. Quand nous aurons opéré la jonction de nos malices, je ne crains pas qu'il y ait de perfidies assez subtiles pour nous vaincre.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Entrons donc pour tout préméditer : il faut mettre nos soins et notre habileté à bien remplir notre office; il n'y a pas à broncher en présence du Militaire. 
ACROTÉLEUTIE
Tu nous fais perdre du temps. (Ils entrent chez Périplécomène. )

IV.i

PYRGOPOLINICES
Volup' est, quod agas, si id procedit lepide atque ex sententia.
Nam ego hodie ad Seleucum regem misi parasitum meum,
ut latrones, quos conduxi, hinc ad Seleucum duceret,
qui eius regnum tutarentur, mihi dum fieret otium 950
PALAESTRIO 
Quin tu tuam rem cura potius quam Seleuci; quae tibi
conditio nova et luculenta fertur per me interpretem.
PYRGOPOLINICES 
Immo omneis res posteriores pono, atque operam do tibi.
loquere; aureis meas profecto dedo in ditionem tuam.
PALAESTRIO 
Circumspicito cum, ne quis nostro heic auceps sermoni siet. 955
Nam hoc negoti clandestino, ut agerem, mandatum'st mihi.
PYRGOPOLINICES 
Nemo adest. 
PALAESTRIO 
Hunc arrhabonem amoris primum a me abcipe.
PYRGOPOLINICES 
Quid hic? unde est? 
PALAESTRIO 
A luculenta atque festiva femina,
quae te amat, tuamque expetessit pulchram pulcritudinem;
eius nunc mi anulum ad te ancilla porro ut deferrem dedit. 960
PYRGOPOLINICES 
Quia ? ean' ingenua an festuca facta e serva libera est?
PALAESTRIO 
Vah, egone ut ad te ab libertina esse auderem internuncius,
qui ingenuis satis responsare nequeas, quae cupiunt tui !
PYRGOPOLINICES 
Nubta ea est, an vidua? 
PALAESTRIO 
Et nubta et vidua. 
PYRGOPOLINICES 
Quo pacto potis 964-965
vidua et nubta esse eadem? 
PALAESTRIO 
Quia adulescens nubta est cum sene. 966
PYRGOPOLINICES 
Euge ! 
PALAESTRIO 
Lepida et liberali forma est. 
PYRGOPOLINICES 
Cave mendacium.
PALAESTRIO 
Ad tuam formam illa una digna est. 
PYRGOPOLINICES 
Hercle, pulchram praedicas.
sed quis ea est? 
PALAESTRIO 
Senis huius uxor Periplectomeni ex proxumo;
ea demoritur te, atque ab illo cepit abire; odit senem. 970
Nunc te orare atque obsecrare iussit, ut eam copiam
sibi potestatemque facias. 
PYRGOPOLINICES 
Cupio, hercle, equidem, si illa volt.
PALAESTRIO 
Quae cupit? 
PYRGOPOLINICES 
Quid illa faciemus concubina, quae domi est?
PALAESTRIO 
Quin tu illam iube abs te abire, quo lubet; sicut soror
eius huc gemina venit Ephesum et mater, accersuntque eam. 975
PYRGOPOLINICES 
Eho' tu ! advenit Ephesum mater eius? 
PALAESTRIO 
Aiunt qui sciunt.
PYRGOPOLINICES 
Hercle, obcasionem lepidam, ut mulierem excludam foras.
PALAESTRIO 
Imo vin' tu lepide facere? 
PYRGOPOLINICES 
Loquere, et consilium cedo.
PALAESTRIO 
Vin' tu illam actutum amovere, a te ut abeat per gratiam?
PYRGOPOLINICES 
Cupio. 
PALAESTRIO 
Tum te hoc facere oportet : tibi divitiarum adfatim'st:980
iube sibi aurum atque ornamenta, quae illi instruxsti mulieri,
dono habere, abferre abs te quo lubeat sibi.
PYRGOPOLINICES 
Placet ut dicis : sed ne istanc amittam, et haec mutet fidem
vide modo. 
PALAESTRIO 
Vah delicatus ! quae te tamquam oculos amet.
PYRGOPOLINICES 
Venus me amat. 
PALAESTRIO 
St, tace ! aperunitur foeris; concede huc clanculum. 985
Haec celox illiu est, quae hinc egreditur, internuncia,
PYRGOPOLINICES 
Quae haec celox? 
PALAESTRIO 
Ancillula illiu est, quae hinc egreditur foras,
quae anulum istunc adtulit, quem tibi dedi. 
PYRGOPOLINICES 
Edepol, haec quidem
bellula'st. 
PALAESTRIO 
Pithecium haec est prae illa et spinturnicium.
Viden' tu illam oculis venaturam facere, atque aucupium auribus? 990 

ACTE IV
PYRGOPOLINICE, PALESTRION

PYRGOPOLINICE
C'est un plaisir de voir les affaires qu'on a entreprises réussir parfaitement à son gré : j'ai envoyé aujourd'hui mon parasite au roi Séleucus; il doit lui mener les soldats que j'ai enrôlés, et qui défendront le royaume pendant que je me reposerai.
PALESTRION
Songe à ton bonheur plutôt qu'aux intérêts du roi Séleucos. Voici une surprise charmante qui t'arrive par mon entremise.
PYRGOPOLINICE
Bon; je néglige tout pour t'écouter. Parle, je livre entièrement mes oreilles en ton pouvoir.
PALESTRION
Regarde bien de tous côtés; qu'il n'y ait personne à épier nos discours; car on m'a recommandé le mystère dans cette négociation.
PYRGOPOLINICE (après avoir regardé)
Il n'y a personne.
PALESTRION (lui présentant l'anneau)
Reçois d'abord de ma main ce gage d'amour.
PYRGOPOLINICE
Qu'est-ce? d'où vient-il?
PALESTRION
D'une femme charmante, délicieuse, qui t'aime, qui raffole de ta splendide beauté. Elle m'a envoyé son anneau par sa suivante, pour que j'aie à te le remettre.
PYRGOPOLINICE (avec un ton de fierté)
Ah çà, est-elle née libre, ou la baguette du prêtre l'a-t-elle fait passer de la servitude à la liberté?
PALESTRION 
Ah ! que j'ose me rendre messager auprès de toi d'une affranchie, quand tu ne peux répondre aux avances de tant de femmes bien nées !
PYRGOPOLINICE
Est-elle mariée ou veuve?
PALESTRION
Elle est veuve et mariée.
PYRGOPOLINICE
Comment se peut-il qu'elle soit l'une et l'autre?
PALESTRION
Parce qu'on l'a mariée à un vieux mari.
PYRGOPOLINICE
Fort bien.
PALESTRION
Elle a un joli minois, l'air noble.
PYRGOPOLINICE
Ne va pas me tromper.
PALESTRION
Je ne vois que cette beauté digne d'être comparée avec toi.
PYRGOPOLINICE
Elle est donc bien belle, par Hercule ! à t'entendre? Mais qui est-elle?
PALESTRION
L'épouse du vieux Périplécomène, ton voisin. Elle se meurt d'amour pour toi. Elle a commencé sa rupture avec le vieillard, qu'elle ne peut souffrir. J'ai ordre de te prier, te supplier de sa part de te donner à elle entièrement.
PYRGOPOLINICE
Je ne demande pas mieux, par Hercule, si elle veut.
PALESTRION
C'est elle qui ne demande pas mieux !
PYRGOPOLINICE
Que ferons-nous de l'autre qui est à la maison?
PALESTRION
Eh ! dis-lui de s'en aller où elle voudra. Justement sa soeur est venue avec sa mère à Éphèse pour la chercher.
PYRGOPOLINICE
Vraiment? sa mère est venue à Éphèse?
PALESTRION
Je le tiens de gens bien informés.
PYRGOPOLINICE
Par Hercule, la bonne occasion de la mettre à la porte!
PALESTRION
Et en même temps veux-tu bien faire les choses?
PYRGOPOLINICE
Parle, conseille-moi.
PALESTRION
Veux-tu lui donner son congé de manière qu'elle l'accepte de bonne grâce?    
PYRGOPOLINICE
Oui, je le veux.
PALESTRION
Voici comme tu dois t'y prendre : tu as une grosse fortune; fais-lui cadeau des bijoux et des toilettes dont tu l'avais comblée : qu'elle emporte en te quittant ce qu'elle voudra.
PYRGOPOLINICE
Approuvé. Mais pendant que je renvoie l'une, que l'autre n'aille pas manquer de parole; veille au grain.
PALESTRION
Ah ! tu badines; elle qui t'aime comme la prunelle de ses yeux !
PYRGOPOLINICE (d'un air triomphant)
Je suis le chéri de Vénus.
PALESTRION
St ! paix ! la porte s'ouvre; retire-toi par ici, qu'on ne te voie pas. C'est sa corvette qui sort pour porter la correspondance.
PYRGOPOLINICE
Quelle corvette veux-tu dire?
PALESTRION
Oui, la suivante qui sort du logis, celle qui m'a remis l'anneau que je t'ai donné. 
PYRGOPOLINICE
Par Pollux, elle est gentille aussi.
PALESTRION
Ce n'est qu'un singe, un chafouin en comparaison de la maîtresse. La vois-tu furetant de l'oeil et l'oreille au guet?

IV.ii

MILPHIDIPPA 
Iam est ante aedeis circus ubi sunt ludi faciundi mihi.
Dissimulabo, hos quasi non videam, neque esse heic etiamdum sciam.
PYRGOPOLINICES 
Tace, subauscultemus ecquid de me fiat mentio.
MILPHIDIPPA 
Num quisnam heic prope adest, qui rem alienam potius curet quam suam ?
qui aucupet me quid agam ? qui de vesperi vivat suo? 995
eos nunc homines metuo, mihi ne obsint neve obstent uspiam,
domo si ibit ac dum huc transbitat, quae huius cupiens corpori'st,
quae amat hunc hominem nimium lepidum et nimia pulchritudine,
Militem Pyrgopolynicem. 
PYRGOPOLINICES 
Satin' haec quoque me deperit?
Meam laudat speciem : edepol, huius sermo haud cinerem quaeritat. 1000
PALAESTRIO 
Quo argumento? 
PYRGOPOLINICES 
Quia enim loquitur laute et minume sordide.
PALAESTRIO 
Quidquid istaec de te loquitur, nihil adtrectat sordidi.
PYRGOPOLINICES 
Tum autem illa ipsa est nimium lepida, nimisque nitida femina.
Hercle, vero iam adlubescit primulum, Palaestrio.
PALAESTRIO 
Priusne, quam illam oculis tuis. 
PYRGOPOLINICES 
Video, id quod credo tibi. 1005
Tum haec locuta, illa autem absente, subigit me ut amem. 
PALAESTRIO 
Hercle, hanc quidem
nil tu amassis, mi haec desponsa'st: tibi si illa hodie nubserit,
continuo hanc uxorem ego ducam. 
PYRGOPOLINICES 
Quid ergo hanc dubitas conloqui?
PALAESTRIO 
Sequere hac me ergo. 
PYRGOPOLINICES 
Pedisequos tibi sum. 
MILPHIDIPPA 
Utinam, quoius causa foras
sum egressa,  conveniundi mihi eveniat potestas ! 1010
PALAESTRIO 
Erit, et tibi exoptatum obtinget; bonum habe animum, ne formida :
homo quidam'st, qui scit, quod quaeris, ubi sit. 
MILPHIDIPPA 
Quem ego heic audivi?
PALAESTRIO 
Socium tuorum conciliorum, et participem consiliorum.
MILPHIDIPPA 
Tum, pol, ego id, quod celo, haud celo. 
PALAESTRIO 
Imo, etiam sed non celas.
MILPHIDIPPA 
Quo argumento? 
PALAESTRIO 
Infidos celas; ego sum tibi firme fidelis. 1015
MILPHIDIPPA 
Cedo signum, si harunc Baccharum es. 
PALAESTRIO 
Amat mulier quaedam quendam.
MILPHIDIPPA 
Pol, istuc quidem multae. 
PALAESTRIO 
At non multae de digito donum mittunt.
MILPHIDIPPA 
Enim cognovi nunc : fecisti modo mi ex proclivo planum.
Sed hic numquis adest? 
PALAESTRIO 
Vel adest, vel non. 
MILPHIDIPPA 
Cedo te mihi solae solum.
PALAESTRIO 
Breven', an longinquo sermoni ! 
MILPHIDIPPA 
Tribus verbis. 
PALAESTRIO 
Iam ad te redeo. 1020
PYRGOPOLINICES 
Quid ? ego heic adtabo tantisper cum hac forma et factis sic frustra?
PALAESTRIO 
Patere, atque adsta : tibi ego hanc do operam. 
PYRGOPOLINICES 
Propere properando excrucior.
PALAESTRIO 
Pedetentim :  tu haec scis, tractare soles hasce huiusmodi merceis.
PYRGOPOLINICES 
Age, age, ut tibi maxume concinnum'st. 
PALAESTRIO 
Nullum'st hoc stolidius saxum.
Redeo ad te : quid me voluisti? 
MILPHIDIPPA 
Quo pacto hoc Ilium appelli 1025
velis id, fero ad te consilium. 
PALAESTRIO 
Quasi hunc depereat.
MILPHIDIPPA 
Teneo istuc.
PALAESTRIO 
Conlaudato formam et faciem, et virtutis commemorato.
MILPHIDIPPA 
Ad eam rem habeo omnem aciem, tibi ut dudum iam demonstravi.
PALAESTRIO 
Tu caetera cura et contempla, et de meis venator verbis.
PYRGOPOLINICES 
Aliquam mihi partem hodie operae des denique, iam tandem ades inlico. 1030
PALAESTRIO 
Adsum, inpera, si quid vis. 
PYRGOPOLINICES 
Quid illaec narrat tibi? 
PALAESTRIO 
Lamentari
ait illam miseram, cruciari, et lacrumantem se adflictare,
quia tis egeat, quia te careat; ob eam rem haec ad te missa'st.
PYRGOPOLINICES 
Iube adire. 
PALAESTRIO 
At scin', quid tu facias? facito te fastidi plenum
quasi non lubeat; me inclamato, quia sic te volgo volgem. 1035
PYRGOPOLINICES 
Memini, et praeceptis parebo. 
PALAESTRIO 
Voco ergo hanc, quae te quaerit?
PYRGOPOLINICES 
Adeat, si quid volt. 
PALAESTRIO 
Si quid vis, adi, mulier.
MILPHIDIPPA 
Pulcher, salve.
PYRGOPOLINICES 
Meum congnomentum commemoravit ? di tibi dent quaecumque optes.
MILPHIDIPPA 
Tecum aetatem exigere ut liceat.
PYRGOPOLINICES 
Nimium optas. 
MILPHIDIPPA Non me dico,
sed heram meam, quae te demoritur. 
PYRGOPOLINICES 
Multae aliae idem istuc cupiunt, 1040
quibus non copia'st. 
MILPHIDIPPA 
Ecastor, haud mirum, si te habes carum,
hominem tam pulchrum, et praeclara virtute et forma, et factis.
Deus dignior fuit quisquam homo qui esset? 
PALAESTRIO 
Non, hercle, humanu'st ergo
nam volturio plus humani credo'st. 
PYRGOPOLINICES 
Magnum me faciam
nunc, quoniam illaec me sic conlaudat. 
PALAESTRIO 
Viden' tu ignavum, ut sese inferat ! 1045
quin tu huic responde. Haec illaec est ab illa quam dudum...
PYRGOPOLINICES 
Qua ab illarum ! nam ita mi obcursant multae; meminisse haud possum.
MILPHIDIPPA 
Ab illa, quae digitos despoliat suos, et tuos digitos decorat.
Nam hunc anulum ab tui cupienti huic detuli, hic porro.
PYRGOPOLINICES 
Quid nunc tibi vis, mulier? memora. 
MILPHIDIPPA 
Ut quae te cupit, eam ne spernas; 1050
quae per tuam nunc vitam vivit: sit necne sit, spes in te uno est.
PYRGOPOLINICES 
Quid nunc volt? 
MILPHIDIPPA 
Te conpellare, et conplecti et contrectare.
Nam nisi tu illi fers subpetias, iam illa animum despondebit.
Age, mi Achilles, fiat quod te oro : serva illam polchram polchre;
exprome benignum ex te ingenium, urbicape, obcisor regum. 1055
PYRGOPOLINICES 
Heu, hercle, odiosas res ! quotiens hoc tibi, verbero, ego interdixi,
meam ne sic volgo pollicitere operam? 
PALAESTRIO 
Audin' tu, mulier?
dixi hoc tibi dudum, et nunc dico: nisi huic verri adfertur merces,
non hic suo seminio quemquam porclenam impertituru'st. 1059-1060
MILPHIDIPPA 
Dabitur quantum ipsus preti poscet. 
PALAESTRIO 
Talentum Philippi huic opus auri est. 1061
Minus ab nemine accipiet. 
MILPHIDIPPA 
Heu, ecastor, nimis vile est tandem.
PYRGOPOLINICES 
Non mihi avaritia unquam ingata est: satis habeo divitiarum.
Plus mi auri mille est modiorum Philippi. 
PALAESTRIO 
Praeter thensaurum.
Tum argenti monteis, non massas habet Aetna mons non aeque altis. 1065
MILPHIDIPPA 
Heu, ecastor, hominem periurum ! 
PALAESTRIO 
Ut ludo ! 
MILPHIDIPPA 
Quid ego? ut sublecto os?
PALAESTRIO 
Scite
MILPHIDIPPA 
Sed, amabo, mitte me actutum. 
PALAESTRIO 
Quin tu huic respondes aliquid,
aut facturum, aut non facturum? Quid illam miseram animi excrucias,
quae numquam male de te merita est? 
PYRGOPOLINICES 
Iube eampse exire huc ad nos.
Dic me omnia quae volt facturum. 
MILPHIDIPPA 
Facis nunc ut facere aequom; 1070
quom quae te volt, eamdem tu vis. 
PALAESTRIO 
Non insulsum huic ingenium.
MILPHIDIPPA 
Quomque me oratricem haud sprevisti, sistique exorare ex te.
Quid est? ut ludo ! 
PALAESTRIO 
Nequeo, hercle, quidem risu me admoderarier; 
ob eam causam huc abs te avorti. 
PYRGOPOLINICES 
Non, edepol, tu scis, mulier,
quantum ego honorem nunc illi habeo. 
MILPHIDIPPA 
Scio, et istuc illi dicam. 1075
PALAESTRIO 
Contra auro alii hanc vendere potuit operam. 
MILPHIDIPPA 
Istus, pol tibi credo.
PALAESTRIO 
Meri bellatores gignuntur, quas hic praegnateis fecit
et pueri annos octingentos vivont. 
MILPHIDIPPA 
Vae tibi, nugator !
PYRGOPOLINICES 
Quin mille annorum perpetuo vivont, ab seclo ad seclum.
PALAESTRIO 
Eo minus dixi, ne haec censeret me advorsum mentiri. 1080
MILPHIDIPPA 
Perii ! Quot hic ipse annos vivet, quoius filii tam diu vivont?
PYRGOPOLINICES 
Postriduo gnatus sum ego, mulier, quam Iupiter ex Ope gnatu'st.
PALAESTRIO Si hic pridie natus foret quam ille est, hic haberet regnum in caelo.
MILPHIDIPPA 
Iam, iam sat, amabo, est, sinite abeam, si possum, viva a vobis.
PALAESTRIO 
Quin ergo abis, quando responsum'st? 
MILPHIDIPPA 
Ibo, atque illam huc adducam, 1085
quam propter opera est mihi : numquid vis? 
PYRGOPOLINICES 
Ne magis sim polcher, quam sum :
ita me mea forma habet sollicitum. 
PALAESTRIO 
Quid heic nunc stas? quin abis?
MILPHIDIPPA 
Abeo.
PALAESTRIO 
Atque adeo, audin' tu? dicito docte et cordate. Ut cor ei saliat.
Philocomasio dic, si est heic, domum ut transeat: hunc heic esse.
MILPHIDIPPA 
Heic cum mea hera est, clam nostrum hunc sermonem sublegerunt. 1090
PALAESTRIO 
Lepide factum'st: iam ex sermone hoc gubernabunt doctius porro.
MILPHIDIPPA 
Remorare, abeo.
PALAESTRIO 
Neque te remoror, neque tango, neque te.. taceo.
PYRGOPOLINICES 
Iube maturare illam exire huc: iam istic rei praevortemur.

IV, 2  MILPHIDIPPE, PYRGOPOLINICE, PALESTRION

MILPHIDIPPE (à part)
Le cirque (61) est déjà préparé devant la maison pour y jouer ma comédie. Je feindrai de ne pas les voir, de ne pas savoir qu'ils sont là.
PYRGOPOLINICE (bas à Palestrion)
Silence, écoutons un peu si elle parle de moi.
MILPHIDIPPE (affectant de regarder où les deux autres ne sont pas)
N'y a-t-il pas ici aux alentours, pour épier ce que je fais, des gens plus occupés des affaires d'autrui que des leurs, et qui n'ont pas besoin de gagner leur dîner? Je redoute ces importuns qui nous gêneraient, lorsqu'elle viendra ici chercher le guerrier au corps de qui elle en veut, qu'elle adore, le trop aimable, le trop beau militaire Pyrgopolinice.
PYRGOPOLINICE
Elle aussi est-elle assez folle de moi? Ma figure l'a charmée. Par Pollux, son langage n'a pas besoin d'être passé à la cendre.
PALESTRION
Comment cela?
PYRGOPOLINICE
Oui, ce ne sont que propos polis et brillants.
PALESTRION
Du moment qu'elle parle de toi, elle ne touche rien de crasseux.
PYRGOPOLINICE
Elle-même est une fille fort gentille et brillante; par Hercule, je me sens pour elle un petit commencement de caprice, Palestrion.
PALESTRION
Avant d'avoir jugé de l'autre par tes yeux !
PYRGOPOLINICE
Je vois par les tiens avec confiance. Celle-ci parle, tandis que l'autre n'y est pas, et elle se fait aimer.
PALESTRION
Par Hercule, ne va pas t'amouracher de cette fille, c'est ma fiancée. Si sa maîtresse t'épouse aujourd'hui, aussitôt elle deviendra ma femme.
PYRGOPOLINICE
Que tardes-tu à lui parler?
PALESTRION
Suis-moi donc par ici.
PYRGOPOLINICE
Je marche sur tes pas. (Ils s'approchent de Milphidippe.)
MILPHIDIPPE (feignant toujours de ne pas les voir)
Fassent les dieux qu'il me soit permis de parler à celui vers qui l'on m'envoie !
PALESTRION (à Milphidippe)
On te le permettra, tes voeux seront exaucés; aie bon espoir, sois sans crainte : il y a quelqu'un qui sait où est ce que tu cherches.
MILPHIDIPPE 
Qui entends-je en ce moment?
PALESTRION
Ton associé, ton conseiller, le confident de tes desseins.
MILPHIDIPPE
Alors, par Pollux, mon secret n'est plus un secret.
PALESTRION
Toujours, quoique tu ne le gardes pas, le secret.
MILPHIDIPPE
Comment cela?
PALESTRION
Tu dissimules pour les indiscrets; mais tu peux compter sur ma discrétion. 
MILPHIDIPPE (d'un air résolu)
Le mot d'ordre, si tu es de nos bacchanales.
PALESTRION
Il y a une femme qui aime un homme.
MILPHIDIPPE
Il y en a beaucoup comme cela, par Pollux!
PALESTRION
Mais il n'y en a pas beaucoup qui fassent des cadeaux tirés de leur doigt.
MILPHIDIPPE
Je reconnais maintenant; tu n'as pas eu de peine à me convaincre. Mais y a-t-il ici quelqu'un?
PALESTRION
Oui, et non.
MILPHIDIPPE
Je veux t'entretenir seule à seul.
PALESTRION
Longue conversation ou bref entretien?
MILPHIDIPPE
Trois mots.
PALESTRION
Je suis à toi dans un instant. (Il va parler à Pyrgopolinice.)
PYRGOPOLINICE
Eh bien donc! avec cette tournure, avec mes hauts faits, dois-je rester ici longtemps à faire le pied de grue?
PALESTRION
Patience, attends; je m'occupe de toi.
PYRGOPOLINICE
C'est trop de lenteurs, je suis au supplice.
PALESTRION
Tout beau ! tu sais qu'il faut traiter ainsi cette marchandise-là.
PYRGOPOLINICE (se calmant)
Allons, allons, ce qui te conviendra le mieux.
PALESTRION (à part)
Il n'y a pas borne plus inerte que son esprit (62). (Revenant auprès de Milphidippe.) Je suis à toi; que me veux-tu?
MILPHIDIPPE
Pour enlever cette Ilion, je t'apporte un stratagème. (Ils commencent ici à parler bas, pour n'être pas entendus de Pyrgopolinice.)
PALESTRION
Tu feins qu'elle soit éperdument amoureuse de lui.
MILPHIDIPPE
Je sais cela.
PALESTRION
Tu loueras sa beauté, sa prestance; tu vanteras sa valeur.
MILPHIDIPPE
J'ai toute l'adresse qu'il faut pour cette manoeuvre; je te l'ai montré tantôt.
PALESTRION
Attention maintenant; observe, et tiens-toi à l'affût de mes paroles.
PYRGOPOLINICE (s'approchant)
Pourrai-je t'avoir à mon tour aujourd'hui? Viens tout de suite ici, enfin.
PALESTRION
Je viens, tu n'as qu'à commander.
PYRGOPOLINICE
Qu'est-ce qu'elle te dit?
PALESTRION
Que sa maîtresse se lamente à faire pitié, qu'elle se tourmente, qu'elle est tout en larmes, parce qu'elle ne peut vivre sans toi, se passer de toi. (Montrant Milphidippe.) C'est la cause de mon message.
PYRGOPOLINICE
Dis-lui d' approcher.
PALESTRION
Sais-tu ce que tu as à faire? fais le dédaigneux, le dégoûté; gronde-moi de te prodiguer ainsi à tout le monde.
PYRGOPOLINICE
C'est dit, je suivrai ton conseil.
PALESTRION (élevant la voix)
Puis-je appeler cette femme qui te demande?
PYRGOPOLINICE (avec hauteur)
Qu'elle vienne, si elle veut me parler.
PALESTRION (d'un air d'importance)
Viens, ma fille, si tu veux lui parler.
MILPHIDIPPE 
Salut, le Beau.
PYRGOPOLINICE (à Palestrion)
Qui est-ce qui lui a dit mon surnom? (A Milphidippe.) Que les dieux soient propices à tes voeux !
MILPHIDIPPE
Passer la vie avec toi est la faveur que...
PYRGOPOLINICE
Tu formes un souhait téméraire.
MILPHIDIPPE
Ce n'est pas le mien, c'est celui de ma maîtresse, qui t'adore.
PYRGOPOLINICE
Il y en a bien d'autres qui désirent le même bonheur, sans l'obtenir.
MILPHIDIPPE
Par Castor, il n'est pas étonnant que tu te mettes à si haut prix, avec tant de grâce et d'éclat, avec tant de beauté et tant de hauts faits. Quel dieu serait un plus digne modèle de la perfection humaine?
PALESTRION (bas à Milphidippe)
Humaine ! non certes, par Hercule; car une buse approche davantage de l'homme, je crois.
PYRGOPOLINICE (à part, se rengorgeant)
Je veux faire le grand seigneur, puisqu'elle m'admire.
PALESTRION (bas à Milphidippe)
Vois-tu l'imbécile, comme il se pavane? (Haut à Pyrgopolinice). Réponds-lui donc; elle vient de la part de celle dont tout à l'heure...
PYRGOPOLINICE
Laquelle donc? car il y en a tant qui courent après moi? Je ne peux pas me souvenir. 
MILPHIDIPPE
Celle qui dépouille ses doigts pour orner les tiens. (Montrant l'anneau que le Militaire porte à son doigt.) Cet anneau vient de la femme qui t'aime; je l'ai donné à lui (montrant Palestrion), et lui à toi.
PYRGOPOLINICE
Femme, que me veux-tu? parle.
MILPHIDIPPE
Que tu ne repousses pas celle qui te désire, qui ne peut vivre que par toi. Doit-elle être ou n'être plus? son espoir est en toi seul.
PYRGOPOLINICE
Que veut-elle?
MILPHIDIPPE
Te parler, te tenir dans ses bras, te toucher de ses mains caressantes; car si tu ne daignes pas lui prêter secours, elle s'abandonne au désespoir. Allons, aimable Achille, exauce ma prière; beau, sauve les jours d'une belle; fais paraître les sentiments généreux de ton coeur, preneur de villes, massacreur de rois.
PYRGOPOLINICE
Oh, par Hercule ! quelles tuiles ! Combien de fois t'ai-je défendu, maraud, de prendre ainsi avec tout le monde des engagements pour moi?
PALESTRION
Écoute, ma fille; je te le disais tout à l'heure, et je te le dis encore : il faut absolument un salaire au sanglier; sans quoi, aucune laie n'obtiendra de sa graine.
MILPHIDIPPE
Quelque prix qu'il demande, il l'aura.
PALESTRION
Il faut à celui-là un talent d'or philippique; il ne se donne pas à moins. MILPHIDIPPE
Ah ! c'est trop peu, par Castor.
PYRGOPOLINICE
La cupidité n'est pas dans mon caractère. J'ai assez de richesses; je possède plus de mille boisseaux d'or philippique.
PALESTRION
Sans compter un trésor caché; et puis il a, non pas des monceaux d'argent, mais des montagnes et plus hautes que le mont Etna.
MILPHIDIPPE (à part, et en riant)
Oh ! par Castor, l'effronté menteur !
PALESTRION (bas à Milphidippe)
Comme je le mystifie !
MILPHIDIPPE (bas à Palestrion)
Et moi, comme je me paie sa tête !
PALESTRION 
A merveille.
MILPHIDIPPE (à Pyrgopolinice)
Mais, je t'en prie, hâte-toi de me renvoyer.
PALESTRION 
Donne-lui donc une réponse, oui ou non. Pourquoi tourmenter sa pauvre maîtresse, qui ne t'a jamais rien fait?
PYRGOPOLINICE (à Milphidippe
Qu'elle vienne donc elle-même; dis-lui que je suis prêt à faire tout ce qu'il lui plaira.
MILPHIDIPPE
Maintenant, tu ne fais que ce qui est juste en voulant voir celle qui veut te voir.
PALESTRION
Il entend la raison.
MILPHIDIPPE
Et en accueillant celle qui est venue te prier, en te laissant fléchir. (Bas à Palestrion.) Heim? quelle mystification !
PALESTRION (de même)
Par Hercule, je ne peux pas m'empêcher de rire, c'est pourquoi je ne voulais pas te regarder.
PYRGOPOLINICE
Tu ne sais pas, par Pollux, ma fille, quelle estime je lui témoigne en ce moment.
MILPHIDIPPE
Je le sais, et je le lui dirai.
PALESTRION
A une autre il pouvait vendre ses faveurs à prix d'or.
MILPHIDIPPE
Je t'en crois, par Pollux.
PALESTRION
C'est race pure de héros, qui naît de celles qu'il fécondées : leurs enfants vivent huit cents ans.
MILPHIDIPPE (à part)
Peste soit du farceur !
PYRGOPOLINICE
Dis mieux, ils vivent mille ans, dix siècles bien comptés.
PALESTRION
Je diminuais le nombre, pour qu'elle ne crût pas que je voulusse lui en conter. 
MILPHIDIPPE (à part, d'un air d'ennui)
C'est pour en mourir. (Haut à Palestrion.) Combien d'années vivra-t-il lui-même, si ses fils vivent si longtemps?
PYRGOPOLINICE
Ma fille, je naquis le lendemain du jour dans lequel Ops mit au monde Jupiter.
PALESTRION
S'il était né le jour d'avant, ce serait lui qui régnerait dans le ciel.
MILPHIDIPPE (excédée)
Assez, assez, je vous prie; laissez-moi partir, si je puis, et ne m'achevez pas.
PALESTRION
Va-t'en donc, puisque tu as la réponse.
MILPHIDIPPE
Je vais l'amener ici, celle pour qui j'ai parlé. (A Pyrgopolinice.) Tu ne veux rien d'autre?
PYRGOPOLINICE
Sinon que d'être moins beau que je ne suis; car ma beauté m'attire trop de tracas. 
PALESTRION (à Milphidippe)
Qu'est-ce qui t'arrête? va-t'en donc. 
MILPHIDIPPE
Je m'en vais.
PALESTRION
Un mot encore, écoute. Tu feras un récit élégant et spirituel. De manière à lui troubler l'esprit. (Baissant la voix.) Dis à Philocomasie, si elle est là (montrant la demeure de Périplécomène), qu'elle passe à la maison et qu'il est ici.
MILPHIDIPPE (montrant la demeure de Périplécomène)
Elle y est avec ma maîtresse; elles ont écouté la conversation en cachette.
PALESTRION
Très bien. Ainsi instruites, elles régleront mieux leurs démarches.
MILPHIDIPPE
Rassemble tes pensées, je m'en vais.
PALESTRION
Je ne te retiens pas, je ne te touche pas, je ne te... suffit.
PYRGOPOLINICE (à Milphidippe)
Dis-lui de se hâter; l'affaire presse.

IV. iii

PYRGOPOLINICES 
Quid nunc mi es auctor, ut faciam, Palaestrio,
de concubina? nam nullo pacto potest 1095
prius haec in aedeis recipi, quam illam amiserim.
PALAESTRIO 
Quid me consultas quid agas? dixi equidem tibi,
quo id pacto fieri possit clementissume.
Aurum atque vestem omnem muliebrem habeat sibi,
quae illi instruxisti; sumat, habeat, abferat. 1100
Dicasque tempus maxumum esse, ut eat domum.
Sororem geminam adesse et matrem dicito,
quibus concomitata recte deveniat domum.
PYRGOPOLINICES 
Qui tu scis eas adesse? 
PALAESTRIO 
Quia oculis meis
vidi heic sororem esse eius. 
PYRGOPOLINICES 
Convenitne eam? 1105
PALAESTRIO 
Convenit. 
PYRGOPOLINICES 
Ecquid fortis visa est? 
PALAESTRIO 
Omnia
vis obtinere. 
PYRGOPOLINICES 
Ubi matrem esse aiebat soror?
PALAESTRIO 
Cubare in navi lippam atque oculis turgidis,
nauclerus dixit, qui illas advexit, mihi.
Is ad hos nauclerus hospitio divortitur. 1110
PYRGOPOLINICES 
Quid is? ecquid fortis? 
PALAESTRIO 
Abi, sis hinc, nam tu quidem
ad equas fuisti scitus admissarius,
qui consectare qua maeris, qua feminas.
PYRGOPOLINICES 
Hoc age nunc. 
PALAESTRIO 
Istuc.
PYRGOPOLINICES 
Quod das consilium mihi,
te cum illa verba facere de ista re volo; 1115
nam cum illa sane congruos sermo tibi.
PALAESTRIO 
Qui potius, tute quom ades, tuam rem tute agas,
dicas uxorem tibi necessum esse ducere,
cognatos persuadere, amicos cogere ?
PYRGOPOLINICES 
Itane tu censes? 
PALAESTRIO 
Quid ego ni ita censeam? 1120
PYRGOPOLINICES 
Ibo igitur intro : tu heic ante aedeis interim
speculare, ut ubi illaec prodeat, me provoces.
PALAESTRIO 
Tu modo istuc cura, quod agis. 
PYRGOPOLINICES 
Curatum id quidem'st.
Quin, si voluntate nolet, vi extrudam foras.
PALAESTRIO 
Istuc cave faxis; quin potius per gratiam 1125
bonam abeat abs te, atque illaec, quae dixi, dato :
aurum, ornamentaque, quae illi instruxisti ferat.
PYRGOPOLINICES 
Cupio, hercle. 
PALAESTRIO 
Credo te facile impetrassere.
Sed abi intro, noli stare. 
PYRGOPOLINICES 
Tibi sum oboediens.
PALAESTRIO 
Numquid videtur demutare alio atque uti 1130
dixi esse vobis dudum hunc moechum Militem?
Nunc ad me ut veniat usus't Acroteleutium aut
ancillula eius aut Pleusicles : pro Iupiter,
satin' ut conmoditas usquequaque me adiuvat !
nam quos videre exoptabam me maxume, 1135
una exeunteis video hinc e proxumo.

IV, 3  PYRGOPOLINICE, PALESTRION

PYRGOPOLINICE
Que me conseilles-tu maintenant, Palestrion? Que ferai-je de la concubine? Car je ne puis en aucune façon recevoir celle-ci chez moi avant de m'être défait de la première.
PALESTRION
Pourquoi me consulter sur la conduite que tu dois tenir? je t'ai déjà dit de quelle manière la chose peut s'arranger très doucement. Abandonne-lui les bijoux et la garde-robe de femme que tu lui as fait rassembler; qu'elle prenne, qu'elle garde, qu'elle emporte. Dis-lui que c'est maintenant l'occasion ou jamais de retourner dans son pays; que sa soeur jumelle et sa mère sont ici; qu'elle peut s'en aller dans leur compagnie et que ce sera très bien.
PYRGOPOLINICE
D'où sais-tu qu'elles sont ici?
PALESTRION
J'ai vu moi-même ici la soeur jumelle.
PYRGOPOLINICE
Est-ce qu'elle est venue voir sa soeur?
PALESTRION
Oui.
PYRGOPOLINICE (d'un air de convoitise)
T'a-t-elle paru bien?
PALESTRION
Tu veux tout posséder!
PYRGOPOLINICE
Où la soeur dit-elle qu'est sa mère?
PALESTRION
Elle reste au lit dans le bateau avec les yeux malades et enflés; je le tiens du capitaine de navire qui les a conduites ici. Le capitaine est logé là chez leur hôte (montrant la maison de Périplécomène).
PYRGOPOLINICE
Et lui? est-il bien?
PALESTRION
Ah ! va donc, laisse-moi. Il faut que tu sois un fier étalon, pour en vouloir à la fois et aux mâles et aux femelles.
PYRGOPOLINICE
Écoute-moi maintenant.
PALESTRION
J'écoute.
PYRGOPOLINICE
Pour faire ce que tu me conseilles, je veux que ce soit toi qui en parles à Philocomasie. Elle cause volontiers avec toi.
PALESTRION
Mais puisque te voilà, fais plutôt toi-même tes affaires ; dis que tu es dans la nécessité de contracter un mariage; que tes parents te le conseillent, que tes amis t'y poussent.
PYRGOPOLINICE
C'est ton avis?
PALESTRION
Oui, pourquoi pas?
PYRGOPOLINICE
J'entre donc; toi, fais sentinelle devant la porte, et dès qu'on paraîtra, viens m'avertir. 
PALESTRION
Occupe-toi seulement de ton affaire.
PYRGOPOLINICE
C'est une affaire réglée : si elle ne s'en va pas volontai­rement, je la mettrai de force à la porte.
PALESTRION
Garde-t'en bien. Il vaut mieux que la séparation se fasse à l'amiable; donne-lui ce que je t'ai dit; qu'elle emporte les bijoux et les hardes que tu as fait faire pour elle.
PYRGOPOLINICE
C'est mon désir, par Hercule.
PALESTRION
Elle ne fera pas de difficulté, j'en suis sûr. Mais va, ne t'arrête pas.
PYRGOPOLINICE
Je t'obéis. (Il entre chez lui.) 
PALESTRION (seul, s'adressant aux spectateurs)
N'est-ce pas tout à fait l'homme que je vous ai annoncé tantôt? ce libertin de Militaire? Il faut à présent qu'Acrotéleutie vienne me rejoindre avec sa suivante et Pleuside. (Les deux femmes et Pleuside sortent de chez Périplécomène.) O Jupiter ! comme le hasard me sert toujours à point nommé! celles que je désirais tant voir sortent de chez le voisin, les voici.

IV. iv

ACROTELEUTIUM  
Sequimini; simul circumspicite, ne quis adsit arbiter.
MILPHIDIPPA 
Neminem, pol, video, nisi hunc quem volumus conventum. 
PALAESTRIO 
Et ego vos.
MILPHIDIPPA 
Quid agis, noster architecte? 
PALAESTRIO 
Egone architectus ! vah !
MILPHIDIPPA 
Quid est?
PALAESTRIO 
Quia enim non sum dignus prae te, palum ut figam in parietem. 1140
ACROTELEUTIUM  
Eeia vero. 
PALAESTRIO 
Nimis facete, nimisque facunde mala est.
Ut lepide deruncinavit Militem ! 
MILPHIDIPPA 
At etiam parum.
PALAESTRIO 
Bono animo es, negotium omne iam subcedit sub manus.
Vos modo porro, ut obcepistis, date operam adiutabilem.
Nam ipse Miles concubinam intro abiit oratum suam, 1145
ab se ut abeat cum sorore et matre Athenas. 
PLEUSIDES 
Eu, probe.
PALAESTRIO 
Quin etiam aurum atque ornamenta, quae ipse instruxit, muneri,
omnia dat dono, ab se ut abeat; ita ego consilium dedi.
PLEUSIDES 
Facile istuc quidem'st, si et illa volt et ille autem cupit.
PALAESTRIO 
Non tu scis, quom ex alto puteo sursum ad summum escenderis, 1150
maxumum periculum inde esse, a summo ne rusum cadas?
nunc haec res apud summum puteum geritur: si prosenserit
Miles, nihil hinc ferri poterit huius: nunc quam maxume
opu est dolis.
PLEUSIDES 
Domi esse ad eam rem video silvai satis :
mulieres treis; quartus tute es, quintus ego, sextus senex. 1155
PALAESTRIO 
Quod apud nos fallaciarum sex situmst, certo scio,
oppidum quodvis, si detur, posse expugnari dolis.
Date modo operam. 
ACROTELEUTIUM  
Id nos ad te, si quid velles, venimus.
PALAESTRIO 
Lepide facitis : nunc hanc ego tibi impero provinciam.
ACROTELEUTIUM  
Inpetrabis, imperator, quod ego potero, quod voles. 1160
PALAESTRIO 
Militem lepide et facete, laute ludificarier
volo. 
ACROTELEUTIUM  
Voluptatem, mecastor, mi inperas. 
PALAESTRIO 
Scin' quemadmodum?
ACROTELEUTIUM  
Nempe ut adsimulem me amore istius disferri. 
PALAESTRIO 
Tenes.
ACROTELEUTIUM  
Quasique istius causa amoris ex hoc matrimonio
abierim, cupiens istius nubtiarum. 
PALAESTRIO 
Omne ordine; 1165
nisi modo unum hoc: hasce esse aedeis dicas dotaleis tuas;
hinc senem abs te abiisse, postquam feceris divortium:
ne ille mox vereatur introire in alienam domum.
ACROTELEUTIUM  
Bene mones. 
PALAESTRIO 
Sed ubi ille exierit intus, isteic te procul
ita volo adsimulare, prae illius forma, quasi spernas tuam, 1170
quasique eius opulentitatem reverearis; et simul
formam, amoenitatem illius, faciem, pulchritudinem
conlaudato : satin' praeceptum'st? 
ACROTELEUTIUM  
Teneo; satin'est, si tibi
meum opus ita dabo expolitum, ut inprobare non queas?
PALAESTRIO 
Sat habeo. Nunc tibi vicissim inperabo.
PLEUDIDES
Dicito. 1175
PALAESTRIO 
Quom extemplo hoc erit factum, ubi intro haec abierit, ibi tu inlico
facito uti venias ornatu huc ad nos nauclerico,
causeam habeas ferrugineam, et scutulam ob oculos laneam,
palliolum habeas ferrugineum (nam is colos thalassicu'st),
id connexum in humero laevo, exfafillato bracchio, 1180
praecinctusque aliqui: adsimulato quasi gubernator sies.
Atque apud hunc senem omnia haec sunt, nam is piscatores habet.
PLEUSIDES 
Quid? ubi ero exornatus, quin tu dicis, quid facturus sim?
PALAESTRIO 
Huc venito, et matris verbis Philocomasium arcessito, 1184-1185
ut, si itura siet Athenas, eat tecum ad portum cito : 1186
atque adiubeat ferri in navim, si quid inponi velit.
Nisi eat, te soluturum esse navim; ventum operam dare.
PLEUSIDES 
Satis placet pictura, perge. 
PALAESTRIO 
Ille extemplo illam hortabitur :
ut eat, ut properet, ne sit matri morae. 
PLEUSIDES 
Multimodis sapis. 1190
PALAESTRIO 
Ego illi dicam, ut me adiutorem, qui onus feram ad portum, roget.
Ille iubebit me ire cum illa ad portum : ego adeo, ut tu scias,
prorsum Athenas protinam abibo tecum. 
PLEUSIDES 
Atque ubi illo veneris,
triduum servire nunquam te, quin liber sis, sinam.
PALAESTRIO 
Abi cito, atque orna te. 
PLEUSIDES 
Numquid aliud? 
PALAESTRIO Haec ut memineris. 1195
PLEUSIDES 
Abeo.
PALAESTRIO 
Et vos abite hinc intro actutum, nam illum huc sat scio
iam exiturum esse intus. 
ACROTELEUTIUM  
Celebre apud nos inperium tuom'st.
PALAESTRIO 
Agite abscedite ergo. ecce autem commodum aperitur foris.
Hilarus exit, inpetravit; inhiat, quod nusquam'st miser.

IV, 4  AGROTÉLEUTIE, MILPHIDIPPE, PLEUSIDE, PALESTRION

ACROTÉLEUTIE (à Pleuside et à la suivante)
Venez, et embrassez tout d'un coup d'œil; que per sonne ne nous écoute.
MILPHIDIPPE.
Je ne vois personne, par Pollux, que celui dont nous souhaitons la rencontre.
PALESTRION
Comme je souhaite la vôtre.
MILPHIDIPPE
Comment cela va-t-il, notre ingénieur?
PALESTRION
Moi votre ingénieur! Bah!
MILPHIDIPPE
Qu'avez-vous?
PALESTRION
Je ne suis pas digne, au prix de toi, d'enfoncer un pieu dans un mur.
MILPHIDIPPE
Oui-da !
PALESTRION (aux deux autres)
Elle est d'une malice charmante : et quelle langue ! comme elle a joliment dupé le Militaire!
ACROTÉLEUTIE
Nous ne sommes pas au bout.
PALESTRION
Sois tranquille; l'affaire marche comme sur des roulettes. Continuez seulement à me prêter votre bonne assistance. Le Militaire est allé à la maison prier lui-même sa maîtresse de le quitter, et de partir pour Athènes avec sa soeur et sa mère.
ACROTÉLEUTIE
Bien ! parfait !
PALESTRION
De plus, les bijoux et les hardes qu'il lui a fait faire, il lui donne tout, pour qu'elle s'en aille; c'est sur mon conseil.
PLEUSIDE
Ça marche tout seul, puisqu'elle le veut et qu'il le désire.
PALESTRION
Tu ne sais donc pas que c'est quand on est monté du fond d'un puits jusqu'en haut, au bord, qu'on se trouve le plus en péril de retomber de haut en bas? Maintenant la chose est arrivée au bord du puits; mais si le Militaire vient à nous deviner, tout nous échappe. C'est donc à présent surtout qu'il faut ruser.
PLEUSIDE
Je vois suffisantes ressources pour le siège à soutenir chez nous; trois femmes, toi en quatrième, cinquièmement moi, sixièmement le vieillard.
PALESTRION
Ça nous fait six armées de ruses; je sais qu'on pourrait prendre avec cela la ville la mieux défendue. Écoutez- moi seulement.
ACROTÉLEUTIE
Nous venons nous mettre à tes ordres.
PALESTRION
C'est très bien. (A Acrotéleutie.)
Maintenant, voici la mission que je te confie.
ACROTÉLEUTIE
Général, j'exécuterai ton ordre, du mieux qu'il me sera possible.
PALESTRION
J'ordonne que tu attrapes joliment, élégamment, magnifiquement le Militaire.
ACROTÉLEUTIE
C'est m'ordonner, par Castor, de me délecter.
PALESTRION
Sais-tu la manière?
ACROTÉLEUTIE
Je ferai semblant d'être éperdument amoureuse de lui.
PALESTRION
C'est cela.
ACROTÉLEUTIE
Et d'avoir rompu, par amour pour lui, le mariage qui me retenait ici (montrant la maison de Périplécomène), dans l'impatience que j'avais de devenir sa femme.
PALESTRION
C'est parfait; seulement il faut dire que cette maison est un bien dotal à toi, et que le vieillard en est parti depuis que tu as divorcé (63); afin que le Militaire ne craigne pas d'entrer dans la maison d'autrui.
ACROTÉLEUTIE
Tu fais bien de m'avertir.
PALESTRION
Mais quand il paraîtra, il faut que tu te tiennes à dis-tance; que tu aies l'air d'avoir honte de ta figure en comparaison de la sienne, et de révérer l'éclat de sa fortune; vante en même temps sa grâce charmante, son air, sa beauté. Es-tu suffisamment instruite?
ACROTÉLEUTIE
A fond. Seras-tu content, si je te livre mon ouvrage tellement achevé que tu n'y trouves rien à reprendre?
PALESTRION
Très content. (A Pleuside.) A ton tour maintenant, que je te donne mes ordres. 
PLEUSIDE
Parle.
PALESTRION
Aussitôt qu'elle aura joué cette scène, et qu'elle sera entrée à la maison, toi, ne tarde pas un instant à te présenter sous le déguisement d'un patron de navire; large chapeau noir, un masque de laine sur les yeux, un petit manteau noir (le noir est la couleur des marins), le manteau attaché sur l'épaule gauche, de manière à dégager le bras entièrement, la ceinture serrée un peu haut; tu feindras d'être le pilote. Il y a chez le vieillard, tout ce qu'il te faut, il a des pêcheurs.
PLEUSIDE
Et quand je serai costumé, dis-moi ce que j'aurai à faire.
PALESTRION
Arrive ici, demande Philocomasie de la part de sa mère; dis que si elle veut partir pour Athènes, elle n'a qu'à te suivre promptement au port, et à faire porter ses bagages, si elle en a, pour qu'on les charge sur le bateau; que, si elle ne vient pas, tu vas lever l'ancre, parce que le vent est favorable.
PLEUSIDE
La peinture me plaît, poursuis.
PALESTRION
Aussitôt il la pressera de partir : « Qu'elle se hâte, qu'elle ne fasse pas attendre sa mère. »
PLEUSIDE
Que tu as d'esprit !
PALESTRION
Moi, je dirai à Philocomasie de me réclamer pour que j'aide à porter les bagages au port. Il m'ordonnera de la suivre, et de la sorte, sache-le, je prendrai de ce pas avec toi la route d'Athènes.
PLEUSIDE
Et une fois arrivé, tu ne resteras pas trois jours en servitude; je t'affranchirai.
PALESTRION
Va vite, et habille-toi.
PLEUSIDE
Plus rien à dire?
PALESTRION
Sinon que tu aies bonne mémoire.
PLEUSIDE
Je pars.
PALESTRION (aux deux femmes)
Et vous, rentrez au plus tôt, car je suis certain qu'il est sur le point de sortir.
ACROTÉLEUTIE
Tes ordres trouvent chez nous prompte obéissance.
PALESTRION
Allons, retirez-vous; voici justement que la porte s'ouvre. Il sort tout gaillard, il a réussi. Il convoite ce qui n'existe qu'en rêve, le pauvre type. (Ils entrent tous chez Périplécomène, à l'exception de Palestrion.)

IV.v

PYRGOPOLINICES 
Quod volui, ut volo, inpetravi, per amicitiam et gratiam
a Philocomasio. 1200
PALAESTRIO 
Quidnam intus fuisse te dicam diu?
PYRGOPOLINICES 
Numquam ego me tam sensi amari quam nunc ab illa muliere.
PALAESTRIO 
Quid iam ! 
PYRGOPOLINICES 
U
t multa verba fecit ! ut lenta materies fuit !
verum postremo inpetravi ut volui, donavi ei
quae voluit, quae postulavit; te quoque ei dono dedi. 1205
PALAESTRIO 
Etiam me? quomodo ego vivam sine te? 
PYRGOPOLINICES 
Age, animo bono es :
idem ego te liberabo : nam si possem ullo modo
impetrare ut abiret, ne te abduceret, operam dedi;
vnrum obpressit. 
PALAESTRIO 
Deos sperabo, teque postremo tamen
etsi istuc mi acerbum'st, quia hero te carendum'st optumo. 1210
Saltem id volupe'st, quom ex virtute formae evenit tibi
mea opera super hac vicina, quam ego nunc concilio tibi.
PYRGOPOLINICES 
Quid opu'st verbis ! libertatem tibi ego et divitias dabo,
si inpetras. 
PALAESTRIO 
Reddam inpetratum. 
PYRGOPOLINICES 
At gestio. 
PALAESTRIO 
At modice decet;
moderare animo; ne sis cupidus : sed eccam ipsam, egreditur foras. 1215

IV, 5  PYRGOPOLINICE, PALESTRION

PYRGOPOLINICE
J'ai obtenu de Philocomasie ce que je voulais, comme je le voulais, de bonne grâce et de bonne amitié.
PALESTRION
Pourquoi donc es-tu resté si longtemps?
PYRGOPOLINICE
Jamais je ne me suis vu autant aimé qu'aujourd'hui par cette femme.
PALESTRION
Eh quoi !
PYRGOPOLINICE
Combien elle a eu de choses à dire ! et que longue était la matière ! Mais enfin j'ai obtenu ce que je voulais, et je lui ai donné ce qu'elle a voulu, ce qu'elle a demandé. Je lui ai fait don de toi aussi.
PALESTRION (feignant une vive émotion)
De moi aussi ! Comment vivrai-je sans toi?
PYRGOPOLINICE
Allons, courage; en même temps je t'affranchirai. J'ai bien tâché d'obtenir qu'elle partît sans toi, qu'elle ne t'emmenât pas; impossible. Il a fallu céder.
PALESTRION (avec une résignation pleine de dignité)
Je mettrai mon espoir dans les dieux, et en toi pour dernier recours. Quoiqu'il me soit dur d'être privé d'un si bon maître, j'ai du moins la satisfaction de voir que je contribue à faire triompher ta beauté, en te procurant la femme du voisin.
PYRGOPOLINICE
Trêve de paroles ! je te donnerai la liberté, je t'enrichirai, si tu réussis.
PALESTRION
Je réussirai, tu l'auras.
PYRGOPOLINICE
Je grille d'impatience.
PALESTRION
De la modération ! maîtrise ton âme, ne sois pas si passionné. Mais la voici, elle sort.

IV. vi

MILPHIDIPPA 
Hera, eccum praesto Militem. 
ACROTELEUTIUM  
Ubi'st? 
MILPHIDIPPA
Ad laevam, videto.
adspicito limis oculis, ne ille nos se sentiat videre.
ACROTELEUTIUM  
Video : edepol, nunc nos tempus est malas peiores fieri.
MILPHIDIPPA 
Tuum'st principium. 
ACROTELEUTIUM  
Obsecro, tute ipsum convenisti?
ne parce voci, ut audiat. 
MILPHIDIPPA 
Cum ipso, pol, sum secuta 1220
placide ipsa, dum libitum'st mih otiose, meo arbitratu ut volui.
PYRGOPOLINICES 
Audin' quae loquitur? 
PALAESTRIO 
Audio, quam laeta'st, quia ted adiit. !
ACROTELEUTIUM  
O fortunata mulier es ! 
PYRGOPOLINICES 
Ut amari videor ! 
PALAESTRIO 
Dignus.
ACROTELEUTIUM  
Permirum, ecastor, praedicas, te adiisse atque exorasse.
per epistolam, aut per nuncium, quasi regem, adiri eum aiunt. 1225
MILPHIDIPPA 
Namque, edepol, vix fuit copia adeundi atque inpetrandi.
PALAESTRIO 
Ut tu inclitus apud mulieres !
PYRGOPOLINICES 
Patiar, quando ita Venus volt.
ACROTELEUTIUM  
Veneri, pol, habeo gratiam, eamdemque et oro et quaeso,
ut eius mihi sit copia quem amo, quemque expetesso;
benignusque erga me ut siet; quod cupiam, ne gravetur. 1230
MILPHIDIPPA 
Spero ita futurum, quamquam illum multae sibi expetessunt;
ille illas spernit, segregat hasce omneis, extra te unam.
ACROTELEUTIUM  
Ergo iste metus me macerat, quod ille fastidiosu'st,
oculi eius ne sententiam mutent, ubi viderit me,
atque eius elegantia meam extemplo speciem spernat. 1235
MILPHIDIPPA 
Non faciet, bonum animum habe. 
PYRGOPOLINICES 
Ut ipsa se contemnit !
ACROTELEUTIUM  
Metuo, ne praedicatio tua nunc meam formam exsuperet.
MILPHIDIPPA 
Istuc curavi, ut opinione illius polchrior sis.
ACROTELEUTIUM  
Si, pol, me nolet ducere uxorem genua amplectar,
atque obsecrabo aliquo modo. Si non quibo inpetrare, 1240
consciscam lethum: vivere sine illo scio me non posse.
PYRGOPOLINICES 
Prohibendam mortem video mulieri. :adibon'. 
PALAESTRIO 
Minume.
Nam tu te vilem feceris si te ultro largiere.
Sine ultro veniat, quaeritet, desideret, exspectet.
Submovere istam vis gloriam quam habes? cave, sis, faxis. 1245
Nam nulli mortali scio obtigisse hoc, nisi duobus,
tibi et Phaoni Lesbio, tam mulier se ut amaret.
ACROTELEUTIUM  
Eo intro : an tu, illum evocatus foras me Milphidippa.
MILPHIDIPPA 
Imo obperiamur, dum exeat aliquis. 
ACROTELEUTIUM  
Durare nequeo,
quin eam intro. 
MILPHIDIPPA 
Occlusae sunt foreis. 
ACROTELEUTIUM  
Ecfringam. 
MILPHIDIPPA 1250
Sana non es.
ACROTELEUTIUM  
Si amavit umquam, aut si parem sapientiam hic habet ac formam,
per amorem si quid fecero, clementi animo ingnoscet.
PALAESTRIO 
Ut, quaeso, amore perdita'st te misera. 
PYRGOPOLINICES 
Mutuum fit.
PALAESTRIO 
Tace, ne audiat. 
MILPHIDIPPA 
Quid adstitisti obstupida? cur non pultas?
ACROTELEUTIUM  
Quia non est intus, quem ego volo. 
MILPHIDIPPA 
Qui scis? 
ACROTELEUTIUM  
Scio, edepol, scio;1255
nam odore nasum sentiat, si intus siet. 
PALAESTRIO 
Hariolatur.
Quia me amat, propterea Venus fecit eam ut divinaret.
ACROTELEUTIUM  
Nescio, ubi heic prope adest, quem expeto videre; olet profecto.
PYRGOPOLINICES 
Naso, pol, iam haec quidem plus videt quam oculis. 
PALAESTRIO 
Caeca amore'st.
ACROTELEUTIUM  
Tene me obsecro. 
MILPHIDIPPA 
Cur ? 
ACROTELEUTIUM  
Ne cadam. 
MILPHIDIPPA 
Quid ita ! 1260
ACROTELEUTIUM  
Quia stare nequeo,
ita animus per oculos meos defit. 
MILPHIDIPPA 
Militem, pol,
tu adspexisti ! 
ACROTELEUTIUM  
Ita. 
MILPHIDIPPA 
Non video, ubi est? 
ACROTELEUTIUM  
Videres, pol, si amares.
MILPHIDIPPA 
Non, edepol, tu illum magis amas, quam egomet, si per te liceat.
PALAESTRIO 
Omneis profecto mulieres te amant, ut quaeque adspexit.
PYRGOPOLINICES 
Nescio tun' ex me hoc audieris, an non; nepos sum Veneris. 1265
ACROTELEUTIUM  
Mea Milphidippa, adi, obsecro, et congredere. 
PYRGOPOLINICES 
Ut me veretur !
PALAESTRIO 
Illa ad nos pergit. 
MILPHIDIPPA 
Vos volo. 
PYRGOPOLINICES 
Et nos te. 
MILPHIDIPPA 
Ut iussisti,
heram meam eduxi foras. 
PYRGOPOLINICES 
Video. 
MILPHIDIPPA 
Iube ergo adire.
PYRGOPOLINICES 
Induxi in animum ne oderim, item ut alias, quando orasti.
MILPHIDIPPA 
Verbum, hercle, facere non potis, si adcesserit prope ad te. 1270
Dum te obtuetur, interim linguam oculi praeciderunt.
PYRGOPOLINICES 
Levandum morbum mulieri video. 
MILPHIDIPPA 
Ut tremit atque extimuit,
postquam te adspexit. 
PYRGOPOLINICES 
Viri quoque armati idem istuc faciunt;
ne tu mirere mulierem. Sed quid volt me facere?
MILPHIDIPPA 
Ad se ut eas; tecum vivere volt atque aetatem exigere. 1275
PYRGOPOLINICES 
Egon' ad illam eam, quae nubta sit? vir eius est metuendus.
MILPHIDIPPA 
Quin, tua causa exegit virum a se. 
PYRGOPOLINICES 
Quid ! qui id facere potuit?
MILPHIDIPPA 
Quia aedeis dotaleis huius sunt. 
PYRGOPOLINICES 
Itane? 
MILPHIDIPPA 
Ita pol. 
PYRGOPOLINICES
Iube domum ire.
Iam ego illeic ero. 
MILPHIDIPPA 
Vide ne sies in exspectatione,
ne illam animi excrucies. 
PYRGOPOLINICES 
Non ero profecto : abite. 
MILPHIDIPPA  1280
Abimus.
PYRGOPOLINICES 
Sed quid ego video? 
PALAESTRIO 
Quid vides? 
PYRGOPOLINICES 
Nescio quis, eccum, incedit
ornatu quidem thalassico. 
PALAESTRIO 
It ad nos, volt te profecto :
nauclerus hic quidem'st. 
PYRGOPOLINICES 
Videlicet accersit hanc iam. 
PALAESTRIO 
Credo.

IV, 6  MILPHIDIPPE, ACROTÉLEUTIE, PYRGOPOLINICE, PALESTRION (Les deux derniers se sont retirés au fond du théâtre).

MILPHIDIPPE (bas à Acrotéleutie)
Ma maîtresse, te voici en présence du Militaire.
ACROTÉLEUTIE
Où est-il?
MILPHIDIPPE (de même)
Tiens, à gauche; vois, regarde du coin de I'oeil, qu'il ne s'aperçoive pas qu'on le voit.
ACROTÉLEUTIE
Je le vois; par Pollux, voici l'instant d'être malicieuses avec un redoublement de malice.
MILPHIDIPPE (de même)
A toi de commencer.
ACROTÉLEUTIE (élevant la voix)
Dis-moi, il t'a donné audience lui-même? (A voix basse.) Ne ménage pas ta voix, qu'il t'entende.
MILPHIDIPPE
J'ai parlé à lui-même en personne, moi-même, par Pollux, tranquillement, tant qu'il m'a plu, à mon aise, à discrétion, comme j'ai voulu.
PYRGOPOLINICE (bas à Palestrion)
Entends-tu ce qu'elle dit?
PALESTRION
J'entends combien elle se félicite d'avoir approché de toi.
ACROTÉLEUTIE
O heureuse femme !
PYRGOPOLINICE (bas à Palestrion)
Comme je me vois aimé !
PALESTRION
Comme tu le mérites.
ACROTÉLEUTIE
Ton récit m'étonne, par Castor; tu as pu lui parler, lui faire entendre ta prière ! j'ai ouï dire qu'on ne s'adressait à lui, comme aux rois, que par supplique ou par ambassade.
MILPHIDIPPE
J'ai eu bien de la peine en effet, par Pollux, à être admise à obtenir cette faveur.
PALESTRION (bas à Pyrgopolinice)
Quelle réputation tu as parmi les femmes !
PYRGOPOLINICE
Il faut me résigner, puisque Vénus le veut ainsi.
ACROTÉLEUTIE
Je rends grâce à Vénus, par Pollux, et je lui demande, je la prie de me donner celui que j'aime, pour qui je brûle; qu'il me soit favorable, et qu'il ne me refuse pas ce que je veux.
MILPHIDIPPE
J'en ai l'espoir, malgré le nombre et l'empressement de tes rivales. Il les dédaigne toutes, il les repousse, tu es seule exceptée.
ACROTÉLEUTIE
Aussi, c'est son goût difficile qui me glace de crainte; si ses yeux le faisaient changer de sentiment quand il me verra ! Il a tant d'élégance; s'il ne me trouvait pas tout d'abord assez belle pour lui !
MILPHIDIPPE
Cela n'arrivera pas, prends courage.
PYRGOPOLINICE
Comme elle se défie d'elle-même!
ACROTÉLEUTIE
J'ai peur que tu n'aies trop vanté ma beauté dans tes discours.
MILPHIDIPPE
J'ai fait en sorte que ta beauté surpassât encore son attente.
ACROTÉLEUTIE
S'il refuse de me prendre pour femme, par Pollux, j'embrasserai ses genoux, je le supplierai de toutes les manières, et si je ne peux pas le toucher, je me donnerai la mort; je sens qu'il m'est impossible de vivre sans lui.
PYRGOPOLINICE (bas à Palestrion)
Il faut l'empêcher de mourir; n'irai-je pas lui parler?
PALESTRION
Point du tout; c'est te déprécier que d'aller au-devant d'elle et de te prodiguer. Attends qu'elle vienne te chercher, qu'elle te demande, qu'elle te désire. Veux-tu laisser tomber cette gloire qui t'environne? garde-t'-en bien; car il n'y a que deux mortels que je sache, toi et Phaon, à qui il soit arrivé d'être aimés si éperdument.
ACROTÉLEUTIE faisant un mouvement vers la maison de Pyrgopolinice.
J'entre... (Elle s'arrête comme si elle était trop émue.) Va le prier de sortir, ma bonne Milphidippe.
MILPHIDIPPE
Non, attendons qu'il vienne quelqu'un.
ACROTÉLEUTIE
Je ne peux plus me contenir, il faut que j'entre.
MILPHIDIPPE
La porte est fermée.
ACROTÉLEUTIE
Je la briserai.
MILPHIDIPPE
Tu perds la raison.
ACROTÉLEUTIE
S'il a jamais aimé, ou s'il a autant de sagesse que de beauté, il pardonnera, dans sa clémence, les emportements de mon amour. (Elle s'avance vers la porte, et s'arrête tout à coup.) 
PALESTRION (bas à Pyrgopolinice)
Je te le demande, quelle passion furieuse lui fait perdre la tête, pauvre femme !
PYROOPOLINICE
Je le lui rends bien.
PALESTRION
Tais-toi, qu'elle ne t'entende pas.
MILPHIDIPPE (à sa maîtresse)
Pourquoi es-tu restée tout à coup immobile? pourquoi ne frappes-tu pas?
ACROTÉLEUTIE
Celui que je cherche n'est pas là (montrant la maison de Pyrgopolinice).
PALESTRION
Comment le sais-tu?
ACROTÉLEUTIE
Je le sais, par Pollux, je le sais. Mon nez serait averti par l'odeur, s'il y était.
PYRGOPOLINICE
Elle est devineresse. Vénus, en récompense de l'amour qu'elle a pour moi, lui a donné la science de divination.
ACROTÉLEUTIE
Il est je ne sais où, ici près, celui que je brûle de voir. Oui, je le sens.
PYRGOPOLINICE
Elle y voit presque mieux, ma foi, par le nez que par les yeux.
PALESTRION
L'amour l'aveugle.
ACROTÉLEUTIE (feignant une défaillance)
Soutiens-moi, je t'en prie.
MILPHIDIPPE
Pourquoi?
ACROTÉLEUTIE
Pour m'empêcher de tomber.
MILPHIDIPPE
Qu'y a-t-il?
ACROTÉLEUTIE
Je ne peux plus me soutenir, mes yeux font défaillir mon coeur.
MILPHIDIPPE
Par Pollux, tu as aperçu le Militaire?
ACROTÉLEUTIE
Oui.
MILPHIDIPPE
Je ne vois pas où il est.
ACROTÉLEUTIE
Tu le verrais, par Pollux, si tu étais amoureuse.
MILPHIDIPPE
Par Pollux, tu ne peux pas l'aimer plus que moi, si tu me le permettais.
PALESTRION
Toutes les femmes t'adorent, dès qu'elles t'aperçoivent.
PYRGOPOLINICE
Je ne sais pas si je te l'ai dit; je suis le petit-fils de Vénus.
ACROTÉLEUTIE
Ma chère Milphidippe, va, je te prie, à sa rencontre.
PYRGOPOLINICE
Comme je lui en impose !
PALESTRION
La suivante s'approche de nous.
MILPHIDIPPE (à Palestrion, qui se trouve entre elle et Pyrgopolinice)
J'ai à vous parler.
PYRGOPOLINICE
Et nous à toi.
MILPHIDIPPE (à Pyrgopolinice)
Tu es obéi, je t'ai amené ma maîtresse.
PYRGOPOLINICE (avec un ton d'arrogance)
Je vois.
MILPHIDIPPE
Ordonne donc qu'elle se présente.
PYRGOPOLINICE
J'ai consenti à n'avoir point d'aversion pour elle comme pour les autres, puisque tu m'en as prié.
MILPHIDIPPE
Il lui sera impossible, assurément, d'articuler une seule parole, si elle s'approche de toi : lorsqu'elle te regarde, ses yeux lui coupent la langue.
PYRGOPOLINICE
Je vois qu'il faut soulager son mal.
MILPHIDIPPE
Comme elle est devenue tremblante et craintive à ton aspect !
PYRGOPOLINICE
C'est ce qu'éprouvent même les hommes armés. Ne t'en étonne donc pas pour une femme. Mais que veut-elle que je fasse?
MILPHIDIPPE
Que tu viennes chez elle; elle veut vivre avec toi, passer avec toi toute sa vie.
PYRGOPOLINICE
Moi chez elle, chez une femme mariée ! le mari est à craindre.
MILPHIDIPPE
Que dis-tu? pour toi elle a mis son mari dehors.
PYRGOPOLINICE
Pas possible ! Comment a-t-elle pu faire?
MILPHIDIPPE
Cette maison est une partie de sa dot.
PYRGOPOLINICE
Vraiment?
MILPHIDIPPE
Oui, par Pollux.
PYRGOPOLINICE
Dis-lui de rentrer; je la suivrai tout à l'heure.
MILPHIDIPPE
Tâche de ne pas trop tarder, pour ne pas la faire souffrir.
PYRGOPOLINICE
Non, sois-en sûre. Allez.
MILPHIDIPPE
Nous y allons. (Les deux femmes entrent chez Périplécomène.)
PYRGOPOLINICE (apercevant Pleuside vêtu en marin)
Mais que vois-je là?
PALESTRION
Qu'est-ce que tu vois?
PYRGOPOLINICE
Voici un inconnu qui arrive en habit de marin.
PALESTRION
C'est à nous certainement qu'il en veut. C'est le patron du navire.
PYRGOPOLINICE
Probablement il vient la chercher.
PALESTRION
Je le crois.

IV. vii

PLEUSIDES 

Alium alio pacto propter amorem ni sciam
fecisse multa nequiter, verear magis 1285
me amoris causa hoc ornatu incedere.
Verum quom multos multa admisse abceperim
inhonesta propter amorem atque aliena a bonis:
mitto iam, ut obcidi Achilles civeis passus est..
Sed eccum Palaestrionem, stat cum Milite: 1290
oratio alio mihi demutanda'st mea.
Mulier profecto gnata'st ex ipsa mora.
Nam quaevis alia, quae mora est aeque mora,
minor ea videtur, quam quae propter mulierem'st.
Hoc adeo fieri credo consuetudine. 1295
Nam ego hanc accerso Philocomasium : sed foreis
pultabo : heus, ecquis hic est? 
PALAESTRIO 
Adulescens, quid est?
quid vis? quid pultas? 
PLEUSIDES 
Philocomasium quaerito,
a matre illius venio : si itura'st, eat :
omneis moratur; navim cupimus solvere. 1300
PYRGOPOLINICES 
Iam dudum res parata'st : i, Palaestrio,
aurum, ornamenta, vestem, pretiosa omnia,
duc adiutores tecum ad navim qui ferant.
omnia conposita sunt quae donavi: auferat;
PALAESTRIO 
Eo.
PLEUSIDES 
Quaeso, hercle, propera. 
PYRGOPOLINICES 
Non morabitur. 1305
Quid istuc, quaeso, quid oculo factum'st tuo?
PLEUSIDES 
Habeo equidem, hercle, oculum. 
PYRGOPOLINICES 
At laevum dico. 
PLEUSIDES
Eloquar.
Maris causa, hercle, hoc ego oculo utor minus,
nam si abstinuissem amare, tamquam hoc uterer.
Sed nimis morantur me diu. 
PYRGOPOLINICES 
Eccos, exeunt. 1310

IV, 7  PLEUSIDE, PALESTRION, PYRGOPOLINICE

PLEUSIDE (à part)
Si je ne savais pas combien de traits de folie l'amour a fait faire aux hommes, j'aurais plus de scrupule à me montrer sous ce déguisement par amour; mais j'ai ouï parler de tant d'autres que l'amour engagea dans des démarches contraires à l'honneur et au devoir ! sans vouloir citer Achille, qui laissa massacrer ses concitoyens. Mais voici Palestrion, il est avec le Militaire. Il me faut changer de propos. (Elevant la voix d'un ton brusque et colère.) C'est la Lenteur même, assurément, qui a donné naissance aux femmes; car de toutes les lenteurs imaginables, il n'y en a pas qui semblent égales aux lenteurs que les femmes occasionnent. C'est, je crois, un effet de l'habitude. Je viens donc chercher Philocomasie. Je vais frapper à la porte. Holà ! quelqu'un.
PALESTRION
Qu'y a-t-il, jeune homme? dis, pourquoi frappes-tu?
PLEUSIDE
Je viens chercher Philocomasie de la part de sa mère : qu'elle vienne, si elle veut venir; elle retarde tout le monde. Nous sommes impatients de lever l'ancre.
PYRGOPOLINICE
Il y a longtemps qu'elle est prête. Hé, Palestrion, qu'on porte au bateau ses bijoux, ses parures, ses hardes, tous ses effets précieux, prends des aides avec toi pour cet embarquement. Tout ce que je lui ai donné pour emporter est déjà emballé.
PALESTRION
J'y vais.
PLEUSIDE (à Palestrion)
Hâte-toi, je t'en prie, par Hercule. (Palestrion sort.)
PYRGOPOLINICE
Il ne tardera pas. (Montrant le bandeau que Pleuside a sur les yeux.) Qu'est-ce que cela, je te prie ! Qu'as-tu fait de ton oeil?
PLEUSIDE (montrant son oeil droit, moins couvert que l'autre)
Est-ce que je ne l'ai pas, par Hercule, mon oeil?
PYRGOPOLINICE
Je veux dire le gauche.
PLEUSIDE
Je vais t'expliquer : c'est pour avoir couru les mers, par Hercule, que je ne me sers pas de cet oeil; car si je m'étais gardé d'aimer, il me servirait comme l'autre. (Il prononce d'aimer à peu près comme des mers.) Mais ils me font trop attendre.
PYRGOPOLINICE
Les voici qui viennent.

IV. viii

PALAESTRIO 
Quid modi flendo, quaeso hodie facies? 
PHILOCOMASIUM
Quid ego ni fleam?
ubi pulcherrume egi aetatem, inde abeo. 
PALAESTRIO 
Viden' hominem tibi,
qui a matre et sorore venit. 
PHILOCOMASIUM
Video. 
PYRGOPOLINICES Audin', Palaestrio?
PALAESTRIO 
Quid vis? 
PYRGOPOLINICES 
Quin tu iubes ecferri omnia, quae isti dedi?
PLEUSIDES 
Philocomasium, salve. 
PHILOCOMASIUM
Et tu salve. 
PLEUSIDES Materque et soror 1315
Dicere iusserunt salutem me tibi. 
PHILOCOMASIUM
Salvae sient.
PLEUSIDES 
Orant te ut eas, ventus operam dum dat, ut velum explicent.
Nam matri oculi si valerent, mecum venissent simul.
PHILOCOMASIUM
Ibo, quamquam invita facio : homioni pietas scio. 
PLEUSIDES 
Sapis.
PYRGOPOLINICES 
Si non mecum aetatem egisset, hodie stulta viveret. 1320
PHILOCOMASIUM
Istuc crucior, a viro me tali abalienarier,
nam tu quemvis potis es facere ut fluat facetiis :
et quia tecum eram, propterea animo eram ferocior.
Eam nobilitatem amittundam video. 
PYRGOPOLINICES 
A ! ne fle. 
PHILOCOMASIUM
Ne queo,
quom te video. 
PALAESTRIO 
Habe bonum animum. Scio ego, quid doleat mihi. 1325
Nam nil miror, si libenter, Philocomasium, heic eras.
Forma huius, mores, virtus, animum adtinuere heic tuum.
Quin ego servos, quando adspicio hanc, lacrumem, quia diiungimur.
PHILOCOMASIUM
Obsecro licet complecti, prius quam proficisco ! 
PYRGOPOLINICES 
Licet.
PHILOCOMASIUM
O mei oculi, o mi anime ! 
PALAESTRIO 
Obsecro, tene mulierem; 1330
ne adfligatur. 
PYRGOPOLINICES 
Quid istuc quaeso'st? 
PALAESTRIO 
Quia abs te abit, animo male
factum est huic repente miserae. 
PYRGOPOLINICES 
Curre intro, atque ecferto aquam.
PALAESTRIO 
Nihil aquam moror, Cur ? Malo... ne interveneris,
quaeso, dum resipiscit. 
PYRGOPOLINICES 
Capita inter se nimis nexa hisce habent.
Non placet : labra ab labellis aufer, nauta, cave malum. 1335
PLEUSIDES 
Tentabam spiraret, an non. 
PYRGOPOLINICES 
Aurem admotam oportuit.
PLEUSIDES 
Si n' magis vis, eam omittam. 
PYRGOPOLINICES 
Nolo; retineas. 
PLEUSIDES 
Fio miser.
PYRGOPOLINICES 
Exite, atque adferte huc intus omnia; quae isti dedi.
PALAESTRIO 
Etiam nunc saluto te, lar Familiaris, prius quam eo.
Conservi conservaeque omneis, bene valete et vivite, 1340
bene, quaeso, inter vos dicatis et me absenti tamen.
PYRGOPOLINICES 
Age, Palaestrio, bono animo es. 
PALAESTRIO 
Eheu ! nequeo quin fleam
quom abs te abeam. 
PYRGOPOLINICES 
Aequo fer animo. 
PALAESTRIO 
Scio ego, quid doleat mihi.
PHILOCOMASIUM
Sed quid hoc? quae res? quid video? lux, salve .
PLEUSIDES 
Iam resipisti? 
PHILOCOMASIUM
Obsecro, quem amplexa sum 1345
hominem? perii ! sumne ego apud me? 
PLEUSIDES 
Ne time, voluptas mea. 1345a
PYRGOPOLINICES 
Quid istuc est negoti? 
PALAESTRIO 
Animus hanc modo heic reliquerat. 1347
Metuoque et timeo, ne hoc tandem propalam fiat nimis.
PYRGOPOLINICES 
Quid id est? 
PALAESTRIO 
Nos secundum ferri nunc per urbem haec omnia,
ne quis tibi hoc vitio vortat. 
PYRGOPOLINICES 
Mea, non illorum dedi; 1350
parvi ego illos facio; agite, ite cum dis benevolentibus.
PALAESTRIO 
Tua ego hoc causa dico. 
PYRGOPOLINICES 
Credo. 
PALAESTRIO 
Iam vale. 
PYRGOPOLINICES 
Et tu bene vale.
PALAESTRIO 
Ite cito, iam ego adsequar vos : cum h ero pauca volo loqui.
Quamquam alios fideliores semper habuisti tibi
quam me, tamen tibi habeo magnam gratiam rerum omnium; 1355
et, si ita sententia esset, tibi servire malui
multo, quam alii libertus esse. 
PYRGOPOLINICES 
Habe animum bonum.
PALAESTRIO 
Heu !  
quom venit mi in mentem, ut mores mutandi sient !
muliebris mores discendi, obliscendi stratiotici.
PYRGOPOLINICES 
Fac sis frugi. 
PALAESTRIO 
Iam non possum, amisi omnem lubidinem. 1360
PYRGOPOLINICES 
I, sequere illos, ne morere. 
PALAESTRIO 
Bene vale. 
PYRGOPOLINICES 
Et tu bene vale.
PALAESTRIO 
Quaeso, memineris, si forte liber fieri obceperim;
mittam nuncium ad te, ne me deseras. 
PYRGOPOLINICES 
Non est meum.
PALAESTRIO 
Cogitato identidem, tibi quam fidelis fuerim.
si id facies, tum demum scibis, tibi qui bonus sit, qui malus. 1365
PYRGOPOLINICES 
Scio et perspexi saepe; verum cum antidhac, hodie maxume
PALAESTRIO 
Scies; immo hodie verum factum, faxo, post dices magis.
PYRGOPOLINICES 
Vix reprimor, quin te manere iubeam. 
PALAESTRIO 
Cave istuc feceris.
Dicant te mendacem, nec verum esse, fide nulla esse te;
dicant servorum praeter me esse fidelem neminem. 1370
Nam si honeste censeam te facere posse, suadeam :
verum non potest; cave faxis. 
PYRGOPOLINICES
Abi iam. 
PALAESTRIO
Patiar quidquid est.
PYRGOPOLINICES 
Bene vale igitur. 
PALAESTRIO 
Ire meliu'st strenue. Etiam nunc vale.
PYRGOPOLINICES 
Ante hoc factum hunc sum arbitratus semper servom pessumum;
eum fidelem mi esse invenio : quom egomet mecum cogito, 1375
stulte feci qui hunc amisi. Ibo hinc intro nunc iam
ad amores meos : sed, sensi, hinc sonitum fecerunt foris.

IV, 8  PALESTRION, PHILOCOMASIE, PLEUSIDE, PYRGOPOLINICE

PALESTRION (à Philocomasie)
Ne cesseras-tu pas aujourd'hui de pleurer, je te le demande?
PHILOCOMASIE
Comment ne pas pleurer, en quittant ces lieux où j'ai coulé de si beaux jours?
PALESTRION
Tiens, voici l'homme qui vient de la part de ta mère et de ta sœur.
PHILOCOMASIE
Je le vois.
PYRGOPOLINICE
Écoute, Palestrion.
PALESTRION
Que veux-tu?
PYRGOPOLINICE
Fais donc emporter tout ce que je lui ai donné.
PLEUSIDE
Salut, Philocomasie.
PHILOCOMASIE
Salut à toi.
PLEUSIDE
Ta mère et ta sœur m'ont chargé de te souhaiter le bonjour.
PHILOCOMASIE
Je leur en souhaite autant.
PLEUSIDE
Elles te prient de venir, pour qu'on profite du vent et que l'on mette à la voile. Si ta mère n'avait pas mal aux yeux, elle serait venue avec moi.
PHILOCOMASIE
J'irai, quoique à regret; je connais le devoir.
PLEUSIDE
Tu es raisonnable.
PYRGOPOLINICE
Si elle n'avait pas vécu avec moi, elle ne serait qu'une sotte.
PHILOCOMASIE (feignant de pleurer)
Et c'est ce qui me fait un supplice d'être séparée d'un homme comme toi. Car tel est ton pouvoir; par toi, la moins aimable s'embellit de toutes les grâces. Je vivais avec toi, j'en étais fière; (sanglotant) et il faut renoncer à cette gloire!
PYRGOPOLINICE
Pas de larmes !
PHILOCOMASIE
Je ne peux en retenir quand je te vois.
PALESTRION
Prends courage; je sais aussi ce qu'il m'en coûte. Je ne m'étonne pas, Philocomasie, si tu aimais tant à vivre en ces lieux : sa beauté, ses moeurs, sa vaillance, ont enchaîné ici ton coeur. Moi qui ne suis qu'un esclave, je suis prés de pleurer en m'arrachant d'auprès de lui.
PHILOCOMASIE (à Pyrgopolinice)
Je t'en prie, permets-moi de t'embrasser avant de partir.
PYRGOPOLINICE
Soit !
PHILOCOMASIE
O prunelle de mes yeux, âme de ma vie ! (Elle s'éloigne comme accablée).
PALESTRION (mettant Philocomasie dans les bras de Pleuside)
Je t'en prie, soutiens-la; je crains qu'elle ne tombe raide par terre. (Pleuside embrasse Philocomasie.)
PYRGOPOLINICE (voyant le geste de Pleuside)
Qu'est-ce que cela?
PALESTRION
Au moment de te quitter, le coeur lui a manqué tout à coup, de douleur.
PYRGOPOLINICE (à ses gens)
Courez à la maison, apportez de l'eau.
PALESTRION
Qu'ils gardent leur eau... Pourquoi?... J'aime mieux... Ne parais pas, je t'en prie, tandis qu'elle revient à elle.
PYRGOPOLINICE (voyant Pleuside presser de ses lèvres la bouche de Philocomasie)
Ils ont leurs visages trop collés l'un à l'autre, cela me déplaît : ôte tes lèvres de ses lèvres, ou prends garde à toi !
PLEUSIDE
Je voulais m'assurer si elle respirait encore.
PYRGOPOLINICE
C'est ton oreille qu'il fallait approcher.
PLEUSIDE
Si tu n'es pas content, je la laisserai là.
PYRGOPOLINICE
Non, garde-la.
PALESTRION (poussant des gémissements)
Ah ! que me voilà à plaindre !
PYRGOPOLINICE (aux gens de sa maison)
Venez, emportez tout ce que j'ai donné à Philocomasie.
PALESTRION
Je vous salue encore, Pénates de mon maître, avant de partir. Esclaves mâles et femelles, mes camarades, adieu, vivez en bonne santé, ayez de bonnes paroles entre vous et pour moi aussi, quand je n'y serai plus.
PYRGOPOLINICE
Allons, Palestrion, du courage.
PALESTRION (sanglotant)
Hélas ! je ne peux retenir mes pleurs en te quittant.
PYRGOPOLINICE
Affermis ton âme.
PALESTRION
Je sais combien je souffre.
PHILOCOMASIE (feignant de reprendre l'usage de ses sens)
Qu'est-ce? où suis-je? que vois-je? ô lumière, salut.
PLEUSIDE
As-tu repris tes sens?
PHILOCOMASIE
Qui tenais-je embrassé? je vous prie. O coup funeste ! suis-je revenue à moi?
PLEUSIDE (l'embrassant)
Ne crains rien, mon amour.
PYRGOPOLINICE (à Pleuside)
Qu'est-ce que tu fais?
PALESTRION
Elle avait perdu connaissance. (Tirant Pleuside par l'habit pour l'avertir, tandis qu'il semble parler au Militaire.) Je crains, je tremble que le secret ne se découvre à la fin.
PYRGOPOLINICE
Quoi?
PALESTRION
Oui, qu'on ne nous voie dans la ville, suivis de ce bagage que nous portons. Cela ferait jaser sur toi.
PYRGOPOLINICE
C'est mon bien, et non pas le leur, que je donne. Je me moque d'eux. Allez, marchez, et que les dieux vous conduisent.
PALESTRION
Ce que j'en dis, c'est pour toi.
PYRGOPOLINICE
Je le pense.
PAESTRION (soupirant)
Adieu.
PYRGOPOLINICE
Adieu, Palestrion.
PALESTRION (à Pleuside et aux autres)
Partez vite, je vous rejoindrai dans un moment. J'ai quelques mots à dire à mon maître. (Pleuside et Philocomasie sortent avec les esclaves qui portent le bagage.) Quoique d'autres esclaves aient toujours eu ta confiance plus que moi, je n'en garde pas moins une profonde et entière reconnaissance pour tes bontés. Si tu l'avais voulu, j'aurais mieux aimé te servir que d'être l'affranchi d'un autre.
PYRGOPOLINICE
Console-toi.
PALESTRION (d'un ton pleureur)
Quelle douleur, quand je pense à quel point mes habitudes changeront !qu'il faille prendre des moeurs efféminées, oublier les moeurs guerrières !
PYRGOPOLINICE
Fais bien tes affaires.
PALESTRION
Impossible; je n'ai plus aucun désir.
PYRGOPOLINICE
Va, suis-les : ne te fais pas attendre.
PALESTRION
Adieu.
PYRGOPOLINICE
Adieu, Palestrion.
PALESTRION
Je te prie de te souvenir de moi; si je deviens libre, je t'en ferai part, ne m'abandonne pas.
PYRGOPOLINICE
Ce serait indigne de moi.
PALESTRION
Pense quelquefois à la fidélité que je t'ai montrée. En y pensant, tu sauras distinguer parmi tes serviteurs les bons des mauvais.
PYRGOPOLINICE
Je le sais, je l'ai bien vu plus d'une fois; mais aujourd'hui surtout.
PALESTRION
Tu le sais? mais je ferai en sorte aujourd'hui que tu me rendes justice à l'avenir encore plus hautement.
PYRGOPOLINICE
Il ne tient à rien que je ne te dise de rester.
PALESTRION (effrayé)
Garde-t'en bien : on dirait que tu es un menteur, un trompeur, un homme sans foi; on dirait qu'entre tous tes esclaves tu n'en peux pas avoir, excepté moi, un seul de fidèle. Si je croyais que ton honneur n'en souffrit pas, je te le conseillerais bien; mais c'est impossible. Garde-toi de le faire.
PYRGOPOLINICE
Allons, pars.
PALESTRION
Je me résigne, quoi qu'il en soit.
PYRGOPOLINICE
Adieu.
PALESTRION
Le mieux est de partir en vitesse. Adieu donc. (Il sort.)
PYRGOPOLINICE (seul)
Je l'avais toujours pris jusqu'aujourd'hui pour un fort mauvais sujet, et je vois que j'avais en lui un serviteur fidèle. Quand j'y pense, j'ai fait une sottise de m'en priver. Mais je vais me rendre auprès de mes amours. J'entends le bruit de la porte.

IV. ix

PUER
Ne me moneatis; memini ego obficium meum,
Ego iam conveniam illum : ubi ubi est gentium,
investigabo; operae non parcam meae. 1380
PYRGOPOLINICES 
Me quaerit illic, ibo huic puero obviam.
PUER
Ehem, te quaero : salve, vir lepidissume,
cumulate commoditate, praeter caeteros
duo di quem curant. 
PYRGOPOLINICES 
Qui duo? 
PUER
Mars et Venus.
PYRGOPOLINICES 
Facetum puerum. 
PUER
Intro te ut eas obsecrat, 1385
te volt, te quaerit, teque exspectans expetit :
amanti fer opem : quid stas? quin intro is? 
PYRGOPOLINICES 
Eo.
PUER
Ipsus sese illic iam impedivit in plagas.
Paratae insidiae sunt : in statu stat senex,
ut adoriatur moechum, qui forma est ferox, 1390
qui omneis se amare credit, quaeque adspexerit,
mulieres; eum odere qua viri, qua mulieres
nunc in tumultum ibo; intus clamorem audio.

IV, 9 UN PETIT ESCLAVE, sortant de chez Périplécomène, PYRGOPOLINICE

L'ESCLAVE (parlant à quelqu'un dans la maison)
Pas tant de leçons, je sais me conduire. Je le joindrai; en quelque lieu qu'il soit, je le découvrirai, je n'épargnerai pas ma peine.
PYRGOPOLINICE (à part)
C'est moi qu'il cherche, allons à sa rencontre.
L'ESCLAVE
Justement je te cherchais. Salut, le plus aimable des hommes, comblé par-dessus tous les autres des faveurs de deux divinités.
PYRGOPOLINICE
Lesquelles?
L'ESCLAVE
Mars et Vénus.
PYRGOPOLINICE (d'un air libertin)
Le gentil garçon.
L'ESCLAVE
Elle te supplie de venir, elle te veut, elle te demande, elle se consume à t'attendre. Soulage ton amante. Que tardes-tu? pourquoi n'entres-tu pas?
PYRGOPOLINICE
J'y vais. (Il entre.)
L'ESCLAVE (seul)
Il se jette lui-même dans les lacs. Le piège est dressé; le vieillard se tient en embuscade pour fondre sur le débauché orgueilleux de sa beauté, qui croit que toutes les femmes n'ont qu'à le voir pour l'aimer; tandis que personne, homme ou femme, ne peut le souffrir. Courons la bagarre; j'entends pousser des cris.

V. i

PERIPLECOMENES  

Ducite istum; si non sequitur, rapite sublimen foras,
facite inter terram atque caelum ut siet : discindite. 1395
PYRGOPOLINICES 
Obsecro, hercle, Periplectomene, te. 
PERIPLECOMENES  
Nequidquam, hercle, obsecras.
Vide ut istic tibi sit acutus, Cario, culter probe.
CARIO 
Quin iamdudum gestit moecho hoc abdomen adimere,
ut faciam quasi puero in collo pendant crepundia.
PYRGOPOLINICES 
Perii ! 
CARIO 
Haud etiam, numero hoc dicis. Iam in hominem involo? 1400
PERIPLECOMENES  
Imo etiam prius verberetur fustibus. 
CARIO 
Multum quidem.
PERIPLECOMENES  
Cur es ausus subigitare alienam uxorem, inpudens?
PYRGOPOLINICES 
Ita me di ament, ultro ventum'st ad me. 
PERIPLECOMENES  
Mentitur; feri.
PYRGOPOLINICES 
Mane, dum narro. 
PERIPLECOMENES  
Quid cessatis? 
PYRGOPOLINICES 
Non licet mihi dicere?
PERIPLECOMENES  
Dice. 
PYRGOPOLINICES 
Oratus sum ad te venire. 
PERIPLECOMENES  
Quare ausus? hem tibi. 1405
PYRGOPOLINICES 
Oh, hei ! sum satis verberatus, obsecro. 
CARIO 
Quam mox seco?
PERIPLECOMENES  
Ubi lubet : distendite hominem divorsum et dispennite.
PYRGOPOLINICES 
Obsecro, hercle, te, ut mea verba audias, prius quam secat.
PERIPLECOMENES  
Loquere, nondum nihili factus. 
PYRGOPOLINICES 
Viduam esse censui,
itaque ancilla, conciliatrix quae erat, dicebat mihi. 1410
PERIPLECOMENES  
Iura, te nociturum esse homini nunc de hac re nemini,
quod tu hodie heic verberatus, aut quod verberabere,
si te salvum hinc amittemus Venerium nepotulum.
PYRGOPOLINICES 
Iuro per Iovem et Mavortem, me nociturum nemini,
quod ego heic hodie, vapulo, sed mihi id aeque factum arbitror. 1415
Et si intestatus non abeo hinc, bene agitur pro noxia.
PERIPLECOMENES  
Quid, si id non faxis? 
PYRGOPOLINICES 
Ut vivam semper intestabilis.
CARIO 
Verberetur etiam, postibi amittendum censeo.
PYRGOPOLINICES 
Di tibi bene faciant semper, quom advocatus mihi venis.
CARIO 
Ergo des minam auri nobis. 
PYRGOPOLINICES 
Quam ob rem? 
CARIO Salvis testibus 1420
ut te hodie hinc amittamus Venerium nepotulum :
aliter hinc non ibis, ne sis frustra. 
PYRGOPOLINICES 
Dabitur. 
CARIO 
Magi' sapis.
De tunica et chlamyde et machaera ne quid speres, non feres.
Verberon etiam, animam a mittis? 
PYRGOPOLINICES 
Mitis sum equidem fustibus.
obsecro vos. 
PERIPLECOMENES  
Solvite istum. 
PYRGOPOLINICES 
Gratiam habe o tibi. 1425
PERIPLECOMENES  
Si post hac prehendero ego te heic, carebis testibus.
PYRGOPOLINICES 
Causam haud dico. 
PERIPLECOMENES  
Eamus intro, Cario.
PYRGOPOLINICES 
Servos meos
eccos video. Philocomasium iam profecta est? dic mihi.
SCELEDRUS
Iam dudum. 
PYRGOPOLINICES 
Hei mihi. 
SCELEDRUS
Magis dicas, si scias quod ego scio
nam illic, qui ob oculum habebat lanam, nauta non erat. 1430
PYRGOPOLINICES 
Quis erat igitur? 
SCELEDRUS
Philocomasio amator. 
PYRGOPOLINICES 
Qui tu scis?
SCELEDRUS 
Scio.
Nam postquam porta exierunt, nihil cessarunt inlico
osculari atque amplexari inter se. 
PYRGOPOLINICES 
Vae misero mihi !
verba mihi data esse video; scelus viri Palaestrio !
is me in hanc inlexit fraudem. Iure factum iudico. 1435
Si sic aliis moechis fiat, minus heic moechorum siet;
magis metuant, minus has res studeant : eamus ad me. Plaudite.

ACTE V
PÉRIPLÉCOMÈNE, PYRGOPOLINICE, CARION, SUITE D'ESCLAVES
, plus tard, SCELEDRUS

PÉRIPLÉCOMÈNE
Amenez-le; s'il résiste, enlevez-le en l'air, et portez-le dehors suspendu entre ciel et terre. Qu'on l'écartèle !
PYRGOPOLINICE (entouré d'esclaves qui le tiennent captif)
Je te supplie, par Hercule, Périplécomène.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Supplications inutiles, par Hercule. Vois, Carion, si ton couteau est bien aiguisé.
CARION
Oui, et il lui tarde de trancher le bas du ventre à ce libertin, pour que je lui mette, comme aux enfants, un grelot qui lui pende au cou.
PYRGOPOLINICE
Je suis mort !
CARION (à Pyrgopolinice)
Pas encore, tu parles trop tôt. (A Périplécomène.) Faut-il que je le saisisse?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Non; qu'il passe auparavant par le bâton.
CARION (aux esclaves)
Et comme il faut.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Pourquoi as-tu osé caresser la femme d'un autre, effronté?
PYRGOPOLINICE
Que les dieux me soient en aide, on m'a fait des avances.
PÉRIPLÉCOMÈNE (à un esclave armé d'un bâton)
Il ment; frappe.
PYRGOPOLINICE
Attends, que je m'explique.
PÉRIPLÉCOMÈNE (aux esclaves)
Qui vous arrête?
PYRGOPOLINICE
Tu ne me permettras pas de parler?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Parle.
PYRGOPOLINICE
On m'a prié de venir chez toi, ici.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Pourquoi as-tu été si osé? (Frappant et faisant signe aux autres de frapper.) Tiens, voilà pour toi.
PYRGOPOLINICE
Oh ! aïe ! c'est assez de coups, je t'en prie.
CARION (prenant son couteau)
Faut-il couper?
PÉRIPLÉCOMÈNE
Quand tu voudras. Qu'on l'écartèle, et qu'on l'ouvre tout du long.
PYRGOPOLINICE
Je t'en conjure, par Hercule, entends ma défense avant l'exécution.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Parle, tandis que tu es encore quelque chose.
PYRGOPOLINICE
J'ai cru qu'elle était libre; la suivante, qui servait d'entremetteuse, me le disait.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Jure que tu ne te vengeras de personne pour les faits d'aujourd'hui, et pour les coups que tu as reçus, et pourceux que tu recevras encore, si nous te renvoyons sauf et entier, joli petit-fils de Vénus.
PYRGOPOLINICE
Je jure par Jupiter et par Mars que je ne me vengerai de personne pour avoir été battu aujourd'hui, et je déclare que ce traitement est juste; et si je ne m'en vais pas d'ici sans mes attributs, je serai plus heureux que je ne mérite.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Et si tu manques à ta promesse?
PYRGOPOLINICE
Que je perde mes attributs pour le reste de mes jours.
CARION
II faut le battre encore, et puis on pourra le relâcher.
PYRGOPOLINICE (à Caron)
Que les dieux te bénissent, pour avoir parlé si bien en ma faveur.
CARION
Aussi tu nous donneras une mine d'or.
PYRGOPOLINICE
Pourquoi?
CARION
Pour que nous te laissions partir avec tes témoins (64), joli petit-fils de Vénus. Autrement, nous te tenons, et ne t'y trompe pas... (Il fait un geste menaçant.)
PYRGOPOLINICE
Tu seras satisfait.
CARION
Tu te ranges à la raison. Pour ta tunique, ta chlamyde et ton cimeterre, n'y compte plus, tu ne les auras pas. (A Périplécomène.) Faut-il le battre encore, ou veux-tu qu'on le relâche?
PYRGOPOLINICE
J'ai les muscles tout moulus à force de coups. Je vous en prie !
PÉRIPLÉCOMÈNE
Qu'on le mette en liberté.
PYRGOPOLINICE
Grand merci.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Si désormais je te repince ici, tu pourras courir après tes témoins.
PYRGOPOLINICE
Et ce sera bien fait.
PÉRIPLÉCOMÈNE
Rentrons, Carion. (Il rentre avec ses esclaves. Sceledrus arrive accompagné de ceux qui ont porté les bagages de Philocomasie.)
PYRGOPOLINICE
Voici mes esclaves revenus. (A Sceledrus.) Philocomasie est-elle partie? dis-moi.
SCELEDRUS
Il y a longtemps.
PYRGOPOLINICE
Malheur !
SCELEDRUS
Tu crierais encore plus malheur, si tu savais ce que je sais. Celui qui avait un bandeau sur un oeil n'était pas un pilote.
PYRGOPOLINICE
Qui était-ce donc?
SCELEDRUS
L'amant de Philocomasie.
PYRGOPOLINICE
Comment le sais-tu?
SCELEDRUS
Je le sais bien; car ils n'eurent pas plutôt passé les portes de la ville, qu'ils se mirent à s'embrasser et à s'étreindre.
PYRGOPOLINICE
O malédiction sur ma tête ! je vois qu'on s'est joué de moi. Scélérat de Palestrion ! c'est lui qui m'a conduit dans le piège. (Prenant tout d'un coup un ton grave et calme.) C'est une justice, oui. S'il en arrivait autant aux autres séducteurs de femmes mariées, il y aurait ici moins de séducteurs. La crainte les retiendrait, ils se livreraient moins à leur vice. (A Sceledrus.) Allons-nous-en chez moi. (Aux spectateurs.) Applaudissez.


(42) Les noms de héros et de villes imaginaires ne font-ils pas penser Rabelais?
(43) Une procession composée de magistrats, de prêtres, dates, de jouteurs de flûte et de statues de dieux ouvrait solennellement les jeux publics des Romains.
(44) Tout festin qui se respectait avait ses dés. — La loi des osselets était la loi Talaria ou loi des buveurs. Mais talaria désignait aussi un instrument de supplice qui serrait les chevilles des esclaves. On voit le jeu de mots.
(45)Toit-terrasse, évidemment.
(46) Jeu de pantomime. Périplécomène chante son monologue, Palestrion le joue.
(47) Il doit s'agir du poète satirique et épigrammatique Névius, que ses ennemis firent emprisonner avant de l'envoyer en exil.
(48) L'ivraie mangée passait en effet, chez les Anciens, pour troubler la vue. (Fulgence, Ovide.)
(49) Il s'agit de la Porte Metia, devenue plus tard Porte Esquiline : lieu réservé aux exécutions d'esclaves. Le coupable s'y ren­dait, la fourche patibulaire sur le cou, les deux mains attachées aux extrémités des deux branches pour l'empêcher de se garantir des coups de verges qui accompagnaient sa marche.
(50)  Les Anciens voyaient dans la démangeaison le signe d'un malheur qui devait frapper la partie démangée du corps.
(51) Le bain précédait toujours le sacrifice; car la personne devait être pure de toute souillure extérieure, comme les couteaux et comme la victime.
(52) La loi autorisait quiconque avait reçu une injure à prendre des témoins et à citer l'offenseur en justice. L'affaire était grave si l'offenseur était un esclave et l'offensé une personne libre.
(53) C'est le Romain qui se moque des provinciaux. C'est aussi le maître qui bafoue ses sujets à l'obéissance toujours suspecte.
(54) Précieux tableau de moeurs.
(55) Fête de Minerve, qui ouvrait les vacances annuelles des enfants et annonçait aux artisans leurs étrennes.
(56) Quels traits de moeurs encore, cette litanie de superstitions !
(57) Un banquet réunissait parents et amis autour de ce qui restait des victimes immolées en sacrifice, une fois prélevée la part de l'autel et du prêtre.
(58) La loi fixait un âge pour les garçons. On en est moins sûr pour les filles du peuple qui allaient aux bains publics.
(59) Robe courte et cheveux courts étaient pour la courtisane et pour l'affranchie.
(60) Les Anciens aimaient faire chauffer leur vin.
(61) Il n'existait pas encore de théâtre construit.
(62) Cf. la note 35.
(63)  Le divorce, en effet, était un droit reconnu aux femmes. Mais il fallait, à l'époque de Plaute, des causes très sérieuses : l'infidélité du mari n'en était pas une.
(64) Jeu de mots intraduisible. Le mot latin veut dire à la fois témoin et testicule. Cf. quelques vers plus haut, l'insistance sur le mot intestatus et intestabilis.